Nouveaux regards sur le Trésor des bronzes de Bavay

Ce billet a été rédigé par Laure de Chavagnac, responsable du Service Recherche et Conservation, Forum antique de Bavay. Il présente la prochaine exposition du Forum antique de Bavay qui aura lieu de septembre 2018 à janvier 2019 et portera sur le Trésor des bronzes de Bavay.

Pourquoi réétudier le Trésor des bronzes de Bavay ?

Le Trésor des bronzes de Bavay, découvert en 1969 dans le secteur nord-est de la basilique du forum de Bagacum, rassemble près de 370 objets en bronze : il a été à l’origine de la création du musée municipal de Bavay en 1976.

Bien qu’emblématique de la collection du musée de Bavay, départementalisé en 2000, ce dépôt demeure mystérieux à bien des égards et soulève de nombreuses questions :

  • D’où proviennent les objets qui le composent ?
  • À quelle période ont-ils été produits et utilisés ?
  • Pourquoi des objets si divers ont-ils été rassemblés et abandonnés au même endroit ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces questionnements, le Forum antique de Bavay a rassemblé une équipe de spécialistes afin d’étudier le Trésor avec plusieurs approches.

Un partenariat avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) 

Dans le cadre de la préparation de cette exposition, le Forum antique de Bavay a noué un partenariat avec le C2RMF afin d’obtenir de nouvelles données sur les techniques de fabrication de pièces phares du Trésor, à la lumière de techniques avancées d’analyse scientifiques. Des investigations ont été menées à l’automne 2017 sur une partie des pièces du Trésor, sous la conduite de Benoît Mille, archéométallurgiste au C2RMF.

Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France est un service à compétence nationale du Ministère de la Culture, une structure unique pour la préservation et l’étude du patrimoine culturel conservé par les musées de France.
Il a pour mission de mettre en œuvre, en liaison avec les conservateurs responsables des collections, la politique de la direction des musées de France en matière de recherche, de conservation préventive et de restauration. Situé au carrefour de la science et de l’art, le C2RMF met à la disposition des responsables des collections des musées, un laboratoire d’examens et d’analyses, des ateliers de restauration, un département de conservation préventive et un département d’archives et nouvelles technologies de l’information.
Le C2RMF coopère avec les 1 219 musées labellisés « musées de France » du territoire, mais également, avec des organismes internationaux, où les 150 agents du Centre s’impliquent dans de nombreux programmes de formation, colloques, journées d’étude et projets de recherche notamment européens.

 Une découverte à rebondissements !

 Le Trésor des bronzes a été découvert à l’été 1969 lors des fouilles menées au nord-est du forum à l’instigation du charismatique abbé Henri Biévelet. L’étude des documents d’archive rassemblés au Forum antique de Bavay et dans d’autres institutions a permis de reconstituer les évènements qui ont suivi la mise au jour du Trésor !

Avant de devenir la pièce maîtresse des collections du premier musée bavaisien en 1976, les objets du Trésor ont d’abord été restaurés par le Laboratoire d’Archéologie des Métaux à Nancy, alors dirigé par le célèbre Albert France-Lanord, puis ont été exposés au Palais des Beaux-arts de Lille.

C’est l’histoire, mouvementée, des premières années après la découverte du Trésor que racontera l’exposition avec des dispositifs ludiques !

Une fenêtre sur Bagacum au Bas-Empire

Grâce à l’examen des rares archives de fouille conservées, l’emplacement du Trésor a pu être localisé et le moment de son enfouissement a été situé vraisemblablement au tournant des IIIe et IVe siècles de notre ère.

L’exposition est l’occasion de plonger les visiteurs dans une période méconnue de l’histoire de Bavay : le Bas-Empire. À cette époque, le forum, ensemble monumental emblématique du Haut-Empire, est progressivement abandonné puis transformé en castrum fortifié.

Les premières données issues de recherches archéologiques récentes menées sur le forum, dans le cadre de l’archéologie préventive par le Service archéologique du Département du Nord et des fouilles programmées conduites conjointement par le SAD et le laboratoire HALMA de l’Université de Lille (sous la responsabilité de Patrice Herbin et Laëtitia Meurisse), seront dévoilées au public.

Ces recherches de terrain apportent un nouvel éclairage sur les phases d’abandon du forum en tant que tel, dès le IIIe siècle de notre ère, et sur la matérialité des occupations postérieures de ce secteur de l’agglomération.

Des statues mises en pièce…

L’une des surprises de ce projet de recherche a été l’identification, au sein du dépôt, de nombreux fragments de grandes statues qui appartenaient selon toute vraisemblance à la parure monumentale du forum de Bagacum.

Ces fragments ont été étudiés au C2RMF pour appréhender les techniques de fabrication des statues auxquelles ils appartenaient et analyser la composition élémentaire du métal qui les constitue.

Des hypothèses surprenantes d’identification de ces statues disparues seront présentées au public dans l’exposition !

Un panthéon en miniature

Jupiter, Mercure, Minerve…. Le Trésor a livré plusieurs belles statuettes de divinités du panthéon gréco-romain qui témoignent de différences stylistiques remarquables.

L’étude stylistique et iconographique d’une partie de ces objets a été confiée à des spécialistes reconnus des bronzes romains : Annemarie Kaufmann-Heinimann (Université de Bâle) et Norbert Franken (Université de Mayence).

