L’exploitation des oiseaux au cours de la Préhistoire

Ce billet a été rédigé par Quentin Goffette, chercheur à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, attaché au laboratoire d’archéozoologie.

Dans l’environnement naturel, les oiseaux sont parmi les animaux les plus remarquables. Ils peuvent être rencontrés dans tous les types de milieux, depuis les montagnes les plus élevées jusqu’aux déserts les plus hostiles. Ils courent, grimpent, nagent, plongent et surtout… volent. Leurs parades nuptiales, dont le chant constitue l’une des expressions les plus frappantes, en font également des éléments particulièrement visibles et audibles.

Vautour fauve – Gyps fulvus (© Quentin Goffette)

Dès les balbutiements de l’humanité, nos plus lointains cousins côtoyaient d’autres espèces animales au sein d’écosystèmes complexes, dont nous faisons encore partie aujourd’hui. Parmi ces groupes d’animaux, les oiseaux étaient donc inévitablement présents. En Afrique, les premiers représentants du genre Homo, mais peut-être déjà certains Australopithèques, exploitaient des carcasses d’animaux pour y récupérer de la viande. Ce n’était évidemment pas les seuls êtres vivants à s’y intéresser et la compétition devait être intense avec d’autres charognards, comme les lions, les hyènes et… les vautours, qui peuvent se montrer particulièrement voraces. Continuer la lecture

La carpologie

Cet article a été rédigé par Emmanuelle Bonnaire, carpologue,  Laboratoire de Bio-Archéologie, Archéologie Alsace, Sélestat et UMR 7209 – Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements, CNRS/MNHN/Sorbonne universités, Paris.

Vient du grec Karpos : fruit
La carpologie est une discipline qui étudie les graines et les fruits provenant des sites archéologiques. Autrement dit, il s’agit d’analyser les relations de l’homme des sociétés passées avec son environnement végétal.

Triticum spelta, bases de glumes de blé épeautre

Continuer la lecture

La céramologie

Ce billet a été rédigé par Vaiana Vincent, céramologue médiévale, INRAP, CRAHAM UMR 6273.

La céramique est incontestablement l’artefact qu’on retrouve le plus souvent sur les opérations archéologiques que se soit en diagnostics, fouilles ou prospections pédestres. Outre leur récurrence, les objets en terre cuite sont, en plus, généralement présents en grande quantité. Sur les sites de consommation, la gestion des déchets se fait le plus souvent sur place, dans des parcelles attenantes à l’habitat. Ainsi les fosses, souvent recyclées en dépotoirs, contiennent des tessons qui nous renseignent sur le mode de vie des occupants. D’autres exemples, plus exceptionnels, montrent la céramique en position primaire. C’est le cas ici d’un fond de cellier découvert sur le site de Téteghem (Nord). Les pots, majoritairement complets, étaient posés sur une étagère qui s’est écroulée suite à l’abandon du site (Fig. 1). Les incinérations, aux époques gauloise et gallo-romaine, se constituent aussi souvent de céramiques entières, destinées à accompagner le défunt dans l’au-delà.

Fig. 1 : Céramiques en position primaire, sans doute tombées d’une étagère, dans un cellier découvert à Téteghem

Continuer la lecture

Palynologie

Nordoc’Archéo inaugure un nouvel onglet « Sciences appliquées » avec cet article d’Agnès Gauthier, Ingénieure de recherche au Laboratoire de Géographie Physique : Environnements Quaternaires et Actuels, CNRS UMR 8591 LGP – Université Paris 1 & UPEC/Paris 12, sur la palynologie.

Le pollen est l’un des fossiles le plus abondamment conservé dans les sédiments quaternaires. Dénombrer les grains de pollen dans les sédiments permet de comprendre comment les paysages actuels se sont formés et comment les végétaux se sont adaptés aux variations climatiques. La végétation est une caractéristique importante dans un paysage, car elle contrôle en grande partie les types d’animaux qui y vivent. Parce que la végétation est sensible aux facteurs environnementaux, notamment climatiques, ces facteurs peuvent être déduits d’une reconstruction de la végétation passée. Continuer la lecture