Mémoires d’archéologues (hors-série) : Pierre Leman, une carrière dédiée à l’archéologie

Dans le cadre de la sortie de son dictionnaire biographique Archéologues des Hauts-de-France de 1790 à nos jours, paru en 2017[1], nous avons souhaité rencontrer Pierre Leman afin qu’il partage avec nous ses souvenirs et les anecdotes d’un parcours professionnel long de 42 années.

Cette interview a été conduite par Karine Delfolie (abrégée KD, interview), Thomas Byhet (abrégé TB, interview) et Luc Vallin (abrégé LV, interview et enregistrement) [DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie]  au domicile de M. et Mme Leman, à Villeneuve d’Ascq, le 8 février 2019.

Avertissement : nous avons délibérément décidé de garder un style oral à cette interview afin de rester dans l’esprit de la série de portraits d’archéologues de la région disponibles sur Nordoc’Archéo : Mémoires d’archéologues.

Lillois de naissance, professeur d’histoire, archéologue, spécialiste des voies romaines du Nord de la France, Pierre Leman est nommé en 1966 assistant d’Ernest Will, alors directeur de la circonscription des Antiquités historiques Nord et Picardie ; après le départ de Charles Pietri, successeur de Will, en 1972, il fait fonction de directeur pour la partie septentrionale de l’inter-région. Il devient directeur de la nouvelle circonscription des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais en 1974 et directeur par intérim des Antiquités préhistoriques de la même région l’année suivante, postes qu’il occupe jusqu’en 1991, préfigurant ainsi la fusion Histoire/Préhistoire effectuée sur le plan national avec la création des Services Régionaux de l’Archéologie. Il est ensuite nommé conservateur du site archéologique de Bavay et professeur associé à l’université de l’Artois (Patrimoine et Tourisme) jusqu’à son départ en retraite en 2005. Conservateur en chef honoraire du patrimoine, il a été décoré en 2014 de la Légion d’honneur. Au cours de sa carrière, il a publié (et publie encore) plusieurs dizaines d’articles et d’ouvrages.

(© Photographie : Thomas Byhet, Service régional de l’Archéologie, 2019)

TB : Lorsque vous étiez enfant, est-ce que l’archéologie était un domaine que vous connaissiez, était-ce une passion ?

PL : C’est arrivé par la suite, un peu à la fois… D’avoir vu, par exemple, les préhistoriens fouiller au Mont de l’Enclus[2], en Belgique. J’ai été élève au lycée de Roubaix, mais l’enseignement de l’archéologie au niveau des lycées était inexistant. Il fallait voir les ouvrages du Secondaire avec les plans de Rome et tout cela. Il faut bien comprendre que dans la mentalité d’alors, la Préhistoire c’était de la géologie, ça n’intéressait que quelques professeurs… Quant à l’Histoire antique, à l’agrégation, c’était Rome et Athènes, l’année suivante, à l’inverse, c’était Athènes et Rome. C’était tout : en dehors de ça, il n’y avait rien. Il fallait faire sa propre découverte. Roger Agache[3] raconte très bien comment il a eu sa vocation, par un instituteur. C’est très variable. Et je voulais aussi exercer un métier de plein air… des vieux souvenirs de scoutisme !

TB : Quel a été votre parcours initial ?

PL : C’était le circuit classique : Hypokhâgne, Khâgne. C’était l’époque de la guerre d’Algérie, ce n’était pas une époque commode.

J’ai fait mon diplôme d’études supérieures sur les voies romaines[4]. C’était un diplôme d’études supérieures annexe, car on avait deux mémoires à remettre dans le cadre de ce qu’on a appelé ensuite la maîtrise. J’avais fait mon travail principal sur les églises des Jésuites à Lille au XVIIe siècle[5], parce que pour les mémoires il y avait histoire moderne et médiévale. Ernest Will[6] m’a dit de continuer dans ce sens-là. Will était mon prof de fac et c’est avec lui que j’ai fait mon mémoire, donc je l’ai bien connu depuis ma licence, depuis 1960. Will a développé, à la Faculté déjà, une politique de rapprochement avec les Belges : l’Université de Gand, avec des grands patrons[7], pour les faire venir, les faire parler. C’est pour cela que j’avais fondé avec Philippe Jessu[8] – on était deux étudiants pour toute la Fac à partir en stage à l’étranger – le GAUL (Groupement des Archéologues de l’Université de Lille), où on invitait tous les quinze jours un archéologue à parler, comme Jean Vercoutter[9], pour l’égyptologie, par exemple.

J’ai ensuite été professeur certifié au lycée de Roubaix. Dans l’enseignement, on devait dix ans à la fonction publique, mais on avait droit, au bout de deux ans d’exercice, à un détachement. C’est André Malraux qui a mis en place le système : on passait devant une commission de détachement et on était prêté au Ministère de la Culture. Donc, au bout de deux ans, après le CAPES, je suis devenu membre du Ministère de la Culture et assistant de Will qui était directeur des Antiquités. C’était la formule pour faire des économies de postes.

TB : Vous avez été choisi comme assistant à cause de ce lien privilégié avec Will ?