Leur approche, qui s’appuie sur la comparaison des statuettes bavaisiennes avec d’autres pièces connues dans le monde romain, a permis de préciser les caractéristiques stylistiques des statuettes du Trésor et de proposer des hypothèses quant à leur attribution chronologique et à leurs lieux de fabrication possibles.

L’exposition présentera plusieurs statuettes, notamment prêtées par les musées du Louvre et de Mariemont, qui permettront aux visiteurs d’apprécier les particularités des statuettes du Trésor.

L’art et la matière

L’objectif principal des investigations menées au C2RMF sur les statuettes du Trésor était de mieux connaître les méthodes de fabrication qui ont été employées pour les produire.

Étude d’une statuette (© C. Arnould, Département du Nord)

Dans l’Antiquité, plusieurs méthodes de fonte du bronze coexistent : selon la méthode utilisée on obtient des objets pleins ou creux. Les statuettes ont été radiographiées pour comprendre leur structure interne, mesurer l’épaisseur des parois métalliques lorsque les objets sont creux, repérer et étudier les assemblages, et détecter la présence de défauts de fonderie.

Plusieurs statuettes comportent des éléments de costume ou des attributs rapportés, c’est-à-dire façonnés à part puis assemblés au corps de la statuette par soudure ou d’autres procédés. Certains assemblages sont visibles à l’œil nu mais d’autres ne sont apparus que lors des radiographies.

Les statuettes ont subi de minuscules prélèvements afin de collecter quelques milligrammes de métal sain qui ont ensuite été analysés par spectrométrie d’émission atomique à plasma (ICP-AES). Cette méthode permet de connaître la composition chimique des métaux. Les données obtenues sur les différentes statuettes étudiées autorisent des rapprochements entre certaines d’entre elles.

Plusieurs statuettes ont été associées au hasard avec des socles ou en étaient dépourvues… Le Trésor comportait également de nombreux socles isolés. Les analyses élémentaires ont permis de questionner ces associations !

Des objets hauts en couleur !

La plupart des statuettes, ainsi que plusieurs objets domestiques du Trésor, comportent des ornements colorés (argentés, dorés, rouges, sombres…) : ils sont souvent placés sur les socles des statuettes mais on en remarque aussi à d’autres endroits comme au niveau des yeux. Il s’agit d’incrustations de métaux précieux dont la nature exacte a pu être déterminée grâce aux équipements de pointe du C2RM.

Le C2RMF dispose d’un équipement d’exception : AGLAE, l’Accélérateur Grand Louvre d’Analyses Élémentaires, qui permet d’analyser les matériaux constitutifs des œuvres d’art de façon totalement non destructive.

Cette méthode, ainsi que la fluorescence X, ont permis de cartographier précisément les métaux présents à la surface des objets étudiés de cette façon. L’exposition permettra aux visiteurs de découvrir l’aspect originel de ces pièces dans l’Antiquité et de constater qu’elles étaient très colorées !

Le mobilier domestique : un ensemble hétéroclite

De nombreux objets à usages divers figuraient aux côtés des statuettes et fragments de grandes statues. Ces éléments, souvent fragmentaires ou endommagés, appartiennent à plusieurs catégories d’instrumentum domesticum. On y trouve des garnitures de meubles, des accessoires d’éclairage, de la vaisselle, des objets liés au transport…et des pièces dont la fonction demeure mystérieuse…

Lampe à tête d’Éros (© C. Arnould, Département du Nord)

L’inventaire complet de cet ensemble disparate a permis de réinterroger l’identification de plusieurs objets et de proposer des hypothèses quant à leurs fonctions originelles. Cette étude, est menée conjointement par plusieurs chercheurs : Michel Feugère (Chargé de recherche au CNRS, UMR 5138-ArAr), Delphine Nicolas (Centre Ardennais de Recherches Archéologiques), Norbert Franken (Université de Mayence), Nicolas Paridaens (Université Libre de Bruxelles) et Laure de Chavagnac (Chercheur associé à l’UMR 5138-ArAr).

Des objets, semblables à ceux présents au sein du Trésor, seront présentés dans le parcours de l’exposition grâce à des prêts de plusieurs institutions.

Plusieurs objets du dépôt ont été de nouveau restaurés par le Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Nancy, livrant ainsi des informations inattendues ! Des indices documentant leur méthode de fabrication, leur physionomie d’origine ou encore leur utilisation ont ainsi été mis en évidence. Une inscription gravée se cachait même au revers de l’un des plats du dépôt ! Elle est en cours d’examen par Christine Hoët Van Cauwenberghe (laboratoire HALMA, Université de Lille)

Des éléments de réponse…

Le principal mystère qui entoure le Trésor des bronzes de Bavay concerne les circonstances qui ont mené à sa constitution et à son enfouissement.

La littérature archéologique sur le Trésor fait état de plusieurs hypothèses s’appuyant en grande partie sur l’extrême diversité des objets en présence et sur la valeur matérielle de l’ensemble. Les scénarios proposés ne s’excluent d’ailleurs pas totalement les uns les autres !

Ce nouvel examen approfondi de l’ensemble, confrontant plusieurs méthodes et points de vue, permet de porter de nouveaux regards sur les scénarios qui ont pu conduire au rassemblement de ces objets en un même lieu.

C’est le résultat de ces échanges, des regards croisés de spécialistes aux expertises différentes et complémentaires, que le Forum antique de Bavay vous proposera de découvrir à partir du 13 septembre 2018 ! L’exposition invitera les visiteurs à chausser tour à tour les « lunettes » des différents spécialistes pour reconstituer le parcours du Trésor et tenter d’en percer les mystères !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *