Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 2. Le château de Courtrai (1987-1989).

À l’occasion du traitement archivistique du « Fonds Gilles Blieck » conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck, sera publiée sur le portail. Vous trouverez ci-dessous le quatrième billet. Les deux premiers ont été publiés en mai et août 2019 et le troisième en janvier 2020.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie, Carte archéologique).

Continuer la lecture

Aux portes de l’abbaye d’Elnone – Saint-Amand. Premiers résultats de la fouille préventive de la Grand-Place de Saint-Amand-les-Eaux (Hauts-de-France, Nord)

Nordoc publie aujourd’hui, la 3e communication des journées régionales de l’archéologie (22 et 23 novembre 2019 à Beauvais). Cette présentation réalisée par le responsable d’opération, Alain Henton de l’Inrap, porte sur la fouille archéologique qui s’est déroulée au pied de l’abbatiale de  Saint-Amand-les-Eaux l’an dernier et qui a mis au jour de nombreux vestiges archéologiques. Nous remercions Alain Henton de nous avoir confié ses premiers résultats afin de les diffuser sur le portail. Nous vous en souhaitons bonne lecture.

A partir de 2017, d’importants travaux d’aménagement de la Grand-Place de Saint-Amand sont entrepris par la mairie, sans que le SRA Hauts-de-France n’en ai été averti. Ces travaux entrainent une destruction partielle du sous-sol de ce secteur historique de la ville. En janvier 2018, la mise au jour d’un crâne humain enclenche l’arrêt total des travaux et la prescription d’une opération d’archéologie préventive. Entre mars et mai 2018, un diagnostic réalisé par l’Inrap Hauts-de-France sur près des deux tiers de la surface de la Place met en évidence une occupation s’étalant sur près de 1300 ans, en relation directe avec une ancienne et importante abbaye. Entre janvier et juillet 2019, une fouille préventive est menée par l’Inrap sur la partie centrale de la place, sur un secteur directement menacé par des travaux d’aménagement. Cinq grandes phases d’occupation ont été distinguées, couvrant plus de 10 siècles (VIIIe – XVIIIe siècles). A l’issue de la phase terrain et dans l’attente d’études complémentaires et du rapport final d’opération, un premier bilan des découvertes peut ici être proposé.

Continuer la lecture

Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991). 1. Les opérations archéologiques des années 1980.

À l’occasion du traitement archivistique du “Fonds Gilles Blieck” conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck, sera publiée sur le portail. Vous trouverez ci-dessous le troisième billet. Les deux premiers ont été publiés en mai et août 2019.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie, Carte archéologique).

 

Propos général

Fig. 1 – Liste des opérations archéologiques réalisées par Gilles Blieck à Lille dans les années 1980-1990 (A. Antrope, 2019).

27 opérations archéologiques ont été menées à Lille, entre 1984 et 1991, sous la direction de Gilles Blieck, archéologue municipal (fig. 1) : celles-ci sont toutes situées dans le nord-est de la ville (fig. 2). Ces opérations archéologiques (sondages, fouilles préventives d’urgence et surveillances de travaux) ont été menées dans le cadre de la modernisation accrue de la ville de Lille dans les années 1980 et au début des années 1990. Durant une décennie, de grands chantiers ont vu le jour : Euralille, TGV, tramway et métro, parking souterrain de la Grand-Place, centres commerciaux, grands ensembles de bureaux et immeubles d’habitation. Elles illustrent un pan de l’archéologie française et régionale avant la professionnalisation de cette science dans les années 2000.

Fig. 2 – Localisation des opérations archéologiques réalisées par Gilles Blieck à Lille dans les années 1980-1990 (Dao : Th. Byhet et A. Antrope, 2019)

Continuer la lecture

Épinoy (62) – Haynecourt (59) / 2018-2019, Base aérienne 103 – site 1 (deuxième partie)

La possibilité est offerte aux intervenants des journées régionales de l’archéologie d’élargir l’audience de leurs interventions en la publiant sur Nordoc’Archéo.
Nous sommes heureux de partager la deuxième d’entre elles. Il s’agit d’une deuxième communication sur les fouilles près de Cambrai réalisée en 2018 et 2019 qui ont donné des résultats importants. Cette communication est présentée par Antoine Delauney. Nous vous en souhaitons bonne lecture et nous remercions les auteurs de partager avec nos lecteurs le fruit de leurs recherches.