PL : Non ! Le recrutement était régi par des textes, un système très particulier, très difficile : il fallait passer des stages de terrain (mis en place par Will), avec l’appréciation des directeurs de stage. André Leroi-Gourhan[10] était redoutable. J’ai des collègues universitaires qui sont venus sur le terrain, qui ont fait une fouille… et le lendemain ils n’étaient plus là ! Et après on postulait pour une liste d’aptitude. Le choix de la liste d’aptitude était fait par le Conseil supérieur de l’Archéologie : il y en a qui se présentaient et qui ne réussissaient pas du premier coup. Il y avait les listes d’aptitude aux fonctions d’assistant, les listes d’aptitude aux fonctions de directeurs. On a créé un cursus qui n’était d’ailleurs pas dans les textes : le conseil supérieur choisissait sur la liste d’aptitude ceux qui avaient passé un IIIe cycle (ce qui était mon cas). Une fois inscrit sur la liste d’aptitude, il fallait attendre qu’un poste se libère.

LV : Pouvez-vous nous en dire davantage sur Ernest Will ?

PL : Will était d’origine allemande, car né en Alsace en 1913. Il avait vu l’avance considérable des Allemands par rapport aux Français dans le domaine de l’Archéologie. Il disait donc qu’en France, pour former des conservateurs, il fallait leur apprendre à fouiller en Allemagne et, par ses relations, j’ai fait des chantiers de fouille en Allemagne, des chantiers très ardus. On a appris ce que c’était une stratigraphie, un niveau… dans les études d’archéologie, on ne savait rien de tout ça. Et il y a eu la même chose, le même cheminement en Préhistoire. Leroi-Gourhan disait : « Vous voulez faire de la Préhistoire ? Allez sur tel chantier ! ». Ce sont des voies parallèles à l’Université et parfois en conflit aigu avec les Universités. Dès que je suis rentré d’Allemagne avec mon copain Philippe Jessu, on a fouillé dans une argilière tous les dimanches, ici à Ascq, en 1963. C’était aussi une fouille de sauvetage, on ne pouvait venir fouiller que le dimanche.

Will a aussi fondé la Conférence des directeurs de circonscription. C’était une instance remarquable – c’était une association loi 1901 – créée en 1957, d’abord pour réunir tous les directeurs de France, Histoire et Préhistoire, et aussi pour demander à l’administration du Ministère la création d’un véritable statut d’archéologue. Il y a eu des conflits, des bagarres… je vous passe les détails. Will, ensuite, a renoncé à s’occuper de la conférence, en 1959. D’autres ont pris le relais. Pour vous donner une idée de l’époque, on ne se connaissait pas entre assistants, par circonscription. Il y avait, par exemple, le conservateur de Préhistoire de Normandie, Guy Verron[11]… je connaissais bien Robert Neiss[12], qui était en Champagne-Ardennes, mais on ne se connaissait pas d’une circonscription à l’autre. Après, j’ai fondé l’amicale des assistants de circonscription, en 1968, pour demander qu’on ait au moins connaissance des uns et des autres. Dans cette affaire, Will nous a beaucoup soutenus. L’amicale des directeurs de circonscription se réunissait de ville en ville : par exemple, en 1967 c’était Quimper, mais ils ne se réunissaient qu’entre eux ! Will, pour la première fois, a dit qu’il faudrait quand même inviter les assistants. C’est comme cela que j’ai découvert, en 1967, mes collègues d’autres circonscriptions et en 1968 – évidemment – on a fondé une amicale pour se connaître les uns les autres et pour produire un bulletin.

Interview de Pierre Leman à propos d’Ernest Will

KD : Quand vous êtes arrivé directeur en 1972, de quels moyens disposiez-vous ?

PL : Il faut savoir qu’à l’époque, on n’avait aucun personnel. On n’avait même pas de secrétaire : c’était des vacations. Point. Il fallait à la fois être sur le terrain et se bagarrer tout le temps, tout le temps, pour avoir un secrétariat.

KD : Et vous avez réussi à avoir un secrétariat à partir de quelle date ?

PL : Tardivement ! C’était du bricolage, des vacations… après, c’était à mi-temps.

KD : Ça a pris plusieurs années ?

PL : Oh oui, oui, oui… Et mon premier poste d’adjoint, c’était un agent technique, en 1974, qui s’appelait Pierre Bodart[13] et qui, malheureusement, est vite décédé. Je l’ai remplacé par Louis Jeanson[14].

J’avais quand même une camionnette « tube »[15] comme véhicule ! Il faut imaginer que, par exemple, Roger Agache ou bien Jean-Jacques Hatt[16] faisaient leur tournée de circonscription avec leur mobylette. Il n’y avait rien d’autre ! Rien, rien, rien ! Christiane Lesage[17], elle, utilisait le train. Moi, j’avais eu droit à un tube.

LV : Vous aviez des locaux à Lille ?

