La ville médiévale et moderne d’Arras à la lumière de son activité archéologique. Bilan et perspectives

Cet article a été rédigé par Alain Jacques, responsable du Service Archéologique Municipal d’Arras, ADES (UMR 7268), Mathieu Béghin, responsable adjoint du Service Archéologique Municipal d’Arras, IRHiS (UMR 8529) et Yann Henry, responsable d’opérations, Service Archéologique Municipal d’Arras.

Création augustéenne, Arras est érigée au rang de chef-lieu de cité pendant l’occupation romaine sous le nom de Nemetacum. Il s’agit alors d’une ville moyenne avec ses 50 ha de surface urbanisée, auxquels peuvent être ajoutés 20 ha correspondant au quartier péri-urbain. Au VIIe siècle, l’installation du corps de saint Vaast sur la rive opposée du Crinchon fait émerger un lieu de culte qui, grâce aux largesses du pouvoir royal, est érigé en une riche et puissante abbaye. L’établissement religieux devient alors le pôle fixateur d’une occupation qui se transforme rapidement en un bourg monastique doté de son propre marché et de son enceinte, tous deux attestés dès la seconde moitié du IXe siècle. Au Xe siècle, l’installation d’une résidence par les comtes de Flandre, située à proximité immédiate du bourg monastique, contribue encore davantage à son dynamisme et fait émerger une véritable ville indépendante de l’ancienne Nemetacum. Dès le début du XIIe siècle, Arras fait donc partie de ces villes « doubles », avec d’un côté la Cité, héritage du monde antique devenu siège d’évêché, et de l’autre, la Ville, naît autour d’une abbaye (fig. 1). Les largesses accordées par le pouvoir comtal renforcent le dynamisme socio-économique d’Arras-Ville, lui permettant ainsi de prendre l’ascendant sur Arras-Cité qui souffre alors d’une certaine atonie du fait de l’absence prolongée du représentant épiscopal[1]. En 1237, la création du comté d’Artois par saint Louis renforce l’importance d’Arras-Ville qui devient la ville-résidence principale des comtes d’Artois. Au tournant des XIVe et XVe siècles, sous les principats de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur, la ville et sa banlieue apparaissent comme les lieux de résidence favoris du pouvoir bourguignon, avant d’être progressivement délaissés pour des villes plus septentrionales (Lille, Bruges, Gand). Malgré cette défection liée à la progression du pouvoir bourguignon vers les territoires du Nord, Arras-Ville demeure le siège principal des instances du comté d’Artois. Cette importance fut renforcée en 1790, à la suite de l’installation de la préfecture du Pas-de-Calais à Arras.

Fig. 1 – Plan d’Arras en 1581 avec ajout des différents systèmes fortifiés.

L’actuelle ville d’Arras dispose donc d’un territoire au très riche passé qui, depuis les années 1970, est régulièrement mis au jour et étudié par les archéologues. La multiplication des découvertes liées aux grands travaux entrepris sur le territoire arrageois dans les années 1960-1970 fut à l’origine de la création d’un poste d’archéologue par la mairie d’Arras, en 1977. Depuis maintenant plus de 40 ans, le Service Archéologique Municipal d’Arras a mené de nombreuses interventions sur le territoire même de la ville, comme sur celui de la Communauté urbaine d’Arras (CUA). Bien que les périodes historiques abordées durant les quarante dernières années s’étendent de la Protohistoire à la Première Guerre mondiale, les occupations de l’Âge du fer et de l’Antiquité – fouilles du site Baudimont, de la préfecture ou encore d’Actiparc pour ne citer que les plus connues – représentent à ce jour la part majeure des découvertes réalisées. Toutefois, depuis 2010, l’évolution des projets d’aménagement de la ville contribue à mettre au jour des vestiges essentiellement issus des périodes médiévale et moderne qui, dans un soucis à la fois scientifique et patrimonial, font l’objet d’une mise en valeur par le biais de conférences, d’expositions, de restitutions et de publications.

Archéologie d’un espace public médiéval : la fouille de la Place des Héros

En 1870, les fouilles menées par l’Académie d’Arras à l’emplacement du petit marché (actuelle place des Héros) conclurent à l’absence de vestiges de bâtiments anciens. Ce constat étant connu au commencement des travaux de rénovation de la place des Héros, en 2010, la surprise fut grande lorsque les fondations de bâtiments furent immédiatement mises au jour sous le pavement. Cette trouvaille fut à l’origine d’une opération de sauvetage menée par le Service Archéologique Municipal d’Arras. En parallèle de l’action de terrain, des investigations furent menées en bibliothèque et en archives, ce qui permit d’améliorer la connaissance des structures dégagées. Ainsi, d’ouest en est, purent être identifiés l’ensemble cultuel de la Sainte Chandelle (XIIIe-XVIIIe siècles), les aubettes commerciales (XIIIe– XVIe siècles) et la maison de justice des comtes d’Artois, plus connue sous le nom de Maison Rouge (XVe-XVIIIe siècles). Ces éléments se développèrent autour d’une voirie ancienne (Xe-XVIIIe siècles) – la rue des Rôtisseurs – qui put elle aussi être sortie de terre (fig. 2).

