Mémoires d’archéologues (hors-série) : Aux prémices de l’archéologie lilloise : Gilles Blieck, archéologue municipal (1984-1991)

Dans le cadre de la valorisation du fonds documentaire déposé par Gilles Blieck au sein du SRA Hauts-de-France en mai 2010[1], nous avons souhaité interroger ce dernier afin qu’il nous livre souvenirs et anecdotes de sa carrière d’archéologue municipal.

Cette interview a été élaborée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie). Nous remercions Gilles Blieck qui a eu l’extrême gentillesse de répondre à nos questions.

En 1984, Gilles Blieck devient le premier archéologue municipal de la ville de Lille : il occupera ce poste jusqu’en 1991, date à laquelle il est admis au concours de conservateur du patrimoine (spécialité archéologie). En 1993, il est affecté au Service régional de l’Archéologie de la Direction régionale des Affaires Culturelles Champagne-Ardenne, où il est nommé, en 1996, adjoint du conservateur régional. En 1999, il est affecté au Service de l’Inventaire de Champagne-Ardenne, avant d’être nommé, en 2001, conservateur régional de l’Inventaire de Champagne-Ardenne par intérim. En 2005, il exerce ses fonctions à la Conservation régionale des Monuments historiques de Champagne-Ardenne. En 2008, il est promu conservateur en chef du patrimoine. Puis, en 2009, il est affecté à la Conservation régionale des Monuments Historiques, au sein de la Direction régionale des Affaires Culturelles Centre-Val de Loire, où il exerce encore aujourd’hui. Enfin, en 2015, il est promu au grade de conservateur général du patrimoine.

Visite de travail de la basilique Notre-Dame de Cléry-Saint-André (Loiret) en 2016.

L’archéologie a-t-elle toujours été pour vous un centre d’intérêt, une passion (enfant ou adolescent) ?

Mon intérêt pour l’archéologie est venu tardivement, lorsque j’en ai découvert l’existence après avoir entamé en 1976 des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université de Lille III. J’ai eu la chance de bénéficier de l’enseignement de Roger Hanoune[2], qui assurait alors les cours d’archéologie romaine et gallo-romaine. Ayant toujours été curieux de tout, j’ai longtemps hésité entre l’art contemporain, qui m’attirait aussi beaucoup, et l’archéologie. Mais c’est le talent de pédagogue de cet enseignant qui a déterminé mon choix en faveur de cette dernière, une fois parvenu au stade de la licence.

Avant de devenir archéologue municipal, quelle a été votre formation, puis quelles ont été vos premières fonctions ?

Comme cela était la règle à l’époque pour quiconque voulait acquérir de la « bouteille » en archéologie, j’ai pratiqué la fouille en tant que bénévole sur les chantiers qui étaient organisés durant les vacances scolaires. Durant ces années de formation sur le terrain, j’ai constamment veillé à diversifier les expériences, ne voulant pas me spécialiser d’emblée dans une période ou une civilisation déterminée. J’ai ainsi participé à des chantiers de fouilles sur des sites néolithiques, de l’âge du bronze, de l’âge du fer et, bien sûr, gallo-romains et médiévaux. Puis j’ai eu l’opportunité de faire la connaissance de Pierre Demolon[3], à l’occasion d’un stage de plusieurs mois effectué, sous sa direction, au musée de Douai. Je me suis ainsi découvert une véritable passion pour l’archéologie urbaine, qui était en plein essor à ce moment. Après m’avoir fait bénéficier d’un premier contrat, Pierre Demolon m’a accordé sa confiance et fait gravir les échelons de responsabilité au sein de son équipe. Dans les derniers temps, j’étais devenu responsable d’un chantier, dont j’ai eu l’honneur de présenter les premiers résultats, lors d’une Journée archéologique régionale. Le respect que les archéologues locaux m’ont témoigné à cette occasion a achevé de me convaincre que j’étais alors arrivé « à maturité » !

Quand avez-vous été nommé comme archéologue municipal de la Ville de Lille ? Quelqu’un occupait-il cette fonction avant vous ?

