Territoires et identités des Nerviens

Ce billet est un résumé de la conférence de Xavier Deru (Université de Lille) faite dans le cadre des conférences du Cercle archéologique et historique de Valenciennes le dimanche 19 mai 2019.

Les hommes s’associent librement en groupes, en communautés ou font partie d’emblée de l’un d’eux, notamment à l’échelle familiale, ethnique ou linguistique. Ces associations créent des identités qu’elles soient définies par elles-mêmes ou par les personnes extérieures.

À l’Âge du Fer, les Nerviens sont avant tout caractérisés par un Romain, César. Aux yeux du légat (B.G. II, 4, 8), « les Nerviens passent pour les plus farouches des Belges et les plus éloignés » ; « les marchands n’avaient aucun accès auprès d’eux ; ils ne souffraient pas qu’on introduisît chez eux du vin ou quelque autre produit de luxe, estimant que cela amollissait leurs âmes et détendaient les ressorts de leur courage » (B.G. II, 15,3). Plus tard, Strabon, un géographe, et Tacite, un historien, indiquent que les Nerviens se targuent d’une origine germanique. Il est délicat de savoir ce que « germanique » signifie à cette période, puisque les Celtes d’Outre-Rhin sont qualifiés de germains. Continuer la lecture

La ville médiévale et moderne d’Arras à la lumière de son activité archéologique. Bilan et perspectives

Cet article a été rédigé par Alain Jacques, responsable du Service Archéologique Municipal d’Arras, ADES (UMR 7268), Mathieu Béghin, responsable adjoint du Service Archéologique Municipal d’Arras, IRHiS (UMR 8529) et Yann Henry, responsable d’opérations, Service Archéologique Municipal d’Arras.

Création augustéenne, Arras est érigée au rang de chef-lieu de cité pendant l’occupation romaine sous le nom de Nemetacum. Il s’agit alors d’une ville moyenne avec ses 50 ha de surface urbanisée, auxquels peuvent être ajoutés 20 ha correspondant au quartier péri-urbain. Au VIIe siècle, l’installation du corps de saint Vaast sur la rive opposée du Crinchon fait émerger un lieu de culte qui, grâce aux largesses du pouvoir royal, est érigé en une riche et puissante abbaye. L’établissement religieux devient alors le pôle fixateur d’une occupation qui se transforme rapidement en un bourg monastique doté de son propre marché et de son enceinte, tous deux attestés dès la seconde moitié du IXe siècle. Au Xe siècle, l’installation d’une résidence par les comtes de Flandre, située à proximité immédiate du bourg monastique, contribue encore davantage à son dynamisme et fait émerger une véritable ville indépendante de l’ancienne Nemetacum. Dès le début du XIIe siècle, Arras fait donc partie de ces villes « doubles », avec d’un côté la Cité, héritage du monde antique devenu siège d’évêché, et de l’autre, la Ville, naît autour d’une abbaye (fig. 1). Les largesses accordées par le pouvoir comtal renforcent le dynamisme socio-économique d’Arras-Ville, lui permettant ainsi de prendre l’ascendant sur Arras-Cité qui souffre alors d’une certaine atonie du fait de l’absence prolongée du représentant épiscopal[1]. En 1237, la création du comté d’Artois par saint Louis renforce l’importance d’Arras-Ville qui devient la ville-résidence principale des comtes d’Artois. Au tournant des XIVe et XVe siècles, sous les principats de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, la ville et sa banlieue apparaissent comme les lieux de résidence favoris du pouvoir bourguignon, avant d’être progressivement délaissés pour des villes plus septentrionales (Lille, Bruges, Gand). Malgré cette défection liée à la progression du pouvoir bourguignon vers les territoires du Nord, Arras-Ville demeure le siège principal des instances du comté d’Artois. Cette importance fut renforcée en 1790, à la suite de l’installation de la préfecture du Pas-de-Calais à Arras.

Fig. 1 – Plan d’Arras en 1581 avec ajout des différents systèmes fortifiés.

Continuer la lecture

La fouille du site de l’hôtel-Dieu de Valenciennes : premiers résultats

Cet article a été rédigé par David Delassus (Service archéologique municipal de Valenciennes), Marie Derreumaux (Centre de Recherche Archéologique de la Vallée de l’Oise, U.M.R. 7209, M.N.H.N.) et Tarek Oueslati (HALMA CNRS-Université de Lille-Ministère de la Culture).

