Hommage à Gérard Fosse (1948-2019)

Cet article a été rédigé par Luc Vallin, conservateur en chef au Service régional de l’archéologie, Drac Hauts-de-France.

Gérard Fosse, qui fut conservateur régional de l’Archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Nord – Pas-de-Calais pendant vingt années, de 1991 à 2011, est décédé à Calais le 6 juin 2019. Paléolithicien avant tout, il aura marqué -au-delà de sa spécialité- toute une génération d’archéologues.

Un disciple de Leroi-Gourhan

Né en Normandie dans l’après-guerre, en 1948 précisément, Gérard Fosse entame d’abord des études universitaires à Caen avant de se rendre à Paris pour suivre un cursus de Préhistoire à l’Institut d’Art et d’Archéologie de Paris I. Il suit les cours d’André Leroi-Gourhan, qui le marquera profondément et déterminera toute sa carrière scientifique. Formé sur le chantier de fouilles magdalénien de Pincevent (Seine-et-Marne), dont il intègre l’équipe, il y apprend le travail en équipe pluridisciplinaire et surtout les méthodes d’observation ethnographique, principes qui sont à l’origine de l’archéologie moderne, aussi bien préhistorique qu’historique. Il fouille également sur le site magdalénien de Gönnersdorf en Rhénanie, sous la direction de Gerhard Bosinski et soutient en 1971 un mémoire de maîtrise sur les structures d’habitat du Paléolithique final et du Mésolithique d’Europe du Nord.

Les années normandes

En 1973, au moment où l’archéologie française commence à se structurer au sein du Ministère des Affaires Culturelles, Gérard Fosse est nommé assistant de Guy Verron à la Direction des Antiquités Préhistoriques de Normandie ; les deux Normandies (Haute et Basse) fusionnées auparavant, amorçaient leur séparation. Tandis que Guy Verron était installé à Caen, en Basse-Normandie, Gérard Fosse fut affecté à Rouen, où il assura de facto la fonction de directeur des Antiquités Préhistoriques de Haute-Normandie, avant d’en obtenir le titre officiel en 1984.

Le laboratoire de la Direction des Antiquités à Rouen

A la recherche du Paléolithique supérieur haut-normand, alors très mal connu, il entreprend des fouilles de sauvetage sur des briqueteries menacées de disparition, où des séries attribuées au Paléolithique supérieur avaient été signalées : d’abord Goderville (Seine-Maritime) de 1973 à 1976, puis Épouville près du Havre, en 1975 et 1976. Cependant ces gisements lui livrent essentiellement des occupations du Paléolithique moyen, période qu’il retrouve à Saint-Vaast-la-Hougue, dans la Manche, où il fouille entre 1978 et 1984 un gisement moustérien littoral menacé par l’érosion marine. Ses recherches sur le Paléolithique supérieur haut-normand se concentrent sur d’autres sites, principalement les grottes ornées de Gouy et d’Orival dans la vallée de la Basse-Seine et les sites de plein air de Vattetot-sous-Beaumont (Seine-Maritime) et d’Ambenay (Eure).

Chantier d’Épouville (Seine-Maritime) en 1976

Chantier de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche)

Base de fouille de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche)

Les années nordistes

En 1991, les Directions des Antiquités Préhistoriques et Historiques disparaissent pour être remplacées par des services unifiés : les Services Régionaux de l’Archéologie, placés sous la tutelle des Directions Régionales des Affaires Culturelles. Gérard Fosse est alors nommé Conservateur Régional de l’Archéologie à la DRAC du Nord-Pas-de-Calais ; il succède ainsi à Pierre Leman. Sa mission est de réorganiser l’archéologie régionale pour faire face à la croissance exponentielle de l’archéologie préventive et assumer la professionnalisation quasi-complète de la discipline. Les années qui suivent sont marquées par le développement de l’archéologie urbaine, jusque-là cantonnée à quelques grandes villes telles que Douai, Arras ou Boulogne-sur-mer et par l’expansion de l’archéologie rurale sur de grandes surfaces colonisées par des ZAC (Actiparc près d’Arras, Delta 3 près d’Hénin-Beaumont, Toyota près de Valenciennes, ZAC de Lauwin-Planque et des Béliers près de Douai, etc.).

Visite du chantier de Saint-Omer (Pas-de-Calais) en 1995

Au long des vingt années passées à la tête du Service Régional de l’Archéologie, Gérard Fosse s’efforce de concilier les intérêts souvent opposés des différents intervenants de l’archéologie régionale : aménageurs, élus locaux, services archéologiques de collectivités locales, AFAN puis INRAP, chercheurs universitaires et chercheurs du CNRS mais aussi archéologues amateurs, auxquels il tient à conserver une place au sein de la recherche archéologique régionale.

Locaux du Service régional de l’archéologie (ferme Saint-Sauveur, Villeneuve d’Ascq)

Équipe du Service régional de l’archéologie dans les anciens locaux (ferme Saint-Sauveur, Villeneuve d’Ascq)

Réunion du Service régional de l’archéologie (Drac, Lille)

La volonté de transmettre

Attaché à la notion de service public et convaincu que l’archéologie ne devait pas être un domaine réservé à une élite, Gérard Fosse participa à l’organisation de plusieurs expositions d’archéologie et délivra fréquemment des conférences à destination du grand public.

Il eut également la volonté de transmettre l’enseignement qu’il avait reçu et l’expérience qu’il avait acquise, en accueillant sur ses chantiers de fouille de nombreux jeunes étudiant(e)s à qui il s’efforçait de mettre le pied à l’étrier. Un nombre non négligeable d’entre eux a fait carrière en archéologie et occupé des postes au Ministère de la Culture, à l’INRAP, au CNRS ou à l’Université.

Chantier de Ruitz (Pas-de-Calais) en 2003

Visite du chantier d’Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais)

Fouille du site mérovingien de Fontaine-Notre-Dame (Nord) en 2005

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.