Le géomagnétisme à la recherche des vestiges archéologiques

Cet article a été rédigé par Bruno Gavazzi1 et Paul Calou2.

Introduction
Très fréquemment l’archéologue est confronté à des vestiges partiellement ou totalement enfouis. Il peut alors faire appel à des méthodes géophysiques d’imagerie de la sub-surface, à la fois dans un souci de diagnostic pour positionner la fouille (qui offre des détails fins sur une zone précise) mais également pour obtenir une échelle d’étude plus large que cette dernière.
La géophysique consiste en l’étude du sous-sol à partir de mesures de certaines de ses propriétés physiques, et ce à travers différentes méthodes : gravimétrie, géomagnétisme, sismique, sismologie, radar, tomographie électrique, etc.. Toutes ces méthodes, qui ont la particularité d’être non intrusives puisque l’on mesure les propriétés depuis la surface de la terre, peuvent être classées en deux grandes catégories : les méthodes passives basées sur la mesure d’une variable physique naturelle, et les mesures actives ou l’on induit une perturbation dans le milieu, pour mesurer ensuite la réponse de ce dernier à ladite perturbation. Parmi toutes ces méthodes, le géomagnétisme, méthode passive, est sans doute la plus fréquemment utilisée en archéologie (Linford, 2006 ; Gaffney, 2008). Lire la suite