Mémoires d’archéologues. Chap. 21. Daniel Piton ou l’archéologie pour seconde vie

Dans le cadre de la série Mémoires d’archéologues, nous avons souhaité rencontrer et interroger Daniel Piton, archéologue et directeur de publication, afin qu’il partage avec nous souvenirs et anecdotes qui ont jalonné son parcours professionnel.

Cette interview a été conduite par Thomas Byhet, Karine Delfolie, Géraldine Faupin et Luc Vallin (DRAC Hauts-de-France, Pôle patrimoines et architecture, Service régional de l’archéologie), au musée de Berck-sur-Mer, le 6 avril 2022.

L’article qui en découle a été retranscrit par Karine Delfolie. Il a été corrigé et finalisé par Thomas Byhet et Karine Delfolie, puis validé par Daniel Piton.

Avertissement : nous avons délibérément décidé de garder un style oral à cette interview afin de rester dans l’esprit de la série.

Introduction

Natif d’Étaples (Pas-de-Calais), Daniel Piton a mené une carrière d’enseignant et a été professeur de mathématiques au lycée Mariette de Boulogne et au collège Camus d’Outreau. Passionné par l’archéologie depuis son plus jeune âge, il a mené en parallèle une seconde carrière dédiée à cette discipline. Il a principalement fouillé en Picardie, dans la Somme et l’Oise, sans renoncer pour autant aux sites archéologiques du littoral dont il est originaire. Son site de prédilection demeure Vendeuil-Caply (Oise) qu’il a longuement étudié et contribué à faire connaître au niveau régional et national. Il s’est impliqué également dans la valorisation des acquis scientifiques de l’archéologie, tant les siens, en publiant de nombreux ouvrages et articles[1], que ceux de ses collègues archéologues, en étant, par exemple, directeur de publication de la Revue archéologique de Picardie. Aujourd’hui à la retraite, Daniel Piton demeure très actif dans l’archéologie.

Fig. 1. Daniel Piton lors de l’enregistrement de son portrait en avril 2022 (Photographie : G. Faupin, SRA Hauts-de-France, 2022).


Peux-tu nous raconter les grandes lignes de ton parcours professionnel et comment tu es arrivé à l’archéologie ?

J’ai commencé sur le littoral du Pas-de-Calais, mais je n’y suis pas resté très longtemps : j’ai surtout fouillé dans la Somme et l’Oise.  

Je suis arrivé à l’archéologie tout à fait par hasard. J’avais lu un article de Jean Couppé paru dans La Voix du Nord. Jean Couppé[2], à cette époque, n’était pas encore conservateur du musée Quentovic à Étaples (Pas-de-Calais), mais celui-ci annonçait l’éventuelle création de ce musée.

Suite à cette lecture, et en me promenant dans Étaples, j’ai rencontré un archéologue à quatre pattes en train de fouiller des structures de La Tène. Cet archéologue, c’était Henri Mariette[3] qui était vétérinaire à Samer (Pas-de-Calais) et spécialiste des chevaux. J’ai discuté un moment avec lui et, dans la discussion, il m’informe qu’il fouille également le site néolithique des Sablins, à Étaples toujours, et qu’il m’y accueille bien volontiers si je suis intéressé. Il ajoute également qu’il a l’intention de faire aussi des prospections pédestres. J’ai donc commencé comme ça, grâce à cette discussion.

J’ai rencontré Jean Couppé à l’époque où il était président de la société Quentovic. Cette association s’est mise en place dans les années 1964-1965. J’ai débuté la même année, en 1964. Et je me suis pris au jeu. Et comme on dit souvent : j’ai attrapé le virus de l’archéologie ! Et depuis ce temps-là, impossible de m’en dépêtrer !

Ma première fouille s’est donc déroulée aux Sablins, sur le site néolithique, avec Henri Mariette. On a fouillé également à Bel-Air, toujours à Étaples, et en plein hiver, au moment où les constructions des premières maisons de ce secteur de la ville ont eu lieu. Ensuite, j’ai fouillé des structures gallo-romaines aux Sablins également. 

En 1968, j’ai quitté la fouille des Sablins pour aller fouiller, sur le site de l’Enclos de l’Évêché, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), les structures de la Classis Britannica, avec Claude Seillier[4] : cette fouille a duré de 1968 à 1976.

