Journée d’études : Le patrimoine militaire septentrional du Moyen Âge à nos jours. Les édifices urbains non-fortifiés

 

Le 19 octobre 2018 aura lieu la première journée d’études du projet Le patrimoine militaire septentrional  du Moyen Âge à nos jours. Cette journée portera sur Les édifices urbains non-fortifés, elle est organisée par Philippe Diest et Christine Aubry (IRHiS, ULille) et Laurent Jalabert (ULorraine)

Les territoires compris entre la Seine, la Meuse et le Rhin (Hauts-de-France, Belgique, Pays-Bas) ont été le lieu de nombreux conflits depuis le Moyen Âge, inscrivant de ce fait profondément le fait guerrier dans l’architecture septentrionale. Si les fortifications de Vauban font partie des éléments les plus étudiés, elles occultent de nombreuses autres formes du patrimoine militaire. Les autres édifices défensifs, de l’enceinte médiévale aux blockhaus de la Seconde Guerre mondiale en passant par les forts Séré de Rivières, sont moins connus mais révèlent l’importance régionale et l’évolution de la tactique militaire au fil du temps. Les villes concentrent également de nombreux autres bâtiments comme des casernes, des hôpitaux ou des entrepôts moins visibles dans le tissu et le paysage urbains.

Malgré son importance spatiale et structurelle, le patrimoine militaire septentrional a longtemps rencontré une indifférence populaire et institutionnelle. Le départ de nombreuses unités depuis la fin de la Guerre Froide et la suspension du service national a provoqué l’apparition de nombreuses friches militaires comparables aux friches industrielles. Néanmoins, ce patrimoine connaît actuellement un regain d’intérêt perceptible dans la presse, les activités des associations et des collectivités territoriales ainsi que les recherches universitaires. Le projet « archéologie et patrimoine militaire » mené par l’IRHIS (ULille) ambitionne de donner un pendant septentrional à ces recherches en permettant aux universitaires, aux professionnels et aux usagers de ce patrimoine ainsi qu’aux historiens locaux, qui ont joué un grand rôle dans la redécouverte de ces édifices, de mutualiser et de confronter les fruits de leurs recherches.

Le projet s’articule en trois journées consacrées chacune à une thématique différente : les édifices urbains non-fortifiés, les forts et les citadelles (1er semestre 2019) et la fortification détachée et les vestiges bétonnés (1er semestre 2020).

Cette première journée s’intéresse aux nombreux éléments de l’architecture militaire – casernes, hôpitaux, magasins, manufactures, etc. – visibles ou disparus, intacts ou délabrés, à usage militaire ou reconvertis, caractérisant l’espace urbain septentrional situé entre le Rhin et la Seine.

Programme :

9h00 – Accueil
9h15 – Mot d’accueil par Stéphane MICHONNEAU (directeur de l’IRHiS, ULille)
Introduction par Philippe DIEST (Institut Catholique de Lille, IRHiS), Laurent JALABERT (ULorraine)

10h00 – Les indispensables fortifications
Présidente de séance Angélique DEMON (Service archéologique de Boulogne-sur-Mer, associée IRHiS)

Éric VANNEUFVILLE (Cercle d’histoire et d’archéologie, Bailleul), Les fortifications de Flandre et de Zélande sur le front de la Guerre de 80 ans, 1568-1648
Jérôme FOURMANOIR (IRHiS, ULille), Les fortifications septentrionales à travers la peinture du XIXe siècle
Discussion
Pause

11h30 –  À l’abri des murailles

Noël GAVIGNET (Archives de la ville de Calais), Tristan MORICEAU (Communauté d’agglomération de Calais), Le patrimoine militaire non fortifié et les infrastructures civiles à Calais durant la Première Guerre mondiale
Matthieu PANORYIA (ULorraine), Les casernes Marceau et Chevert de Verdun : vers un particularisme de la place forte de Verdun ?
Nicolas CHARLES (UParis 1 Panthéon-Sorbonneà, Sébastien HAGUETTE (Société d’histoire et d’archéologie du sedanais), Le château fort de Sedan : un camp de travaux forcés durant la Grande Guerre
Discussion
13h00 – Déjeuner sur place

14h15 – Disparition et vestiges
Président de séance Frédéric SAFFROY (avocat au barreau de Paris, associé IRHiS)

Olivier RYCKEBUSCH (Éducation de la ville de Dunkerque, IRHiS), Deux hôpitaux militaires disparus : l’hôpital Saint-Louis de Lille et l’hôpital Royal de Dunkerque
Estelle DELMONT, Ludovic HERICOTTE (Inrap), Étude archéologique de la caserne du bastion Souham
Discussion
Pause

15h45 – Emplois et reconversion

Emmanuel CHIFFRE, Denis MATHIS (ULorraine), Les camps de sûreté de la ligne Maginot en Lorraine
Aude KUBJAK, Geneviève LAURENT, Jean-Sébastien MISSON (Service Citadelle, Ville de Namur), La caserne Terra Nova de la citadelle de Namur
Yves ROUMEGOUX (DRAC-SRA Hauts-de-France), Les trois casernes des Gardes suisses de M. Guillaumot, architecte : Rueil, Courbevoie, Saint-Denis (1754), fortunes diverses des édifices
Discussion
17h30 – Conclusion par Philippe DIEST et Laurent JALABERT

Pour télécharger le programme complet, cliquez ici.

Informations complémentaires :
Journée d’études : Les édifices urbains non-fortifiés
Date : Vendredi 19 octobre 2018
Lieu :
Université de Lille – Site du Pont-de-Bois
Institut de Recherches historiques du Septentrion
Salle de séminaire
59653 Villeneuve d’Ascq


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.