Actualité : Présentation par Amélie Corsiez de la publication de sa thèse « La céramique romaine de cinq pagi du Nord de la Gaule »

CORSIEZ Amélie, La céramique romaine de cinq pagi du Nord de la Gaule (p. Laudunensis, Suessionensis, Tardunensis, Noviomensis et Vermandensis) : caractérisation, chronologie, fonctions et économie, Éditions Mergoil, Collection Archéologie. Histoire romaine ; 41, 2018, 432 p.

Cette publication est issue de la thèse d’Amélie Corsiez, soutenue le 6 février 2016 à l’université de Lille 3. Constituée d’un corpus défini sur le plan technique et chronologique, au sein d’entités géographiques antiques circonscrites (civitates et pagi), elle est articulée en deux grandes parties, abordant tous les aspects de l’étude de céramiques de contexte d’habitat. Le territoire d’investigation se situe sur les pagi antiques du Laonnois, du Soissonnais, du Tardenois, du Noyonnais et du Vermandois (en latin dans le titre), compris dans le territoire de trois cités de Gaule Belgique (cité des Rèmes, des Suessions et des Viromanduens).

Fig. 1 – Localisation des mentions in pago du Haut Moyen Âge et des sites du corpus (© Carte ABG)

 

Le corpus de la thèse s’appuyait alors sur un catalogue de 36 sites d’habitats (ruraux et urbains) et huit sites funéraires, réunis à partir d’études personnelles et du dépouillement des rapports de fouilles réalisés par les différents acteurs de l’archéologie préventive. A l’occasion de la publication, il a été enrichit de quatre sites inédits, complétant les lacunes, notamment chez les Rèmes, et validant certaines hypothèses émises dans le premier ouvrage, face à ces lacunes. Ainsi, dans la première partie, quatre vingt quinze horizons-sites ont servi de base à la constitution d’une chronologie composée de treize horizons de synthèse, détaillés par cité et à la caractérisation de vingt catégories. Les fossiles directeurs sont ainsi bien identifiés et dans certains cas les datations sont affinées, notamment grâce aux graphiques de proportion de catégories.

Fig. 2 – Évolution des moyennes de la céramique rugueuse sombre par cité, selon le pourcentage du NMI

En complément de celles en vigueur pour les catégories à large diffusion, des typologies ont été conçues afin d’homogénéiser les identifications pour les catégories pour lesquelles cela n’avait pas été fait à une large échelle, comme pour la céramique rugueuse sombre ou la céramique commune claire ou pas du tout fait, comme pour la céramique modelée ou les dolia. Nous nous sommes attachés à détailler par type, l’amplitude chronologique d’utilisation, les effectifs, les groupes de pâtes dans lesquels ils ont été fabriqués, les secteurs géographiques dans lesquels on peut les trouver ainsi que les équivalences typologiques régionales. Ces deux chapitres ont été conçus comme des outils pratiques pouvant servir aux études régionales.

Cette première partie est la base sur laquelle repose la deuxième partie de l’ouvrage. Cette dernière est divisée en trois chapitres dépassant l’étude typo-chronologique classique de la céramique pour en développer les aspects socio-économiques. Le chapitre 4 est consacré à l’analyse des fonctions des récipients, avec une comparaison entre ville et campagne.

Fig. 3 – Synthèse de la céramique de consommation et de la céramique culinaire de Rèmes à la campagne (A) et à la ville (B), graphiques linéaires exprimés selon le pourcentage du NM

Le chapitre 5 détermine les faciès typologiques de la céramique commune sombre, permettant de différencier l’héritage protohistorique de la tradition  méditerranéenne et des typologies propres aux ateliers. Enfin, le chapitre 6 livre une analyse globale des approvisionnements régionaux et de l’économie avec un focus sur la terre sigillée, la terra nigra et la céramique commune sombre. Différents graphiques illustrent le texte.

Cet ouvrage synthétise une masse de données à un moment de la recherche personnelle de l’auteur et offre une synthèse, chiffres à l’appui, sur l’histoire de la céramique, dans une région de la Gaule Belgique, située entre deux capitales de cités bien connues, Reims et Amiens.

Cet ouvrage synthétise une masse de données à un moment de la recherche personnelle de l’auteur et offre une synthèse, chiffres à l’appui, sur l’histoire de la céramique, dans une région de la Gaule Belgique, située entre deux capitales de cités bien connues, Reims et Amiens.

Fig. 4 – Dépôt d’un pot en céramique et un vase en bronze dans une cave du chantier de Remigny (Photo A. Lefèbvre, Pôle archéologique du département de l’Aisne)

Le catalogue de sites est téléchargeable en ligne sur le site des éditions Mergoil. Il n’a pas été retravaillé et les quatre sites ajoutés feront l’objet de publications ultérieures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.