Chronique de Vendeuil-Caply (5). La fouille vue du musée

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Le Musée archéologique de l’Oise est un des tous derniers musées de site créés en France. J’entends souvent des visiteurs se demander pourquoi ce bâtiment a été construit au milieu de nulle part. Eh bien, pour la simple et bonne raison que le site dont il conserve et valorise les vestiges se trouve à 200 m, sous les champs. Il est en effet difficile de visualiser l’agglomération antique de Vendeuil-Caply qui s’étendait sur plus de 100 hectares. Définitivement ensevelie au Ve siècle de notre ère, ce qu’il reste de cette ville est aujourd’hui conservé dans le sol. Et seul le Grand théâtre, cœur monumental de la cité bellovaque, a été extrait de la terre par les archéologues.

Du dépôt de fouille au Musée de France

La fouille archéologique est profondément ancrée dans l’identité du musée installé à Vendeuil-Caply. « Sans fouilles, pas de musée ! » me direz-vous et je vous l’accorde volontiers. Pour être plus précis, les premiers sondages réalisés dans l’agglomération antique ont eu lieu en 1956, suite au repérage sur des clichés de l’I.G.N. d’indices suggérant l’existence d’un théâtre. Ce dernier fait l’objet d’une fouille à partir de l’année suivante et sera appelé plus tard « Petit théâtre », après la découverte d’un second édifice de spectacle plus monumental. Deux théâtres dans une cité gallo-romaine du Nord de la France, ce n’est pas rien.

 

Fig.1 : Plan des années 1960 du Petit théâtre de Vendeuil-Caply

Gérard Dufour et le R.P. Noché ont su mobiliser des bénévoles pour mettre en œuvre un chantier de fouilles annuel qui avait pour objectif de démontrer l’importance du site. Pour ce faire, une structure était nécessaire : l’Association des Amis de Vendeuil-Caply a donc vu le jour. Elle continue encore aujourd’hui de soutenir les fouilles et fêtera ses 60 ans d’existence en 2018. Faisant honneur à son surnom de « Pérou des Antiquaires », le site archéologique s’est révélé d’une grande richesse, tant en structures qu’en mobilier. Il a donc fallu créer un lieu pour conserver et étudier ces vestiges. Un dépôt/musée a ainsi été installé dans la ville de Breteuil, à 5 km de Vendeuil-Caply. Déplacé au gré des contraintes et des opportunités, le musée devient associatif en 1985 et prend le nom de « Musée archéologique de la Région de Breteuil ». Cette structure se voit attribuer le statut de musée contrôlé en 1989, sous la direction à titre bénévole de… Vincent Pomarède (aujourd’hui conservateur au Louvre). Le projet devient intercommunal à partir de 1995 et la Communauté de Communes des Vallées de la Brèche et de la Noye intègre la création d’un nouveau musée dans son projet de territoire. Esclarmonde Monteil, conservatrice du patrimoine, supervise ce projet et le fait aboutir en 2011 avec l’ouverture du Musée archéologique de l’Oise, bénéficiant de l’appellation « Musée de France ».

Les fouilles du XXIe siècle : le moteur du musée

Les archéologues ont œuvré sur le terrain tout au long de ce lent processus muséal. Non contents d’alimenter les collections en mobilier, ils ont aussi donné matière au projet de musée à travers des études, des articles et des ouvrages… démontrant fouille après fouille l’intérêt du site archéologique de Vendeuil-Caply. C’est donc de manière assez naturelle que le musée a surgi de terre, comme les vestiges antiques, en lisière de l’agglomération.

Cette construction constitue un acte archéologique en soi puisqu’un diagnostic préalable au chantier, prescrit par le Service Régional de l’Archéologie (SRA), a révélé l’existence d’une nécropole au lieu-dit « Les Marmousets ». Acte fondateur, cette fouille a permis l’étude d’une population de la transition proto-mérovingienne, période encore antique et pas tout à fait médiévale, dont la culture matérielle s’est avérée d’une grande richesse. L’opération est d’autant plus importante qu’elle marque la reprise d’activité des archéologues à Vendeuil-Caply, suite à une pause de 20 ans. Daniel Piton, le successeur de Gérard Dufour à la tête du chantier, a fait le choix en 1988 de suspendre les travaux de terrain pour se consacrer à une synthèse de la connaissance sur le site. En résulte un ouvrage remarquable publié en 1993 dans Nord-Ouest Archéologie. Cette publication est un outil utilisé quotidiennement au musée.