Fig. 2 – Plan de localisation des vestiges retrouvés lors de l’opération de la Place des Héros (M. Redouane et A. Jacques, SAM).

Témoin du développement urbain qui s’orienta principalement à l’est du bourg monastique de Saint-Vaast à partir du Xe siècle (fig. 1), cet ensemble reste unique à Arras, tant par sa constitution et sa richesse que par sa chronologie. Conscient des enjeux scientifiques et patrimoniaux entourant cet ensemble, le Service Archéologique Municipal d’Arras décida de présenter la découverte aux Arrageois en organisant, avec le soutien de l’Office de tourisme, des portes ouvertes sur le chantier durant tout un week-end. Face au succès rencontré par l’événement, et désirant parfaire la connaissance de cet ensemble majeur, une recherche pluridisciplinaire fut lancée. L’analyse des informations récoltées dans la bibliographie et dans les fonds d’archives textuelles et iconographiques permit de bien saisir l’évolution des trois ensembles dégagés. Toutefois, les données récoltées n’ont pour le moment pas apporté suffisamment d’éléments pour comprendre pleinement la voirie du haut Moyen Âge. Sortant en droite ligne de l’enceinte du Xe siècle, la chaussée se dirige vers l’est où, en limite orientale de l’actuelle place des Héros, elle put se poursuivre à travers la rue de la Justice ou bien se fondre, vers le nord, dans la rue de la Taillerie ou, vers le sud, dans celle de la Housse (fig. 3).

Fig. 3 – Plan d’Arras en 1581 avec ajout des différents systèmes fortifiés et axes viaires majeurs anciens

Le complexe de la Sainte Chandelle

Fig. 4 – Restitution de la Sainte-Chandelle vers 1200 (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

Le complexe cultuel de la Sainte Chandelle débute avec la pyramide éponyme. Élevée entre 1200 et 1215, cette flèche de près de 30 m de haut fut édifiée pour abriter le reliquaire divin ayant permis d’enrayer l’épidémie du mal des Ardents (ergotisme) qui ravageait alors Arras et l’Artois. Ce sanctuaire présente une base de plan carré avec une emprise au sol de 23 m2, pour une surface interne de 14,50 m2 (fig. 4). Très mal renseigné, cet édifice constitué de moellons calcaires et de blocs de grès fut agrandi, sur sa partie orientale, d’une chapelle réalisée dans les mêmes matériaux, en 1420. Commandée par Jean Sacquespée, un riche et puissant bourgeois arrageois, cette extension se présente sous la forme d’un plan rectangulaire de 5,80 m de long pour une largeur de 3,20 m, avec une façade nord-ouest présentant une abside semi-circulaire (fig. 5). L’agrandissement du lieu de culte nécessita un rehaussement du sol primitif d’environ 1 m, ainsi que l’installation d’un nouveau seuil, matérialisé par une rangée de moellons agencés sur 2,10 m de long et 45 m de large, afin de permettre le passage avec l’ancien sanctuaire. Bien connue par les textes, cette extension n’a pas laissé de représentation iconographique du fait de sa destruction par les bombardements français lors du siège d’Arras du 13 juin au 9 août 1640. Cependant, le dégagement du niveau de démolition a permis de mettre au jour plusieurs fragments de colonnes polylobées, typiques des architectures gothique classique et gothique rayonnant, qui conservent des traces de polychromie de couleur jaune, rouge et bleu. Ainsi, à la suite du siège de l’armée française ne restèrent que la flèche de la pyramide et la conciergerie qui, en 1639, fut édifiée sur la face occidentale de cette dernière afin d’accueillir une béguine chargée de l’entretien du complexe cultuel. Chargée de s’occuper des lieux, la confrérie des Ardents fit appel à l’architecte amiénois Nicolas Basset afin de remplacer l’oratoire disparu. Ce dernier fut à l’origine d’une chapelle plus vaste que la précédente et adoptant un plan original de forme circulaire d’un diamètre de 9 m pour une hauteur de 20 m (fig. 6). Mieux renseignée que dans son premier état, la nouvelle chapelle, qui fut mise en travaux dès 1647, était pavée de grands carreaux de terre cuite qui sont attestés par les textes mais qui ne furent pas retrouvés lors de l’intervention archéologique. Néanmoins, cette dernière offrit la possibilité d’observer deux trous de poteau de forme carrée qui attestent de la présence de la clôture de bois séparant les fidèles de l’autel, mentionnée en 1666 (fig. 2). Le complexe cultuel de la Sainte Chandelle fut démantelé en 1791, non pas pour des raisons liées à la Révolution française, mais à cause de l’état général de délabrement qui enlaidissait le petit marché, alors considéré comme la vitrine de la ville auprès de l’extérieur, et contribuait à sa dangerosité en cas d’effondrement.

