Actualités : Le fonds documentaire « Gilles Blieck » du Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France

À l’occasion du traitement archivistique du « Fonds Gilles Blieck » conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck, sera publiée sur le portail. Vous trouverez ci-dessous le second billet. Le premier a été publié en mai 2019 dans la catégorie : Portraits d’archéologues.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie).

En mai 2010, a été déposé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France (site Lille) un ensemble documentaire : le « Fonds Gilles Blieck »[1]. Celui-ci est constitué d’archives de fouilles de sauvetage qui ont été produites dans le cadre des fonctions de Gilles Blieck, archéologue municipal de la ville de Lille dans les années 1980-1990[2]. Jusqu’en mars 2019, le fonds est resté sans statut juridique concret, sans inventaire détaillé et sans valorisation aucune malgré son intérêt scientifique, historique et archéologique indéniable. À l’occasion d’un stage M2 « Master professionnel Mondes Anciens – spécialité Archive », il a été décidé de procéder au traitement archivistique de ce fonds. Celui-ci a été réalisé par Alexia Antrope, stagiaire à la Carte archéologique du Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, en mars et avril 2019.


1. Les problématiques posées par le fonds.

La composition du fonds n’était pas réellement connue. Les objectifs étaient les suivants :

a) définir le statut légal et administratif du fonds en relation avec Laetitia Maggio, conservatrice du patrimoine et responsable des biens archéologiques mobiliers au Service régional de l’Archéologie ;

b) réaliser l’inventaire matériel du fonds (nombre et type de contenants) ;

c) réaliser l’inventaire détaillé et descriptif du fonds avec la mise en application du protocole de gestion de la documentation scientifique au Service régional de l’Archéologie[3] ;

d) mettre en adéquation les données administratives et scientifiques brutes du fonds avec l’aide du logiciel Patriarche de la Carte archéologique : les opérations archéologiques menées par Gilles Blieck étaient identifiées à l’aide d’un code numérique propre au responsable de ces opérations[4] ; ces codes spécifiques devaient être mis en concordance avec la codification normée de Patriarche ;

e) contacter Gilles Blieck pour obtenir l’accord de valorisation du fonds par la rédaction d’un document final de synthèse et de plusieurs notices destinées à être publiées sur Nordoc Archéo ;

f) prévoir le reconditionnement du fonds en utilisant des contenants adaptés (boîtes d’archives, chemises cartonnées, etc.) : les cartons et boîtes d’archives étaient endommagés et non adaptés à une conservation pérenne du fonds.


2. Un statut à définir.

Le fonds Gilles Blieck est un fonds de documentation administrative et scientifique produit dans le cadre d’opérations archéologiques réalisées dans les années 1980-1990 : en effet, il contient, pour la partie administrative, des factures, des comptes rendus de réunion, des courriers, des projets d’aménagement, etc., et, pour la partie scientifique, des documents graphiques (plans, relevés, minutes, dessins), des documents photographiques et numériques et des documents écrits (carnets, fiches d’enregistrement de terrain, rapports).

Une circulaire du 5 juin 1993[5] indique que l’ensemble des documents créés sur le terrain ou lors du suivi de chantier est de nature administrative et librement communicable : le fonds Gilles Blieck entre donc dans ce cadre. Cependant, il est protégé par le droit d’auteur (droit moraux et patrimoniaux). En effet, le Code de la propriété intellectuelle (article L 111-1) stipule que « l’auteur d’une œuvre de l’esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création, d’un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d’ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d’ordre patrimonial […] Sous les mêmes réserves, il n’est pas non plus dérogé à la jouissance de ce même droit lorsque l’auteur de l’œuvre de l’esprit est un agent de l’État, d’une collectivité territoriale, d’un établissement public à caractère administratif […] »[6].

Néanmoins, pour ce fonds, se posait la question de son versement et de son lieu de conservation définitif. La documentation issue d’une opération archéologique préventive doit être remise au Service régional de l’Archéologie au plus tard deux ans après la fin de l’opération : en application de l’instruction du 21 septembre 2004[7], le Service régional de l’Archéologie est tenu de conserver cette documentation pendant une durée d’utilité administrative (DUA) de 10 ans, date à partir de laquelle, cette documentation doit être versée aux Archives départementales ou aux Centres de Conservation et d’Étude (CCE).

Après avoir pris contact avec Gilles Blieck, en mars 2019, ce dernier a souhaité que le fonds soit inventorié, numérisé en partie et valorisé avant tout dépôt. En effet, il constitue un ensemble scientifique inédit et de qualité indéniable qui intéresse les chercheurs spécialistes de l’histoire de la ville de Lille aux époques médiévale et moderne.


