De l’importance des synthèses archéologiques micro-régionales

   
          Cet article a été rédigé par Alice Dananai, docteur en archéologie.
   

L’ouvrage publié, Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C., est le résultat de plusieurs années de recherches menées dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Lille en 2015.

Son ambition était de définir, à partir de la documentation archéologique récente, les pratiques funéraires sur le territoire de l’Ostrevant, situé à l’époque antique à la croisée des cités des Atrébates, des Nerviens et des Ménapiens, tout en mettant en lumière la continuité et les transformations des sociétés en lien avec la présence romaine sur le territoire. Les limites chronologiques fixées s’étendent de la transition entre la fin de l’Âge du Fer et le Haut-Empire jusqu’au début du IIIe s.

Fig. 1 : Carte des ensembles funéraires du Haut-Empire. En vert, les ensembles funéraires du corpus de l’Artois-Ostrevant. Echelle 1 : 1 000 000. (©ABG)

Le choix de la zone d’étude est né de la volonté d’exploiter une importante quantité de données disponibles grâce aux nombreuses opérations d’archéologie préventive menées ces trente dernières années. Le corpus initial est constitué par les résultats issus des interventions de la Direction de l’Archéologie Préventive de Douaisis Agglo (ou Communauté d’Agglomération du Douaisis jusqu’en 2018) depuis les années 1990. Il est enrichi par le dépouillement des rapports de diagnostic et de fouilles effectués par l’ensemble des acteurs de l’archéologie préventive actifs du Nord-Pas-de-Calais et les publications de sites localisés sur la frontière occidentale belge.

Continuer la lecture

Communiqué de presse : Découverte d’une « Vénus » paléolithique à Amiens

Communiqué de la conférence de presse qui s’est déroulée le 4 décembre 2019 concernant la découverte d’une vénus du Paléolithique supérieur sur le site d’Amiens-Renancourt.

Le gisement préhistorique de Renancourt, à Amiens (Somme), est connu de longue date. Il est longtemps resté un des rares témoins du Paléolithique supérieur ancien (35 000 – 15 000) dans le nord de la France. Découvert en 2011 lors d’un diagnostic de l’Inrap, le site d’Amiens-Renancourt 1 fait depuis 2014 l’objet de fouilles programmées. Lors de la campagne 2019, une exceptionnelle « Vénus » gravettienne, de 23 000 ans, a été mise au jour.

Un campement de chasseurs paléolithiques
À proximité de la confluence des vallées de la Selle et de la Somme, dans un quartier au sud-ouest d’Amiens, le gisement est scellé dans des limons éoliens (loess) couvrant la fin de la dernière période glaciaire (entre 40 000 et 10 000 ans).
Cet habitat se caractérise par une concentration de vestiges très bien préservés, à une profondeur de 4 mètres sous le sol actuel. Daté par carbone 14 de 23 000 ans (21 000 ans avant notre ère), il est attribué à une phase récente de la culture gravettienne qui se développe en Europe entre 28 000 et 22 000 ans. Le site d’Amiens-Renancourt est aujourd’hui un des rares témoignages de la présence de l’Homme moderne (Homo sapiens) au début du Paléolithique supérieur dans le nord de la France.

Continuer la lecture

Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay

Ce billet a été rédigé par Laure de Chavagnac, responsable du Service Recherche et Conservation, Forum antique de Bavay. Il présente la prochaine exposition du Forum antique de Bavay qui aura lieu de septembre 2018 à janvier 2019 et portera sur le Trésor des bronzes de Bavay.

Pourquoi réétudier le Trésor des bronzes de Bavay ?

Le Trésor des bronzes de Bavay, découvert en 1969 dans le secteur nord-est de la basilique du forum de Bagacum, rassemble près de 370 objets en bronze : il a été à l’origine de la création du musée municipal de Bavay en 1976.