Mon recrutement comme archéologue municipal est intervenu en janvier 1984, à l’issue d’un concours sur titres pour lequel un jury avait été constitué. Il s’agissait d’une création de poste à part entière, intervenue à l’issue d’une campagne de presse menée par Michel Marcq[4] et Jean-Yves Méreau[5], deux journalistes de La Voix du Nord dévoués à la cause du patrimoine. De retentissantes destructions ou des chantiers avortés comme, en dernier lieu, celui de l’ancien cinéma Ritz[6], où avait été mise au jour, dans des conditions pour le moins insatisfaisantes, une partie des vestiges de l’ancienne église paroissiale Saint-Étienne[7], avaient, en effet, fini par susciter une prise de conscience. Dans ce contexte, une élue municipale, Madame Jacquie Buffin[8], à qui je veux rendre hommage, parvint à obtenir, de haute lutte, la création d’un poste d’archéologue à la Ville de Lille, dans le courant de l’année 1983.

Lors de votre arrivée à la tête du service, quelles ont été vos priorités ? Quels locaux occupiez-vous ? De quel personnel (administratif ou technique) disposiez-vous ? Quelles étaient vos relations avec la Ville de Lille et les associations locales comme “Renaissance du Lille ancien” ?

C’est bien simple : tout était à créer, j’étais seul et partais absolument de zéro ! Je ne disposais même pas d’un bureau à part entière dans les premiers mois… On m’affecta, non au service de la Culture, mais à celui de l’Urbanisme. Ce qui s’avéra bénéfique : j’étais de ce fait informé des projets de construction, et donc en mesure de négocier des délais pour des fouilles avant le démarrage des travaux. Ce qui était à Lille une véritable révolution ! De fait, je parvins par la suite à réaliser des fouilles dans des conditions acceptables, en tenant scrupuleusement les délais négociés au préalable. Ce qui était capital, car il fallait asseoir ma crédibilité, tant auprès de la Ville de Lille, un peu circonspecte à mes débuts, que des aménageurs, bien sûr ! Passés ces premiers temps un peu difficiles, mais durant lesquels je n’ai jamais cédé au découragement, la confiance venant, des moyens et des locaux me furent peu à peu accordés. J’eus également à cœur de constituer une équipe de fouilleurs fidèles, car il s’agissait encore, à ce moment, d’une archéologie s’appuyant essentiellement sur des bénévoles. Par ailleurs, j’ai toujours eu à cœur de partager les résultats des fouilles avec la population par divers moyens : par exemple, des opérations « portes ouvertes » sur les chantiers, toutes les fois où cela était possible, des expositions, en mairie ou ailleurs, ou encore des conférences, notamment dans le cadre d’un cycle annuel organisé par la Renaissance du Lille ancien[9], une association locale de défense du patrimoine, avec laquelle je me suis toujours efforcé d’entretenir les meilleures relations. Je n’oublierai surtout pas la presse locale, et en particulier La Voix du Nord, dont le soutien ne m’a jamais fait défaut.

Inauguration de l’exposition « Vous avez-dit… Archéologie ? », tenue en l’hôtel de ville de Lille en 1987 (Pierre Mauroy, maire de Lille, à gauche – Gilles Blieck, archéologue municipal, à droite).

Quels ont été les chantiers archéologiques marquants de la ville durant les années où vous êtes resté en poste ?