Fig. 5 – Restitution de la chapelle de la Sainte-Chandelle vers 1420 avec ses vestiges archéologiques (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

Fig. 6 – Restitution du complexe de la Sainte-Chandelle vers 1670 (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

Les aubettes et les changes

À l’est de la pyramide de la Sainte Chandelle, et prenant place de chaque côté de la rue des Rôtisseurs, un ensemble d’aubettes put être repéré. Attestées depuis le XIIIe siècle, ces petites cellules commerciales accueillaient les changeurs d’argent de la ville. Ces équipements sont très bien connus à partir du XIVe siècle, notamment grâce aux comptes de travaux du pouvoir comtal d’Artois qui en était alors le propriétaire. Celles-ci se présentaient sous la forme de structures en bois d’environ 2 m² chacune, reposant sur des fondations maçonnées en moellons calcaires, couvertes de tuiles et disposant en façade d’un parement partiellement maçonné de briques (fig. 5 et 7). Les espaces internes et externes de ces aubettes étaient équipés de manière à optimiser l’activité commerciale de leurs locataires. Ainsi, le plancher intérieur était doté d’un coffre équipé d’une serrure, sur lequel le locataire pouvait s’asseoir et y déposer ses affaires et qui, grâce à un fond donnant directement sur le sol crayeux situé sous l’aubette, pouvait y stocker un volume plus important de marchandises (fig. 7). Cette disposition a, par ailleurs, permis de mettre au jour un nombre conséquent d’artefacts liés aux différents métiers qui y furent exercés par les différents occupants qui s’y succédèrent.

Fig. 7 – Restitution de l’aubette occidentale du rang mis au jour (M. Redouane, A. Jacques et M. Béghin, SAM)

Le nombre exact de ces aubettes est difficile à déterminer, car plusieurs d’entre-elles furent détruites sans être forcément rebâties par la suite. Preuve en est, la fouille des deux extensions du complexe cultuel de la Sainte Chandelle a permis de faire apparaître les vestiges de cinq de ces structures (fig. 2). Outre le besoin de place pour étendre le complexe cultuel, ces destructions peuvent être attribuées aux aléas géopolitiques et épidémiologiques qui étaient responsables d’un amenuisement progressif de l’activité commerciale d’Arras au cours du XIVe siècle. Ce déclin eut pour répercussion une diminution du nombre de tables de change au siècle suivant, soit par destruction, soit par réattribution. Bien attesté par le changement de nature du mobilier archéologique mis au jour (les pièces de mercerie remplacent abondamment les poids monétaires, les monnaies et les éléments de balance des niveaux précédents), ce phénomène peut être précisément daté à l’année 1447 par les textes. Les mentions de la location des aubettes de cette année-là témoignent, en effet, du remplacement progressif des changeurs par des merciers, dont l’activité était alors très dynamique grâce au développement de la sayetterie (draperie légère) et de la hautelisse (tapisserie de luxe) arrageoises. À partir de 1490, les huit cellules commerciales qui occupaient le rang opposé à celui fouillé furent transformées en trois rôtisseries, tandis qu’une quatrième fit son apparition au rez-de-chaussée de la Maison Rouge l’année suivante. Cependant, face aux nuisances olfactives et au risque d’incendie générés par leur activité, les rôtisseurs furent chassés des aubettes et remplacés par des merciers dès 1517. Même si leur présence fut brève (1490-1517), ils laissèrent durablement leur empreinte dans la toponymie avec la rue des Rôtisseurs. L’épisode épidémique de 1514-1515 semble avoir contribué à l’abandon et au délabrement rapide des structures commerciales qui, la nuit venue, devinrent une décharge et une latrine pour le voisinage, ainsi qu’un lieu de prostitution. Dans un désir d’assainissement, de sécurisation et d’embellissement du petit marché, mais aussi de renforcement du rayonnement d’Arras, l’échevinage obtint de l’empereur Charles Quint – également comte d’Artois – la destruction des deux rangs d’aubettes.