PL : Il n’y avait pas de locaux. À l’origine, c’était le bureau de Will, chez lui, à Sèvres. C’était commode ! Après, on a été hébergés par les Monuments Historiques : 4, rue Gombert à Lille. On avait un bureau qui était grand comme mon salon et quelqu’un du service des Monuments Historiques, c’était tout… Pour Agache, c’était très simple : c’était le bureau de sa femme, conservatrice de musée. J’ai donc été hébergé comme ça par les Monuments Historiques jusqu’en 1975. Après, il a fallu avoir une politique des locaux, savoir ce qu’on allait mettre dedans : Antiquités Historiques, Préhistoriques. Les consignes du Ministère c’était : « Essayez de trouver des locaux, vous vous débrouillez », bref… Quand on a créé la ville nouvelle, ici à Villeneuve d’Ascq, on a exproprié 15 fermes et il a fallu trouver à ces fermes une occupation, une affectation, sinon elles étaient squattées. Les créateurs de la ville nouvelle sont venus me trouver en me disant : « Est-ce que vous ne voulez pas un dépôt de fouilles et vous installer à la ferme Saint-Sauveur[18] ? ». J’ai sauté sur l’occasion. Il fallait s’installer, s’équiper, s’organiser ! J’avais un logement de fonction payant, comme ça s’est fait dans d’autres régions, chez Jean Combier[19] en particulier, en Ardèche. C’était la débrouillardise, directeur par directeur. Je vois Michel Mangard[20] qui était directeur au lycée de Caen, en Normandie : la Direction Régionale des Antiquités Historiques de Normandie, c’était l’armoire à balais du lycée ! C’était ça ! Après, il y a eu la création des DRAC[21] : ici, dans le Nord, c’était 1977 (c’était la dernière créée). Là aussi, il y avait besoin de locaux. Donc, administrativement, je dépendais de la DRAC, mais les locaux étaient distants. Après, le service d’Archéologie a quitté la ferme Saint-Sauveur pour rejoindre la DRAC à Lille.

KD : Donc, c’est grâce à la ville nouvelle et à la municipalité que vous avez eu des locaux ?

PL : La ville nouvelle devait être une ville culturelle, donc il fallait créer des structures culturelles. C’était la doctrine de Christian Pattyn[22] qui est devenu directeur du Patrimoine. C’est comme ça qu’a été créée La Rose des Vents. À la ferme Saint-Sauveur, ils ont fait d’énormes travaux… ils ont abattu une grange pour héberger une troupe de théâtre qui n’est jamais venue. Il y a plusieurs fermes comme cela ici : la ferme d’En-Haut, la ferme du Terroir… il y en a une quinzaine ! C’était des budgets de l’EPALE : Établissement Public d’Aménagement de Lille-Est.

KD : Donc, il y avait un loyer payé par l’État à l’EPALE ?

PL : Non ! L’EPALE, c’était un établissement public, donc c’était l’État. À certains moments, je travaillais chez moi, parce qu’on n’avait pas de téléphone. Pour le téléphone, il fallait passer par les MH pour avoir une communication : c’était la préhistoire de la Préhistoire !

TB : Quelle était la situation de l’archéologie dans les années 60-70 ?

PL : On fouillait le samedi et le dimanche, quand les travaux étaient arrêtés. Là où on a fait le plus de fouilles, c’était en 1968 parce qu’avec les événements, les chantiers étaient arrêtés. On pouvait alors rentrer dans les briqueteries par exemple, pour aller fouiller. Les briqueteries, c’était toujours, toujours très difficile, parce que c’était dangereux !

KD : Quelle était la politique régionale de la Direction des Antiquités avant votre arrivée et quelles actions avez-vous mené vous-même ?

PL : La priorité de Will – toujours dans l’idée de son rattrapage par rapport à l’Allemagne – c’était de fouiller les grands centres urbains : Arras, Boulogne, Thérouanne… On avait rien, on ne savait rien ! C’était aussi la fouille des castra, dont on n’avait pas de plan précis. À Beauvais, on a fait une grande fouille dans un secteur classé monument historique, sur lequel on ne savait rien. Il a fallu faire des fouilles urbaines pendant 4 ans, mais alors avec une vingtaine d’hommes mis à disposition. C’était avec des prisonniers de droit commun : une époque aussi ! Les prisonniers de droit commun avaient le droit de sortir ; Ils étaient surveillés et servaient de main d’œuvre. On les déposait à Beauvais, où on a fait cet énorme chantier, et à Bavay également.

Ma priorité c’était la protection des sites, les acquisitions de terrain – il y avait une ligne budgétaire qui existait pour cela – et c’était de terminer le très gros chantier de Bavay, où il fallait encore acquérir dix maisons, régulièrement, chaque année. Et puis former des gens, dire aux étudiants qui sortaient de l’Université, comme Claude Seillier[23] ou d’autres : « Faites d’abord un stage et revenez ensuite ! ».

TB : Lorsque vous êtes arrivé, votre réseau de correspondants existait-il déjà ? Avez-vous dû l’étoffer ? Avez-vous des noms de personnes qui vous ont marqué plus que d’autres ?

PL : En Préhistoire, le réseau de correspondants, c’était des instituteurs, surtout, et des instituteurs remarquables au point de vue connaissances : je pense en particulier à René Parent[24], du sud de l’Aisne, l’homme du Tardenoisien. Après, il a fallu l’étoffer – il y en a qui se proposaient – mais aussi tenir compte des endroits et des vides où il n’y avait pas du tout d’archéologues, comme à Saint-Pol-sur-Ternoise ou Boulogne, qu’il fallait combler. Le correspondant c’était « la bouche et l’oreille du directeur », comme on disait à l’époque, parce qu’il n’y avait aucun moyen. Pour regrouper les uns et les autres, pour les faire parler, j’organisais une journée archéologique par an. L’objectif que Will m’avait donné aussi, c’était de publier. À part la Revue du Nord, il y avait des bouts de revue, mais pour avoir une synthèse, c’était difficile.