Le chantier archéologique le plus marquant de ma carrière lilloise a précédé, en 1988, la construction d’un parking souterrain, place du Général-de-Gaulle, au cœur de la ville médiévale[10]. A l’issue d’une négociation délicate, un total de huit archéologues professionnels put être recruté pendant une période de six mois et cela, aux seuls frais de l’aménageur. Ce qui était une grande première à Lille et dans la région. Car si le financement de l’archéologie préventive par les aménageurs est aujourd’hui une pratique répandue, cela était loin d’être le cas à l’époque. La gestion administrative et financière de ces archéologues était alors assurée par l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN), l’ancêtre de l’actuel INRAP. En raison de leur exceptionnel emplacement, les fouilles de la Grand’ Place eurent aussi un grand retentissement médiatique. Des ouvertures avaient d’ailleurs été ménagées dans la clôture pour permettre au public d’en suivre quotidiennement la progression. Je garde également un souvenir ému du tout premier chantier digne de ce nom que j’ai dirigé en 1985. Situé à l’angle de l’avenue du Peuple belge et de la rue Alphonse-Colas, il portait sur une partie des vestiges de l’ancienne collégiale Saint-Pierre[11]. Furent reconnues à cette occasion les fondations de l’ancienne chapelle Notre-Dame-de-la-Treille, qui abritait le tombeau du comte de Flandre Louis de Male. Mais je pourrais aussi évoquer d’autres chantiers majeurs, tel celui qui se déroula en 1990 et 1991, en préalable à la construction d’un ensemble immobilier, entre la place Rihour et la rue des Fossés, où furent mis au jour pour la première fois les vestiges de la levée de terre qui constituait l’essentiel des fortifications de la ville à la fin du Moyen Âge[12]. Ou encore les fouilles du château dit de Courtrai, rue des Tours, en 1989[13] : quelle émotion de voir peu à peu apparaître la courtine du château faisant face à la campagne, d’une exceptionnelle largeur de 7,50 m à la base !

Quand avez-vous quitté vos fonctions d’archéologue municipal ? Pourquoi ? Et quelles ont été vos fonctions par la suite ?

J’ai quitté mes fonctions en décembre 1991, après avoir tenté et réussi le concours de conservateur du patrimoine dans la spécialité Archéologie. J’ai pris cette décision pour plusieurs raisons. J’étais arrivé, à ce moment, au maximum de ce que je pouvais parvenir à gérer sur le plan des moyens. Les deux dernières années, je menais simultanément jusqu’à quatre chantiers d’envergure et faisais travailler jusqu’à 25 archéologues en même temps, cela toujours aux frais exclusifs des aménageurs. J’étais devenu un véritable chef d’entreprise, dont la préoccupation essentielle n’était plus de faire de la recherche, mais d’assurer la permanence des équipes recrutées sur les chantiers. Dans le même temps, ma situation n’avait pas évolué d’un pouce du côté de la mairie de Lille depuis mes débuts. Malgré mes appels du pied inlassablement répétés en faveur de la création d’un véritable service archéologique municipal, j’étais toujours la seule personne employée par la Ville à cette tâche, huit ans après mon recrutement. Je pensais aussi, sans doute un peu naïvement, que mon départ était susceptible de produire un « électrochoc » et de faire évoluer positivement les choses. Ce qui, hélas, ne s’est pas vérifié par la suite… Mais la Ville procéda néanmoins rapidement à mon remplacement, signe que j’étais quand même parvenu à faire la preuve de l’utilité d’un archéologue municipal ! Après mon départ, j’ai été affecté dans un service régional de l’archéologie pendant sept ans. Comme la possibilité en existe pour les conservateurs du patrimoine, j’ai ensuite changé à deux reprises de spécialité, optant d’abord pour l’Inventaire puis, définitivement, pour les Monuments historiques. J’exerce ainsi aujourd’hui les fonctions de conservateur des Monuments historiques à la DRAC Centre-Val de Loire. Je n’ai jamais regretté aucun de ces choix, toutes ces expériences m’ayant beaucoup enrichi sur les plans professionnel et personnel.

Quel est votre “meilleur” souvenir en tant qu’archéologue municipal ? En avez-vous de moins bons ?

Mon meilleur souvenir, c’est certainement d’avoir contribué à susciter des vocations. Plusieurs fouilleurs qui faisaient partie de mon équipe et que j’avais en grande partie formés, ont en effet « creusé leur sillon » par la suite et sont même, pour certains, devenus des responsables d’opération à l’INRAP. En revanche, étant d’une nature positive, je n’évoquerai aucun mauvais souvenir, ne voulant retenir des huit années où j’ai travaillé à Lille que les très nombreuses satisfactions qu’elles m’ont apportées !