Les fouilles menées sur le site 1 de l’ancienne Base Aérienne 103 sur les communes d’Épinoy (62) et Haynecourt (59) ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité d’Antoine Delauney. Elles interviennent dans le cadre du projet d’aménagement E-Valley Service 2 (parc logistique géant dédié au e-commerce et au commerce hybride). Les investigations archéologiques, des 9 ha du site 1, ont permis de mettre au jour des occupations du site probablement au Néolithique, surtout principalement à la fin de l’époque gauloise et au cours de l’antiquité romaine, mais également aux Temps modernes et enfin à l’époque contemporaine.

Continuer la lecture

Épinoy (62) – BA103 – zone1, tranche 1, Site 2 (première partie)

La possibilité est offerte aux intervenants des journées régionales de l’archéologie d’élargir l’audience de leurs interventions en la publiant sur Nordoc’Archéo.
Nous sommes heureux de partager la première d’entre elles. Il s’agit d’une fouille près de Cambrai réalisée en 2018 et 2019 qui a donné des résultats importants. Elle est présentée par Rémi Blondeau (RO), Vanessa Brunet (RS), Élodie Lassalle (RS) et Florent Tourneau (Topo). Nous vous en souhaitons bonne lecture et nous remercions les auteurs de partager avec nos lecteurs le fruit de leurs recherches.

Les fouilles menées sur le site 2 de la tranche 1 de l’ancienne Base Aérienne 103 – René Mouchotte sur la commune d’Épinoy dans le Pas-de-Calais ont été réalisées par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Rémi Blondeau. Elles interviennent dans le cadre du projet de réhabilitation de l’ancienne Base aérienne 103 – Cambrai – Épinoy.

Lors de la réalisation de la première tranche des fouilles archéologiques réalisée en 2018 par la société Éveha pour l’étude d’une nécropole d’origine gauloise ayant perduré au Haut-Empire, des tombes romaines à chambres souterraines ont été découvertes. Afin de réaliser l’étude de ces structures rares en raison de la difficulté de leur identification et du statut privilégié des défunts, le Service régional de l’archéologie a prescrit une fouille complémentaire pour découverte exceptionnelle qui s’est déroulée l’année suivante durant l’été 2019.

Continuer la lecture

Bouchain, il y a 5 000 ans

En 2018, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France a lancé une collection de kakemonos consacrés aux fouilles programmées de la région. Chaque année, ces kakemonos rédigés par les responsables des fouilles eux mêmes, en collaboration avec le service régional de l’archéologie, permettent de donner à tous, rapidement un aperçu des premiers résultats des opérations de terrain.

Ils seront exposés aux Journées Européennes du Patrimoine à la Drac, aux Journées régionales de l’archéologie et lors de diverses manifestations, (expositions, journées d’études, etc). Leur mise en ligne sur Nordoc’Archeo permet de les découvrir sur le site également. Continuer la lecture

Un atelier de fabrication de Vénus daté de 23 000 ans à Amiens-Renancourt

En 2018, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France a lancé une collection de kakemonos consacrés aux fouilles programmées de la région. Chaque année, ces kakemonos rédigés par les responsables des fouilles eux mêmes, en collaboration avec le service régional de l’archéologie, permettent de donner à tous, rapidement un aperçu des premiers résultats des opérations de terrain.

Ils seront exposés aux Journées Européennes du Patrimoine à la Drac, aux Journées régionales de l’archéologie et lors de diverses manifestations, (expositions, journées d’études, etc). Leur mise en ligne sur Nordoc’Archeo permet de les découvrir sur le site également. Continuer la lecture

Waziers, il y a 130 000 ans aux bords de la Scarpe

En 2018, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Hauts-de-France a lancé une collection de kakemonos consacrés aux fouilles programmées de la région. Chaque année, ces kakemonos rédigés par les responsables des fouilles eux mêmes, en collaboration avec le service régional de l’archéologie, permettent de donner à tous, rapidement un aperçu des premiers résultats des opérations de terrain.

Ils seront exposés aux Journées Européennes du Patrimoine à la Drac, aux Journées régionales de l’archéologie et lors de diverses manifestations, (expositions, journées d’études, etc). Leur mise en ligne sur Nordoc’Archeo permet de les découvrir sur le site également. Continuer la lecture

Territoires et identités des Nerviens

Ce billet est un résumé de la conférence de Xavier Deru (Université de Lille) faite dans le cadre des conférences du Cercle archéologique et historique de Valenciennes le dimanche 19 mai 2019.