Bien qu’emblématique de la collection du musée de Bavay, départementalisé en 2000, ce dépôt demeure mystérieux à bien des égards et soulève de nombreuses questions :

  • D’où proviennent les objets qui le composent ?
  • À quelle période ont-ils été produits et utilisés ?
  • Pourquoi des objets si divers ont-ils été rassemblés et abandonnés au même endroit ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces questionnements, le Forum antique de Bavay a rassemblé une équipe de spécialistes afin d’étudier le Trésor avec plusieurs approches. Continuer la lecture

Une preuve de l’usage de « bouteille de sorcière » en France au XVIIIe siècle (Seclin, Nord).

Cet article a été rédigé par Guillaume Lassaunière (Service archéologique de Seclin) avec la collaboration de Viviane Bulckaen (conservation-restauration de vitraux).

Présentation de la découverte

D’importantes fouilles archéologiques ont été menées en 2011 dans le centre historique de Seclin. Au cœur de l’ancien enclos canonial dominé par la collégiale Saint-Piat, ces recherches ont mis en évidence tout un pan de l’histoire religieuse et civile de Seclin allant du Moyen Âge à la Première Guerre Mondiale[1].

Le quartier résidentiel des chanoines, établi dès le XIIIe siècle au sud de l’église accueille également des édifices civils administrés par le chapitre de Saint-Piat. L’un d’eux, en front de rue, abrite un cabaret réputé, connu depuis le XIVe siècle sous l’enseigne du « Cheval Blanc ». Les sources anciennes permettent de retracer l’histoire de cet établissement et de ses propriétaires successifs jusqu’en 1846, date de sa fermeture[2]. Le cabaret était installé au sein d’un bâtiment à plan carré sur cour centrée dans lequel les clients pouvaient se restaurer, se divertir et même dormir ; il faisait également office de logement pour les cabaretiers. À l’extérieur, une série de constructions desservies par une cour occupaient les parcelles limitrophes et servaient au stockage des denrées alimentaires. La fouille archéologique s’est concentrée principalement sur cette dernière zone et notamment sur les espaces extérieurs (Fig. 1).

Fig. 1 – Plan des vestiges du cabaret mis au jour en 2011 © Lassaunière 2017

Continuer la lecture

S’éclairer à Tourcoing au Moyen Âge

Cet article a été rédigé par José Barbieux, Service archéologique de Tourcoing.

Les maisons médiévales sont construites en pan de bois, ce sont des ouvrages de charpenterie aux murs de torchis et aux toits couverts de chaume. Ce ne sont pas des masures mais de véritables habitations, toutefois pour que leur isolation thermique reste efficace, les fenêtres doivent être limitées en taille et en nombre. Hormis l’été lorsque la porte peut être ouverte, ces habitations sont inévitablement plongées dans la pénombre.

Outre la lueur des braises du ou des foyers, l’habitation est ponctuellement éclairée par deux dispositifs : des chandelles et des lampes à huile

Les chandelles

Les chandelles sont réalisées le plus souvent avec du suif de bœuf. Elles ont de nombreux inconvénients, elles ont une odeur désagréable, elles coulent, se ramollissent en donnant des taches de graisse dès qu’il fait chaud, la mèche doit être régulièrement mouchée et elles sont moins éclairantes que nos actuelles bougies. Ce sous-produit de la boucherie est par contre d’un faible coût. Elles sont réalisées dans des bacs en céramique que l’on présente devant un foyer. Le suif fond à 36-37° C°, ce réservoir n’a donc pas à subir une température importante. Continuer la lecture

« Carnets d’inventaire » #1 : Cave canem

Cet article est rédigé par Laure De Chavagnac, responsable du Service Recherche et Conservation, Forum antique de Bavay.

