De l’importance des synthèses archéologiques micro-régionales

   
          Cet article a été rédigé par Alice Dananai, docteur en archéologie.
   

L’ouvrage publié, Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C., est le résultat de plusieurs années de recherches menées dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Lille en 2015.

Son ambition était de définir, à partir de la documentation archéologique récente, les pratiques funéraires sur le territoire de l’Ostrevant, situé à l’époque antique à la croisée des cités des Atrébates, des Nerviens et des Ménapiens, tout en mettant en lumière la continuité et les transformations des sociétés en lien avec la présence romaine sur le territoire. Les limites chronologiques fixées s’étendent de la transition entre la fin de l’Âge du Fer et le Haut-Empire jusqu’au début du IIIe s.

Fig. 1 : Carte des ensembles funéraires du Haut-Empire. En vert, les ensembles funéraires du corpus de l’Artois-Ostrevant. Echelle 1 : 1 000 000. (©ABG)

Le choix de la zone d’étude est né de la volonté d’exploiter une importante quantité de données disponibles grâce aux nombreuses opérations d’archéologie préventive menées ces trente dernières années. Le corpus initial est constitué par les résultats issus des interventions de la Direction de l’Archéologie Préventive de Douaisis Agglo (ou Communauté d’Agglomération du Douaisis jusqu’en 2018) depuis les années 1990. Il est enrichi par le dépouillement des rapports de diagnostic et de fouilles effectués par l’ensemble des acteurs de l’archéologie préventive actifs du Nord-Pas-de-Calais et les publications de sites localisés sur la frontière occidentale belge.

Continuer la lecture