La Maison Rouge

Fig. 9 – Restitution de la Maison Rouge et de ses abords (M. Redouane, A. Jacques et M. Béghin, SAM)

Fig. 8 – Plan de la Maison Rouge et de ses abords (M. Redouane, A. Jacques et M. Béghin, SAM)

Le bâtiment le plus oriental mis au jour lors de l’intervention archéologique se trouve être la Maison Rouge (fig. 8 et 9). Bien que cet équipement servît à l’administration judiciaire du pouvoir comtal en Artois, sa dénomination ne tenait en rien au sang que le bourreau put y faire couler, mais bien au matériau principal qui le constituait, la brique. Selon les devis de construction, le bâtiment, haut de près de 14 m, long d’environ 10 m dans le sens est-ouest et large de 9,20 m, nécessita l’emploi de pas moins de 182 000 briques. Peu utilisé à Arras avant 1430, ce matériau, tout comme l’ardoises employée pour la toiture, la pierre de Brabant pour les encadrements de fenêtres et de portes, les dorures pour les gouttières et les vitraux armoriés pour les fenêtres, devaient donner à l’édifice un aspect majestueux. Ce ressenti devait être amplifié par un environnement majoritairement construit en colombage, comme le suggère la représentation du petit marché au XVIIe siècle (fig. 10). La Maison Rouge n’était pas un élément nouveau en soit puisqu’elle était la reconstruction d’une structure de justice comtale préexistante, attestée sur le petit marché dès 1374. Néanmoins, cette réédification s’inscrit dans une politique de gouvernement menée par le duc de Bourgogne – également comte d’Artois – Philippe le Bon (1419-1467), qui reposait alors sur la manifestation de la puissance et du faste de son pouvoir. D’ailleurs, ce même seigneur avait déjà procédé à une telle reconstruction à Lille, en 1419. Cette année-là, il avait fait rebâtir la maison de justice du pouvoir comtal de Flandre, qui prit alors le nom de maison de Beauregard, dans le dessein de la moderniser et de l’embellir. Que cela fusse à Lille ou à Arras, les travaux nécessitèrent la destruction et/ou le réaménagement des tables de change déjà présentes face à un équipement de justice beaucoup plus vaste que le précédent. Cependant, même si des aubettes furent abattues pour sa construction, l’édifice s’inséra dans le paysage du petit marché en intégrant la rue des Rôtisseurs dans son rez-de-chaussée, grâce à la présence d’une galerie voûtée en brique (fig. 9 et 11).

Fig. 10 – Anonyme, La chapelle de la sainte Chandelle avec vue d’une procession. Huile sur toile, H. 140,5 x L. 109 cm. Arras, Musée des Beaux-Arts, inv. 992.7, 1664 (Cliché : SAM)

Fig. 11 – Restitution du passage voûté de la Maison Rouge, vue depuis l’est (M. Redouane, A. Jacques et M. Béghin, SAM)

L’incorporation d’un axe viaire dans sa composition fit de la Maison Rouge un équipement public plurifonctionnel et hautement symbolique, bien plus que ne l’aurait était une simple maison de justice comtale. Ainsi, le rez-de-chaussée était doté d’une cellule commerciale qui peut être identifiée comme étant la quatrième rôtisserie de la rue, précédemment évoquée. Outre le fait que les textes mentionnent cette activité, la fouille a permis de retrouver les restes d’un foyer sur le sol qui vient corroborer cette pratique commerciale en ce lieu (fig. 8). Sur la façade méridionale, le rez-de-chaussée de la Maison Rouge disposait aussi d’un urinoir public, lui aussi attesté les textes, dès 1441-1444, et par l’archéologie (fig. 8 et 12). La précocité d’un tel équipement pour Arras renforce d’autant plus l’importance de la bâtisse à laquelle il était accolé. Le premier étage se divisait en deux grandes chambres – l’une servait à l’enregistrement des actes administratifs et l’autre à régler les litiges –, d’une prison où étaient mis les individus devant comparaître devant le tribunal comtal et d’une bretèche depuis laquelle les personnes assemblées sur le petit marché et dans ses alentours entendaient les proclamations du prince. À partir du XVIe siècle, ces décisions administratives étaient aussi placardées au niveau du rez-de-chaussée du bâtiment.

Figure 12 – Latrine extérieure de la Maison Rouge (Cliché : SAM)

La patrimonialisation des vestiges

Figure 13 – Valorisation patrimoniale des bâtiments retrouvés sous la Place des Héros par un marquage au sol (Clichés : SAM)

Le succès rencontré lors du week-end des portes ouvertes de 2010 a incité la ville d’Arras à symboliser l’emprise des bâtiments anciens (complexe de la Sainte Chandelle et Maison Rouge) par un marquage au sol, réalisé à partir de pavés plus foncés, ainsi que par l’apposition de plaques commémoratives (fig. 13). Les recherches pluridisciplinaires menées autour de l’étude des vestiges de la Place des Héros ont donné lieu à la modélisation 3D des éléments mis au jour. Bien plus qu’un précieux outil de travail nécessaire à la compréhension du site, la restitution informatique s’est présentée aux archéologues comme une base solide pour la mise en valeur du patrimoine. Ainsi, le Service Archéologique Municipal d’Arras s’est rapproché de la société Timescope afin de retranscrire le bilan de ses recherches en un outil patrimonial faisant appel à la réalité virtuelle augmentée. Le fruit de cette collaboration, soutenue par la communauté urbaine d’Arras, se manifeste sous la forme d’une borne interactive, située sur la Place des Héros, qui fut inaugurée à l’occasion des journées européennes du patrimoine de 2018 (fig. 14). Pour célébrer l’évènement, une exposition et une conférence mettant en valeur les fouilles de 2010 et la recherche pluridisciplinaire, qui depuis en découle, vinrent renforcer la patrimonialisation des résultats archéologiques.