Ensuite, en 1969, Roger Agache[5] m’a proposé de fouiller à Vron (Somme), sur le front de taille d’une carrière de craie qui avait livré des sépultures du IVe au VIIe siècle. À l’époque, les cultivateurs marnaient encore leurs champs. Il y avait donc des carrières de marne qui s’ouvraient partout et il y avait eu pas mal de sépultures détruites. Heureusement, deux agriculteurs locaux avaient récupéré du matériel, mais, évidemment, celui-ci avait été dispersé. On ne savait pas de quelle(s) tombe(s) il provenait, sauf pour l’une d’entre elles qui avait fourni du matériel de type anglo-saxon et une ou deux autres tombes fouillées par Roger Agache (et sa femme), et pour lesquelles on avait les plans.

Fig. 2. Daniel Piton fouillant la nécropole de Nouvion-en-Ponthieu (Somme) en 1975 (Photographie : G. Dilly, 1975).

L’année suivante, en 1970 donc, Roger Agache me signale également les destructions de tombes à Nouvion-en-Ponthieu (Somme). Pour Nouvion, nous avions réussi à publier les résultats. La fouille a été suivie d’une exposition au musée de Berck, puis au musée de Breteuil (Oise). Lors de cette exposition, j’avais monté un projet d’action éducatif avec les élèves du collège, puisque ma véritable profession était professeur de mathématiques. J’étais très sollicité pour faire les relevés : je ne sais pas pourquoi, mais il doit y avoir un rapport entre « archéologie » et « mathématiques ». Ce projet d’action éducatif a été retenu par le ministère de la Culture et par le rectorat. On a notamment fait la Foire internationale de Lille. On a, d’ailleurs, eu la visite du ministre de l’Éducation nationale qui, à l’époque, était Jean-Pierre Chevènement.

Ensuite, il y eut Nampont-Saint-Martin (Somme) : il s’agissait de quelques tombes toujours dans une marnière. 

Puis, il y a eu Brimeux (Pas-de-Calais). C’est Paul Billaudaz[6] qui avait signalé la construction d’une maison. Quand on est arrivé, bien entendu, tout était déjà creusé et j’ai relevé tout simplement la stratigraphie. J’ai réussi à avoir l’autorisation du propriétaire du terrain pour faire une petite fouille limitée de quelques mètres carrés, ce qui nous a permis d’appréhender un peu mieux la stratigraphie du secteur.

En 1976, à la demande de Jean-Louis Cadoux[7], qui était directeur des Antiquités historiques, je suis intervenu avec Georges Dilly[8], ancien conservateur du musée de Berck (Pas-de-Calais), Noël Mahéo[9], ancien conservateur du musée de Picardie, à Amiens (Somme), Didier Bayard[10], ancien conservateur du patrimoine au Service régional de l’archéologie de Picardie, à Amiens également, et Richard Schuler[11], conservateur au musée de Beauvais (Oise), sur le site de Vendeuil-Caply (Oise). En 1976, nous sommes intervenus sur le fanum des « Châtelets », fouille qui a été publiée très rapidement d’ailleurs.

Fig. 3. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Oise) en 1976 (Photographie : G. Dilly, 1976).

Ensuite, je me suis consacré à une fouille dans la vallée Saint-Denis (Oise), sur le site de Vendeuil-Caply toujours. C’était l’époque où on était obligé d’utiliser la méthode Wheeler. Celle-ci posait des problèmes et c’est, à cette époque-là, que les premières jachères ont commencé. J’avais proposé de faire un décapage important de certaines parcelles, de manière à avoir une idée plus précise de l’occupation, ce qui nous a été refusé. Bon à l’époque, il n’y avait pas de CTRA, c’était une commission et les décisions étaient prises souvent en réunion à la Drac avec Jean-Louis Cadoux. Je suis intervenu sur les parcelles pour lesquelles les agriculteurs voulaient bien nous laisser l’accès, puis sur la parcelle située à côté du théâtre, car celle-ci avait été rachetée par l’État. 

