L’exploitation des oiseaux au cours de la Préhistoire

Ce billet a été rédigé par Quentin Goffette, chercheur à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, attaché au laboratoire d’archéozoologie.

Dans l’environnement naturel, les oiseaux sont parmi les animaux les plus remarquables. Ils peuvent être rencontrés dans tous les types de milieux, depuis les montagnes les plus élevées jusqu’aux déserts les plus hostiles. Ils courent, grimpent, nagent, plongent et surtout… volent. Leurs parades nuptiales, dont le chant constitue l’une des expressions les plus frappantes, en font également des éléments particulièrement visibles et audibles.

Vautour fauve – Gyps fulvus (© Quentin Goffette)

Dès les balbutiements de l’humanité, nos plus lointains cousins côtoyaient d’autres espèces animales au sein d’écosystèmes complexes, dont nous faisons encore partie aujourd’hui. Parmi ces groupes d’animaux, les oiseaux étaient donc inévitablement présents. En Afrique, les premiers représentants du genre Homo, mais peut-être déjà certains Australopithèques, exploitaient des carcasses d’animaux pour y récupérer de la viande. Ce n’était évidemment pas les seuls êtres vivants à s’y intéresser et la compétition devait être intense avec d’autres charognards, comme les lions, les hyènes et… les vautours, qui peuvent se montrer particulièrement voraces. Afin d’avoir accès à la viande, il fallait donc tout d’abord mettre en fuite ces différents animaux. Mais la relation avec les vautours était probablement plus complexe et pas forcément défavorable. Les capacités de prospection de ces rapaces sur de vastes étendues et leur habitude de converger et de se concentrer en de grands groupes sur les lieux de nourrissage en font de bons indicateurs de la présence d’une carcasse, ce qui n’a pas dû échapper aux premiers hommes.

Dans un contexte ouest-européen, les espèces d’oiseaux rencontrées par les Hommes au cours des millénaires ont été aussi variées que les environnements qu’ils ont fréquentés. Le climat a fortement fluctué et donc influencé la flore et la faune. Lors du précédent interglaciaire, le climat et la végétation devaient être assez similaires à ce que nous connaissons aujourd’hui. Même durant la dernière période glaciaire, entre 110.000 et 10.000 av. J.-C., qui est une période de refroidissement global, des phases froides – ou stades – ont alterné avec des périodes plus tempérées – ou interstades. L’environnement a donc varié entre toundra, steppe, taïga ou forêt tempérée et avec lui, le cortège d’oiseaux rencontrés. Les sites du Paléolithique du nord-ouest de l’Europe livrent ainsi fréquemment des espèces d’oiseaux cantonnés aujourd’hui aux régions montagneuses ou aux régions arctiques, comme le lagopède alpin ou le harfang des neiges.

Lagopède alpin – Lagopus mutus (© Quentin Goffette)

Plus récemment, les oiseaux ont été au cœur des débats relatifs aux comportements symboliques de notre cousin, l’homme de Neandertal. En effet, les scientifiques ont longtemps considéré que seule notre espèce stricto sensu, Homo sapiens, était capable de gestes à portée symbolique dont les peintures rupestres ou l’art mobilier sont parmi les exemples les plus marquants. Mais cette affirmation a été nuancée par la découverte de sépultures, comme celle de Shanidar, en Iraq.

Afin de mieux documenter les pratiques alimentaires de Neandertal qui a longtemps était considéré comme un carnivore exploitant presqu’exclusivement de gros animaux, une attention accrue a été portée aux restes des plus petites espèces animales. Ces analyses ont permis de mettre en évidence la consommation de petits mammifères, comme le lièvre et le lapin mais aussi des mollusques marins et des oiseaux. Au total, l’exploitation des oiseaux a été mise en évidence dans une quinzaine de localités européennes. Les espèces consommées sont variées et parfois surprenantes : pigeons biset, canards, cygne mais aussi aigle royal et corvidés, comme le grand corbeau. Dans le cadre de ce réexamen approfondi, certaines traces de modifications par l’homme ont été interprétées comme visant d’autres buts que la consommation de la viande, à savoir l’extraction des plumes de grands oiseaux, principalement des rapaces ou des corvidés. En effet, dans plusieurs sites archéologiques, notamment en Italie et à Gibraltar, une surreprésentation des ossements des ailes a été mise en évidence, dont certains portaient des traces d’outils en pierre témoignant de l’enlèvement de grandes plumes, les rémiges. Ces grandes plumes des ailes sont soumises à de fortes contraintes lors du vol et sont solidement reliées à certains os, notamment l’ulna. L’utilisation d’outils en pierre permet de les extraire plus facilement, sans les abîmer, comme l’ont montré des expérimentations réalisées sur des cadavres modernes de grands rapaces, qui visaient à reproduire les gestes du passé afin de comprendre les techniques mises en œuvre. Sur base des restes archéologiques d’oiseaux découverts principalement dans des sites de Gibraltar, certains auteurs ont suggéré que ces plumes aient pu être utilisées à des fins symboliques, comme l’ornement, en avançant le fait que les espèces exploitées ont été sélectionnées sur base de la coloration sombre de leur plumage.