Fig. 14 – Valorisation patrimoniale numérique des vestiges retrouvés sous la Place des Héros, proposée par la ville d’Arras et la société Timescope (Clichés : société Timescope et Voix du Nord)

Bilan des connaissances concernant les fortifications médiévales et perspectives portant sur les fortifications bastionnées

Depuis le début des années 2010, le Service Archéologique Municipal d’Arras est de plus en plus amené à intervenir sur l’emprise des systèmes fortifiés des XIIe-XIXe siècles. Bien que les fenêtres d’observation soient le plus souvent restreintes, le cumul des informations recueillies sur le terrain et leur mise en perspectives avec d’autres sources (textes, iconographie) permet d’avoir une assez bonne connaissance des systèmes fortifiés anciens. Les interventions archéologiques réalisées des années 1980 à 2000 ont permis de circonscrire l’emprise du castrum de la ville romaine, édifié à la fin du IIIe siècle (fig. 1). Présentant une forme rectangulaire de 400 m de long sur 200 m de large, cette fortification se composait de murs de 1,80 m de large, réalisés en petits moellons calcaires montés sur un soubassement constitué de blocs de grès liés avec un mortier rose. Resté inchangé depuis le IIIe siècle, le tracé du castrum subit des modifications sur sa partie orientale afin de permettre l’agrandissement du chevet de la cathédrale Notre-Dame, au XIe siècle. Par la suite, les aléas de la guerre de Cent Ans amenèrent à leur tour des changements notables. À cette occasion, il put être observé que la portion méridionale du castrum fut démantelée sur près de 200 m, sans doute afin de récupérer les matériaux nécessaires à l’édification d’une nouvelle enceinte autour d’Arras-Cité (fig. 1).

De l’autre côté du Crinchon, il faut attendre les années 885-890 pour que les incursions répétées des Normands motivent la réalisation d’une première enceinte destinée à protéger l’abbaye royale de Saint-Vaast. Les observations archéologiques montrent une fortification constituée d’une ligne de fossés qui, vers l’ouest, prit appui sur la rivière du Crinchon et profita de la protection qu’offrait la vaste zone humide. Ainsi, le fossé sud, qui présente une largeur minimum de 16 m pour une profondeur reconnue de 7 m, était porté en eau dans sa portion occidentale. L’utilisation du milieu à des fins défensives apparaît comme une pratique fréquente pour l’époque dans l’espace flamand. Le tracé du système fossoyé, qui protège une superficie de 3,5 hectares, peut ici être circonscrit avec précision – il correspond aux actuelles rues Méaulens, Albert 1er de Belgique et Paul Doumer – mais ni levée de terre, ni palissade n’ont pu être observées à ce jour. L’accès à l’abbaye se faisait selon un axe nord-sud hérité de l’Antiquité qui était lui-même encadré par le fossé méridional (fig. 3 et 15).

Fig. 15 – Emprises des enceintes de l’abbaye et du castrum novum aux IXe-Xe siècles (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

Fig. 16 – Restitution du castrum novum à la fin du Xe siècle (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

Le rayonnement de l’abbaye Saint-Vaast donna rapidement lieu à l’émergence d’un bourg abbatial en limite duquel le comte de Flandre, Baudouin IV de Flandre, fit édifier une résidence et vint ceinturer l’ensemble d’une nouvelle muraille. Réalisée vers l’est et vers le sud, la nouvelle ligne défensive englobe une superficie totale de 10 hectares (fig. 1 et 16). Cette enceinte est constituée de courtines larges de 1,85 m, qui reposaient sur un soubassement de quatre assises de grès, lui-même surmonté de petits moellons calcaires liés au mortier rose. Sur toute sa longueur reconnue, le tracé de l’enceinte est doublé par un fossé extérieur large de 35 m et profond d’environ 9 m. Le remblaiement des anciens fossés de l’abbaye donna lieu à de nouveaux axes viaires tandis que de nouvelles entrées furent percées, une située au sud (au pied de la résidence comtale) et l’autre au nord (fig. 3 et 16). Malgré ses dimensions beaucoup plus vastes et une réalisation maçonnée, cette extension fortifiée présente les mêmes caractéristiques techniques que le castrum antique de la cité. Ce dernier étant encore visible au Xe siècle, les constructeurs de l’enceinte comtale durent alors s’en inspirer pour édifier. Cette similitude induit les historiens des XIXe et XXe siècles en erreur, puisque ces derniers pensaient que l’enceinte du comte était le vestige de la cité romaine. La rénovation du Théâtre d’Arras permit d’observer deux états de la résidence comtale.

