Territoires et identités des Nerviens

Ce billet est un résumé de la conférence de Xavier Deru (Université de Lille) faite dans le cadre des conférences du Cercle archéologique et historique de Valenciennes le dimanche 19 mai 2019.

Les hommes s’associent librement en groupes, en communautés ou font partie d’emblée de l’un d’eux, notamment à l’échelle familiale, ethnique ou linguistique. Ces associations créent des identités qu’elles soient définies par elles-mêmes ou par les personnes extérieures.

À l’Âge du Fer, les Nerviens sont avant tout caractérisés par un Romain, César. Aux yeux du légat (B.G. II, 4, 8), « les Nerviens passent pour les plus farouches des Belges et les plus éloignés » ; « les marchands n’avaient aucun accès auprès d’eux ; ils ne souffraient pas qu’on introduisît chez eux du vin ou quelque autre produit de luxe, estimant que cela amollissait leurs âmes et détendaient les ressorts de leur courage » (B.G. II, 15,3). Plus tard, Strabon, un géographe, et Tacite, un historien, indiquent que les Nerviens se targuent d’une origine germanique. Il est délicat de savoir ce que « germanique » signifie à cette période, puisque les Celtes d’Outre-Rhin sont qualifiés de germains.

Les Nerviens forment donc un groupe ethnique à forte identité martiale. Ils ne s’identifient pas à un territoire particulier, mais bien évidemment occupent un espace géographique. Selon César, les Atrébates et les Viromanduens occupent les territoires limitrophes à l’ouest et au sud des Nerviens (B.G. II, 16), bien que « les Ambiens les avaient pour voisins » (B.G. II, 15) ; les Atuatuques et les Eburons, quant à eux, se trouvaient à l’est (B.G., V, 38-39). Le Sabis sur laquelle aura lieu la bataille de 57, doit se trouver aux marches de leur territoire ; souvent confondue avec la Sambre, cette rivière doit être identifiée à la Selle (B.G., II, 16). Toujours à propos du territoire des Nerviens, César indique qu’on « avait entassé [les enfants, les femmes et vieillards] en un lieu que des marais rendaient inaccessibles à une armée » (B.G. II, 16, ainsi que II, 28).

A partir de ces indications, il est difficile de cerner l’espace effectivement occupé par ce groupe et l’on peut tenter d’utiliser leur monnayage pour le faire. Les monnaies gauloises sont définies par leur métal, leur iconographie et, lorsqu’il y en a, leurs inscriptions. La répartition des types permet à la fois de les attribuer à un peuple, et cela une fois admis, permet de circonscrire l’aire de circulation des monnaies et ainsi l’espace géographique occupé par le peuple émetteur.

Les Nerviens ont frappé des monnaies d’or, de bronze et de potin, dont les plus célèbres sont connues sous l’appellation de « potin au rameau ». Les cartes produites dans le cadre de l’Atlas des provinces romaines de Belgique et de Germanie (ABG), montrent une circulation couvrant globalement le Hainaut, de part et d’autre de la frontière franco-belge (fig. 1A).

Fig. 1. Le territoire des Nerviens. A. Les aires de circulation des monnaies nerviennes (1. Or, 2. Bronze ; 3. Potin) ; B. Les lieux in pago attribué au diocèse de Cambrai (1) et des diocèses limitrophes (2-7) ; 8. Toponyme issu de finis. (D’après Deru 2009)

Une fois l’identité et le territoire des Nerviens esquissés, on se pose la question de la continuité avec la civitas nerviorum, l’entité administrative romaine. Nous en connaissons l’existence dans plusieurs listes comme celle de Pline (N.H. IV) ou de Ptolémée (II), nous savons également que cette cité portera le nom de Camaracensium dans l’Antiquité tardive, lorsque son chef-lieu, d’abord situé à Bavay, sera transféré à Cambrai. La documentation romaine pour restituer l’espace géographique d’une cité est bien faible, bien que l’on sache qu’un bornage pouvait exister, le plus souvent cependant, ce sont des éléments naturels, comme des rivières ou des crêtes, qui servaient de limites. Dès lors, le chercheur travaille de manière régressive, c’est-à-dire qu’il prend une situation plus récente et mieux connue, pour l’attribuer à la période plus ancienne. Dans notre cas, nous nous fions aux données ecclésiastiques médiévales, les paroisses au sein du diocèses, car plusieurs conciles (Nicée, Chalcédoine, Sardique, etc.) suggèrent que les territoires de l’Église doivent se superposer à ceux de l’administration civile. Grâce aux données des pouillés des XIIIe et XIVe siècle ou des lieux in pago du Haut Moyen Âge, on peut localiser l’emprise des diocèses et ainsi proposer des hypothèses pour les cités romaines (fig. 1B).