3. Description matérielle du fonds.

Le fonds Gilles Blieck est constitué de plusieurs supports posant tous une question de conservation bien distincte :

a) les archives papiers : elles sont contenues dans 13 boîtes d’archives standard qui regroupent divers dossiers (fig. 1) : il s’agit de documents administratifs (autorisations d’opération, projets d’aménagement, permis de construire, compte-rendus de réunions, factures), de terrain et de post-fouille (carnets de terrain, relevés de terrain, dessins de mobilier, inventaires, rapports) (fig. 2 et 3) et de médiation (articles scientifiques, documents en relation avec les portes ouvertes organisées en lien avec certains chantiers, plaquettes).

Fig. 1. Boîtes d’archives regroupant les dossiers du fonds Gilles Blieck (reconditionnement 2019).

Fig. 2. Carnet de fouille du chantier de la Place Rihour, à Lille, 1990.

Fig. 3. Notes du carnet de fouille du chantier de la Place Rihour, à Lille, 1990.

b) Les archives photographiques (papier) : elles sont contenues dans 9 pochettes cartonnées (fig. 4) : il s’agit de photographies des opérations archéologiques (vue des chantiers, stratigraphies…) (fig. 5), mais aussi de mobiliers en cours d’étude ou d’événements comme les portes ouvertes qui ont été réalisées sur certaines des opérations ;

Fig. 4. Pochette contenant les photographies des chantiers 102, 104, 105, 113, 115 et 116.

Fig. 5. Photographies du chantier de la Trésorerie générale, rue Basse, à Lille, 1984.

c) Les archives photographiques (diapositives et négatifs) : elles sont contenues dans 13 classeurs et constituent la partie la plus sensible du fonds (fig. 6). En effet, ce type de support pose des problèmes sérieux en termes de conservation : il s’agit là de supports très sensibles pouvant se dégrader très rapidement ; ce n’est pas le cas ici, les supports sont actuellement en très bon état de conservation ;

Fig. 6. Diapositives et négatifs du fonds Gilles Blieck.

d) Les archives graphiques : elles sont constituées de 12 rouleaux de plans, relevés de terrain et de coupes stratigraphiques, la plupart dessinés à l’encre, sur calque (fig. 7 à 9) ; parfois, ces documents sont photocopiés ; deux d’entre eux sont des tirages argentiques destinés à la consultation, mais leur conservation est très sensible ; actuellement, ces documents sont conservés dans des tubes cartonnés prévus à cet effet, avec l’indexation appropriée.

Fig. 7. Dessins de céramiques provenant du fonds Gilles Blieck.

Fig. 8. Relevés sur calques (inscriptions et graffitis) provenant du fonds Gilles Blieck.

Fig. 9. Relevés sur calques (épitaphes) provenant du fonds Gilles Blieck.

e) Divers : 9 pochettes à dessins au format A2 et 1 au format A3 (fig. 10), contenant des reconstitutions de grande qualité graphique et faites à la main, ainsi que des photocopies de ces reconstitutions (fig. 11).

Fig. 10. Pochettes contenant les planches de reconstitutions graphiques.

Fig. 11. Évocation de la latrine découverte lors du chantier de la rue des Tours en 1989, sur le site du château de Courtrai.


4. Description scientifique du fonds.

27 opérations archéologiques ont été menées entre 1984 et 1991, sous la direction de Gilles Blieck, archéologue municipal de la ville de Lille : celles-ci sont toutes situées dans le nord-est de la ville (fig. 12). Ces opérations archéologiques (sondages, fouilles préventives d’urgence et surveillances de travaux) ont été menées dans le cadre de la modernisation accrue de la ville de Lille dans les années 1980 et au début des années 1990. Durant une décennie, de grands chantiers ont vu le jour : Euralille, gare TGV, lignes de tramway et métro, parkings souterrains, dont celui de la Grand-Place, grands ensembles de bureaux et immeubles d’habitation. Elles illustrent un pan de l’archéologie française et régionale avant la professionnalisation accrue de cette science dans les années 2000.

Les apports scientifiques de ces opérations sont nombreux pour l’histoire de la ville de Lille aux époques médiévale et moderne : en effet, les chantiers ont porté sur plusieurs édifices ou établissement religieux et leurs abords (église Saint-Maurice, cimetière de la paroisse Sainte-Catherine, couvent des Urbanistes, collégiale Saint-Pierre), sur les fortifications (remparts médiévaux et modernes, fossés, château de Courtrai, fort Sainte-Agnès) et sur les activités économiques (la place du Marché) ou ludiques (joutes équestres) de la ville.