TB : Vous aviez de bonnes relations avec ces correspondants ? Ils jouaient leur rôle ?

PL : Je les ai nommés, j’essayais de trouver ceux qu’il fallait, mais il y a toujours des caractères, des gens qui se faisaient un petit fief… c’est humain, ça ! Mais, dans l’ensemble, j’en ai tiré parti, oui !

TB : Vous avez réussi à obtenir des résultats sur des villes comme Boulogne-sur-Mer ? Il y a des projets qui se sont créés, qui se sont montés ?

PL : Là, je me suis aperçu d’une chose : c’est que, par rapport aux autres régions, on avait un déficit considérable de fouilles et de recherches, pour des questions d’enseignement et d’autres questions diverses. Je me suis lancé dans une politique de recrutement d’archéologues municipaux et départementaux : j’en ai créé une dizaine. C’était parfois d’anciens correspondants. Il y a des villes où je n’ai pas réussi… c’est au hasard des relations politiques.

J’ai aussi commencé à recruter le premier archéologue départemental en 1975. J’en ai eu deux : il y avait Hubert Halbaut[25] et Bernard Florin[26]. Là, c’était un circuit totalement différent. L’administration n’aimait pas trop avoir des fiefs, mais j’ai fait des démarches auprès du Conseil général du Nord et l’archéologue départemental a été recruté par une commission d’élus. J’ai trouvé des élus attentifs, souvent d’anciens instituteurs. Ils m’ont dit : « Mais… vous ne demandez qu’un poste ? Il faut en demander plusieurs ! Demandez-en toujours deux, vous en aurez un ! ». J’ai donc demandé deux postes et je les ai eus. Halbaut a d’abord été nommé, Florin ensuite. Ça, c’était au niveau du département, car la région n’avait pas le droit de recruter. J’avais un projet, mais il y avait des questions liées au droit régional.

Après, ville par ville, quand il y avait une opportunité, j’en profitais ! Par exemple, Arras, avec Alain Jacques[27] : il y avait un projet énorme de parking souterrain (qui existe toujours), ce qui a provoqué des levées de boucliers des associations (les Vieilles Demeures Françaises, etc.) ; les opposants ont prédit qu’il aurait des découvertes archéologiques sur la Grand’Place ; le maire s’est tourné vers moi et m’a dit : « Mais comment on peut faire ? » ; je lui ai dit : « Vous recrutez un archéologue municipal ! », et le lendemain c’était fait ! Il y a eu des hasards comme cela. Boulogne, ce n’est jamais arrivé !

TB : C’était le cas pour Douai, avec Pierre Demolon ?

PL : Douai, c’est encore un cas particulier. Pierre Demolon[28] a fait son poste seul, dans le cadre du Musée : c’était un licencié en mathématiques. Il a fait le parcours que l’on connaît. C’était un peu une émulation pour les autres villes. Douai : ville de droite, Arras : ville de gauche. C’est aussi ce qu’il fallait savoir ! Donc, j’en ai fait des présences aux pots, aux réunions… pour voir les élus à part !

Interview de Pierre Leman à propos des archéologues départementaux et municipaux

KD : Quels sont les grands évènements qui ont marqué l’archéologie régionale sous votre direction ?

PL : On avait une particularité dans la région, c’était la couverture de presse importante : La Voix du Nord, Nord-Éclair, Nord-Matin, La Croix du Nord, Liberté-Hebdo… On avait affaire en particulier à un très bon journaliste qui s’appelait Michel Marcq[29], à la Voix du Nord. Quand il y avait un article dans la Voix du Nord, les autres disaient : « Ah, on voudrait en faire autant ! ». Il y avait une pression journalistique et des articles qui étaient bien faits. Ce qui fait que l’émotion était entretenue.

Pour en revenir en à votre question, en 1971, il y a eu l’affaire de Labuissière[30] : là, c’était un coup terrible ! Pour l’installation d’une grande surface, tout un ensemble de fours de potiers a été décapé et est apparu brutalement sous les bulldozers. La presse s’en est emparée, ça montait, ça montait et je criais au secours, parce que j’étais seul et sans moyens financiers ! Ça a fait une telle affaire cette histoire de Labuissière ! J’ai alerté mon patron d’alors, Charles Pietri[31], qui était en même temps professeur d’Université. À partir de ce moment-là le Ministère – c’est Maurice Druon qui était ministre – a dit qu’il ne voulait plus de directeurs indemnitaires[32], mais uniquement des directeurs à temps plein. Parce qu’en réalité, selon les subtilités de l’administration, j’étais assistant faisant fonction de directeur ! Ils avaient toujours des trucs comme cela, un peu boiteux… Au cabinet de Druon, on a dit : « Non ! Maintenant on veut de véritables services ! ». C’est à partir de là – il y a eu d’autres exemples en France, en particulier à Marseille – qu’on a mis des directeurs à plein temps, à partir de 1973-1974. C’est comme cela que c’est parti.

TB : Il y a eu une autre grosse découverte archéologique dans la région, c’est Biache[33]. Quels sont les tenants et les aboutissants de l’histoire ?

