Actualité : Soutenance de la thèse de doctorat de Paul Picavet

Paul Picavet soutiendra sa thèse intitulée « Les meules rotatives de la fin de l’Âge du Fer au Haut Moyen Âge entre la Seine et le Rhin » le jeudi 14 février 2019 à 14h à la Maison de la Recherche (Université de Lille SHS), salle des colloques.

Composition du jury :
M. Willian VAN ANDRINGA, Université de Lille, Directeur de thèse
M. Olivier BUCHSENSCHUTZ, École Normale Supérieure, Rapporteur
M. Jean-Pierre BRUN, Collège de France, Co-directeur de thèse
M. Gilles FRONTEAU, Université de Reims Champagne-Ardenne, Rapporteur
M. Andrew WILSON, Oxford University, Examinateur

Résumé de la thèse :
Les meules, pièces maîtresses et les mieux conservées des moulins, sont emblématiques des questions relatives à l’histoire de l’économie et des techniques. De l’économie, parce que l’analyse des roches meulières révèle une chaîne complexe de recherche des ressources, d’extraction, de mise en forme, de distribution et d’utilisation qui dépend d’une série de facteurs qui ne concernent pas seulement les meules mais peuvent s’appliquer à toutes sortes de productions artisanales répondant à des besoins primaires de subsistance. Des techniques, parce que l’amélioration des procédés de mouture est le fruit d’une transmission des savoir-faire techniques alliée à une recherche constante de la meilleure réponse possible à des besoins alimentaires qui eux-mêmes évoluent. Cette notion de progrès technique, que l’on observe à la fois sur le temps long (ici plus d’un millénaire) et à l’occasion de brèves transitions politico-culturelles (la conquête romaine de la Gaule puis les migrations germaniques), est à l’origine de profonds changements socio-économiques. Sur la base de travaux de terrain (prospections thématiques), d’analyses d’objets (les meules) et d’un tour d’horizon bibliographique, cette thèse présente une synthèse régionale sur un type de mobilier modeste mais structurant des sociétés et des économies anciennes. Continuer la lecture