 

Fig.2 : Couverture du numéro de Nord-Ouest Archéologie consacré à Vendeuil-Caply

Spécialiste, entre autres, des nécropoles mérovingiennes, Daniel Piton a repris du service de 2008 à 2011 en étant responsable de la fouille des Marmousets. Suite à cette opération, Vincent Legros, ingénieur de recherche au SRA Picardie, a pris la relève et a orienté les opérations vers le cœur de l’agglomération antique. Après avoir fait une campagne de sondage en 2012 devant le Grand théâtre, son équipe s’est installée en 2013 au sud-est de l’édifice, dans une zone dont le fort potentiel archéologique a été identifié grâce à des prospections géophysiques.

Les fouilles de Vendeuil-Caply, avant/après

L’archéologie française a profondément évolué avec la loi de 2001 relative à l’archéologie préventive. La discipline est passée d’un cadre général associatif à un format professionnel qui s’est structuré et normé en profondeur. Qu’en est-il de l’archéologie programmée ? Il y a clairement un avant et un après si on s’en tient aux témoignages des bénévoles qui sont passés par Vendeuil-Caply. Les premières explorations archéologiques sur ce site correspondent à un âge d’or du bénévolat local dans la mémoire des anciens fouilleurs. On retrouve des histoires d’enfants de 9 ans invités à venir creuser alors qu’ils passaient à côté en vélo, des jeunes sans emplois à qui on propose de participer aux fouilles pour s’occuper, d’un chirurgien-dentiste passionné qui se voit confier la responsabilité d’étudier un théâtre antique… Vendeuil-Caply était alors le bastion d’un groupe de passionnés qui pour certains ont fait carrière dans l’archéologie et pour d’autres ont évolué dans des milieux bien différents. C’est le cas de Vincent Delebarre, aujourd’hui ingénieur, qui a commencé à fouiller à Vendeuil-Caply à 14 ans et qui, plus de quarante ans plus tard, œuvre toujours sur le site pendant ses congés estivaux, maintenant accompagné par sa fille, Bertille. Il s’agit là d’un cas à part car la discipline archéologique et les fouilles programmées ont bien changé.

 

Fig.3.1 : Fouille du Petit théâtre de Vendeuil-Caply dans les années 1960

Fig.3.2 : Fouille de la nécropole du « Clos de Vendeuil », 1983

La passion est toujours au cœur de la démarche des bénévoles mais elle s’est d’une certaine manière institutionnalisée avec les stages que doivent effectuer les étudiants en archéologie. Les amphithéâtres des universités enseignant cette spécialité ne désemplissent pas et chaque année un flot d’apprentis se déverse dans les chantiers à travers la France. Ces jeunes en recherche d’expérience se confrontent au terrain et testent en quelque sorte leur envie de continuer dans ce domaine. Certains d’entre eux réalisent qu’ils ne sont pas fait pour le BTP inversé que constitue l’archéologie, discipline qui est finalement assez physique. Les autres mettent en pratique ce qu’ils apprennent à la fac : lire une stratigraphie, comprendre des vestiges, différencier le mobilier archéologique, bien remplir une fiche d’unité stratigraphique, faire un relevé de structure, respecter les normes de sécurité… Le laboratoire d’amateurs locaux de Vendeuil-Caply s’est transformé, comme ailleurs, en antichambre pré-professionnelle pour des étudiants qui veulent se faire la main.

Fig.4 : Équipe de fouille de 2014

Le rôle du musée à Vendeuil-Caply

Le Musée archéologique de l’Oise a été pensé d’un point de vue pratique pour être un acteur de la fouille de Vendeuil-Caply. Sa position à 200 m du cœur de l’agglomération antique est idéale et ses locaux comportent un dépôt de mobilier, un centre de documentation, une salle de traitement post-fouille, un espace de stockage du matériel et un véhicule utilitaire. En amont de l’opération annuelle, l’équipe du musée s’investit auprès de l’Association des Amis de Vendeuil-Caply pour la préparation logistique des fouilles à travers la mobilisation et la coordination des bénévoles qui achètent le matériel et les denrées alimentaires, installent la tente où se restaurent les bénévoles, viennent aider au quotidien. Le musée intervient également dans la communication autour de l’événement que constituent les fouilles, véritable tradition locale puisque nous avons fêté cette année leur soixantième anniversaire. À l’arrivée des bénévoles, le directeur du musée est chargé d’établir des règles à respecter pour que son équipe cohabite le mieux possible avec les fouilleurs et que son établissement ne devienne pas un camp de vacances ingérable. Cela peut sembler quelque peu anecdotique mais, par exemple, l’interdiction des chaussures de sécurité crottées à l’intérieur du bâtiment a profondément soulagé l’agent d’entretien du musée.