PL : C’est l’histoire d’un correspondant, Edmond Fontaine[34], qui avait fait son boulot parce qu’il avait rencontré dans son village, à Vaulx-Vraucourt, un type qui lui a dit : « On a fait des découvertes, avec des rotules grosses comme des ballons de rugby ! ». Il a fallu faire une enquête, rentrer dans l’usine et, après, faire une série d’interventions sur le terrain, parce que la législation française impose l’autorisation du propriétaire du terrain pour faire des fouilles… et quand vous avez affaire à une multinationale… C’était un contexte compliqué ! Toujours est-il que Jacques Soustelle[35] – qu’on avait mis dans le coup pour la réflexion sur le métier de l’archéologie – a été missionné pour rendre compte et est venu visiter Biache : c’était la panique parmi les élus !

LV : Quel autre fait vous a marqué ?

PL : Toutes les découvertes dues à l’archéologie aérienne en 1976, à cause de la sécheresse ! Là, c’était extraordinaire. Bien évidemment, la photographie aérienne existait avant : la première prise de vues de Roger Agache date de 1962 ! Mais 1976 a multiplié considérablement les découvertes et Roger Agache a mis au point une technique de prise de vues. Après, il y avait la technique d’interprétation qui s’est perfectionnée un peu à la fois.

KD : Quelle était votre politique de valorisation de l’archéologie régionale ?

PL : J’avais en projet la mise en valeur du site de Biache : à la fois une présentation muséographique et une représentation – ce qui était nouveau à l’époque – du contexte animalier et végétal. J’ai beaucoup travaillé là-dessus. J’avais un Drac, Jacques Imbert[36], qui était fort sensible à ça. Le projet était de faire à Olhain, dans le Pas-de-Calais, un parc avec représentation des animaux de l’époque, musée, etc. Tout était prêt ! J’aurais bien voulu faire cela … la représentation auprès des enfants des écoles, voir les animaux de l’époque. On avait bien préparé, mais les élus n’ont pas suivi, pour des raisons politiques. Après, ils se sont rabattus sur un projet de musée de la Préhistoire, alors on a cherché le site qui nous aurait accueilli : les élus se sont rabattus sur le Palais Saint-Vaast d’Arras où une aile complète était libérée par le départ des Impôts ; on a présenté les devis et ils ont embauché un conservateur du futur musée qui n’a pas eu lieu, c’était Jean-Luc Marcy[37].

On a eu un autre projet avec Roger Agache, c’était de faire un musée de Préhistoire Hauts-de France, à Abbeville, site éponyme. On avait l’endroit, on a recruté un archéologue, Pascal Prévost[38] – qui a été en poste à un moment, ici, dans le Nord – pour monter un grand musée de Préhistoire, avec toutes les périodes (Biache, c’était que pour le Paléo) : un musée complet de la Préhistoire comme il y en a à Londres, mais pour les Hauts-de-France. Agache avait trouvé les locaux qui étaient superbes : les anciens bâtiments des douanes. Tout était prêt, mais là aussi, pan, barrage en disant : « Croyez-vous que ça va intéresser les gens ? », etc. Les gens parlent du musée d’Abbeville, mais le musée d’Abbeville n’est pas un musée de Préhistoire, c’est un musée avec les collections d’Agache, des photographies aériennes, des collections de pipes.

À Bavay, là, on a réussi ! C’était un autre pari : celui de refaire un nouveau musée ! C’est un projet qui a duré de 1969 à l’inauguration en 1976 : il faisait une chaleur atroce !

TB : Vous avez rédigé un dictionnaire biographique des archéologues de la région[39], quelle était votre motivation ?

PL : Tout bêtement. C’était aux funérailles de Roger Agache en 2011. On parlait avec les anciens des histoires d’Agache, des blagues d’Agache : il disait au pilote : « Vous allez m’attendre à tel terrain ! », mais il se trompait d’aérodrome, il allait à côté. Bref ! Moi, j’ai connu Agache dès 1962 et les gens m’ont dit, alors qu’on parlait de souvenirs : « Pourquoi vous ne raconteriez pas tout cela ? ». Je me suis lancé. Voilà comment c’est venu, d’une conversation avec Bruno Bréart[40l] et Jean-Claude Blanchet[41i].

Mon dictionnaire porte sur la région Hauts-de-France, car, à l’époque, on commençait à parler des Hauts-de-France. J’avais pensé faire le Nord–Pas-de-Calais, mais il y a des gens comme Roger Agache ou François Vasselle[42], ou d’autres, qui travaillaient dans l’orbite de l’ancienne circonscription Nord-Picardie. La question, c’était le choix des archéologues : Ceux qui sont originaires de la région ? Ceux qui ont travaillé dans la région, comme les archéologues allemands en 14-18 ? Est-ce qu’il faut mettre seulement les décédés ? Etc.

J’ai voulu mettre les collègues vivants, mais il y en a qui intervenaient en disant : « N’oubliez pas de dire que j’ai une médaille ! », etc. Donc j’ai fait ce choix des archéologues décédés. Comme source : les souvenirs, les lettres, les coupures de presse, les publications que j’ai regroupés… et je découvre encore des choses ! Par exemple, un type originaire de Valenciennes, un jésuite, qui est allé fouiller en Chine, qui a fait un musée considérable !

KD : Ça vous a pris combien de temps ?

PL : Deux ans ! Recherches en bibliothèque, recherche de caricatures – il y en a – la correspondance… et après, les problèmes d’impression.

KD : Avez-vous un nouveau projet en cours ?