L’inventaire des collections d’un musée archéologique s’avère souvent une tâche ardue du fait de la quantité importante de mobilier conservé, des particularités propres aux vestiges archéologiques, et, de la complexité des circonstances qui ont conduit à la constitution de ces collections muséales. Au Forum antique de Bavay – Musée archéologique du Département du Nord, ce sont plus de 60 000 objets, au sens large du terme, qui sont conservés. Cette riche collection, provenant essentiellement de Bavay, a été constituée au gré des découvertes anciennes et des fouilles menées sur le forum dès le milieu du XXème s.

Cette « exploration » des collections du Forum antique de Bavay, menée patiemment par les équipes du musée, depuis sa départementalisation au début des années 2000, livre régulièrement son lot de surprises. La « redécouverte » des objets conservés dans les réserves du musée s’accompagne de recherches documentaires à partir de la documentation de fouille disponible. Les fouilleurs qui se sont succédés à Bavay (de Maurice Hénault, archiviste de Valenciennes, à Jean-Claude Carmelez, enseignant et conservateur du premier musée de Bavay, en passant par l’abbé Henri Biévelet), ont enregistré dans leurs cahiers d’inventaire les trouvailles qu’ils avaient effectuées. Ces documents, qui ressemblent parfois à des « inventaires à la Prévert » d’objets hétéroclites (« des débris de verre, de bronze, des tuiles… »), nous en apprennent souvent davantage sur les archéologues du siècle dernier que sur le contexte de découverte des objets mais ils peuvent receler des indications précieuses sur les circonstances de leur entrée dans les collections. Continuer la lecture

Le géomagnétisme à la recherche des vestiges archéologiques

Cet article a été rédigé par Bruno Gavazzi1 et Paul Calou2.

Introduction
Très fréquemment l’archéologue est confronté à des vestiges partiellement ou totalement enfouis. Il peut alors faire appel à des méthodes géophysiques d’imagerie de la sub-surface, à la fois dans un souci de diagnostic pour positionner la fouille (qui offre des détails fins sur une zone précise) mais également pour obtenir une échelle d’étude plus large que cette dernière.
La géophysique consiste en l’étude du sous-sol à partir de mesures de certaines de ses propriétés physiques, et ce à travers différentes méthodes : gravimétrie, géomagnétisme, sismique, sismologie, radar, tomographie électrique, etc.. Toutes ces méthodes, qui ont la particularité d’être non intrusives puisque l’on mesure les propriétés depuis la surface de la terre, peuvent être classées en deux grandes catégories : les méthodes passives basées sur la mesure d’une variable physique naturelle, et les mesures actives ou l’on induit une perturbation dans le milieu, pour mesurer ensuite la réponse de ce dernier à ladite perturbation. Parmi toutes ces méthodes, le géomagnétisme, méthode passive, est sans doute la plus fréquemment utilisée en archéologie (Linford, 2006 ; Gaffney, 2008). Continuer la lecture

L’usage d’un malaxeur à mortier mécanique à Seclin dans la seconde moitié du Xe siècle

Cet article a été rédigé par Guillaume Lassaunière, Centre archéologique de Seclin.

Les recherches archéologiques menées ces trente dernières années aux abords de la collégiale Saint-Piat de Seclin ont mis en évidence d’importants témoignages relatifs au chantier de construction de l’édifice carolingien aux alentours du Xe siècle. De petites zones en périphérie du quartier canonial (sous l’actuelle place Charles de Gaulle, rue abbé-Bonpain, place Saint-Piat, « Jardins du Moulin ») ont été dédiées aux artisans et à leurs infrastructures. De manière synchrone, plusieurs corps de métiers spécialisés tel des artisans verriers, des chaufourniers, des extracteurs de craie et des maçons se sont côtoyés et ont laissé des traces significatives de leur passage dans la capitale du Mélantois (Fig. 1).

Localisation-topographique-structures

Fig. 1 – Localisation topographique des structures artisanales en lien avec le chantier de construction de la collégiale carolingienne (©Lassaunière 2016)

Continuer la lecture