Grand corbeau – Corvus corax (© Quentin Goffette)

Par ailleurs, plusieurs sites européens fréquentés par Neandertal ont livré des serres de rapaces, c’est-à-dire des griffes, portant des traces de découpes témoignant du fait qu’elles ont été séparées volontairement des doigts. Là aussi, des raisons symboliques comme le port en tant qu’ornement ont été proposées, bien qu’une utilisation de ces griffes comme outil soit également possible. L’extrémité très pointue de ces éléments peut effectivement trouver une variété d’applications. Mais l’étude récente d’un ensemble de phalanges de pygargue à queue blanche, un aigle pêcheur, mises au jour sur le site de Krapina en Croatie a fourni de nouveaux arguments. Ces serres proviennent d’au moins trois aigles différents. L’analyse minutieuse des traces de découpe et d’usure observées ont permis de proposer que ces différentes griffes ont été portées en tant qu’ornement, peut-être sous la forme d’un collier, apportant ainsi un argument fort en faveur de pratiques symboliques de la part de Neandertal.

Ensemble de phalanges de pygargue, Krapina, Croatie (© Luka Mjeda, Zagreb [CC BY 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0)], via Wikimedia Commons)

Avec la dispersion dans nos régions de Cro-Magnon, c’est-à-dire notre espèce, au début du Paléolithique supérieur, vers 40.000 av. J.-C, les témoins de l’exploitation des oiseaux deviennent beaucoup plus nombreux. Cette fréquence accrue est notamment la conséquence de l’évolution des techniques de chasse. L’usage de l’arc-à-flèche, en particulier, a certainement facilité la chasse au petit gibier. D’autres outils de chasse ou de piégeage ont également pu être utilisés pour capturer les oiseaux, par exemple des filets, des cages, des collets ou de la glue qui sont tous encore utilisés aujourd’hui mais dont l’usage au cours de la préhistoire est difficile à mettre en évidence, compte tenu du fait qu’ils sont constitués de matériaux périssables ne se conservant qu’exceptionnellement dans les chantiers archéologiques. L’avantage de ces techniques est qu’une fois le piège dressé, l’investissement en temps est faible puisqu’il s’agit d’une chasse passive : le piège se déclenchera tout seul au passage de l’animal.

Les finalités d’exploitation sont variées et incluent l’extraction des plumes et des serres, la consommation d’un large éventail de taxons mais aussi l’utilisation de l’os comme matière première pour la fabrication d’objets. Dans le site archéologique de Combe Saunière, en Dordogne, une concentration d’ossements de harfang des neiges, une chouette au plumage majoritairement blanc typique des milieux froids, a été mise en évidence dans des niveaux Magdaléniens. Les éléments présents proviennent exclusivement des ailes mais leur accumulation ne semble pas résulter uniquement de l’exploitation des plumes. Seuls deux types d’os de l’aile sont représentés, le radius et l’ulna, alors que d’autres ossements portant aussi des grands plumes sont absents. Certains indices, comme des raclages grossiers de l’os, suggèrent qu’ils ont été préparés et stockés comme matière première destinée à être utilisée ultérieurement.

Harfang des neiges – Bubo scandiacus (© Quentin Goffette)

En effet, les os des oiseaux sont creux, résistants et leur façonnage est aisé, ce qui en fait une matière première tout à fait désirable, en particulier pour la production de tubes. Ces tubes peuvent ensuite être utilisés tels-quels ou, par exemple, servir à la production d’aiguilles par rainurage longitudinal. Mais les productions les plus spectaculaires sont certainement les flûtes. Plusieurs exemplaires sont connus des sites Aurignaciens du Jura Souabe, en Allemagne, dont le plus spectaculaire est un exemplaire presque complet provenant du site de Hohle Fels. Cette flûte a été réalisée dans un radius de vautour fauve et présente une extrémité façonnée en double biseau ainsi que cinq perforations destinées à y placer les doigts.

Flûte de Hohle Fels (© Tomatenpflanze [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons)

Les oiseaux ont donc été exploités pour des raisons pratiques, comme pour se nourrir, pour des raisons symboliques, comme l’ornementation mais aussi certainement pour des raisons spirituelles. Aujourd’hui, les oiseaux occupent une place importante dans les mythes des populations arctiques, comme les Inuits, notamment le grand corbeau, les plongeons (des oiseaux aquatiques plongeurs se nourrissant de poissons) ou les aigles. Plus largement, des parties d’oiseaux, par exemple des pattes de grand corbeau, sont également fréquemment utilisées comme amulettes. Bien que ce genre d’utilisation soit très difficile à mettre en évidence, les témoignages ethnographiques permettent de garder une certaine ouverture d’esprit par rapport aux découvertes archéologiques.

Les interactions entre les hommes et les oiseaux ont donc été nombreuses au cours de la préhistoire et ont pris différentes formes, tout comme de nos jours. A l’échelle mondiale, la volaille représente aujourd’hui une part très importante de la consommation en viande mais les oiseaux sont également élevés pour leurs performances, comme le canari pour son chant ou le pigeon pour son vol. Ils sont profondément ancrés dans notre imaginaire collectif, telle la cigogne apportant les bébés, voire dans nos comportements symboliques comme la colombe représentant l’esprit saint dans la religion chrétienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.