PL : Ah, plus d’archéologie ! Il faut passer à autre chose ! Quand c’est fini… Et comme on dit, ce n’est pas tout de parler de trou, mais il faut ensuite remonter ! Non, j’ai des projets tout à fait différents. L’histoire de mon lycée, l’histoire de 39-45, j’ai plusieurs projets en cours. Mais ça serait intéressant de continuer les biographies.

TB : Vous restez malgré tout attaché à l’archéologie régionale ? Vous vous tenez au courant ?

PL : Je lis dans la presse quand il y a des découvertes ou des sites que j’ai connus, comme Bavay ou Beauvais, mais le reste, non… Ou alors les sites importants, qui ont quelque chose de spectaculaire qu’on peut présenter en musée, mais aussi qui relèvent des questions qu’on pose à l’archéologie : par exemple, la localisation de tel site, sur laquelle les gens se bagarrent… Ou alors les sites que j’aurais bien voulu voir fouillés de façon sérieuse et dont des farfelus parlent parfois.

LV : Comme Quentovic[43], peut-être ?

PL : Un peu… Mais aussi en Préhistoire, ce site énigmatique des Sept Bonnettes à Sailly-en-Ostrevent[44]. Quand on voit la littérature publiée là-dessus, heu… Mais ça, c’est par intérêt ! Pour l’instant, j’ai d’autres centres de recherche totalement différents.

KD : Quand vous parlez des sites qui posent question à l’archéologie, c’est seulement Sailly-en-Ostrevent ?

PL : Non ! Il y en a une vingtaine d’autres : ça, c’est un bouquin que je prépare !

KD : Donc vous n’avez pas totalement abandonné l’archéologie, alors ?

PL : Non, mais ça c’est à la fois l’archéologie et l’histoire. Il y a eu par exemple des générations et des générations qui se sont bagarrées pour localiser le Vicus Helena[45], alors là il faut suivre de près les découvertes archéologiques, éliminer tout ce qui est farfelu… et aussi il peut y avoir des textes. On peut être à la merci d’une inscription inédite ou récemment découverte. Les sources en épigraphie et en numismatique peuvent encore être exploitées. Mais une chose à la fois. Pour l’instant, j’ai fait un article sur l’histoire de mon lycée.

LV : Pour conclure, voulez-vous rajouter quelque chose ?

PL : Oui : je n’ai pas de petits enfants archéologues !

Diaporama retraçant l’activité archéologique de Pierre Leman


[1]. Pierre Leman, Archéologues des Hauts-de-France de 1790 à nos jours, Collection Archaiologia, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2017. Un grand nombre des renseignements contenus dans les notes sont issus de ce dictionnaire.

[2]. Le mont de l’Enclus est une colline des Monts de Flandre, partagée entre les communes belges de Kluisbergen (flamande) et du Mont-de-l’Enclus (wallone). Son altitude est de 141 m. Siegfried Jan de Laet (1914-1999), professeur à l’Université de Gand, y fit des recherches dans les années 1950 sur des tumulus de l’âge du Bronze.

[3]. Roger Agache (1926-2011) fut directeur des Antiquités préhistoriques de la région Nord-Picardie de 1962 à 1972 ; après la scission des deux régions, il continua à diriger la circonscription des Antiquités préhistoriques de Picardie jusqu’en 1983 et celle du Nord-Pas-de-Calais, par intérim, jusqu’en 1974. Il fut également l’un des pionniers de l’Archéologie aérienne en France.

[4]. En 1960, Pierre Leman a présenté en 1960 un diplôme d’études complémentaires sur Les voies romaines de Bouvines, publié par la Société de Recherches historiques de la région Hénin-Liétard-Carvin. En 1972, il a soutenu à l’Université de Lille une thèse de IIIe cycle portant sur Les voies romaines de la Belgique Seconde qui a été publiée en 2010 par les éditions Nord-Avril sous le titre : À la recherche des voies romaines dans le Nord-Pas-de-Calais.

[5]. Pierre Leman, Les Jésuites à Lille au XVIIe siècle. Histoire de la Compagnie et vie économique, D.E.S. sous la direction de L. Trénard, Université de Lille, 1960, 123 p.

[6]. Ernest Will (1913-1997) a enseigné à la Faculté des Lettres de l’Université de Lille et a dirigé la Première Circonscription des Antiquités historiques de 1954 à 1969 (voir, sur Nordoc’Archéo, l’article de Corinne Hélin : « Ernest Will (1913-1997) et la création d’un service archéologique dans le nord de la France »).

[7]. C’est-à-dire les grands pontes de l’Archéologie belge.

[8]. Philippe Jessu (1939-2017) a été conservateur du Musée de l’Hospice Comtesse à Lille de 1966 à 1984. Il a codirigé, avec Pierre Leman, les fouilles de la collégiale Saint-Pierre à Lille en 1963-1964. Il a présidé, après 1973, le Comité flamand de France. Ses publications portent sur l’histoire et le folklore de Lille et sa région.

[9]. Diplômé de l’École pratique des Hautes Études, égyptologue, Jean Vercoutter (1911-2000) fut nommé directeur de l’Institut d’archéologie orientale de 1977 à 1981.

