Nouvelle publication : Laon (Aisne) : un quartier du bourg aux portes de la cité : les fouilles du 8-10 rue du Bourg, 12-14 bis rue Franklin Roosevelt

GALMICHE Thierry (dir.)
Laon (Aisne) : un quartier du bourg aux portes de la cité : les fouilles du 8-10 rue du Bourg, 12-14 bis rue Franklin Roosevelt
Drémil-Lafage : Éditions Mergoil, 2024, 284 p.
Collection Europe médiévale ; 16
ISBN 978-2-35518-137-5

Résumé éditeur :

La construction d’un immeuble d’habitation a justifié la réalisation d’une fouille archéologique dans la zone la plus étroite de la ville haute de Laon.
Des indices céramiques laissent supposer la proximité d’un habitat d’époque antique. L’occupation durant le premier Moyen Âge structurée par une voie est caractérisée par des activités artisanales et des jardins.
Ce secteur de la ville fait l’objet d’aménagements importants au XIIe siècle. Louis VII construit un palais royal entre 1143 et 1179 en profitant de cette position topographique favorable. Vers 1212, une grosse tour est adossée au palais afin de contrôler l’accès à la Cité, elle-même fortifiée ; au-delà de cette entrée s’étend le Bourg. Les parcelles fouillées se situent au pied du palais royal. Une des deux tours de la porte Lupsault a été découverte. Cette porte érigée dès le début du XIIIe siècle constituait le principal accès à l’enceinte du Bourg. Des restes de la courtine qui reliait la porte au palais royal ont également été dégagés. Pour des raisons stratégiques, aucune construction n’est aménagée le long de la courtine et du palais royal à cette époque.
À la fin du XIVe siècle, la porte Lupsault est intégrée dans un ensemble défensif complexe. La courtine reliant la porte Lupsault au palais royal, devenue obsolète, est arasée. Les restes des maisons bâties de part et d’autre de cet ancien mur ont été découverts et fouillés. La position centrale du secteur étudié, en bordure des principales voies de circulation explique la densification de l’habitat mis au jour et favorise le développement de commerces : auberge, hôtel à l’enseigne du mouton, hôtel de la Hure. Les abondants artefacts conservés témoignent de la vitalité des activités économiques à partir du XVe siècle.
Pour améliorer la circulation, la porte Lupsault est détruite en 1799. Le palais royal et la tour Philippe Auguste sont à leur tour démolis en 1831 pour permettre la construction d’un nouvel hôtel de ville. Le découpage parcellaire mis en place à la fin du Moyen Âge connaît peu de modifications jusqu’au début du XXe siècle. En 1913, l’hôtel de la Hure disparaît. Un nivellement général du terrain est effectué pour laisser place aux Nouvelles Galeries puis au Monoprix finalement rasé en 2011. (4e de couv.)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nordoc'Archéo (20 mars 2024). Nouvelle publication : Laon (Aisne) : un quartier du bourg aux portes de la cité : les fouilles du 8-10 rue du Bourg, 12-14 bis rue Franklin Roosevelt. Nordoc'Archéo. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1rg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search