Rappel : Journée d’études : Désigner le fait fortifié. Le vocabulaire descriptif de la place forte septentrionale

Dans le cadre du PCR “Les places fortes des Hauts-de-France”, le Service Régional de l’archéologie, DRAC Hauts-de-France et le laboratoire IRHiS UMR 8529 Univ. Lille-CNRS organise le 12 mars 2020 leur 3e journée d’étude sur “Désigner le fait fortifié. Le vocabulaire descriptif de la place forte septentrionale”.

Responsables :
– Thomas Byhet, Claire Pichard, Yves Roumegoux (SRA, DRAC Hauts-de-France)
– Christine Aubry (IRHiS)

 

PROGRAMME :

9h00 – Accueil
9h30 – Ouverture : Charles MÉRIAUX (IRHiS, ULille), Jean-Luc Collart (SRA Hauts-de-France, DRAC), Thomas BYHET, Yves ROUMEGOUX (SRA Hauts-de-France, DRAC)

Continuer la lecture

Journée d’études : Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen âge

Le laboratoire IRHiS propose le 18 octobre 2019 sa 2e journée d’études sur « Le patrimoine militaire septentrional du Moyen âge à nos jours  » intitulée Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen âge.

Les fortifications et les citadelles font sans conteste partie du paysage et du tissu urbains de l’Europe du Nord-Ouest. Imposées par une géographie défavorable à la défense en l’absence de grands massifs montagneux ou forestiers, ces enceintes n’ont cessé d’évoluer depuis le Moyen Âge avec les progrès de l’artillerie et de la poliorcétique. Le mur médiéval a progressivement fait place, sans systématiquement disparaître, à la fortification bastionnée de l’époque moderne pour aboutir à une ruralisation des défenses avec la construction de forts détachés. Parce qu’elles ont été érigées par les pouvoirs locaux pour protéger leurs biens ou par les États souverains pour renforcer leurs possessions territoriales, ces architectures défensives sont perçues différemment en fonction des enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qui peuvent s’y rattacher. Symboles de l’autonomie municipale ou de l’oppression étrangère, entraves imposées aux autorités civiles par les militaires, réserves foncières dans un espace saturé, les fortifications ont été vécues avec équivoque entre l’obstacle, la contrainte ou l’opportunité. Au xixe siècle débute leur lent déclin, aboutissant à leur progressif déclassement et ouvrant la voie à un démantèlement ou une éventuelle conservation. Continuer la lecture

Nouvelle publication : Villes et fortifications de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule

BAYARD Didier (dir.), FOURDRIN Jean-Pascal (dir.)
Villes et fortifications de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule
Villeneuve d’Ascq : Revue du Nord, 2019, 451 p.
Collection Art et archéologie ; 26
ISBN 979-10-93095-12-7

Résumé éditeur :

L’état d’insécurité de la fin du IIIe et du début du IVe s. a amené les autorités romaines à doter la plupart des chefs-lieux de cité de la Gaule de fortifications dont la puissance et la solidité les ont longtemps préservées des destructions. La moitié septentrionale correspondant au diocèse de Trèves, entre Loire et Rhin, comptait près d’une cinquantaine de ces villes fortifiées. Parallèlement, la défense du territoire a été complétée par des petites fortifications qui jalonnaient les principales voies de circulation et contribuaient à la sécurisation des déplacements. L’ensemble de ces travaux défensifs participait d’un phénomène général qui a transformé profondément, avec des différences régionales, la conception et la perception de la ville dans l’ensemble de l’Empire romain d’Occident. Continuer la lecture

Appel à communication : Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen Âge

Le laboratoire IRHiS lance un appel à contribution pour une journée d’étude le 18 octobre 2019 sur les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe.

Les fortifications et les citadelles font sans conteste partie du paysage et du tissu urbains de l’Europe du Nord-Ouest. Imposées par une géographie défavorable à la défense en l’absence de grands massifs montagneux ou forestiers, ces enceintes n’ont cessé d’évoluer depuis le Moyen-Âge avec les progrès de l’artillerie et de la poliorcétique. Le mur médiéval a progressivement fait place, sans systématiquement disparaître, à la fortification bastionnée de l’époque moderne pour aboutir à une ruralisation des défenses avec la construction de forts détachés. Parce qu’elles ont été érigées par les pouvoirs locaux pour protéger leurs biens ou par les États souverains pour renforcer leurs possessions territoriales, ces architectures défensives sont perçues différemment en fonction des enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qui peuvent s’y rattacher. Symboles de l’autonomie municipale ou de l’oppression étrangère, entraves imposées aux autorités civiles par les militaires, réserves foncières dans un espace saturé, les fortifications ont été vécues avec équivoque entre l’obstacle, la contrainte ou l’opportunité. Au XIXe siècle débute leur lent déclin, aboutissant à leur progressif déclassement et ouvrant la voie à un démantèlement ou une éventuelle conservation. Continuer la lecture

Conférence : Les fortifications gallo-romaines du bas-empire

La Société d’histoire & d’archéologie de Senlis propose le samedi 19 janvier 2019 à 1h une conférence de Jean-Pierre Adam, architecte-archéologue, enseignant à l’École du Louvre, sur les fortifications gallo-romaines du bas-empire.

En l’an 270, bien loin de Rome, une reine orientale, Zénobie, veuve du roi de Palmyre, s’auto-proclame impératrice d’Orient avec le titre de Sebastè. L’année suivante, le gouverneur d’Aquitaine, Tétricus, prend la pourpre comme empereur des Gaules. Dans le même temps de violentes poussées germaniques percent le limes du Danube, les Goths envahissent les provinces danubiennes, les Alamans pénètrent en Italie du nord, Les Vandales et les Juthinges s’emparent de la Lombardie. L’empereur-soldat, Claude le Gothique, qui entreprend efficacement la défense de l’Empire, meurt de la peste précisément en 270. Les légions portent alors au pouvoir, un général populaire : Aurélien. Tout en reprenant les combats de son prédécesseur, Aurélien estime devoir protéger Rome elle-même en l’entourant, dès 271, d’une puissante muraille. Continuer la lecture