[1] Voir l’article « Le fonds documentaire Gilles Blieck du Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France » publié par Alexia Antrope et Thomas Byhet sur ce même site.

[2] Après des études secondaires à Alger, Roger Hanoune a été membre de l’École normale supérieure à Paris et de l’École française à Rome. Il a été maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3 : il a enseigné l’art et l’archéologie de Rome et formé plusieurs générations d’étudiants travaillant encore aujourd’hui dans le domaine de l’Archéologie. Spécialiste de l’Afrique romaine, il a dirigé plusieurs chantiers archéologiques en Tunisie (Bulla Regia et Pupput). Dans la région Hauts-de-France, il a dirigé pendant plusieurs années le chantier archéologique universitaire de la basilique du forum de Bavay (Nord) et a contribué à la connaissance de Cassel antique (Nord). Il a également été membre de plusieurs instances archéologiques nationales (CNRA Paris, Commissions régionales de la recherche archéologique Centre-Nord et Est). Il a publié un nombre conséquent d’ouvrages et d’articles sur ses thématiques de recherche.

[3] Ancien directeur du service archéologique municipal de Douai, puis de la Direction de l’archéologie préventive de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (DAP-CAD), créateur du musée Arkéos (voir sur Nordoc’Archéo son portrait filmé dans la série Mémoire d’archéologues).

[4] Champenois d’origine, Michel Marcq (1939-2017) fut journaliste et écrivain à Lille : il démarra sa carrière à La Voix du Nord en 1963.

[5] Journaliste depuis quarante ans, Jean-Yves Méreau a exercé durant vingt-cinq ans à La Voix du Nord (1976-2000), où il a été chef adjoint de la rédaction lilloise, spécialisé dans la politique locale et les projets urbains. Aujourd’hui, journaliste indépendant et écrivain, il collabore à plusieurs titres de presse. Il est également président des associations Renouveau du Lille ancien et Amis du Fort d’Ambleteuse.

[6] Créé en 1921 à l’emplacement d’une ancienne brasserie (La Brasserie Universelle), d’un casino et, surtout, de l’ancienne église Saint-Étienne, le cinéma Ritz était établi à proximité de la Grand-Place de Lille : son entrée était située rue de la Bourse. Il a été détruit par un incendie en juillet 1980.

[7] L’église paroissiale Saint-Étienne s’élevait au nord de la Grand-Place de Lille, à l’emplacement d’une église primitive. Elle fut détruite par un incendie en 1792, lors du siège de Lille par les Autrichiens, abandonnée et, enfin, livrée à la récupération des matériaux.

[8] Jacquie Buffin fut, entre autres, adjointe à la Culture du maire Pierre Mauroy, conférencière en Histoire de l’Art et présidente de l’Université populaire de Lille (2006-2009).

[9] Renaissance du Lille Ancien est une association de sauvegarde du patrimoine architectural et urbain de Lille fondée en 1964. Son action s’est étendue en 2016 à la région Hauts-de-France et au soutien financier par création d’une fondation homonyme. Son actuel président est Jean-Yves Méreau (voir note 5).

[10] Pour ce chantier, voir l’article « Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 1. Les chantiers des années 1980 » publié par Alexia Antrope et Thomas Byhet sur ce même site.

[11] Pour ce chantier, voir l’article « Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 1. Les chantiers des années 1980 » publié par Alexia Antrope et Thomas Byhet sur ce même site.

[12] Pour ce chantier, voir l’article « Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 3. Les chantiers des années 1990 » publié par Alexia Antrope et Thomas Byhet sur ce même site.

[13] Pour ce chantier, voir l’article « Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 2. Le château de Courtrai (1987-1989) » publié par Alexia Antrope et Thomas Byhet sur ce même site.

 

Citer ce billet : Alexia Antrope, Thomas Byhet. “Aux prémices de l’archéologie lilloise : Gilles Blieck, archéologue municipal (1984-1991)”. Publié sur Nordoc’Archéo le 06/05/2019. [Lien : https://nordoc.hypotheses.org/8688]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.