Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (2)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

C’est quoi un CCE ?

J’ai beau l’expliquer à chaque fois que j’en ai l’occasion, finalement, peu de gens savent que le Musée archéologique de l’Oise est également un Centre de Conservation et d’Étude (CCE), un des plus récents à l’échelle nationale.

Fig. 1 – CCE – Musée archéologique de l’Oise

La définition officielle de ce type de structure est la suivante : « Les CCE sont définis comme des unités de traitement et de gestion destinées à répondre aux besoins des archéologues et des musées en organisant une mutualisation des moyens et des compétences, en termes de conservation préventive, d’accessibilité, de valorisation scientifique des collections et du produit des fouilles, ainsi que de médiatisation auprès du grand public. »[1] Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (1)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 

Il y a tout juste soixante ans débutaient les premières recherches de terrain du XXe siècle à Vendeuil-Caply. L’examen d’un cliché aérien pris par l’I.G.N., en 1955, montrant l’existence d’un théâtre sur le Mont Catelet est à l’origine des premiers sondages réalisés l’année suivante[1]. Soixante ans, ce n’est pas rien : plusieurs générations de passionnés, archéologues chevronnés ou néophytes, se sont succédées et ont participé à la découverte de ce site archéologique majeur des Hauts-de-France. Il convient donc de leur rendre hommage car c’est leur activité désintéressée qui est à l’origine de la création d’un musée de dernière génération sur le site archéologique en 2011.

Un projet muséal est protéiforme et complexe puisqu’il comprend la gestion d’un lieu, d’un corpus d’œuvres, des personnes qui en ont la charge mais aussi sa mise en réseau afin de le faire connaître et vivre. La mise en œuvre de ce type de projet est à la fois passionnante et épuisante, le temps manque pour prendre un recul souvent salvateur. La plateforme numérique Nordoc’archéo me donne l’opportunité de faire un bilan en présentant le Musée archéologique de l’Oise de manière exhaustive à travers une chronique qui va explorer le passé et le présent de la structure, de sa genèse à son installation dans un bâtiment Haute Qualité Environnementale, en passant par ses collections, leur exploitation scientifique et leur valorisation.

Fig 1 : Restitution du Grand Théâtre de Vendeuil-Caply © V. Delebarre

Continuer la lecture

Les soldats voyageurs : une quantité exceptionnelle de graffitis de soldats de la Grande Guerre dans la Cité souterraine de Naours

Cet article a été rédigé par Gilles Prilaux (Inrap) et Matthieu Beuvin (Cité souterraine de Naours).

C’est à l’occasion d’une intervention archéologique coordonnée par un chercheur de l’Inrap dans le vaste site souterrain de Naours (80) à l’invitation de la Communauté de communes Bocage-Hallue, qu’a été découverte une concentration insoupçonnée à ce jour de graffitis et d’inscriptions de soldats de la Grande Guerre. Contrairement au discours touristique trop longtemps délivré sur la présence d’un hôpital souterrain, les premiers résultats des recherches permettent aujourd’hui de penser que ces traces laissées sur les parois des galeries ont été faites à l’occasion de visites touristiques et d’agrément à quelques kilomètres des premières lignes du front. Elles permettent ainsi d’alimenter la thématique très rarement étudiée des loisirs et des distractions des soldats pendant la Grande Guerre.

Le souterrain aménagé de Naours, un refuge des biens et des hommes dès le XIVe siècle.

IMG_1848Le site de Naours a été redécouvert à la fin du XIXe siècle par l’abbé Danicourt, qui au terme de 18 années de fouilles et d’importants travaux de déblaiements, a rendu accessible dès 1888 cet incroyable ouvrage souterrain. Les souterrains aménagés de Picardie et d’Artois diffèrent des autres cavités artificielles par l’organisation générale qu’ils présentent. Ces systèmes se présentent toujours sous une forme plus ou moins ramifiée et complexe. Le réseau de Naours offre la particularité de se structurer à partir d’un épicentre correspondant à d’anciennes carrières d’extraction au bout desquelles une douzaine de ramifications se développent pour former des « îlots » plus ou moins bien individualisés. Les recherches archéologiques menées depuis un an ont permis de conforter une occupation importante de ces lieux au début du XVIIe siècle comme le prouvent des inscriptions épigraphes, des pièces de monnaies, des poteries et des balles de mousquets. Continuer la lecture

Un site du Néolithique récent exceptionnellement bien conservé dans la vallée de l’Escaut à Bouchain (Nord)

Cet article a été rédigé par Gilles Leroy, ingénieur (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie).

Le Ministère de la Culture est investi depuis 2014, avec l’aide de la commune, dans la fouille programmée d’un site de la Préhistoire récente, et plus précisément de la fin du Néolithique, à Bouchain dans le Nord. L’opération fait suite à une reconnaissance opérée par l’Inrap en 2012 dans un contexte préventif. Le diagnostic avait révélé, outre l’existence de vestiges d’un faubourg médiéval et moderne, un niveau archéologique bien conservé à la base d’une séquence sédimentaire d’origine alluviale à proximité d’une berge de l’Escaut. Une mesure C14, réalisée en 2013 confirmait l’attribution de cette occupation humaine au Néolithique récent.
Les campagnes de fouilles, débutées en 2014, se prolongeront jusqu’en 2017.  Elles réunissent annuellement une équipe d’étudiants, chercheurs bénévoles et de spécialistes issus de différents organismes de recherche nationaux (CNRS, universités, Museum, C2RMF…).

Site-Bouchain

Site du Néolithique récent fouillé à Bouchain (Nord)

Continuer la lecture

Actualité de l’inventaire et des études sur les manifestations graphiques du château de Selles à Cambrai, Nord (France)

Cet article sur le château de Selles à Cambrai, Nord (France) a été rédigé par Nicolas Mélard, Thomas Byhet et Virginie Motte1.

Construit au XIIIe siècle pour le comte-évêque de Cambrai, le château de Selles a connu de nombreuses modifications architecturales. Intégré dans le nouveau système de fortifications au XVIe siècle, il est aujourd’hui englobé sur trois cotés dans la masse des fortifications construites en brique et terre. Son intégration dans les fortifications modernes a permis non seulement sa conservation mais également celle des traces, plus fines et personnelles de ses occupants, sous forme de manifestations graphiques, gravées, sculptées et dessinées, se comptant par centaines sur les murs des tours et couloirs. Cet important témoin du passé médiéval et moderne de la ville constitue un des plus grands ensembles de manifestations graphiques connus en Europe, dont les plus anciennes datent probablement de la première moitié du XIVe siècle.

Vue extérieure-chateau-Selles

Vue extérieure du château de Selles (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

Continuer la lecture