Par la suite, je suis intervenu à côté de l’église de Vendeuil, sur la nécropole mérovingienne, parce qu’un jour, en passant en voiture, en allant sur le chantier de fouille, je me suis rendu compte qu’il y avait des morceaux de sarcophage qui étaient jetés à un endroit où, habituellement, au cimetière, on jette les fleurs fanées. J’ai fait le tour et je me suis aperçu qu’on marchait sur des ossements qui n’étaient pas récents. J’ai donc fait des recherches et j’ai retrouvé dans les notes d’un ancien fouilleur, Gérard Dufour[12], qui était l’ancien responsable de fouilles de Vendeuil-Caply, surtout de la zone du théâtre, qu’il était fait mention de quelques tombes mérovingiennes qui avaient été fouillées en dehors du mur d’enceinte de la clôture du cimetière. On a donc fait un premier sondage et on a trouvé des sépultures. Après négociation avec le maire de la commune, on est intervenu également à l’extérieur de l’église, contre le mur nord. On y a notamment découvert la corne en verre carolingienne. Mais, surtout, on y a trouvé probablement, enfin très certainement même, l’église primitive de Vendeuil qui doit dater du VIIe ou peut-être du VIIIe siècle. Il était prévu une fouille à l’intérieur de l’église, car l’un des murs de ce bâtiment était établi sur des sarcophages, mais elle n’a pas pu se faire. Car, suite à la pression de certains habitants, hostiles à la fouille de la nécropole, problématique que tout le monde connaît – partout où l’on passe, on a les mêmes problèmes – j’ai dû arrêter la fouille de ce site.

La même année, en 1976, je suis intervenu à la demande de Jean-Luc Massy[13], qui est devenu Directeur des antiquités de Picardie à la suite de Jean-Louis Cadoux, au Logis du Roy, à Amiens (Somme), avant la construction de bâtiments. Cette fouille, très profonde d’ailleurs, a été menée avec la même équipe que citée précédemment : Noël Mahéo, Richard Schuler, Georges Dilly…

À la fin de l’année 1976, j’ai publié un numéro de la revue Nord-Ouest Archéologie sur Vendeuil-Caply (Oise) : c’est un ouvrage de synthèse qui sert, encore actuellement, aux équipes de fouille. 

Ensuite, il y a eu une intervention à Marenla (Pas-de-Calais). C’était encore dans une marnière, dans laquelle un élève du lycée de Montreuil avait découvert un vase. Georges Dilly a été contacté et a identifié ce vase comme étant de l’époque mérovingienne. On a y mené une fouille qui a montré qu’en réalité le site était du Bas-Empire. La première année, on a trouvé du mobilier que l’on peut toujours voir dans les vitrines du musée de Berck. Malheureusement, l’année suivante, avant notre retour, le site a été entièrement pillé. Il a même été entièrement rebouché, et rebouché parfaitement ! C’est-à-dire que, lorsqu’on a fait le décapage et qu’on a fouillé la première tombe, on n’a pas saisi l’importance de ce remaniement. C’est uniquement lorsque nous sommes arrivés au fond de la sépulture, que la découverte d’une « mise en scène » – un crâne avec un mégot dans la mâchoire et des traces de pelle rouge récentes – nous a permis de comprendre notre erreur et le canular : évidemment, nous nous sommes dits que c’était inutile d’aller plus loin !

Fig. 4. Daniel Piton et Jean-Luc Collart sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).

Après le diagnostic pour la création du musée de Vendeuil-Caply, j’ai été recontacté par Jean-Luc Collart[14] et Didier Bayard qui ont insisté pour que je reprenne la fouille des « Marmousets » à Vendeuil-Caply. L’emplacement du musée avait été changé et on a effectué la fouille programmée sur 4 ans.


Tu réalisais ces fouilles sur ton temps libre ? 

Oui, je réalisais ces fouilles bénévolement. Mon métier, c’était professeur de mathématiques : il fallait bien se nourrir ! Mais l’archéologie était devenue une passion.

Je fouillais pendant les vacances : le premier jour des vacances, on chargeait la voiture et le deuxième jour, j’étais sur le chantier. Je revenais la veille de la rentrée des professeurs. Bien entendu, avec tout le chargement, puisqu’à l’époque le mobilier archéologique n’allait pas directement dans les musées. Par exemple, mon garage était rempli d’ossements à étudier ce qui, un jour, a causé une frayeur à celui qui venait relever le compteur à gaz ! Il m’est arrivé quelquefois de fouiller pendant les deux mois des vacances d’été.


Dans cette longue carrière, as-tu souvenir d’un chantier particulièrement difficile ?