Les hommes s’associent librement en groupes, en communautés ou font partie d’emblée de l’un d’eux, notamment à l’échelle familiale, ethnique ou linguistique. Ces associations créent des identités qu’elles soient définies par elles-mêmes ou par les personnes extérieures.

À l’Âge du Fer, les Nerviens sont avant tout caractérisés par un Romain, César. Aux yeux du légat (B.G. II, 4, 8), « les Nerviens passent pour les plus farouches des Belges et les plus éloignés » ; « les marchands n’avaient aucun accès auprès d’eux ; ils ne souffraient pas qu’on introduisît chez eux du vin ou quelque autre produit de luxe, estimant que cela amollissait leurs âmes et détendaient les ressorts de leur courage » (B.G. II, 15,3). Plus tard, Strabon, un géographe, et Tacite, un historien, indiquent que les Nerviens se targuent d’une origine germanique. Il est délicat de savoir ce que « germanique » signifie à cette période, puisque les Celtes d’Outre-Rhin sont qualifiés de germains. Continuer la lecture

La ville médiévale et moderne d’Arras à la lumière de son activité archéologique. Bilan et perspectives

Cet article a été rédigé par Alain Jacques, responsable du Service Archéologique Municipal d’Arras, ADES (UMR 7268), Mathieu Béghin, responsable adjoint du Service Archéologique Municipal d’Arras, IRHiS (UMR 8529) et Yann Henry, responsable d’opérations, Service Archéologique Municipal d’Arras.

Création augustéenne, Arras est érigée au rang de chef-lieu de cité pendant l’occupation romaine sous le nom de Nemetacum. Il s’agit alors d’une ville moyenne avec ses 50 ha de surface urbanisée, auxquels peuvent être ajoutés 20 ha correspondant au quartier péri-urbain. Au VIIe siècle, l’installation du corps de saint Vaast sur la rive opposée du Crinchon fait émerger un lieu de culte qui, grâce aux largesses du pouvoir royal, est érigé en une riche et puissante abbaye. L’établissement religieux devient alors le pôle fixateur d’une occupation qui se transforme rapidement en un bourg monastique doté de son propre marché et de son enceinte, tous deux attestés dès la seconde moitié du IXe siècle. Au Xe siècle, l’installation d’une résidence par les comtes de Flandre, située à proximité immédiate du bourg monastique, contribue encore davantage à son dynamisme et fait émerger une véritable ville indépendante de l’ancienne Nemetacum. Dès le début du XIIe siècle, Arras fait donc partie de ces villes « doubles », avec d’un côté la Cité, héritage du monde antique devenu siège d’évêché, et de l’autre, la Ville, naît autour d’une abbaye (fig. 1). Les largesses accordées par le pouvoir comtal renforcent le dynamisme socio-économique d’Arras-Ville, lui permettant ainsi de prendre l’ascendant sur Arras-Cité qui souffre alors d’une certaine atonie du fait de l’absence prolongée du représentant épiscopal[1]. En 1237, la création du comté d’Artois par saint Louis renforce l’importance d’Arras-Ville qui devient la ville-résidence principale des comtes d’Artois. Au tournant des XIVe et XVe siècles, sous les principats de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, la ville et sa banlieue apparaissent comme les lieux de résidence favoris du pouvoir bourguignon, avant d’être progressivement délaissés pour des villes plus septentrionales (Lille, Bruges, Gand). Malgré cette défection liée à la progression du pouvoir bourguignon vers les territoires du Nord, Arras-Ville demeure le siège principal des instances du comté d’Artois. Cette importance fut renforcée en 1790, à la suite de l’installation de la préfecture du Pas-de-Calais à Arras.

Fig. 1 – Plan d’Arras en 1581 avec ajout des différents systèmes fortifiés.

Continuer la lecture

La fouille du site de l’hôtel-Dieu de Valenciennes : premiers résultats

Cet article a été rédigé par David Delassus (Service archéologique municipal de Valenciennes), Marie Derreumaux (Centre de Recherche Archéologique de la Vallée de l’Oise, U.M.R. 7209, M.N.H.N.) et Tarek Oueslati (HALMA CNRS-Université de Lille-Ministère de la Culture).

Fig. 1 : Vue de la salle des malades depuis la rue des Hospices au XIXe siècle. Photo D.R.