Fig. 1 : Vue de la salle des malades depuis la rue des Hospices au XIXe siècle. Photo D.R.

Entre les mois de juin et novembre 2016, le service archéologique de Valenciennes a mené une opération de fouille préventive dans le centre-ville de Valenciennes, entre les actuelles rues des Hospices et Derrière-la-Tour. Les principaux objectifs de cette opération étaient de compléter nos connaissances quant à l’émergence du Grand-Bourg, noyau proto-urbain de l’agglomération au XIe siècle, et son évolution jusqu’à la fondation de l’hôtel-Dieu de Valenciennes ou  hôpital Saint-Jacques, au début du XVe siècle. Ce dernier, détruit dans la seconde moitié du XIXe siècle, n’était alors connu que par les sources écrites et quelques documents iconographiques (Fig.1). Dans ce cadre, l’opération archéologique conduite pour la société Eiffage Immobilier, constituait une occasion unique de documenter l’état médiéval de l’établissement hospitalier, traditionnellement considéré comme un des modèles des célèbres hospices de Beaune. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (6). Quand vient le moment de partir

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Alors que je m’apprête à quitter mes fonctions de directeur du Musée archéologique de l’Oise, je me permets de proposer une dernière chronique pour Nordoc’archéo pour expliquer comment je suis arrivé à Vendeuil-Caply, ce que j’y ai fait et pourquoi je pars au bout de trois ans. Certains me reprochent d’ailleurs de n’être resté que trois ans. J’y vois une forme de compliment car ils auraient voulu que je reste plus longtemps, preuve que je n’ai pas trop mal travaillé et que j’ai su me faire apprécier en dépit d’un manque flagrant de diplomatie et d’une liberté de parole qui m’est chère. Lors de mon entretien de recrutement, je m’étais engagé à diriger minimum trois ans la structure auprès des personnes présentes. J’ai donc respecté ma parole. Se projeter sur une période de trois à cinq ans est par ailleurs ce qui est actuellement préconisé en termes de gestion de carrière car le temps des conservateurs qui consacraient toute leur vie à un musée est révolu. Conscient que les trois années passeraient vite, j’ai dès le départ essayé d’être le plus ambitieux possible en me fixant des objectifs élevés à atteindre durant cette période : faire l’inventaire des collections, réaliser trois expositions annuelles accompagnées de leur catalogue, établir une programmation événementielle attractive, développer des partenariats tous azimuts, donner une légitimité scientifique à la structure, intégrer le musée dans les réseaux… bref, bousculer la belle endormie qu’était le musée à ma prise de fonction en juillet 2014.

Fig.1 : L’enthousiasme de la prise de poste

Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (5). La fouille vue du musée

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Le Musée archéologique de l’Oise est un des tous derniers musées de site créés en France. J’entends souvent des visiteurs se demander pourquoi ce bâtiment a été construit au milieu de nulle part. Eh bien, pour la simple et bonne raison que le site dont il conserve et valorise les vestiges se trouve à 200 m, sous les champs. Il est en effet difficile de visualiser l’agglomération antique de Vendeuil-Caply qui s’étendait sur plus de 100 hectares. Définitivement ensevelie au Ve siècle de notre ère, ce qu’il reste de cette ville est aujourd’hui conservé dans le sol. Et seul le Grand théâtre, cœur monumental de la cité bellovaque, a été extrait de la terre par les archéologues. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (4). Le récolement

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 Vous avez dit récolement ?

D’après l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement : « Le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : Continuer la lecture

De nouvelles fouilles à Rhodaus Town, Canterbury, Kent

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Fig. 1 – Vue panoramique du quartier de Rhodaus Town, montrant le site du garage Peugeot (au premier plan), l’ancien St Mary Bredin School (arrière plan) et le mur de la ville avec le tertre et jardins du Dane John (à droite).