Fig. 12. Tableau de concordance des opérations dirigées par Gilles Blieck de 1984 à 1991.

5. Méthodologie mise en place pour l’inventaire détaillé et normé.

Gilles Blieck a réalisé 27 opérations archéologiques sur la commune de Lille entre 1984 et 1991 (certaines opérations sont pluriannuelles, mais comptent pour une seule). Chacune de ces opérations a reçu de la part de l’archéologue un code numérique propre qui les distingue les unes des autres (n° 101 à 127) et qui en facilite l’identification administrative et scientifique : par exemple, dans les publications scientifiques de Gilles Blieck, ces opérations archéologiques sont citées à l’aide de ces numéros. Un premier inventaire succinct de ces opérations a été effectué : c’est-à-dire sans ajout de données complémentaires et utilisation du protocole de gestion de la documentation scientifique mis en place par le Service régional de l’Archéologie depuis 2008[8].

Cependant, depuis la fin des années 1980, la codification des opérations archéologiques a été normée. Cette codification est aujourd’hui du ressort de la Carte archéologique et, depuis sa mise en place, a subi de nombreuses évolutions : plusieurs outils informatiques d’enregistrement des opérations archéologiques se sont succédé dans le temps (SIGAL, DRACAR, PATRIARCHE) ; chacun possédait son propre numéro d’enregistrement des opérations archéologiques qui, cependant, a été repris dans les nouveaux logiciels en complèment de ceux nouvellement créés. Il était nécessaire de mettre les données du fonds Gilles Blieck en adéquation avec celles du Service régional de l’Archéologie et de les compléter : pour cela, un dépouillement des fichiers communaux et des rapports conservés au Service régional de l’Archéologie a été effectué et a permis, dans un premier temps, d’apporter des informations complémentaires aux opérations archéologiques menées par Gilles Blieck (nommage des opérations anonymes, bibliographie, photographies, données administratives, articles scientifiques). Toutefois, les compléments n’ont pas toujours été possibles et certaines opérations demeuraient incomplètes.

La découverte dans les fichiers communaux d’un courrier rédigé en 1993 par Catherine Monnet (qui a succédé à Gilles Blieck en tant qu’archéologue municipale de la ville de Lille) a permis de compléter définitivement l’identification de toutes les opérations archéologiques menées par Gilles Blieck. Ce courrier contenait un tableau des opérations archéologiques correctement nommées, localisées et datées : mais surtout, Catherine Monnet avait entrepris un premier essai de codage officiel de ces opérations archéologiques avec les codes utilisés dans le logiciel DRACAR[9].

Néanmoins, il restait à effectuer une concordance avec les codes Patriarche qui sont les codes en vigueur depuis 1996. De plus, ces codes Patriarche sont utilisés dans la codification du protocole de gestion du mobilier et de la documentation scientifique du Service régional de l’Archéologie. Dans la base de données Patriarche, 30 opérations archéologiques étaient enregistrées : il a fallu compléter les fiches non renseignées et créer les opérations manquantes ; 6 nouvelles opérations ont été créées ; une opération n’a pas pu être renseignée ; au total, après nettoyage de la base, les opérations menées par Gilles Blieck sont au nombre de 35 (plusieurs d’entre elles concernent un seul et même site). Cela a permis de compléter la Carte archéologique régionale et, par conséquent, de favoriser l’enrichissement de la carte archéologique de la ville de Lille[10].

Dans un second temps, il a été procédé à la codification, selon le protocole de gestion de la documentation scientifique du Service régional de l’Archéologie, des grands ensembles de documents présents au sein de chacun des dossiers d’opérations archéologiques du fonds[11]. Cette phase a nécessité de passer en revue l’intégralité des documents du fonds (tout type confondu : papier, photographies, diapositives…), en retirant, dans le même temps, trombones et élastiques afin d’assurer une conservation optimum. De plus, une partie des diapositives contenues dans les classeurs mentionnés ci-dessus avait été numérisée en 2017. Celles-ci ont été renommées selon le protocole de nommage des documents photographiques initié par le SRA en 2017[12]. Cette action a permis de considérer quelles étaient les opérations archéologiques documentées par la photographie et l’exploitation qui pouvait en être faite ultérieurement (notices, mise en ligne).