Fig. 17 – Plan des deux résidences comtales à la fin du Xe siècle (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

La première, édifiée à la fin du Xe siècle, présente un plan rectangulaire de 20 m sur 17,60 m, dont le rez-de-chaussée était divisé en deux grandes salles, respectivement de 151 m2 et 70 m2. Ce bâtiment a pour caractéristique de s’adosser à la courtine et de reprendre dans son tracé l’angle est de la porte fortifiée méridionale. La seconde résidence, datée du XIe siècle, est distante de la première d’une vingtaine de mètres et se présente sous la forme d’un puissant donjon adoptant un plan rectangulaire de 370 m2 au sol (fig. 17). Bien que les bâtiments aient disparu à une date indéterminée, le donjon fut partiellement conservé sous la forme d’une terrasse suspendue, visible sur le plan relief d’Arras du début du XVIIIe siècle (fig. 18).

Fig. 18 – Impact morphologique de la résidence comtale dans le parcellaire des XVIIIe et XXe siècles (M. Redouane et A. Jacques, SAM)

La ville médiévale est souvent présentée par sa belle enceinte de pierre blanche. Cette troisième extension d’Arras-Ville, réalisée entre 1100 et 1111, est due au conflit qui opposait alors le comte de Flandre Robert II de Jérusalem et l’empereur Henri IV, au sujet de la possession de la ville de Cambrai. Deux interventions réalisées par le Service Archéologique Municipal d’Arras, à l’emplacement de l’ancienne porte Saint-Sauveur (actuel croisement de la rue Pasteur et du boulevard de Strasbourg), montrent que cette nouvelle ligne défensive vint s’appuyer sur un fossé certainement déjà creusé au XIe siècle. Présentant une profondeur supérieure à 3 m, cet aménagement apparaît comme la plus ancienne limite orientale de la ville connue. À cet emplacement, furent mis au jour plusieurs états de la porte Saint-Sauveur. Cette dernière n’étant attestée par les textes qu’en 1122, et aucune trace d’un quelconque franchissement antérieur du fossé n’ayant été retrouvé, il serait envisageable de penser que celui-ci aurait barré l’accès entre deux ponts. Un de ces franchissements aurait pu se situer sur l’axe Arras-Douai (en direction de la future porte médiévale Saint-Michel ou dans l’axe de la rue des Rôtisseurs précédemment évoquée), et l’autre sur la voie antique Arras-Cambrai (en direction de la future porte médiévale de Ronville) (fig. 3). Depuis les années 1950, la belle enceinte maçonnée du XIIe siècle put être observée à plusieurs reprises, mais seulement sur ses fronts orientaux et méridionaux. Ces tronçons présentent des caractéristiques communes : soubassements de grès plus ou moins réguliers, élévation en blocs de taille calcaires, épaisseur moyenne comprise entre 1,50 m et 2,08 m.

Tandis que les fronts orientaux et méridionaux reçurent des courtines maçonnées dès le XIIe siècle, les parties septentrionale et occidentale de l’enceinte restèrent en bois et en terre jusqu’au commencement de la guerre de Cent Ans. Cette caractéristique, qui est loin d’être un unicum au regard des autres villes de la région ou du royaume de France, tient au fait que les fronts est et sud étaient dépourvus de toute protection naturelle. Reposant sur un substrat calcaire et étant situés sur le point le plus haut de la ville, ces secteurs ne purent pas jouir des zones humides protectrices du fond de vallée qui permit aux fronts nord et ouest de n’être protégés que par des structures légères.

Perspectives scientifiques et patrimoniales

Les découvertes archéologiques réalisées depuis près d’une décennie et les orientations de la ville d’Arras en matière de mise en valeur du patrimoine, font que le Service Archéologique Municipal mène des actions alliant de plus en plus la recherche scientifique et la patrimonialisation des vestiges. Les perspectives pour les années à venir tiennent ainsi en trois axes majeurs : la ville fortifiée, la mémoire du sous-sol et le paysage religieux.

Arras : une place forte pluriséculaire

Depuis 2016, un vaste projet de recherche, soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France et par le laboratoire IRHiS de l’Université de Lille, se trouve être à l’origine d’une effervescence autour de l’étude des places fortes de la région Hauts-de-France. Porté par ce dynamisme, le Service Archéologique Municipal d’Arras a dressé une première synthèse portant sur le système fortifié de la ville médiévale. Dans cette continuité, les informations ayant trait aux fortifications de l’époque moderne, sont en train de faire l’objet d’une recherche approfondie. Cette démarche, qui se veut avant tout scientifique, devrait faire l’objet d’une promotion auprès des Arrageois et des touristes. Bien qu’étant à l’étude, cette présentation aux publics devrait allier les outils traditionnels (conférence(s), publication(s), exposition, etc.) et le numérique. En cela, la proposition de restitutions en réalité augmentée de certains éléments fortifiés ou encore le recours à des bornes interactives disposées à des endroits clefs de la ville, comme cela existe déjà dans certaines villes telles que Cherbourg ou Perpignan, sont en réflexion.

