Conférence : Archéologie des abords d’Arras : de Nemetacum à Vauban

À l’occasion des Journées régionales de l’archéologie 2019, la Médiathèque d’Arras vous propose d’assister à une conférence sur l’évolution des abords de la ville d’Arras : “Archéologie des abords d’Arras : de Nemetacum à Vauban”.

Les opérations de terrains menées ces dernières années par le Service Archéologique Municipal d’Arras se concentrent majoritairement au-dehors des périmètres fortifiés anciens. Ces observations, mises en perspective avec celles réalisées depuis une quarantaine d’années sur le territoire municipal, permettent de proposer un premier état des lieux des occupations périurbaines qui se sont succédées entre les 1er et 17e siècles, et ainsi de mieux comprendre l’évolution de la ville d’Arras. Continuer la lecture

La ville médiévale et moderne d’Arras à la lumière de son activité archéologique. Bilan et perspectives

Cet article a été rédigé par Alain Jacques, responsable du Service Archéologique Municipal d’Arras, ADES (UMR 7268), Mathieu Béghin, responsable adjoint du Service Archéologique Municipal d’Arras, IRHiS (UMR 8529) et Yann Henry, responsable d’opérations, Service Archéologique Municipal d’Arras.

Création augustéenne, Arras est érigée au rang de chef-lieu de cité pendant l’occupation romaine sous le nom de Nemetacum. Il s’agit alors d’une ville moyenne avec ses 50 ha de surface urbanisée, auxquels peuvent être ajoutés 20 ha correspondant au quartier péri-urbain. Au VIIe siècle, l’installation du corps de saint Vaast sur la rive opposée du Crinchon fait émerger un lieu de culte qui, grâce aux largesses du pouvoir royal, est érigé en une riche et puissante abbaye. L’établissement religieux devient alors le pôle fixateur d’une occupation qui se transforme rapidement en un bourg monastique doté de son propre marché et de son enceinte, tous deux attestés dès la seconde moitié du IXe siècle. Au Xe siècle, l’installation d’une résidence par les comtes de Flandre, située à proximité immédiate du bourg monastique, contribue encore davantage à son dynamisme et fait émerger une véritable ville indépendante de l’ancienne Nemetacum. Dès le début du XIIe siècle, Arras fait donc partie de ces villes « doubles », avec d’un côté la Cité, héritage du monde antique devenu siège d’évêché, et de l’autre, la Ville, naît autour d’une abbaye (fig. 1). Les largesses accordées par le pouvoir comtal renforcent le dynamisme socio-économique d’Arras-Ville, lui permettant ainsi de prendre l’ascendant sur Arras-Cité qui souffre alors d’une certaine atonie du fait de l’absence prolongée du représentant épiscopal[1]. En 1237, la création du comté d’Artois par saint Louis renforce l’importance d’Arras-Ville qui devient la ville-résidence principale des comtes d’Artois. Au tournant des XIVe et XVe siècles, sous les principats de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, la ville et sa banlieue apparaissent comme les lieux de résidence favoris du pouvoir bourguignon, avant d’être progressivement délaissés pour des villes plus septentrionales (Lille, Bruges, Gand). Malgré cette défection liée à la progression du pouvoir bourguignon vers les territoires du Nord, Arras-Ville demeure le siège principal des instances du comté d’Artois. Cette importance fut renforcée en 1790, à la suite de l’installation de la préfecture du Pas-de-Calais à Arras.

Fig. 1 – Plan d’Arras en 1581 avec ajout des différents systèmes fortifiés.

Continuer la lecture

Nemetacum, l’antique cité d’Arras

Nemetacum, l’antique cité d’Arras vous ouvre ses portes jusqu’au 31 août 2017.

Fondée il y a 2000 ans par les Romains, une partie de la ville antique de Nemetacum se livre à vous. Les vestiges archéologiques témoignent de la vie quotidienne dans la capitale des Atrébates. Vous découvrirez la Schola des Dendrophores, construite au milieu du IIIème siècle et mise en évidence au cours des fouilles récentes, puis les traces de la ville antique dans la Cité.

Renseignements à l’Office de tourisme au 03 21 51 26 95 Continuer la lecture