Publication : Le prieuré clunisien Notre-Dame et Saint-Babylas de Nanteuil-le-Chaudouin (Oise), fin XIe-fin XVIIIe siècle : histoire et archéologie

Présentation par Philippe Racinet de sa publication sur les fouilles du prieuré clunisien Notre-Dame et Saint Babylas de Nanteuil-le-Chaudouin (Oise) publié dans le dernier numéro spécial de la Revue Archéologique de Picardie.

En dépit de son intérêt scientifique qui est d’éclairer tout un pan du passé médiéval et moderne d’un bourg du sud-est de l’Oise, cette publication est en soi un défi qui reflète les approches, les conditions et les limites d’une opération menée entre 1986 et 1988.

Les méthodes comme les conditions matérielles ont grandement évolué et il est normal qu’un chantier réalisé il y a plus de trente ans ne soit pas en tous points au standard de l’archéologie de terrain du XXIe siècle. Loin d’être un obstacle à la publication, cette évolution pose même des questions méthodologiques intéressantes. Ainsi, pouvons-nous apprécier les résultats d’une approche contemporaine d’un établissement monastique fouillé anciennement.

Le site du prieuré clunisien de Nanteuil-le-Haudouin a fait l’objet d’une « fouille globale », non pas dans son exécution mais dans sa conception globale. L’édifice religieux, mieux préservé, apporte des éléments précieux de datation, points de fixation assurés d’une évolution complexe. Les édifices prioraux, davantage perturbés, sont analysés dans leurs structures. Les zones d’inhumation extérieures, au contact des édifices, sont étudiées précisément. Enfin, les abords du prieuré, qui sont parties intégrantes du complexe monastique, ne sont pas négligés : jardins, puits, terrasse, bâtiments annexes ou réservés à la familia. Au-delà, nous nous sommes efforcés de replacer ce prieuré dans un contexte socio-politique avec le château, urbain avec le bourg, religieux avec la chapelle des Marais et le prieuré d’Autheuil-en-Valois.

Les bâtiments du prieuré clunisien de Nanteuil-le-Haudouin, église et lieux réguliers, ont connu des transformations sans heurts majeurs entre la fin du XIe et la fin du XVIIIe siècle, soit sept siècles. Toutefois, deux moments forts peuvent être relevés. A la fin du XIIIe siècle, la transformation de l’église priorale en liaison avec l’apport de nouvelles reliques montre à la fois le rôle de conservatoire du monastère et ses liens privilégiés avec la famille seigneuriale locale. Par ailleurs, la mise en forme de l’époque moderne, dans le décor et dans la restructuration des lieux claustraux, rappelle que le monachisme bénédictin ne s’est pas éteint à la fin du Moyen Age et qu’il peut encore se renouveler jusqu’à sa disparition, provisoire, au moment de la Révolution française.

Dans le domaine funéraire, les apports des recherches historique et archéologique méritaient d’être soumis à la comparaison mais ils semblent importants pour la compréhension du dialogue entre les morts et les vivants instaurés par les moines, notamment clunisiens. Le rôle de sanctuaire familial joué par l’église priorale est indéniable sur la longue durée, ce qui est rarement le cas ailleurs. Même s’il règne au final une grande diversité, on a pu déceler des indices d’une certaine sectorisation des inhumations en fonction du statut des personnes et de leur âge, sans pouvoir toutefois savoir si elle résultait d’une époque particulière ou si elle était un fait pérenne. Enfin, il convient de souligner, pour y réfléchir à l’avenir, à la forte présomption d’une véritable politique funéraire dans la gestion spatiale des inhumations, le cas semblant être clair au moins dans la galerie de cloître fouillée.

Dans un domaine plus historique, si ce monastère ne se distingue pas vraiment des autres établissements de même grandeur, on doit souligner la diversité du petit réseau religieux animé par le prieuré de Nanteuil : églises paroissiales, chapelles, véritable prieuré, dépendance économique à statut particulier.

RACINET Philippe (dir.)
Le prieuré clunisien Notre-Dame et Saint-Babylas de Nanteuil-le-Chaudouin (Oise), fin XIe-fin XVIIIe siècle : histoire et archéologie
Senlis : Revue archéologique de Picardie, 2019, 216 p.
Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 33, 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.