Dans les entrailles de la ville et des faubourgs

Arras dispose d’un très riche patrimoine souterrain bien connu de tous. Depuis 1982, l’ouverture des boves du centre-ville au public permet de découvrir des carrières qui étaient au service des Arrageois entre les IXe et XIe siècles. D’abord lieu d’extraction de pierres calcaires et de rognons de silex, le réseau souterrain devint par la suite un lieu de stockage et de commerce pour les marchands, mais aussi un abri pour les populations en temps de guerre. À l’approche des commémorations de la Première Guerre mondiale, ce dernier aspect fut particulièrement mis en lumière par la municipalité qui aménagea une partie des carrières des faubourgs médiévaux afin de mettre en avant leur réutilisation dans la bataille d’Arras d’avril 1917. Le centre d’interprétation de Wellington est en effet implanté dans des carrières apparues entre les XIIe et XIVe siècles et qui furent exploitées jusqu’au XVIIIe siècle. En dehors de la bonne connaissance de leurs réutilisations récentes, ces carrières médiévales ne sont que partiellement comprises par les archéologues et demeurent totalement inconnues du grand public. Un projet de prospection thématique dans le réseau ancien des faubourgs, mené par le Service Archéologique Municipal d’Arras, devrait être le point de départ d’une étude à grande ampleur du patrimoine souterrain de la ville qui, à terme, devrait inclure les boves et les caves du centre-ville. Cette recherche, qui sera menée sous le signe de la pluridisciplinarité (archéologues, géologues, historiens et historiens de l’art), veillera à allier les volets scientifiques et patrimoniaux afin de proposer aux Arrageois et aux touristes une image approchant au plus près de la réalité passée. Les premières études réalisées sur le site de la carrière Wellington ayant montré tout l’intérêt d’avoir recours à l’outil numérique pour saisir au mieux le réseau souterrain (fig. 19 et 20), la patrimonialisation de la recherche à venir devrait donc largement utiliser cette ressource. Cette orientation est d’autant plus nécessaire que la quasi-totalité du réseau souterrain anciens relève aujourd’hui de propriétaires privés. Grâce à la numérisation des galeries et des caves médiévales et modernes, une restitution en réalité augmentée, avec peut-être un déplacement dans l’objet 3D, pourrait être accessible depuis un smartphone ou une tablette numérique. L’étude de l’extraction carrière s’attachera aussi à améliorer la connaissance des matériaux issus du sous-sol pour ainsi avoir une analyse plus fine des bâtiments anciens de la ville encore en élévation.

Fig. 19 – Relevé 3D de la carrière Blenheim à Arras, vue extérieure (Université d’Otago)

Fig. 20 – Relevé 3D de la carrière Blenheim à Arras, vue intérieure (Université d’Otago)

Le paysage religieux

Au Moyen Âge et à l’époque moderne, Arras-Ville et Arras-Cité constituaient une agglomération pourvue de dizaines d’édifices religieux (chapelles, églises, couvents et abbaye, etc.) qui valut à Arras d’être couramment dénommée « la ville aux cent clochers ». Ce patrimoine religieux, dont il ne reste aujourd’hui qu’assez peu d’exemples, n’a pas fait l’objet d’une synthèse malgré les nombreuses sources textuelles et iconographies existantes. Quarante années d’activité du Service Archéologique Municipal d’Arras permettent d’enrichir ce corpus d’une très grande quantité d’observations archéologiques qui concernent tant Arras-Cité et Arras-ville que leurs faubourgs respectifs. L’étude des composantes du paysage religieux arrageois s’inscrit dans un projet collectif de recherche (PCR) portant sur les établissements religieux de l’Artois des Ve-XVIIIe siècles, porté par l’Université d’Artois, le Service Archéologique Municipal d’Arras et la Direction de l’Archéologie de l’Agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane. Bien qu’ayant un objectif premièrement scientifique, ce projet se présentera aussi comme un outil de patrimonialisation en veillant à partager ses résultats auprès des différents publics et à fournir la matière nécessaire à la mise en valeur des édifices religieux anciens.

BIBLIOGRAPHIE

Baudoux-Rousseau, 2008 : Baudoux-Rousseau (L.), « La chapelle du Saint-Cierge dite aussi de la Sainte-Chandelle à Arras (1648-1791) », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, t. XXVI, 2008, p. 51-70.

Bellart et Maison, 1979 : Bellart (G.) et Maison (F.), Les fortifications d’Arras du XIIe au XIXe siècle. Étude des œuvres et documents présentés en 1976 à l’exposition « Arras, ville forte », Arras, Musée d’Arras, 1979.

Benoit, 1939 : Benoit (A.), « Le “Beauregard” de Lille », Revue du Nord, t. XXV, n°97, janvier-mars 1939, p. 5-39.

