Avis de soutenance : L’abbaye cistercienne de Vaucelles (Nord) aux XIIe et XIIIe siècles : étude architecturale et d’archéologie du bâti par Sandrine Conan

Avis de soutenance : Sandrine Conan soutiendra publiquement ses travaux de thèse en histoire, civilisation, archéologie et art des mondes médiévaux intitulés : L’abbaye cistercienne de Vaucelles (Nord) aux XIIe et XIIIe siècles : étude architecturale et d’archéologie du bâti, dirigés par Christian Heck (Univ. Lille) et Thomas Coomans de Brachène (KU Leuven) le mardi 1er octobre 2019 à 14h30.

Composition du jury proposé :
– M. François Blary, Université de Bruxelles, rapporteur
– M. Thomas Coomans de Brachene, KU Leuven/University of Leuven, co-directeur de thèse
– M. Christian Heck, Université de Lille, Directeur de thèse
– M. Etienne Hamon, Université de Lille, examinateur

Mots-clés : architecture monastique, cistercien, archéologie du bâti

Résumé :

Située dans la vallée de l’Escaut, à treize kilomètres au sud-ouest de Cambrai, l’abbaye cistercienne de Vaucelles fut fondée en 1132 par Hugues d’Oisy, châtelain de Cambrai, sous la direction spirituelle de Bernard de Clairvaux. Une grande partie de l’abbaye fut détruite à la Révolution. Des bâtiments monastiques ne restaient que l’aile des moines, qui fermait le cloître à l’est, et le palais abbatial du XVIIIe siècle, qui furent reconvertis. L’occupation du site par les Allemands au cours de la Grande Guerre mit fin aux travaux d’embellissement entrepris par la famille Fontana, propriétaire depuis 1898. L’incendie des lieux marqua la fin du conflit : le bâtiment des moines perdit sa toiture et son premier étage, tandis que le palais abbatial fut presque entièrement détruit. en 192, le bâtiment des moines fut classé au titre des Monuments historiques. Débuta une série de travaux qui s’intensifièrent à partir des années 1970. Aux mains de la famille Lagoutte, les bâtiments restaurés sont ouverts au public. Une nouvelle page se tourne en décembre 2017 puisque l’abbaye devient le dixième équipement culturel du département du Nord.

Ce travail se focalise sur deux monuments des XIIe et XIIIe siècles : le bâtiment des moines, le seul qui soit, aujourd’hui, en grande partie conservé, et l’abbatiale consacrée en 1235 qui bénéficia de quelques opérations archéologiques entre 1879 et2002 restées inédites. Le bâtiment des moines bénéficie aujourd’hui d’une étude archéologique du bâti confirmant une construction à partir de 1170 attribuée par les textes à l’abbé Aleaume (1166-1181). Il choisit, quarante ans après la fondation de l’abbaye, de bâtir une abbaye monumentale inspirée de Clairvaux, la maison-mère. Ce bâtiment est un exemple caractéristique d’une typologie monastique mise en place par les bénédictins et précisée par les cisterciens au cours de la première moitié du XIIe siècle. Il s’illustre par un travail de la pierre rationnel et de qualité et un décor d’une sobriété propre aux cisterciens. L’analyse archéologique des vestiges du bras nord du transept, mitoyen au bâtiment des moines, incite à attribuer à l’abbé Aleaume, non seulement la construction des ailes est et sud du cloître, mais aussi la conception du projet global d’une grande abbaye pérenne avec une nouvelle église. Cette hypothèse s’appuie également sur une nouvelle lecture des textes. Mais comme le suggère l’étude des vestiges, la structure générale de l’abbatiale d’Aleaume fut modifiée afin de lui donner une nouvelle monumentalité. Ces travaux, auxquels il faut ajouter la construction d’un chœur imposant, sont peut-être dus à l’abbé Godescalc (1181-1198) qui disparut entre 1191 et1194, après la réception par l’abbé de Clairvaux d’une blâme de la part du Chapitre général de l’Ordre pour la somptuosité de l’abbatiale. La fouille exécutée en 1988 permit de mettre au jour les vestiges d’un chœur vraisemblablement postérieur à la croisée du transept. La singularité de son plan, à déambulatoire et chapelles rayonnantes discontinues, unique au sein de l’ordre cistercien, porta Villard de Honnecourt à le dessiner dans son carnet vers 1210/1215-1225, selon la datation récente proposée par Jean Wirth. Achevé en 1216, ce chœur témoigne de pratiques architecturales relevant du style gothique, qui se manifesta dans la région du nord de la France et dans les comtés de Champagne, de Flandre et du Hainaut à partir du dernier quart du XIIe siècle et jusqu’au milieu du XIIIe siècle. L’abbé commanditaire et son maître d’oeuvre trouvèrent leurs modèles à l’extérieur de l’ordre. Ils s’inspirèrent de hauts lieux bénédictins comme Saint-Benoît-sur-Loire, en adaptant un modèle ancien aux nouveaux usages architecturaux.

Cette étude, faisant appel à la fois aux textes, à l’iconographie, à l’archéologie et à l’histoire de l’art, invite à porter un nouveau regard sur l’abbaye de Vaucelles, à travers, deux édifices majeurs construits entre 1170 et 1216.

Pour télécharger l’avis de soutenance, cliquez ici.

Informations complémentaire :
Avis de soutenance : L’abbaye cistercienne de Vaucelles (Nord) aux XIIe et XIIIe siècles : étude architecturale et d’archéologie du bâti par Sandrine Conan
Date : Mardi 1er octobre 2019 à 14h30
Lieu :
ED SHS Lille Nord de France
Université de Lille – site Pont-de-Bois
Bâtiment F (Maison de la Recherche)
Salle F0.13
59653 Villeneuve d’Ascq


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.