[10]. Ethnologue, archéologue et préhistorien français, André Leroi-Gourhan (1911-1986) fut l’un des plus éminents spécialistes du Paléolithique supérieur. Il joua un rôle majeur dans la modernisation des méthodes de l’archéologie et forma toute une génération de chercheurs.

[11]. Spécialiste de l’âge du Bronze, Guy Verron fut directeur des Antiquités préhistoriques de Haute et Basse Normandie, puis directeur des Antiquités historiques et préhistoriques de Basse Normandie.

[12]. Conservateur en chef du patrimoine, spécialiste d’archéologie urbaine, Robert Neiss occupa les fonctions de directeur des Antiquités historiques de la région Champagne-Ardennnes, puis celle de membre de la commission interrégionale de la recherche archéologique de l’Est de la France jusqu’à la fin de sa carrière, en 2006.

[13]. Pierre Bodart (1936-1978) fut I.T.A. (ingénieur technique administratif) à la Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais. Il conduisit des recherches à Les Rues-des-Vignes, au Vieil-Hesdin et à Sorrus.

[14]. Louis Jeanson fut  I.T.A. (ingénieur technique administratif) à la Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais de 1978 à 1993.

[15]. Appellation donnée par leurs utilisateurs aux camionnettes en tôle ondulée de la marque Citroën : il s’agissait en réalité du modèle HY, successeur du TUB, connu surtout par le « panier à salade » qui équipait les forces de police dans les années 1960-1970.

[16]. Archéologue et historien français spécialiste de la religion gauloise, Jean-Jacques Hatt (1913-1997) fut professeur à l’université de Strasbourg, directeur des Antiquités d’Alsace et conservateur du musée archéologique de Strasbourg.

[17]. Christiane Lesage a été conservateur (aujourd’hui honoraire) des Monuments historiques au sein de la Direction régionale des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais.

[18]. Acquise par l’établissement public d’aménagement de Lille-Est en 1970, la Ferme Saint-Sauveur est située dans le quartier d’Annapes à Villeneuve d’Ascq. Elle fut le siège du Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais jusqu’en 2010.

[19]. Jean Combier est préhistorien, spécialiste du Solutréen. Il fut directeur des fouilles de Solutré de 1968 à 1978. Il fut également directeur des Antiquités préhistoriques de la circonscription Rhône-Alpes.

[20]. Ancien proviseur de lycée, Michel Mangard fut directeur des Antiquités historiques de la circonscription Haute Normandie. De 1965 à 1981, il a dirigé le chantier de fouilles du sanctuaire gallo-romain de Bois-l’Abbé.

[21]. La Direction Régionale des Affaires Culturelles est un service déconcentré du Ministère de la Culture, regroupant différents services dont ceux du Pôle Patrimoines et Architecture (Archéologie, Monuments Historiques, Musées, UDAP – ex-Bâtiments de France). Le siège de la DRAC Hauts-de-France est l’Hôtel Scrive, située rue du Lombard, à Lille. http://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Hauts-de-France/La-DRAC/La-direction-regionale-des-affaires-culturelles-Missions-et-organisation

[22]. Diplômé d’études supérieures de droit public et de l’Institut d’études politiques de Paris, Christian Pattyn entre à l’École nationale d’administration en février 1965. Administrateur civil affecté à la direction de l’Architecture du ministère d’État chargé des Affaires culturelles, il est nommé chef du bureau des Études architecturales (1969-1970), puis chef de la division de la Création architecturale (1970-1972). De 1972 à 1974, il assure la coordination du Groupe de recherches et d’études sur la construction de l’habitat (GRECOH). Puis, il prend la tête de la direction régionale des Affaires culturelles de la Région parisienne de 1974 à 1978. De 1978 à 1983, il prend la tête de la direction du patrimoine. À partir de 1986, il devient successivement chef de la Mission d’aménagement du musée des Plans-reliefs (1986-1987), chargé du projet de la Fondation européenne pour la ville et l’architecture (1987-1988), haut fonctionnaire chargé des Affaires européennes (1988-1991), et enfin chef du service de l’Inspection générale de l’administration des Affaires culturelles (1991-1998).

[23]. Membre du Groupe archéologique de l’Université de Lille, Claude Seillier (1935-2009) fut enseignant à Boulogne-sur-mer et dirigea de nombreuses fouilles archéologiques, en particulier sur Boulogne antique. Il fut conservateur du musée de Boulogne.

[24]. Originaire de l’Aisne, instituteur et prospecteur aguerri, René Parent (1917-1989) fut correspondant local des circonscriptions des Antiquités historiques et préhistoriques Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Spécialiste du Mésolithique, il fit de nombreuses recherches dans sa région, le Tardenois, éponyme d’une culture du Mésolithique caractérisée par certains types d’armatures microlithiques.

[25]. Ancien terrassier dans le bâtiment, passionné d’archéologie, Hubert Halbaut (1923-2000) fut recruté comme archéologue départemental du Nord : on lui doit, entre autres, la découverte d’un site néolithique final et d’un important site paléolithique moyen à Seclin.

[26]. Archéologue départemental du Nord, Bernard Florin (1944-2013) mena des recherches surtout dans le Cambrésis, où il fouilla le site antique et mérovingien de Les-Rues-des-Vignes qui fut ensuite mis en valeur sous la forme d’un parc archéologique.