Ces dernières années, Canterbury a connu de grands changements, et au cours de la dernière décennie, un développement considérable a eu lieu dans la région de ‘Rhodaus Town’, immédiatement à l’extérieur des murs anciens de la ville (Fig. 1). Les fouilles archéologiques dans ce quartier en 2007 et 2013 ont mis en évidence le potentiel caché de notre patrimoine enfoui au-delà des limites des défenses historiques de la ville. Ces opérations archéologiques commencent aujourd’hui à démontrer la valeur cumulative de ce qui pourrait sembler à première vue des vestiges archéologiques disparates (Fig. 2). Continuer la lecture

Un siècle de fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer

Cet article a été rédigé par Damien Schirrer (Master 2 Métiers de l’Archéologie – Université SHS Lille) dans le cadre d’un stage de recherche documentaire effectué en mars-avril 2017 au sein de la Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France – Pôle Patrimoines et Architecture – Service Archéologie (site Lille) et co-dirigé par Karine Delfolie (Documentation, Communication et valorisation) et Thomas Byhet (Carte archéologique).

Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) et son pays sont riches de leur histoire. Le val de Canche, point de confluence entre les eaux et les terres, attire et concentre les activités humaines depuis des temps immémoriaux. Des premiers habitats néolithiques au port de Quentovic jusqu’à l’histoire récente, ce sont plus de 6000 ans d’occupation humaine qui reposent sous nos pieds. Si la conscience du riche passé de la région n’est pas nouvelle, voire ancienne, il faut pourtant attendre la seconde moitié du XXe siècle pour assister aux premières véritables fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer. Par le passé, nombreuses ont étés les découvertes fortuites et les observations de vestiges lors des réaménagements successifs dont la ville a fait l’objet ; mais l’étude raisonnée du patrimoine archéologique enfoui, qu’il soit menacé par de nouvelles constructions ou non, est une discipline récente. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (3). L’exposition : comment, pourquoi ?

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

De l’art contemporain au Musée archéologique de l’Oise !

L’exposition est sans doute ce qui définit le mieux, dans l’opinion commune, le concept même du musée. On y va d’ailleurs pour visiter « la dernière expo » ou « une expo dont le sujet nous intéresse ». L’exposition est, sans jeu de mots, une véritable vitrine pour un musée, encore plus quand ce dernier est au milieu de nulle part et qu’il n’est doté que d’une seule salle pour l’accueillir. Le Musée archéologique de l’Oise n’a en effet qu’une salle d’exposition de 200 m2 mais, côté positif, elle présente un beau volume et un excellent éclairage. Pour ne rien vous cacher, lorsque j’ai postulé pour prendre la direction de cette institution, je me suis posé de nombreuses questions face à l’impossibilité de développer une exposition permanente consacrée au site archéologique de Vendeuil-Caply, attenant au musée, couplée à des expositions temporaires dans un autre espace. Il fallait d’une part répondre aux demandes de certaines personnes qui souhaitaient l’élaboration d’une seule exposition permanente mais aussi tenir compte du fait que le public ne viendrait qu’une fois au musée pour la voir, alors que le projet était de dynamiser la fréquentation de la structure ! Il a fallu trouver des solutions pour satisfaire le besoin justifié d’une exposition portant sur le site archéologique, tout en respectant l’ambition du musée d’être créatif en renouvelant l’offre chaque année.

Fig.1 : Salle d’exposition du Musée archéologique de l’Oise

Continuer la lecture

Le château de Fressin et l’utilisation des perspectives forcées en architecture castrale au XVe siècle : une comparaison avec des châteaux de l’Europe du Nord-Ouest

Cet article a été rédigé par Victorien Leman, doctorant en histoire médiévale à l’université de Picardie (Amiens), EA 4284 TrAme.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du XIXe siècle[1]. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques[2] et archéologiques[3] qui se sont essentiellement penchés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, dont le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie[4]. La plupart des érudits et des universitaires s’étant intéressés au site s’accorde pour en attribuer la construction ou la reconstruction à Jean V de Créquy, au milieu du XVe siècle. Les descendants de Jean V auraient ensuite abandonné le château, le laissant victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, jusqu’à sa destruction par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour buts : 1°) de réaliser un relevé topographique précis du site, et 2°) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique[5]. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Les données archéologiques acquises au cours de cette première campagne ont amené de nouvelles réflexions sur l’architecture castrale de la seconde moitié du XVe siècle, et notamment sur l’utilisation de la perspective forcée qui semble particulièrement présente à Fressin qui est un procédé basé sur l’utilisation de la perspective dans le but de donner artificiellement une impression de profondeur et de mettre en valeur un certain nombre d’éléments architecturaux qui deviennent ainsi particulièrement signifiant dans le programme castral. Continuer la lecture

Tourcoing, une cité industrielle sous l’Ancien Régime

Cet article a été rédigé par José Barbieux, Service archéologique de Tourcoing.

