Annulation et remplacement : Conférence : Château d’Orrouy

Des contretemps imprévisibles obligent la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis à renoncer au sujet annoncé de la conférence, Le château d’Orrouy, qui sera présentée ultérieurement. Les membres de la SHAS vous proposent trois courtes communications :

– Accéder aux ressources de la SHAS – mutation du catalogue, par Philippe Vilain, bibliothécaire
– Daniel Boulanger, écrivain et poète, un bibliophile à Senlis, par Gilles Bodin, président
– Malgenest, deux sites oubliés de la forêt d’Halatte, par Arnaud Martinec, administrateur Continuer la lecture

Journée d’études : Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen âge

Le laboratoire IRHiS propose le 18 octobre 2019 sa 2e journée d’études sur “Le patrimoine militaire septentrional du Moyen âge à nos jours ” intitulée Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen âge.

Les fortifications et les citadelles font sans conteste partie du paysage et du tissu urbains de l’Europe du Nord-Ouest. Imposées par une géographie défavorable à la défense en l’absence de grands massifs montagneux ou forestiers, ces enceintes n’ont cessé d’évoluer depuis le Moyen Âge avec les progrès de l’artillerie et de la poliorcétique. Le mur médiéval a progressivement fait place, sans systématiquement disparaître, à la fortification bastionnée de l’époque moderne pour aboutir à une ruralisation des défenses avec la construction de forts détachés. Parce qu’elles ont été érigées par les pouvoirs locaux pour protéger leurs biens ou par les États souverains pour renforcer leurs possessions territoriales, ces architectures défensives sont perçues différemment en fonction des enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qui peuvent s’y rattacher. Symboles de l’autonomie municipale ou de l’oppression étrangère, entraves imposées aux autorités civiles par les militaires, réserves foncières dans un espace saturé, les fortifications ont été vécues avec équivoque entre l’obstacle, la contrainte ou l’opportunité. Au xixe siècle débute leur lent déclin, aboutissant à leur progressif déclassement et ouvrant la voie à un démantèlement ou une éventuelle conservation. Continuer la lecture

Conférence : Le trésor de Liberchies : état de la question cinquante ans après sa découverte

Dans le cadre de son atelier épigraphie et numismatique : Expression et réception du pouvoir impérial, le laboratoire HALMA propose le jeudi 17 octobre 2019 à partir de 16h une conférence de Laurent Schmitt (SFN & SÉNA, Paris).

L’intervention de Laurent Schmitt portera sur le trésor de Liberchies et l’état de la question cinquante ans après sa découverte. Continuer la lecture

Manifestation : Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France 2019

La Direction régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France/Service régional de l’archéologie a le plaisir de vous présenter le programme des journées régionales de l’archéologie 2019 qui se tiennent cette année à Beauvais, les 22 et 23 novembre.

Durant ces deux journées, les archéologues des Hauts-de-France (DRAC-SRA, Inrap, Services de Collectivité, Universités et opérateurs privés) présentent quelques-unes des découvertes les plus intéressantes faites au cours de l’année écoulée.

Ces conférences permettent de découvrir plus de vingt sites d’époques diversifiés, depuis le Paléolithique au XXe siècle.

Elles illustrent la richesse archéologique du Nord de la France dans son ensemble puisque tous les départements sont représentés, à la fois les villes : Amiens, Dunkerque, Péronne, Saint-Amand-les-Eaux, Seclin, Soissons, mais aussi les campagnes. Continuer la lecture

Appel à communication : La vallée de l’Escaut : de l’Histoire aux projets de territoire

La laboratoire Calhiste lance un appel à communication pour la journée d’étude coordonnée par Laetitia Deudon, Babéra Oujlekh et Caroline Soreau (doctorantes du Calhiste) sur La vallée de l’Escaut : de l’Histoire aux projets de territoire qui aura lieu le 5 décembre 2019 à l’Université Polytechnique Hauts-de-France.

À l’heure où la vallée de l’Escaut s’inscrit au coeur d’importants projets de territoire (Canal Seine-Nord Europe, labellisation RAMSAR, boucle Un’Escaut, parc transfrontalier, projet EscautSchelde2050), il paraît intéressant de mettre à l’honneur les dynamiques de ce territoire transfrontalier en pleine mutation, où les initiatives de recherche et de valorisation se sont multipliées au cours de des dernières années, dans une approche pluridisciplinaire et intégrée au territoire.
L’objectif de cette journée d’étude est de rendre compte d’un certain nombre de travaux et d’actions menées en ce sens par les chercheurs, les professionnels du territoire et les associations et par-là de renforcer la coopération entre ces différents acteurs. Continuer la lecture

Actualité : Captation vidéo colloque HABATA

Les premières vidéos du colloque “Méthodologie et interprétation des habitats” sont en ligne sur la webtv de l’Université de Lille.