Entre les mois de juin et novembre 2016, le service archéologique de Valenciennes a mené une opération de fouille préventive dans le centre-ville de Valenciennes, entre les actuelles rues des Hospices et Derrière-la-Tour. Les principaux objectifs de cette opération étaient de compléter nos connaissances quant à l’émergence du Grand-Bourg, noyau proto-urbain de l’agglomération au XIe siècle, et son évolution jusqu’à la fondation de l’hôtel-Dieu de Valenciennes ou  hôpital Saint-Jacques, au début du XVe siècle. Ce dernier, détruit dans la seconde moitié du XIXe siècle, n’était alors connu que par les sources écrites et quelques documents iconographiques (Fig.1). Dans ce cadre, l’opération archéologique conduite pour la société Eiffage Immobilier, constituait une occasion unique de documenter l’état médiéval de l’établissement hospitalier, traditionnellement considéré comme un des modèles des célèbres hospices de Beaune. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (6). Quand vient le moment de partir

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Alors que je m’apprête à quitter mes fonctions de directeur du Musée archéologique de l’Oise, je me permets de proposer une dernière chronique pour Nordoc’archéo pour expliquer comment je suis arrivé à Vendeuil-Caply, ce que j’y ai fait et pourquoi je pars au bout de trois ans. Certains me reprochent d’ailleurs de n’être resté que trois ans. J’y vois une forme de compliment car ils auraient voulu que je reste plus longtemps, preuve que je n’ai pas trop mal travaillé et que j’ai su me faire apprécier en dépit d’un manque flagrant de diplomatie et d’une liberté de parole qui m’est chère. Lors de mon entretien de recrutement, je m’étais engagé à diriger minimum trois ans la structure auprès des personnes présentes. J’ai donc respecté ma parole. Se projeter sur une période de trois à cinq ans est par ailleurs ce qui est actuellement préconisé en termes de gestion de carrière car le temps des conservateurs qui consacraient toute leur vie à un musée est révolu. Conscient que les trois années passeraient vite, j’ai dès le départ essayé d’être le plus ambitieux possible en me fixant des objectifs élevés à atteindre durant cette période : faire l’inventaire des collections, réaliser trois expositions annuelles accompagnées de leur catalogue, établir une programmation événementielle attractive, développer des partenariats tous azimuts, donner une légitimité scientifique à la structure, intégrer le musée dans les réseaux… bref, bousculer la belle endormie qu’était le musée à ma prise de fonction en juillet 2014.

Fig.1 : L’enthousiasme de la prise de poste

Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (5). La fouille vue du musée

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Le Musée archéologique de l’Oise est un des tous derniers musées de site créés en France. J’entends souvent des visiteurs se demander pourquoi ce bâtiment a été construit au milieu de nulle part. Eh bien, pour la simple et bonne raison que le site dont il conserve et valorise les vestiges se trouve à 200 m, sous les champs. Il est en effet difficile de visualiser l’agglomération antique de Vendeuil-Caply qui s’étendait sur plus de 100 hectares. Définitivement ensevelie au Ve siècle de notre ère, ce qu’il reste de cette ville est aujourd’hui conservé dans le sol. Et seul le Grand théâtre, cœur monumental de la cité bellovaque, a été extrait de la terre par les archéologues. Continuer la lecture

Chronique de Vendeuil-Caply (4). Le récolement

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 Vous avez dit récolement ?

D’après l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement : « Le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : Continuer la lecture

De nouvelles fouilles à Rhodaus Town, Canterbury, Kent

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Fig. 1 – Vue panoramique du quartier de Rhodaus Town, montrant le site du garage Peugeot (au premier plan), l’ancien St Mary Bredin School (arrière plan) et le mur de la ville avec le tertre et jardins du Dane John (à droite).

Ces dernières années, Canterbury a connu de grands changements, et au cours de la dernière décennie, un développement considérable a eu lieu dans la région de ‘Rhodaus Town’, immédiatement à l’extérieur des murs anciens de la ville (Fig. 1). Les fouilles archéologiques dans ce quartier en 2007 et 2013 ont mis en évidence le potentiel caché de notre patrimoine enfoui au-delà des limites des défenses historiques de la ville. Ces opérations archéologiques commencent aujourd’hui à démontrer la valeur cumulative de ce qui pourrait sembler à première vue des vestiges archéologiques disparates (Fig. 2). Continuer la lecture