6. Conclusion.

Conservé depuis mai 2010 au sein de la Carte archéologique (Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France), le fonds « Gilles Blieck » est désormais inventorié. Ce fonds documentaire, administratif et scientifique a un double intérêt. Tout d’abord, il constitue un témoignage de l’activité archéologique lilloise dans les années 1980 et 1990, et de la pratique de cette science, avant sa professionalisation dans les années 2000. Les 27 opérations archéologiques (fouilles de sauvetage, sondages et suivis de travaux de 1984 à 1990) réalisées par Gilles Blieck, principalement dans le nord-est de Lille, témoignent d’une modernisation accrue de la ville à cette époque avec l’apparition d’équipements qui ont profondément modifié le paysage urbain lillois. Ces chantiers de grande envergure ont eu un impact sur le patrimoine archéologique de la ville : si les vestiges ont disparu à la suite de ces travaux, ils ont néanmoins fait l’objet d’études approfondies par Gilles Blieck et son équipe. Le second intérêt est, bien entendu, historique. Au cours de sa carrière lilloise, Gilles Blieck a, en effet, collecté une documentation importante relative à Lille, ce qui fait de ce fonds une source indéniable de connaissances, véritable trésor pour tout historien ou archéologue qui s’intéresse à la ville, à son histoire, son architecture, ses monuments ou à son archéologie.


[1]. Le choix de cette dénomination s’imposait, car, selon le Code du patrimoine, article L 211, un fonds d’archives se caractérise principalement par deux éléments : il est composé de documents qui ont une même origine (une personne ou une organisation) ; ces documents ont été réunis et organisés dans le cadre de l’activité d’une personne ou d’une organisation, pour servir à cette activité. Parce qu’un fonds d’archives se constitue automatiquement, par accumulation logique, en quelque sorte, on peut le définir comme un ensemble organique de documents. Le respect de cette origine est le fondement de la gestion des archives : cela s’appelle le « principe de provenance », qui interdit de séparer les uns des autres les documents d’un même fonds et de les répartir dans des catégories artificielles en fonction de leur sujet. Le classement et l’établissement des instruments de recherche (répertoire, inventaire, bases de données, etc.) doivent être effectués dans la perspective que le lien organique unissant chaque document avec l’entité qui l’a produit soit toujours apparent. On peut ajouter que ces documents ont pour caractéristique de ne pas être des publications, mais des « documents de travail » (Voir « Règles pour la description des documents d’archives » [archive], cdncouncilarchives.ca – consulté le 29 janvier 2019).
[2]. Pour un portrait de Gilles Blieck, voir son interview publiée en mai 2019 sur ce même site : Mémoires d’archéologues (hors-série) : Aux prémices de l’archéologie lilloise : Gilles Blieck, archéologue municipal (1984-1991).
[3]. Protocole pour la conservation, le conditionnement, l’inventaire et la remise du mobilier et de la documentation scientifique issu des opérations archéologiques, Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France, 2008, p. 11-13.
[4]. Une première tentative d’homogénéisation avait été menée par Catherine Monnet, archéologue municipal de Lille et successeur de Gilles Blieck en 1993 : celle-ci avait été réalisée à l’époque avec les codes DRACAR, ancêtre de Patriarche.
[5]. Circulaire n°1801 DP/SDA du 5 juillet 1993 aux préfets/DRAC sur les obligations liées à l’achèvement d’une fouille archéologique préventive : Documentation et document final de synthèse (DFS). Bulletin Officiel du Ministère de la culture, n°77, septembre 1993.
[6]. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT000006069414
[7]. Instruction DPACI/RES/2004/019 du 21 septembre 2004 de tri et de conservation des archives des Directions régionales des affaires culturelles.
[8]. Exemple : numéro du site Blieck_localisation du site_année de réalisation = 108_Cimetière de la paroisse Sainte-Catherine_1988.
[9]. Exemple : n° DRACAR_numéro du site Blieck_localisation du site_année de réalisation_ type d’opération = 062AH_108_Cimetière de la paroisse Sainte-Catherine_1988_ préventive.
[10]. Exemple : n° Patriarche_numéro du site_localisation du site_année de réalisation_ type d’opération = 151046_108_Cimetière de la paroisse Sainte-Catherine_1988_ préventive.
[11]. Dans ce protocole, les identifiants se construisent ainsi : Exemple pour un relevé de terrain effectué lors de l’opération archéologique du cimetière de la paroisse Sainte-Catherine : n° Patriarche _ n° de dossier _ n° d’US (ici non renseigné, car non informé) _ n° d’enregistrement de 1 à n (ici réalisé par dossiers et non de manière individuelle)_désignation du type de document_type de document_format du document_nombre de documents = 151046_222_0_1_Diagrammes sur la position de déposition des corps et leur date_Graphique_A3.
[12]. Exemple : n° Patriarche_localisation_année (numéro de la photographie) = 151471_Place Rihour-1990 (1).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.