Collection « Méthodologie et interprétation des habitats » :
https://webtv.univ-lille.fr/grp/481/methodologie-et-interpretation-des-habitats/

HABATA est un projet collectif de recherches, mené dans les Hauts-de-France. Il rassemble une équipe d’archéologues travaillant sur le thème de l’habitat de la fin du Néolithique à La Tène ancienne.
L’archéologie est un formidable moteur de renouvellement de la documentation concernant l’habitat protohistorique. Les méthodes de fouilles et d’analyse permettent d’aborder les vestiges sous des angles variés et souvent complémentaires. Ces derniers offrent des moyens sans cesse renouvelés d’interprétation des sites.

Conférence : Fouille d’une ferme du second âge du Fer à Rivery

La prochaine conférence du CIRAS aura lieu le vendredi 18 octobre 2019, à 20h30 à la DRAC. Elle sera animée par Yves Le Béchennec (Service archéologique d’Amiens Métropole), responsable des fouilles.

Suite au diagnostic mené en amont de la construction d’un dépôt de bus d’une surface de 5,7 ha, la fouille des vestiges relatifs à des établissements ruraux du second âge du Fer (2016) a porté sur une emprise de 17 000 m².

Un enclos curviligne a été étudié partiellement sur 4/5ème de sa superficie, soit 3 200 m². La fouille méthodique et exhaustive de ses fossés permet de restituer les modifications observées dans le profil et la profondeur, la dynamique du comblement et d’apprécier la répartition et la variété des mobiliers exhumés. Une série de tronçons de fossés se développent de part et d’autre de la branche sud de l’enclos, qui a priori le recoupe. Parmi
les structures étudiées figurent deux silos, des trous de poteau permettant d’identifier une dizaine d’ensembles architecturaux. La céramique permet de dater le site entre la fn du IVe et la seconde moitié du IIe s. av. n.è. Continuer la lecture

Appel à communication : La collégiale de Mantes-la-Jolie et Notre-Dame de Paris : la première architecture gothique en Île-de-France

Le laboratoire TRAME (Université de Picardie Jules Verne) et la Ville de Mantes-la-Jolie lancent un appel à communication pour une journée d’études le jeudi 11 juin 2020 sur La collégiale de Mantes-la-Jolie et Notre-Dame de Paris : la première architecture gothique en Île-de-France.

Le renouvellement des regards portés sur l’architecture du XIIe siècle à la suite des travaux novateurs de Jacques Henriet dans les années 1980 a favorisé la multiplication des études sur des monuments majeurs de l’architecture gothique à ces débuts. De nouvelles monographies ont été offertes par la suite sur des monuments tels que Champeaux (collégiale), Étampes (collégiale), Langres (cathédrale), Provins (collégiale), Saint-Leu-d’Esserent (prieurale), Saint-Germain-des-Prés (abbatiale), Soissons (cathédrale), Vézelay (abbatiale), etc. favorisant l’élaboration progressive d’une nouvelle histoire de l’architecture gothique. Dans ce contexte, l’engouement pour la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie n’a cessé de croître. Continuer la lecture

Journée d’études : Fragments d’architecture. Les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Hainaut

Le vendredi 29 novembre 2019 aura lieu une journée d’études à l’Université d’Artois sur “Fragments d’architecture. Les collections lapidaires de la Flandre, de l’Artois et du Hainaut”.

Deux journées d’études avaient été consacrées il y a quelques années aux dépôts lapidaires relatifs à des monuments médiévaux de Picardie et de la France du Nord – « L’architecture en objets : les dépôts lapidaires de Picardie » (Université de Picardie, Amiens, septembre 2006)[1] et « L’architecture en objets : les dépôts lapidaires de la France du Nord » (INHA, Paris, décembre 2008)[2]. Cette troisième rencontre est l’occasion de présenter les dernières études sur cette thématique.

Les fragments d’architecture – qu’ils soient conservés dans les sites ou monuments même, dans des musées, dans des centres archéologiques… – forment soit les uniques vestiges d’édifices détruits, soit les témoins épars parmi les ruines, ou relèvent d’un dépôt constitué lors des restaurations engagées sur un monument ou à la suite de chantiers archéologiques. La diversité de leur nature et de leur lieu de conservation ainsi que de leur propriétaire appelle cependant des questionnements similaires quant à leur gestion, leur étude, fondamentale pour l’apport à la connaissance monumentale, et leur valorisation. Continuer la lecture

Conférence : Le château d’Orrouy

La Société d’histoire et d’archéologie de Senlis propose le samedi 19 octobre 2019 à 15h une conférence de Maxime Charier, archéologue et de Morgan Hinard, historien, membres de la SHAS, sur le château d’Orrouy.

