Publication : La villa gallo-romaine du Hody, à Hamois : un modèle original

LEFERT Sophie
La villa gallo-romaine du Hody, à Hamois : un modèle original
Namur : Société archéologique de Namur, 2018, 207 p.
Collection Namur. Archéologie ; 1
ISBN 978-2-9602140-0-0

Résumé éditeur :

Le villa du hody à Hamois est un nouveau témoin de la romanisation du Condroz namurois, région rurale située entre la Meuse et le Hoyoux et connue depuis le XIXe siècle comme un paysage de villas grâce aux recherches de la Société archéologique de Namur et aux interventions d’archeolo-J.

Installée vers le milieu du Ier siècle apr. J.-C., cette exploitation agricole s’est développée et enrichie durant le IIe siècle avant de connaître un déclin puis de disparaître dès la seconde moitié du IIIe siècle. Le Hody se distingue nettement des villas classiques où le logis en position axiale domine une cour rectangulaire délimitée par deux rangées d’annexes. Ici, il n’y a pas de séparation entre la pars urbana et la pars rustica. Le petit logis est installé latéralement, au centre d’un des longs côtés de la cour agricole. Celle-ci, de dimensions moyennes, comprend de nombreuses dépendances en périphérie mais également au centre.

Dix-huit bâtiments utilitaires documentent le stockage des récoltes céréalières et fourragères, l’élevage du bétail, l’entreposage et l’entretien du matériel agricole, le logement du personne, etc. Même s’ils n’ont pas tous fonctionnés simultanément, leur nombre et leur variété témoignent d’une économie agricole importante de t ype mixte agro-pastoral.

L’architecture en bois, héritière de la tradition gauloise, est particulièrement vivace. Treize constructions sont les témoins d’une technologie élaborée, des portées de 10 m pouvant être couvertes dans supports intermédiaires.

Au Hody, il n’est pas question de grand luxe, de mosaïques ou de bains imposants, mais simplement d’une ferme de dimensions moyennes aux production agricoles importantes et variées. C’est la fonction économique et non résidentielle de la villa qui prédomine. L’étude du mobilier et de la faune confirme la richesse du domaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.