Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires en Picardie

Publication concernant l’archéologie préventive en Picardie.

Quinze-ans-archeologieBAYARD Didier (dir.), BUCHEZ Nathalie (dir.), DEPAEPE Pascal (dir.)
Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires en Picardie. Seconde partie
Amiens : Université de Picardie, 2014, 324 p.
Collection Revue archéologique de Picardie ; 3-4

Résumé et table des matières :

Préambule, par Didier Bayard

Les vestiges de l’Antiquité sur les grands tracés linéaires en Picardie, par Didier Bayard et Patrick Lemaire
Les vestiges de l’Antiquité ont été rencontrés en grand nombre sur les tracés des autoroutes A28, A16 et A29. Tous n’ont pas bénéficié d’une fouille ou même d’une évaluation et rares sont les opérations qui ont abouti à une publication. Il subsiste de ces travaux considérables une masse documentaire hétéroclite en grande partie inédite, qui a fait l’objet d’un recensement, d’un travail de formalisation et de critique dans le cadre l’ACR Quinze ans d’archéologie préventive sur les grands tracés linéaires en Picardie. Nous avons essayé de rendre compte de ce travail dans le premier chapitre, après avoir présenté l’ensemble de la documentation, son état, son potentiel et ses limites. Cet ensemble a été considéré comme un échantillon relativement représentatif des habitats antiques dans les régions traversées, composé de 57 établissements plus ou moins bien caractérisés.  L’une des principales difficultés a été justement de caractériser des sites fouillés partiellement et de les attribuer à l’une ou l’autre des cinq ou six principales formes d’occupation qui ont été identifiées : les fermes, les villae, les habitats ouverts, les annexes ou les établissements routiers. L’un des moyens qui a été choisis pour assurer cette caractérisation a été de recenser les éléments archéologiques qui les constituent : fossés, constructions sur poteaux, sur solins ou sur fondations massives, caves et resserres, fonds de cabane, structures de combustion et structures funéraires (chapitre 2). Après une mise en perspective dans le contexte historiographique régional, le dernier chapitre expose les principaux apports de l’ACR à la question de l’occupation du sol et de ses dynamiques, à la connaissance des différentes catégories d’établissement, certaines déjà bien connues comme les villae, les autres, les fermes, les habitats ouverts et les établissements marginaux , complètement méconnues. Le paysage routier fait l’objet d’un développement afin de remettre les quelques établissements routiers découverts dans une perspective générale.  Le chapitre se termine avec la présentation des acquis les plus significatifs sur les fossés dits de parcellaire et par une évocation des paysages de l’Antiquité, à partir des données paléo-environnementales.

Le haut Moyen Âge, par Véronique Harnay avec la collaboration de Didier Bayard & une contribution de Vincent Legros
L’Action Collective de recherches intitulée Quinze ans d’archéologie préventive  avait pour objectifs principaux de faire connaître l’essentiel des résultats obtenus dans les nombreuses fouilles qui ont été conduites entre 1989 et 2003 dans le cadre des grands travaux menés sur le tracé des autoroutes A28, A16 et A29. Le dernier chapitre chronologique est consacré essentiellement aux occupations du haut Moyen Âge, les témoignages postérieurs au XIIe siècle étant très rares ; ce qui constitue d’ailleurs une singularité régionale. La rareté des indices datant du Moyen Âge classique et du bas Moyen Âge peut s’expliquer par le fait que le tracé des autoroutes évite soigneusement les villages actuels, ce qui implique par ailleurs une origine ancienne, dans le haut Moyen Âge, de cet habitat groupé traditionnel. Et c’est effectivement durant les premiers siècles de la période que l’on passe de l’habitat dispersé composé de grandes exploitations agricoles que sont les villae de l’Antiquité à l’habitat groupé et l’openfield si caractéristiques de la Picardie…

Bilan des études carpologiques réalisées dans le cadre des grands tracés en région Picardie, par Véronique Zech-Matterne
Les études carpologiques associées à la fouille ou au diagnostic de 68 établissements ruraux implantés sur les grands tracés autoroutiers ou ferroviaires de Picardie permettent d’esquisser les évolutions survenues dans les modes de production et de consommation des denrées végétales entre la Protohistoire ancienne et le début des périodes médiévales. La céréaliculture apparaît dominante, et repose principalement sur quatre espèces dont les proportions relatives évoluent au cours du temps : l’orge vêtue, les blés vêtus de type amidonnier et épeautre et les blés nus (froment et/ou blé dur). Après la conquête romaine, la Picardie se scinde en deux zones d’exploitation distinctes, assorties de pratiques d’élevage qui se différencient également. Le sud de la région adopte massivement la culture des blés nus tandis que les domaines localisés au nord de la Somme maintiennent la culture des blés vêtus en privilégiant toutefois l’épeautre. L’essor de l’arboriculture fruitière intervient également au début des périodes historiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.