[27]. Alain Jacques est archéologue municipal d’Arras, spécialiste de l’Antiquité romaine et de la Première Guerre mondiale (voir sur Nordoc’Archéo son portrait filmé dans la série Mémoire d’archéologues).

[28]. Ancien directeur du service archéologique municipal de Douai, puis de la Direction de l’archéologie préventive de la Communauté d’Agglomération du Douaisis (DAP-CAD), créateur du musée Arkéos (voir sur Nordoc’Archéo son portrait filmé dans la série Mémoire d’archéologues).

[29]. Champenois d’origine, Michel Marcq (1939-2017) fut journaliste et écrivain à Lille : il démarra sa carrière à la Voix du Nord en 1963.

[30]. Ancienne commune du Pas-de-Calais, aujourd’hui intégrée à Bruay-la-Buissière (arrondissement de Béthune).

[31]. Universitaire, Charles Pietri (1932-1991) fut aussi, de 1969 à 1973, directeur des Antiquités historiques Nord-Picardie, puis Nord-Pas-de-Calais. Il fut également, de 1983 à 1991, directeur de l’École française de Rome.

[32]. Jusqu’à la fin des années 1970, les Directeurs des Antiquités (tant Préhistoriques qu’Historiques) n’exerçaient pas leur fonction à plein temps : leur activité professionnelle principale était généralement l’enseignement supérieur, parfois la recherche (dans le cadre du CNRS).

[33]. Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) est située dans l’arrondissement de Béthune, canton de Brebières. Le site paléolithique moyen découvert en 1976 dans l’enceinte d’une usine métallurgique fit l’objet d’une fouille de sauvetage urgent dirigée par Jean-François Piningre, assistant à la Direction des Antiquités préhistoriques du Nord-Pas-de-Calais puis de fouilles de sauvetage programmé dirigées par Alain Tuffreau, attaché de recherches au CNRS, jusqu’en 1981. Plusieurs niveaux d’occupation riches en mobilier lithique et en faune furent identifiés et deux crânes humains de Néandertaliens anciens furent mis au jour.

[34]. Cordonnier à Vaulx-Vraucourt (Pas-de-Calais), Edmond Fontaine (1926-1987) fut aussi correspondant de la Direction des Antiquités de Lille et vice-président de la Société archéologique de Bapaume. Il effectua de nombreuses prospections archéologiques dans les communes voisines de sa résidence.

[35]. Ethnologue, archéologue spécialiste de l’Amérique précolombienne, homme politique et académicien français, Jacques Soustelle (1912-1990) déposa en 1975 un rapport sur la recherche française en anthropologie et archéologie.

[36]. Jacques Imbert (1942-2004) fut directeur régional des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais de 1984 à 1988. Il a été remplacé par Alain Van der Malière de 1989 à 1992.

[37]. Archéologue, préhistorien, Jean-Luc Marcy a été directeur du Centre départemental d’archéologie (actuelle Direction de l’Archéologie) du département du Pas-de-Calais. Il est aujourd’hui directeur du Pôle Réussites citoyennes de ce même département.

[38]. Originaire du Nord, Pascal Prévost-Bouré est archéologue et préhistorien. Après avoir succédé pendant un temps à Hubert Halbaut au poste d’archéologue départemental du Nord, il a été directeur de la Maison de l’archéologie de Niederbronn-les-Bains de 1991 à 2013.

[39]. Voir note 1.

[40]. Ancien collaborateur de Roger Agache, archéologue aérien, Bruno Bréart fut conservateur régional de l’Archéologie Picardie de 1991 à 1996, puis conservateur régional de l’Archéologie Franche-Comté de 1996 à 2009. Il est aujourd’hui conservateur en chef du patrimoine émérite.

[41]. Jean-Claude Blanchet a été directeur des Antiquités préhistoriques et historiques de Picardie, directeur du Service régional de l’Archéologie d’Ile-de-France puis inspecteur général de l’Archéologie. Il est aujourd’hui conservateur général honoraire du patrimoine.

[42]. Urbaniste et architecte, François Vasselle (1924-2015) contribua après-guerre, par ses nombreuses surveillances de chantiers liés à la reconstruction, à la connaissance d’Amiens antique.

[43]. Á l’époque carolingienne, Quentovic était l’un des ports les plus importants du littoral de la Manche. Sa localisation exacte a suscité la controverse pendant plusieurs décennies. Il est aujourd’hui localisé sur la commune de La Calotterie, dans le Pas-de-Calais.

[44]. Le site des Sept Bonnettes à Sailly-en-Ostrevent (Pas-de-Calais, arrondissement d’Arras, canton de Brebières) est un alignement de monolithes verticaux fouillé en 1887. Propriété de la commune, le site est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1889.

[45]. Vers 448, le patrice romain Aetius tenta d’arrêter l’expansion des Francs Saliens près du vicus Helena (Sidoine Apollinaire, Carmen, V, v. 212 et suiv.). À l’exemple de Quentovic, la localisation exacte, dans la région Hauts-de-France, de ce vicus a favorisé l’éclosion de nombreuses hypothèses qui, aujourd’hui encore, n’ont pas trouvé leur confirmation.

 

Citer ce billet : Karine Delfolie, Thomas Byhet, Luc Vallin. “Pierre Leman, une carrière dédiée à l’archéologie”. Publié sur Nordoc’Archéo le 26/03/2019. [Lien : https://nordoc.hypotheses.org/8688]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.