Cent cinquantenaire de la mort de Gustave Souquet (1805-1867)

Dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine et du cent cinquantenaire de la mort de l’historien et archéologue étaplois, Gustave Souquet (1805-1867), la ville d’Étaples, l’association Mémoire d’Opale, Loïc Vambre, président de Mémoire d’Opale, et Thomas Byhet, DRAC Hauts-de-France – Service régional de l’Archéologie, présentent :

Une exposition : Gustave Souquet, un photographe témoin de son temps, les samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017, dans la salle pédagogique de l’Office de tourisme d’Étaples (Corderie), Boulevard Bigot-Descelers. Entrée libre. 10H-13h – 14h-18H30. Lire la suite

De l’hôtel de l’échevinage à l’hôtel de ville, cinq siècles d’histoire de la maison commune d’Étaples

Le Musée Quentovic propose une conférence de Thomas Byhet, archéologue au Service Régional de l’Archéologie (Direction régionale des Affaires culturelles des Hauts-de-France) le samedi 22 avril 2017 à 14h30.

De la fin du Moyen Âge à nos jours, Étaples a possédé plusieurs hôtels de ville, symboles de son autorité municipale. Au moins quatre hôtels ont été construits pendant cette longue période, le dernier d’entre eux servant encore de maison commune sur l’actuelle place du Général de Gaulle. De nombreux documents (archives municipales, plans, peintures, cartes postales) permettent de retracer l’histoire de ces hôtels qui ont constitué le cœur de la vie municipale étaploise pendant cinq siècles. Lire la suite

Étaples et son château aux époques médiévale et moderne

Conférence de Thomas Byhet, technicien de recherche, DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le 26 mars 2016.

conf-chateau-etaples-2016La communication aura lieu le samedi 26 mars 216 à l’Auditorium de l’Office de Tourisme d’Étaples, Boulevard Bigot-Descelers à partir de 14h30, à l’invitation de la Municipalité d’Étaples, du Musée Quentovic, et de la DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Le château d’Étaples : une place forte méconnue

Exposition proposée par le Musée Quentovic et le Service Régional de l’Archéologie du 8 février au 31 mars 2016 dans le hall de l’office de tourisme d’Étaples.

expo chateau etaples 2016 [50%]Les recherches historiques et les fouilles archéologiques ont permis de dégager une vision du bourg, de son port et de son château fort aux époques médiévales et moderne.

En effet, la ville d’Étaples constitue l’un des sites archéologiques les plus importants du Pas-de-Calais : de nombreux gisements de la Préhistoire ancienne aux époques plus récentes y ont fait l’objet d’études depuis le début du XIXe siècle. Toutefois, le cœur de la ville n’a pas connu de chantiers de grande ampleur qui auraient pu fournir des informations sur le bourg et son port aux époques médiévale et moderne. Or, à l’exemple de ses voisines du littoral (Calais, Boulogne-sur-Mer et Montreuil-sur-Mer), Étaples a possédé un patrimoine fortifié, témoin de son importance stratégique passée : Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, y fit construire en 1172 un château, à la périphérie est de la ville, le long de la Canche, et une enceinte défensive ont protégé la cité jusqu’au XVIIe siècle. Lire la suite

Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise

Le deuxième portrait d’archéologues présenté par Nordoc’Archéo est celui de Gustave Souquet, érudit étaplois du XIXe siècle. Cet article a été rédigé par Thomas Byhet1.

Si, au cours du XVIIIe siècle, plusieurs historiens boulonnais ou picards (Michel Lequien, Philippe Luto, Michel-François Dubuisson, Pierre-Nicolas Grenier) avaient pratiqué des recherches sur la ville d’Étaples (Pas-de-Calais), ils ne livrèrent leurs résultats que dans des manuscrits à portée encyclopédique (et non encore publiés aujourd’hui) sur le comté de Boulogne ou la province de Picardie. Au XIXe siècle, Gustave Souquet est le premier érudit à s’intéresser presque uniquement à l’histoire ancienne (époque gallo-romaine ou médiévale) ou récente (époque napoléonienne) de sa ville natale et à porter cette connaissance à ses pairs, érudits ou confirmés, en publiant plusieurs études. Il sera le seul jusqu’au détour du XXe siècle. S’il ne possède pas l’envergure scientifique d’un abbé Haigneré (son équivalent boulonnais à la génération suivante), il livre néanmoins les bases d’une réflexion ultérieure sur l’histoire encore méconnue de ce port de la Manche.

Sommaire

Lire la suite