Le géomagnétisme à la recherche des vestiges archéologiques

Cet article a été rédigé par Bruno Gavazzi1 et Paul Calou2.

Introduction
Très fréquemment l’archéologue est confronté à des vestiges partiellement ou totalement enfouis. Il peut alors faire appel à des méthodes géophysiques d’imagerie de la sub-surface, à la fois dans un souci de diagnostic pour positionner la fouille (qui offre des détails fins sur une zone précise) mais également pour obtenir une échelle d’étude plus large que cette dernière.
La géophysique consiste en l’étude du sous-sol à partir de mesures de certaines de ses propriétés physiques, et ce à travers différentes méthodes : gravimétrie, géomagnétisme, sismique, sismologie, radar, tomographie électrique, etc.. Toutes ces méthodes, qui ont la particularité d’être non intrusives puisque l’on mesure les propriétés depuis la surface de la terre, peuvent être classées en deux grandes catégories : les méthodes passives basées sur la mesure d’une variable physique naturelle, et les mesures actives ou l’on induit une perturbation dans le milieu, pour mesurer ensuite la réponse de ce dernier à ladite perturbation. Parmi toutes ces méthodes, le géomagnétisme, méthode passive, est sans doute la plus fréquemment utilisée en archéologie (Linford, 2006 ; Gaffney, 2008). Lire la suite

Taupe niveau : le passé vu du sous-sol

Exposition au Musée du Malgré Tout à Treignes (Belgique) du 1er mai au 13 novembre 2016.

EXPO 2016 TAUPE - AFFICHE A2.inddPourquoi les vestiges archéologiques se trouvent-ils sous la terre ? Pourquoi faut-il les préserver et, en cas de nécessité, les fouiller soigneusement ? Quelles histoires peuvent-ils raconter ?

Répondre à ces questions très simples, c’est montrer à quel point les restes enfouis sont précieux. Ils composent des archives uniques et fragiles, pas toujours faciles à déchiffrer. L’archéologie consiste à mener l’enquête : il s’agit d’exploiter ces traces et ces indices lorsqu’ils sont menacés de disparition, afin de comprendre et de transmettre leur témoignage.

Bien mieux que les documents écrits (qui du reste n’existent pas pour les périodes reculées), les vestiges archéologiques racontent le quotidien et les gens. Ils parlent de leur façon de vivre et de mourir, de leur communauté, de leurs coutumes et de leurs croyances. Lire la suite