De ces démarches, on constate que le territoire des Nerviens de l’Âge du Fer ne correspond pas à la cité romaine ; en effet, cette cité couvre un territoire bien plus vaste, intégrant le plateau brabançon au nord et le Cambrésis au sud. Déjà, le géographe Strabon distinguait les divisions naturelles et ethniques du pays, des « divisions administratives établies par les chefs d’état, qui varient selon l’opportunité » (IV, 1, 1). Pour quelles raisons les Romains ont-ils élargi le territoire des Nerviens, peuple des plus « farouches » ? et pour quelles raisons leur ont-ils attribué le statut de cité « libre » de tribut ? Nous ne pouvons avoir que des hypothèses vagues, comme des mesures visant la renaissance d’une région durement affectée par le Guerre ou le fait que la cité des Nerviens devait être contigüe avec des cités devant, elles, être limitées.

Si à l’Âge du Fer, les peuples ne s’identifiaient pas à leur territoire, il en est tout autrement à la période romaine, puisque les habitants d’un territoire dépendent des magistrats de cette cité. Ayant vu leur territoire transformé, leur population dans un premier temps décimée et dans un second temps, accrue, les « nouveaux » Nerviens ont dû se créer une nouvelle identité. Rome a pu cultiver leur caractère belliqueux ancestral, afin d’y recruter des soldats auxiliaires, comme elle l’a fait pour les Bataves ou les Tongres. Nous connaissons en effet plusieurs cohortes de Nerviens ; elles sont stationnées en Grande Bretagne, sur la frontière la plus septentrionale de l’empire.

Les Nerviens, sur leur territoire, ont également pu se créer une identité dans des cultes qui les réunissaient. Le corpus épigraphique reste assez pauvre, mais l’on connait un Génie des Nerviens à Bavay même et à Bonn, ainsi que des Nervinis, divinités certainement communautaires. Dans la cité, de très grands sanctuaires ont été fouillés ou repérés en prospections ; ils devaient participer à la géographie religieuse : les plus remarquables se trouvent à Sains-du-Nord, aux Rues-des-Vignes ou à Jenlain dans le Nord, à Fontaine-Valmont ou à Blicquy en Belgique.

Fig. 2 La tombe 7/11 de la nécropole de la « Fache-des-Près-Aulnoys » de Bavay. (D’après Loridant, Deru 2009)

Les pratiques funéraires témoignent également de valeurs partagées par la communauté. Si les tombes du Ier s. ne se démarquent pas de ce que l’on trouve en général dans le nord de la Gaule, au IIe s., on constate que les tombes mises au jour dans la cité des Nerviens présentent des éléments particuliers, liés au culte du foyer. En effet, dans ces tombes, comme ailleurs, sont déposées des pièces de vaisselle liées au banquet (fig. 2, 14-26), même si ici, elles présentent un caractère plus symbolique. Comme ailleurs, on retrouve des monnaies et des lampes (fig. 2, 1, 2 et 11), pour permettre au mort d’accéder aux Enfers. Plus souvent ici, le dépôt est enrichi d’une patère et d’une cruche servant aux ablutions (fig. 2, 12-13), que ces dernières soient attachées au banquet ou au sacrifice. Particuliers à notre région, on retrouve des objets symbolisant le foyer : des chenets miniatures et leur sole (fig. 2, 9), des chaudrons (fig. 2, 27), des grils ou des trépieds (fig. 2, 10). Des pièces semblables existaient dans des tombes d’autres régions à l’Âge du Fer, mais elles apparaissent maintenant ici, après un long hiatus, comme si elles témoignaient d’une « Renaissance celtique ». On retrouve ces objets dans les tombes assez communes, dans les nécropoles de Bavay ou de Blicquy par exemple. Les tombes privilégiées, appartenant sans doute à des notables de la cité, montrent aussi des formes de monuments particuliers, des stèles recouvertes d’ovoïdes, ou des hypogées creusés dans le limon, comme ceux fouillés à Cambrai ou à Saultain.

En conclusion, nous avons assisté à des phénomènes de continuité et de transformation : les territoires changent, celui attribué aux Nerviens est élargi par Rome ; les populations périssent et sont par la suite régénérées par des apports extérieurs ; les identités sont en partie cultivées au profit de Rome, en partie redéfinies pour la cohésion sociale.

Bibliographie

Rome en pays nervien : retour sur notre passé antique, Bavay, 2015, 220 p. (Catalogue d’exposition)

Deru X., « Cadre géographique du territoire des Nerviens », Revue du Nord-Archéologie, 91 (383), 2009, p. 181-201.

Deru X., La Gaule Belgique, Paris, 2016.

Hoet-van Cauwenberghe Chr., Louvion Chr., « Les monuments funéraires des Nerviens : épitaphes sur marbre noir et examen des supports de mémoire », Revue du Nord-Archéologie, 99 (423), 2017, p. 7-38.

Loridant Fr., Deru X., La Nécropole de Bavay, « Les Faches les Prés Aulnoys », Villeneuve d’Ascq, 2009, 259 p. (Revue du Nord, hors série 13)

Fig. 1. Le territoire des Nerviens. A. Les aires de circulation des monnaies nerviennes (1. Or, 2. Bronze ; 3. Potin) ; B. Les lieux in pago attribué au diocèse de Cambrai (1) et des diocèses limitrophes (2-7) ; 8. Toponyme issu de finis. (D’après Deru 2009)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.