Un diagnostic historique, archéologique et monumental du château d’Orrouy, mené en 2018, a permis d’étudier, tout à la fois, l’histoire du château et de ses seigneurs du XIVe siècle au XVIIIe siècle, son implantation géographique, et de mener une analyse architecturale et archéologique du site. Les conférenciers nous présentent une étude bienvenue sur un sujet à la bibliographie, jusqu’ici, bien mince. Continuer la lecture

Exposition : Un trésor carolingien : les “Évangiles de Saint-Riquier”

Dans le cadre de l’inauguration de la salle dédiée au patrimoine écrit et graphique, les Archives et Bibliothèque patrimoniale d’ Abbeville présenteront les “Évangiles de Saint-RIquier”. Cette exposition aura lieu du 21 septembre au 21 décembre 2019.

Ce manuscrit, l’un des plus remarquables que nous ait légué l’époque carolingienne, est issu de la première École Palatine d’Aix-la-Chapelle (fin du VIIIe – début du IXe siècle) qui se développa sous l’impulsion de l’empereur Charlemagne. Il est le symbole de ce que la Renaissance carolingienne a eu d’éclatant en fusionnant des influences très hétéroclites, où les apports orientaux, anglo-saxons, ibériques et italiens se sont greffés sur un socle franc et germanique, pour donner le premier grand épanouissement de la culture européenne. Continuer la lecture

Conférence : Les châteaux de la vallée de l’Automne

Dans le cadre de son programme de conférences pour mieux découvrir et connaître le patrimoine du Valois, Musivales, en collaboration avec la société Aquilon, propose une conférence sur les châteaux de la vallée de l’Automne, le 27 octobre 2019.

Cette conférence sera animée par Nicolas Bilot.

La vallée de l’Automne est connue pour la variété de ses célèbres « 35 clochers ». Autant de manoirs, maisons fortes et châteaux leur répondent. Ils furent propriétés de grands barons ou de modestes seigneurs. Du château royal de Béthisy-Saint-Pierre au manoir de Pisseleux en passant par le logis d’Orrouy, retour sur quelques maisons nobles du Valois.

Informations complémentaire :
Conférence : Les châteaux de la vallée de l’Automne
Date : 27 octobre 2019 à 16h30
Lieu :
La Passerelle
62 rue de Soissons
60800 Crépy-en-Valois

Manifestations : Journées d’actualité de la recherche archéologique en Ardenne-Eifel

Les Journées d’actualité de la recherche archéologique en Ardenne-Eifel ont été initiées en 2017 afin de créer un espace de communication et d’échange entre les chercheurs travaillant sur cette zone. Elles se dérouleront cette année du 17 au 19 octobre 2019.

Le massif Ardenne-Eifel constitue un espace géographique et géologique cohérent, à cheval sur quatre pays : Allemagne, Belgique, France et Luxembourg. Les Journées d’actualité de la recherche archéologique en Ardenne-Eifel ont été initiées en 2017 afin de créer un espace de communication et d’échange entre les chercheurs travaillant sur cette zone et dans les aires limitrophes. Continuer la lecture

Bouchain, il y a 5 000 ans

En 2018, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France a lancé une collection de kakemonos consacrés aux fouilles programmées de la région. Chaque année, ces kakemonos rédigés par les responsables des fouilles eux mêmes, en collaboration avec le service régional de l’archéologie, permettent de donner à tous, rapidement un aperçu des premiers résultats des opérations de terrain.

Ils seront exposés aux Journées Européennes du Patrimoine à la Drac, aux Journées régionales de l’archéologie et lors de diverses manifestations, (expositions, journées d’études, etc). Leur mise en ligne sur Nordoc’Archeo permet de les découvrir sur le site également. Continuer la lecture

Appel à communications : Blessures aristocratiques (II) : regards pluridisciplinaires de l’Antiquité à nos jours

Cet appel à communication pour un colloque sur les Blessures aristocratiques : regards pluridisciplinaires de l’Antiquité à nos jours qui aura lieu les 25 et 26 mai 2020 à  l’Université de Lille.

Description du projet scientifique :

Ce projet se veut le fruit de la rencontre de deux domaines de recherche fortement renouvelés ces dernières années en histoire ancienne : l’histoire des aristocraties, par la définition d’un groupe social, de ses modalités de représentations et des questions de prestige, d’honneur et de déshonneur qui lui sont associées1 ; et celle du corps, et particulièrement du corps, blessé, souffrant, atteint2. Un premier colloque (« Blessures aristocratiques (I) : du corps à l’honneur ») s’est tenu à l’Université Bretagne Sud les 19 et 20 septembre 2019. Il avait pour vocation d’étudier cette notion de blessure, pour l’Antiquité romaine, dans son acception la plus large : à la fois en tant que lésion, compromission de l’intégrité du corps, mais aussi comme atteinte morale et coup porté à l’amour-propre. Associée à une catégorie sociale particulière, celle des aristocrates, la blessure apparaissait comme pourvoyeuse de questionnements scientifiques pertinents pour l’historien de l’Antiquité. Continuer la lecture