Conférence : Des Bonshommes aux Carmes : l’hôpital et couvent Saint-Louis de Senlis

La Société d’histoire & d’archéologie de Senlis propose le samedi 16 mars 2019 à 15h, une conférence d’Arnaud Martinec, DEA en histoire moderne, administrateur de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis.

Appuyé à la courtine méridionale de l’enceinte médiévale de la cité, accueillant autrefois le voyageur franchissant l’ancienne porte de Paris et longeant la rue qui fut, jusqu’en 1753, le principal axe nord-sud de la ville, le couvent des Carmes est depuis bien longtemps une silhouette familière aux Senlisiens. Pour autant, l’histoire de ce bâtiment demeure singulièrement méconnue. Ainsi, l’appellation de Couvent des Carmes, qui ne date que du milieu du XVIIe siècle, occulte en réalité une origine bien plus ancienne. Fondé dès 1303, grâce à la générosité d’un bourgeois de Senlis, Jean Le Gagneur, cet établissement fut initialement confié aux Frères de la Charité Notre-Dame, plus connus sous le nom de Bonshommes, et avant de devenir un couvent, ce fut tout d’abord un hôpital placé sous l’invocation de Saint-Louis, destiné à héberger et à secourir les pauvres. Il prospéra durant deux cents ans grâce aux dons et fondations de nombreux bienfaiteurs, étendant alors son aire à la plupart des maisons bordant la partie sud de la rue Vieille de Paris, avant que les difficultés financières de la fin du XVIe siècle et la décadence générale des Frères de la Charité Notre-Dame n’obligent ceux-ci à céder leur place aux Carmes déchaux en 1641. Seul témoignage de ce passé médiéval, l’église qui s’adosse aux bâtiments conventuels du XVIIe siècle, quoique profondément dégradée, présente un intéressant exemple de l’architecture religieuse des XIVe et XVe siècles. Par l’étude des sources archivistiques et l’analyse des éléments architecturaux, Arnaud Martinec se propose de retracer l’histoire oubliée de cet ensemble et de ses occupants. Continuer la lecture

Conférence : Dater les édifices du Moyen Âge par la pierre taillée, l’exemple de la cathédrale de Senlis

La prochaine conférence de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis aura lieu le 16 février 2019 à 15h. Frans Doperé, docteur en sciences, chercheur universitaire en architecture médiévale et technologie de la pierre, Groupe de recherche archéologie Ku Leuven et Mathieu Lejeune, doctorant en histoire de l’art médiéval, administrateur de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis parleront de la datation des édifices du Moyen Âge par la pierre taillée, l’exemple de la cathédrale de Senlis.

Pouvoir dater les maçonneries d’une cathédrale, d’une abbatiale, d’une église paroissiale, voire d’un château fort ou d’une maison d’époque médiévale reste une des préoccupations majeures de l’archéologue du bâti. Après 25 ans de recherches, Frans Doperé propose des méthodes d’étude pour établir une chronologie relative ou absolue livrée par les pierres elles-mêmes et par les techniques de taille en particulier. L’analyse de 370 édifices de Belgique, de la France septentrionale et de Bourgogne précise l’évolution des techniques de taille de différents types de pierres entre le Xe siècle et le XVIe siècle. Le cas de la cathédrale de Senlis est particulièrement éclairant. Continuer la lecture

Conférence : Les fouilles archéologiques du futur éco-quartier de l’ancienne gare de Senlis

La Société d’histoire et d’archéologie de Senlis propose le samedi 20 octobre 2018 à 15h, une conférence de Virginie Meunier, attaché de conservation du patrimoine, responsable d’opérations archéologiques au Service départemental d’archéologie de l’Oise (SDAO), sur les fouilles archéologiques du futur éco-quartier de l’ancienne gare de Senlis.

Un chantier de fouilles archéologiques a précédé cet hiver la construction du futur éco-quartier, Les Jardins Brunehaut et de son parking souterrain, à l’emplacement de l’ancienne plate-forme de la cour des marchandises du Chemin de Fer du Nord, à Senlis.
Virginie Meunier, responsable de l’opération, fera le bilan des découvertes, centrées sur le diverticule de la chaussée Brunehaut, sortie de la cité, remarquablement bien conservé, établi sur la voie romaine. Le socle circulaire de la croix de Sottemont a été retrouvé, quasiment intact, non loin de la bifurcation de la chaussée, tandis qu’un habitat gallo-romain existait à l’ouest. Au Moyen âge cet habitat a été remplacé par les dépendances de l’hôtel de la famille des Bouteiller de Senlis, appelé la folie Bouteiller. Continuer la lecture

Journées nationales de l’archéologie aux Arènes de Senlis

À l’occasion des journées nationales de l’archéologie, le site antique des Arènes de Senlis ouvre exceptionnellement ses portes.

Ce bel édifice de spectacle gallo-romain du Ier siècle, a été redécouvert en 1865 par la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis. Vomitoires principaux, vomitoires secondaires, mur de podium, chapelles, cacere (cages), escaliers d’accès aux gradins, arène, puisard, sont encore visibles. La Société d’histoire et d’archéologie de Senlis propose des visites guidées par un spécialiste, un stand INRAP d’initiation à l’enregistrement des données archéologiques et au remontage de céramique par l’archéologue Gaëlle Bruley-Chabot ainsi qu’une initiation “comment revêtir une toge”. Vous trouverez également un stand de vente du “Miel des Arènes” produit sur place, un stand de photos d’histoire, une librairie spécialisée dans l’histoire et l’archéologie de la région de Senlis et une initiation “comment revêtir une toge”. Continuer la lecture