Mémoire et archéologie

memoires-en-mutationDans le cadre du cycle de conférences Mémoires en mutation organisé par les rendez-vous d’Archimède, Anne Lehoërff présente une conférence le mardi 3 janvier à 18h.

La conférence de Anne Lehoërff, Professeur d’archéologie, Université de Lille – sciences humaines et sociales, vice-présidente du Conseil national de la recherche archéologique s’intitule Mémoire et archéologie. Le répondant sera Laurent Grisoni, Professeur en informatique, Université de Lille – sciences humaines et sociales.

Informations complémentaires :
Conférence : Mémoire et archéologie
Date : 3 janvier 2017 à 18h
Lieu :
Espace Culture – Cité scientifique
59655 Villeneuve d’Ascq Cedex

IO ! SATURNALIA ! Rêvez au rythme des contes de Noël dans un cadre enchanté

affichea5cmjn2IO SATURNALIA I Rêvez au rythme des contes de Noël dans un cadre enchanté les 17 et 18 décembre 2016 de 14h à 19h à Arkéos Musée-Parc archéologique.

Arkéos Musée-Parc archéologique et L’Eléphant dans le boa vous invitent à revivre les antiques Saturnales, ces fêtes dédiées au dieu Saturne et marquant le solstice d’hiver. Artistes, musiciens et conteurs enchantent le musée : partagez un moment chaleureux en famille autour d’animations, de spectacles et venez déguster des recettes antiques…

Pour plus d’information, cliquez ici.

Informations complémentaires :
Manifestation : IO SATURNALIA I Rêvez au rythme des contes de Noël dans un cadre enchanté
Dates : 17 et 18 décembre 2016
Lieu :
Arkéos Musée-Parc archéologique
4401 route de Tournai
59500 Douai

La céramique à dégraissant coquillier entre le IXe et le XIVe siècle à Marck-en-Calaisis (Pas-de-Calais)

affiche_conference_ceramique_a_degraissant_coquillier_15_dec_2016-1024x768Dans le cadre de l’atelier Approches de l’occupation du littoral dans le Pas-de-Calais aux périodes historiques, le laboratoire HALMA propose une conférence de Line Pastor, docteur en archéologie, responsable d’opération Cap Calaisis.

Le jeudi 15 décembre 2016 aura lieu à la Maison de la Recherche, Université Lille 3, à partir de 14h30 une conférence de Line Pastor sur : La céramique à dégraissant coquillier entre le IXe et le XIVe siècle à Mark-en-Calaisis (Pas-de-Calais) : évolution du corpus et provenances. Lire la suite

Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)

Cet article a été rédigé par Angélique Demon, archéologue territorial, Service archéologique de la Ville de Boulogne-sur-Mer.

Ernest-Théodore Hamy est né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer, où son père est pharmacien. Il suit des études de médecine à la Faculté de Paris et obtient le titre de docteur en 1868. En 1869, il devient l’assistant de Paul Broca, fondateur de la Société d’anthropologie de Paris, et se découvre une véritable vocation. Il abandonne alors la médecine pour se consacrer à l’anthropologie. En 1872, il entre au Muséum national d’histoire naturelle comme aide-naturaliste et assistant d’Armand de Quatrefages, à qui il succède en 1892.

Ernest-Théodore Hamy s’intéresse également à l’ethnographie, au point d’être considéré comme l’un des fondateurs de la discipline en France. Lors de l’exposition universelle de 1867, il est chargé de l’étude de momies et de crânes égyptiens rassemblés par un autre boulonnais, Auguste Mariette. Mais il reste surtout connu pour être l’un des initiateurs et le premier conservateur du Musée d’ethnographie du Trocadéro (Musée de l’Homme), fondé en 1880.

Parallèlement à sa carrière parisienne, Ernest-Théodore Hamy, qui reste très attaché à sa ville natale, consacre une grande partie de son énergie à l’archéologie boulonnaise, contribuant au développement des sciences historiques et préhistoriques dans la région.

Dès 1857, encore adolescent, il accompagne son professeur, le Chanoine Daniel Haigneré (1824-1893), sur plusieurs de ses chantiers de fouilles archéologiques[1] et travaille notamment sur les sites mérovingiens de Pincthun (Echinghen), où le Chanoine lui confie la réalisation des dessins du mobilier, puis d’Hardenthun (Marquise). C’est également avec le Chanoine Haigneré qu’il publie sa première notice archéologique en 1862[2].

Sommaire

Lire la suite

Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (Somme) : un établissement rural protohistorique et antique

saint-quentin-la-motteLASCOUR Vincent
Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (Somme) : un établissement rural protohistorique et antique
Amiens : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [8] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 4

Résumé éditeur :

Le site est localisé sur le rebord d’un plateau limoneux formant le versant nord de la vallée de la Bresle. Il se trouve à proximité de la ville romaine de Briga, positionnée sur le versant opposé de la vallée, et qui fait l’objet d’une fouille programmée depuis plusieurs années. Une villa romaine avait été également repérée en prospection aérienne par R. Agache à une centaine de mètres : «La villa des Trente». Plusieurs traces d’occupation ont été décelées, du Néolithique final à la période contemporaine. Mais les vestiges les plus significatifs sont ceux de la fin de La Tène moyenne-Tène finale (IIe-Ier siècle av. n.è.) et leur évolution jusqu’au début du IIIe siècle de n.è. Seuls quelques outils néolithiques ont été récoltés hors contexte. Lire la suite

L’épigraphie monétaire gauloise, une source historique majeure

conference-stephane-martinLe laboratoire HALMA-UMR 8164 Lille 3 et le Centre de Recherche en Archéologie et Patrimoine (CReA-Patrimoine) de l’ULB propose une conférence de Stéphane Martin, chercheur post-doctoral, Radboud Universiteit Nijgemen, Pays-Bas, le jeudi 8 décembre 2016 de 16h à 18h.

Cette conférence est organisée dans le cadre de l’atelier épigraphie et numismatique : Expression et réception du pouvoir impérial dirigé par Jean-Marc Doyen et Christine Hoët-Van Cauwenberghe. Stéphane Martin, chercheur post-doctoral, Radboud Universiteit Nijgemen, Pays-Bas est l’auteur du livre Du statère au sesterce. Monnaie et romanisation dans la Gaule du Nord et de l’est, IIIe s. a.c. – Ier s. p.c. (prix SOPHAU 2014 et pris Babut 2016 de la Société française de numismatique), Bordeaux, Ausonius, 2015. Lire la suite

Coyolles (Aisne) : un camp de prisonniers allemands de la seconde guerre mondiale

coyollesDESPLANQUE Gilles
Coyolles (Aisne) : un camp de prisonniers allemands de la seconde guerre mondiale
Amiens : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [8] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 2

Résumé éditeur :

Préalablement à une série d’aménagements sur le tracé de la Route Nationale 2 au sud-ouest de Villers-Cotterêts, un diagnostic archéologique a été réalisé par le Pôle archéologique du Département de l’Aisne pour la DREAL Picardie (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Cette opération a permis de mettre au jour un camp de prisonniers allemands tenu par les autorités américaines entre 1944 et 1946. Lire la suite