Berger, 1981 : Berger (R.), Littérature et société arrageoises au XIIe siècle. Les chansons et dits artésiens, Arras, Commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, 1981 (Mémoires de la Commission départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, t. XXI).

Bernard, 1993 : Bernard (H.), Arras, ville fortifiée, Arras, Musée d’Arras, 1993.

Blanchet, 1907 (1979) : Blanchet (A.), Les enceintes de la Gaule romaine : étude sur l’origine d’un grand nombre de villes françaises, Paris, E. Leroux, 1907 (rééd. Saint-Pierre de Salerne, G. Monfort, 1979).

Bougard, 1988a : Bougard (P.), « Entre le comte et le roi (892-1191) », dans Bougard (P.), Hilaire (Y.-M.) et Nolibos (A.) [dir.], Histoire d’Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, p. 35-52.

Bougard, 1988b : Bougard (P.), « L’apogée de la ville (1191-1340) », dans Bougard (P.), Hilaire (Y.-M.) et Nolibos (A.) [dir.], Histoire d’Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, p. 53-76.

Bougard, 1988c : Bougard (P.), « France et Bourgogne (1340-1526) », dans Bougard (P.), Hilaire (Y.-M.) et Nolibos (A.) [dir.], Histoire d’Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, p. 77-96.

Bragard, 2012 : Bragard (P.), « Aperçu sur l’histoire des fortifications d’Arras », Vauban et ses successeurs en Artois, Flandres et Picardie. Actes des congrès de Gravelines (mai 2004) et d’Arras (mai 2008), dans Bragard (Ph.) et Virol (M.) [éd.], Paris, Association Vauban, 2012, p. 173-178.

De Cardevacque, 1891 :  De Cardevacque (A.), « Arras fortifié. Histoire des fortifications de cette ville depuis les temps les plus reculés jusqu’au démantèlement de la place », Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, t. XXII, 1891, p. 123-202.

De Meulemeester, 1995 : De Meulemeester (J.), « Quelques réflexions sur les résidences des princes territoriaux dans les anciens Pays-Bas méridionaux », Archéologie médiévale, t. 25, 1995, p. 87-114.

Gruy, 1982 : Gruy (H.), Regards sur Arras, Le Coteau, Horvath, 1982.

Jacques, 2007 : Jacques (A.), « Arras-Nemetacum,chef-lieu de cité des Atrébates. Bilan des recherches 1984-2002 », Revue du Nord, hors-série n°10, 2007, p. 63-82.

Jacques et Bougard, 1988 : Jacques (A.) et Bougard (P.), « Des origines au IXe siècle », dans Bougard (P.), Hilaire (Y.-M.) et Nolibos (A.) [dir.], Histoire d’Arras, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1988, p. 11-35.

Lecesne, 1880 (1876) : Lecesne (E.), Histoire d’Arras depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, 2 t., Arras, Rohard-Courtin, 1880 (rééd. Marseille, Laffitte, 1976).

Le Gentil, 1877 : Le Gentil (C.), Le Vieil Arras. Ses faubourgs, sa banlieue, ses environs. Souvenirs archéologiques et historiques, Arras, Eugène Bradier, 1877.

Léonard, 1997, Léonard (J.-M.), Arras Grand Place, Place des Héros, rue de la Taillerie, t. 3, 1997, dactyl.

Salamagne, 1999 : Salamagne (A.), À la découverte des anciennes fortifications d’Arras, Cambrai, Nord Patrimoine, 1999, p. 9-10.

Salamagne, 2002 : Salamagne (A.), Les villes fortes au Moyen Âge, Paris, J.-P. Gisserot, 2002.

Terninck, 1879 : Terninck (A.), Arras : histoire de l’architecture et des beaux-arts dans cette ville depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Arras, Sueur-Charruey, 1879.

Watelet, 1871 : Watelet (L.), « La Sainte-Chandelle d’Arras (1791-1803) », Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, t. IV, 1871, p. 7-34.

Wilson, 2011 : Wilson (K.), « Paris, Arras et la cour : les tapissiers de Philippe le Hardi et Jean sans Peur, ducs de Bourgogne », Revue du Nord, n° 389/1, 2011, p. 11-31.


[1] Entre 510 et 1093, l’évêque d’Arras, qui était à la tête des diocèses d’Arras et de Cambrai, s’installa durablement dans ce dernier jusqu’à ce que les deux diocèses soient séparés.

Si vous souhaitez consulter le portrait d’Alain Jacques réalisé par Nordoc’Archéo, cliquez ici.

Citer ce billet : Alain Jacques, Mathieu Beghin, Yann Henry. “La ville médiévale et moderne d’Arras à la lumière de son activité archéologique. Bilan et perspectives”. Publié sur Nordoc’Archéo le 28/01/2019. [Lien : https://nordoc.hypotheses.org/7716]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.