La ville de Tourcoing a perdu dans des incendies, dès l’époque moderne, l’essentiel de ses archives anciennes. Le pire reste celui de 1711 qui a vu la destruction de tout le centre, de la grand’ place et de la maison de ville. L’archéologie permet, néanmoins, de compenser, en partie, ces pertes et d’apporter des données patrimoniales et culturelles qui, une fois, analysées permettent de mieux comprendre le passé de la ville. À Tourcoing, un développement singulier lié au travail de la laine a ainsi été observé.

Fragment de figurine en terre cuite, Vénus

Une occupation laténienne et gallo-romaine est attestée sur le territoire par des découvertes ponctuelles et des chantiers forcément limités par la densité du bâti. Le matériel correspond à La Tène 1, à La Tène 3, puis aux trois premiers siècles de notre ère (note voir Revue du Nord n°373)

 

Continuer la lecture

St James’s, Douvres, Angleterre

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Après plusieurs des années de préparation, les travaux de réaménagement du quartier de St James à Douvres, ont commencé au printemps 2015.
Située à l’est de cet ancien port, en contrebas du coteau du château, ce nouvel aménagement a fourni une occasion importante d’examiner sur le plan archéologique, une partie substantielle de la vieille ville.
Ce quartier a toujours été une banlieue, située au-delà de l’implantation principale, mais placé de façon importante juste en retrait du littoral, entre le centre historique de la ville et le château médiéval.

Vue générale du quartier de St James avant la Deuxième Guerre Mondiale (1932)

Le Canterbury Archaeological Trust a été chargé d’entreprendre toutes les recherches requises avant l’aménagement du site, et l’équipe a presque finit après plus d’un an de fouilles urbaines à grande échelle. Continuer la lecture

Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (2)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

C’est quoi un CCE ?

J’ai beau l’expliquer à chaque fois que j’en ai l’occasion, finalement, peu de gens savent que le Musée archéologique de l’Oise est également un Centre de Conservation et d’Étude (CCE), un des plus récents à l’échelle nationale.

Fig. 1 – CCE – Musée archéologique de l’Oise

La définition officielle de ce type de structure est la suivante : « Les CCE sont définis comme des unités de traitement et de gestion destinées à répondre aux besoins des archéologues et des musées en organisant une mutualisation des moyens et des compétences, en termes de conservation préventive, d’accessibilité, de valorisation scientifique des collections et du produit des fouilles, ainsi que de médiatisation auprès du grand public. »[1] Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (1)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 

Il y a tout juste soixante ans débutaient les premières recherches de terrain du XXe siècle à Vendeuil-Caply. L’examen d’un cliché aérien pris par l’I.G.N., en 1955, montrant l’existence d’un théâtre sur le Mont Catelet est à l’origine des premiers sondages réalisés l’année suivante[1]. Soixante ans, ce n’est pas rien : plusieurs générations de passionnés, archéologues chevronnés ou néophytes, se sont succédées et ont participé à la découverte de ce site archéologique majeur des Hauts-de-France. Il convient donc de leur rendre hommage car c’est leur activité désintéressée qui est à l’origine de la création d’un musée de dernière génération sur le site archéologique en 2011.

Un projet muséal est protéiforme et complexe puisqu’il comprend la gestion d’un lieu, d’un corpus d’œuvres, des personnes qui en ont la charge mais aussi sa mise en réseau afin de le faire connaître et vivre. La mise en œuvre de ce type de projet est à la fois passionnante et épuisante, le temps manque pour prendre un recul souvent salvateur. La plateforme numérique Nordoc’archéo me donne l’opportunité de faire un bilan en présentant le Musée archéologique de l’Oise de manière exhaustive à travers une chronique qui va explorer le passé et le présent de la structure, de sa genèse à son installation dans un bâtiment Haute Qualité Environnementale, en passant par ses collections, leur exploitation scientifique et leur valorisation.

Fig 1 : Restitution du Grand Théâtre de Vendeuil-Caply © V. Delebarre

Continuer la lecture