Réouverture du Musée Boucher-de-Perthes à Abbeville

Réouverture du Musée Boucher-de-Perthes à Abbeville.

imageLe musée Boucher-de-Perthes est le fruit de la fusion de deux collections abbevilloises du XIXe siècle : le musée d’Abbeville et du Ponthieu, fondé en 1833 à l’initiative de la Société d’émulation d’Abbeville, et l’ancien musée Boucher-de-Perthes qui abritait les collections personnelles et familiales du Père de la Préhistoire.

Le musée actuel a été reconstruit en 1954 autour des vestiges de l’ancien Hôtel de Ville dont il subsiste le Beffroi, construit en 1209 et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, et le bâtiment de la Trésorerie qui abritait notamment les archives de la ville.

Le Musée Boucher-de-Perthes conserve aujourd’hui une collection de nature encyclopédique.

  • Un ensemble de premier plan illustre l’évolution des beaux-arts et des arts décoratifs du Moyen Âge à l’époque contemporaine.
  • La section archéologique témoigne des découvertes de Jacques Boucher de Perthes et du passé de la région.
  • Le fonds d’histoire naturelle évoque l’écosystème de la baie de Somme et s’enrichit d’animaux d’horizons plus lointains.

Avec son nouvel accrochage, le musée propose de découvrir des œuvres jamais exposées jusqu’alors. De nouveaux dispositifs mettent en valeur les pièces les plus exceptionnelles des collections, avec un espace dédié à Alfred Manessier.

Au cœur du musée, c’est aussi un voyage dans Abbeville à travers le temps qui est offert aux visiteurs.

Continuer la lecture

Treizième festival du film d’archéologie d’Amiens

imageLe Treizième Festival sera l’occasion de diffuser, lors de 16 séances thématiques (Gaumont, Université Jules Verne Picardie-amphi Condorcet, Amphithéâtre de la Faculté des Arts et Lycée Robert de Luzarches), soixante-neuf documentaires ou reportages réalisés depuis 2014. Offrant un vaste panorama géographique, ils permettront de documenter, de la fouille à la reconstitution archéologique en passant par les travaux de laboratoire, les différentes étapes de la discipline. Les rencontres avec les chercheurs et les meilleurs spécialistes permettront d’exposer les problématiques scientifiques ; celles avec les réalisateurs s’attacheront aux divers aspects de la médiation de l’archéologie. Continuer la lecture