La relation de travail entre les fouilles et le musée se fait en continu durant tout le mois des fouilles. Suivre les opérations est essentiel car les nouvelles données sur la compréhension du site sont directement intégrées dans le propos de l’équipe du musée en direction du public. Le conservateur et son adjointe, les deux agents en charge de la gestion des collections, sont également sollicités par la personne en charge du tri du mobilier pour des conseils et des identifications. Cela leur permet d’avoir un aperçu des objets qui pourront, à terme, être inscrits à l’inventaire et entrer dans les collections du musée. C’est là un des intérêts de ce musée ancré dans un site au potentiel qui semble sans limite : il est auto-alimenté en mobilier archéologique et il est possible de montrer très peu de temps après leur découverte des objets inédits, comme cela a été le cas pour les figurines peintes de Vendeuil-Caply trouvées en 2013 et exposées de 2015 à 2016 au Musée archéologique de l’Oise, au Musée Boucher-de-Perthes d’Abbeville et au Musée d’Art et d’Histoire d’Evreux.

 

Fig.5 : Christian Sanvoisin, responsable post-fouille, en plein travail dans le laboratoire du Musée archéologique de l’Oise

Après la fouille, le musée de Vendeuil-Caply poursuit sa collaboration avec le responsable d’opération en aidant à laver la faune prélevée par les archéologiques à travers des initiations aux traitements post-fouille proposées à des enfants. Cette activité permet de leur faire découvrir une étape du travail archéologique, de leur transmettre des informations sur l’alimentation des Gallo-romains mais aussi d’avancer le lavage, qui n’est pas toujours terminé à la fin d’une campagne de fouille. L’équipe du musée peut être amenée à faire des recherches documentaires sur certains objets sortant de l’ordinaire. Elle a également des ressources qui lui permettent de monter des projets tels que l’opération « Adoptez une figurine » dont l’objectif était la restauration et l’analyse de 14 figurines de Vendeuil-Caply au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France dont le financement a été pris en charge à 75% par des particuliers. En tant que lieu d’accueil, le musée organise par ailleurs des journées d’études dont résultent des publications scientifiques. Enfin, les expositions du musée sont le principal vecteur de diffusion de la connaissance sur le site de Vendeuil-Caply.

Fig.6 : Lavage de la faune prélevée sur le site de Vendeuil-Caply par des collégiens

Je terminerai cette partie en insistant sur le fait qu’au-delà de l’accompagnement des fouilles actuelles, le musée joue également un rôle crucial à travers la prise en charge de la valorisation scientifique des fouilles anciennes. L’inventaire et l’étude du mobilier archéologique prélevé sur le site des années 1950 à 1980 constituent en effet une véritable plus-value pour les opérations présentes et à venir. Ainsi, l’équipe du musée œuvre en coulisses en réalisant elle-même des études et en mettant à la disposition des chercheurs du mobilier peu ou pas étudié auparavant, mais aussi des objets très bien connus dont l’étude est remise en perspective grâce aux dernières avancées scientifiques. Ce travail de longue haleine alimente la connaissance globale du site en parallèle des apports inédits de l’actuelle opération de terrain. Faire du nouveau avec de l’ancien, c’est tout de même un comble pour un musée archéologique !

Fig.7 : Restauration de la niche centrale du Grand théâtre de Vendeuil-Caply par Laura Bontemps, élève-restauratrice à l’Institut national du patrimoine

Une base logistique, un partenaire scientifique et un vecteur de diffusion

Comme nous l’avons vu, le Musée archéologique de l’Oise est présent du début à la fin du processus archéologique à Vendeuil-Caply. Base logistique, il accueille les fouilleurs dans des conditions de travail optimales. Partenaire scientifique, il collabore avec le responsable de fouille et les spécialistes pour l’exploitation des données recueillies sur le terrain. Vecteur de diffusion, il partage avec le public la connaissance actualisée du site archéologique à travers des expositions, des animations et des publications. Toutes ses étapes se font en bonne entente avec l’équipe de fouille dans l’optique d’avancer ensemble dans la compréhension du site archéologique de Vendeuil-Caply. Le projet fonctionne parce que le musée se met au service des fouilles et inversement, respectant ainsi un état d’esprit qui est le même depuis 60 ans en dépit des évolutions structurelles et scientifiques de l’archéologie bénévole.

 


Une réflexion au sujet de « Chronique de Vendeuil-Caply (5). La fouille vue du musée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.