Conférence : « Pax Romana ! » L’Histoire dessinée de la France (t. 3)

La prochaine conférence-dédicace du CIRAS aura lieu le vendredi 15 mars 2019, à 20h30 à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien). Elle sera animée par Blaise Pichon, (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand) et Président de l’APHGAuvergne), coauteur de la bande dessinée.

 

 

Ce troisième volume de l’Histoire dessinée de la France couvre une période de plus de cinq siècles. Il combine 110 planches de bande dessinée et une cinquantaine de pages de dossiers historiques, qui permettent au lecteur curieux d’approfondir ses connaissances sur des thématiques qui n’ont pas pu faire l’objet d’un long développement dans la partie bande dessinée. Le volume comprend aussi une courte chronologie de 8 dates essentielles et une petite orientation bibliographique.
Dans l’esprit de la collection, ce volume a pour objectif de faire connaître à un large public l’Antiquité des Gaules, en rompant avec les précédentes collections d’histoire de France en bande dessinée et en s’extrayant du discours construit sur cette période par le « roman national » depuis le début du XIXe siècle. En effet, les poncifs concernant les Gaules durant l’Antiquité ont été forgés ou revitalisés lorsque, dans une perspective de consolidation de la nation française, les historiens ont décrit l’Antiquité comme un moment où une « spécificité gauloise » aurait perduré, masquée pendant un temps sous le vernis de la romanité. D’où le grand succès du vocable « gallo-romain », qui insiste sur une spécificité supposée des Gaulois par rapport à toutes les autres populations assujetties à l’autorité romaine. Or s’il existe effectivement des spécificités dans les provinces romaines des Gaules, celles-ci n’en font pas un espace à part dans le vaste monde romain. Continuer la lecture

Manifestation : 3D & Patrimoines[s] : quels impacts sur la recherche ? Quelles modalités pour la médiation ?

La 7e édition de MuséoHub aura lieu le mardi 23 avril 2019 à la Chapelle des Jésuites, à Saint-Omer.

MuséoHub est une manifestation qui a pour but de croiser les mondes des musées, de la recherche, de la technologie et de la médiation ; d’échanger, d’informer, de partager des expériences sur des projets aboutis ou en réalisation, des techniques et des savoir-faire…

Après six éditions (Louvre-Lens-2013, Forum Antique de Bavay-2014, Musée-Parc archéologique Arkéos de Douai-2015, Palais des Beaux-Arts de Lille-2016, Plaine-Image de Tourcoing-2017, DRAC HdF Amiens-2018) et divers partenaires, l’IRHiS–UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS), la CAPSO de Saint-Omer, l’Université de Liège mutualisent pour la septième édition, leurs compétences.

La thématique de 2019 porte sur : 3D & patrimoine(s). Quels impacts sur la recherche ? Quelles modalités pour la médiation ? Continuer la lecture

Appel à communication : Accepter, oublier ou valoriser les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe depuis le Moyen Âge

Le laboratoire IRHiS lance un appel à contribution pour une journée d’étude le 18 octobre 2019 sur les fortifications des villes du Nord-Ouest de l’Europe.

Les fortifications et les citadelles font sans conteste partie du paysage et du tissu urbains de l’Europe du Nord-Ouest. Imposées par une géographie défavorable à la défense en l’absence de grands massifs montagneux ou forestiers, ces enceintes n’ont cessé d’évoluer depuis le Moyen-Âge avec les progrès de l’artillerie et de la poliorcétique. Le mur médiéval a progressivement fait place, sans systématiquement disparaître, à la fortification bastionnée de l’époque moderne pour aboutir à une ruralisation des défenses avec la construction de forts détachés. Parce qu’elles ont été érigées par les pouvoirs locaux pour protéger leurs biens ou par les États souverains pour renforcer leurs possessions territoriales, ces architectures défensives sont perçues différemment en fonction des enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels qui peuvent s’y rattacher. Symboles de l’autonomie municipale ou de l’oppression étrangère, entraves imposées aux autorités civiles par les militaires, réserves foncières dans un espace saturé, les fortifications ont été vécues avec équivoque entre l’obstacle, la contrainte ou l’opportunité. Au XIXe siècle débute leur lent déclin, aboutissant à leur progressif déclassement et ouvrant la voie à un démantèlement ou une éventuelle conservation. Continuer la lecture

Conférence : Le métier d’architecte au Moyen Âge

Le Gemob propose le samedi 16 mars 2019 à 14h30 une conférence de Florian Meunier, Conservateur en chef du Patrimoine au Musée du Louvre, sur le métier d’architecte au Moyen Âge.

Lors de cette conférence, Florian Meunier présentera tout spécialement les les architectes à partir de l’époque gothique flamboyante (XVe siècle), particulièrement bien documentée. Ils forment parfois des dynasties comme les Chambiges à Paris et Beauvais ou les Le Roux à Rouen. On peut ainsi suivre leurs déplacements de chantier en chantier, l’élaboration de leurs projets mais aussi la circulation des plans d’une ville à l’autre, qui aboutissent aux prestigieux et brillants chantiers de cathédrales, notamment celle de Beauvais.

Renseignements : Gemob, 03 44 48 14 15

Entrée libre et gratuite Continuer la lecture

Conférence : Des Bonshommes aux Carmes : l’hôpital et couvent Saint-Louis de Senlis

La Société d’histoire & d’archéologie de Senlis propose le samedi 16 mars 2019 à 15h, une conférence d’Arnaud Martinec, DEA en histoire moderne, administrateur de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis.

Appuyé à la courtine méridionale de l’enceinte médiévale de la cité, accueillant autrefois le voyageur franchissant l’ancienne porte de Paris et longeant la rue qui fut, jusqu’en 1753, le principal axe nord-sud de la ville, le couvent des Carmes est depuis bien longtemps une silhouette familière aux Senlisiens. Pour autant, l’histoire de ce bâtiment demeure singulièrement méconnue. Ainsi, l’appellation de Couvent des Carmes, qui ne date que du milieu du XVIIe siècle, occulte en réalité une origine bien plus ancienne. Fondé dès 1303, grâce à la générosité d’un bourgeois de Senlis, Jean Le Gagneur, cet établissement fut initialement confié aux Frères de la Charité Notre-Dame, plus connus sous le nom de Bonshommes, et avant de devenir un couvent, ce fut tout d’abord un hôpital placé sous l’invocation de Saint-Louis, destiné à héberger et à secourir les pauvres. Il prospéra durant deux cents ans grâce aux dons et fondations de nombreux bienfaiteurs, étendant alors son aire à la plupart des maisons bordant la partie sud de la rue Vieille de Paris, avant que les difficultés financières de la fin du XVIe siècle et la décadence générale des Frères de la Charité Notre-Dame n’obligent ceux-ci à céder leur place aux Carmes déchaux en 1641. Seul témoignage de ce passé médiéval, l’église qui s’adosse aux bâtiments conventuels du XVIIe siècle, quoique profondément dégradée, présente un intéressant exemple de l’architecture religieuse des XIVe et XVe siècles. Par l’étude des sources archivistiques et l’analyse des éléments architecturaux, Arnaud Martinec se propose de retracer l’histoire oubliée de cet ensemble et de ses occupants. Continuer la lecture