Je peux évoquer le chantier de Grigny (Pas-de-Calais), près d’Hesdin. C’est le « pire » des chantiers que j’ai fouillés, non pas tant au niveau de l’intérêt scientifique du site, que sur celui des conditions de travail : on travaillait dans la boue et, le matin, on devait mettre les pompes en route pendant 1 heure afin de pouvoir fouiller convenablement.

J’ai fouillé sur ce site, car le club de plongée « La Palme berckoise » y menait des recherches dans la Ternoise qui coule à proximité : les plongeurs de ce club y avaient repéré un mur en bordure de la rivière. Je suis allé voir et on m’a demandé de faire un sondage : finalement, la fouille a duré plusieurs années !

La fouille terrestre a permis de comprendre ce que les archéologues subaquatiques trouvaient. Le problème, c’est que le matériel en fouille terrestre était très limité, puisque c’était la rivière qui servait de poubelle. Les collègues qui plongeaient trouvaient les vases intacts. Nous, on n’avait rien du tout ! Ils ont trouvé le calice exposé au musée de Berck. Et là, il y a quand même un événement assez extraordinaire à raconter ! Éric Balandra[15], qui est originaire de Crécy-en-Ponthieu (Somme) et qui est féru d’histoire locale, a fait des recherches dans les archives et a trouvé l’origine du calice : celui-ci avait été jeté dans la rivière par les nobles qui habitaient à proximité lors d’une journée de chasse… et donc vraisemblablement de beuverie. Et pour se faire pardonner, ils ont offert une rente à l’Église ! 

On a trouvé aussi un mur en grés et en silex, en bordure de rivière, afin de la canaliser et d’éviter les inondations. Ce mur était fait avec les matériaux locaux et on a pu expliquer pourquoi : on est juste en bordure de la forêt d’Hesdin dont le versant avait été déboisé au Moyen Âge par les moines, ce qui a eu pour conséquence – et c’est ce qu’on connaît actuellement – de provoquer des ruissellements d’eau de pluie importants, et, par conséquent, des inondations. Pour préserver le bâtiment, ils ont donc dû construire ce mur énorme qui a été la grosse surprise de ce chantier.


Peux-tu nous évoquer les chantiers qui t’ont le plus marqué ?

Je citerai Dompierre-sur-Authie (Somme) qui est un site important.

Tout est parti d’une photographie aérienne de Roger Agache qui avait découvert une villa. En discutant avec Jean-Claude Blanchet[16] – qui était directeur des antiquités à l’époque – celui-ci me dit : « Un prospecteur trouve des monnaies gauloises en quantité à Dompierre-sur-Authie : tu devrais y aller !  Est-ce que tu es libre cette saison pour faire un sondage ? ». On va voir le propriétaire du terrain, terrain qui, d’ailleurs, était caillouteux, un peu rébarbatif… Il me dit : « Mon ouvrier agricole est justement là : c’est lui qui laboure et il est obligé de relever sa charrue à certains endroits particuliers ». Nous organisons une prospection pédestre, mais nous ne trouvons rien. Mais, en suivant les indications de l’ouvrier agricole, nous finissons par délimiter la zone à l’aide de jalons. Après avoir reçu l’autorisation, nous faisons venir la pelle et nous ouvrons à l’endroit déterminé : nous avons découvert plusieurs sanctuaires, de type fana

L’un d’entre eux avait un plan grec avec le naos et le pronaos. Sous les fondations de l’un de ces fanums, l’un des murs était en partie effondré. En fouillant sous ce mur, on s’est aperçu qu’il existait un fossé et, que sous ce fossé, il y avait une allée constituée de silex bien damés et sous laquelle on a trouvé plusieurs épées longues, etc. L’occupation du site s’étalait du IIIe siècle avant J.-C. jusqu’au IIIe siècle après J.-C. Mais nous n’avons pas pu retrouver le sanctuaire primitif, celui de La Tène.

Fig. 5. Reconstitution de la dédicace à Rosmerta découverte à Dompierre-sur-Authie et conservée au musée de Berck (Photographie : Th. Byhet, SRA Hauts-de-France, 2022).

Toutefois, la découverte exceptionnelle de ce site, ce n’est pas ce fanum qui, d’ailleurs, avait été pillé et pour lequel nous n’avions pas de niveau de sol correspondant à son occupation : ce qui est toujours un peu embêtant ! Par contre, l’un de mes fouilleurs, Pierre Barbet[17], qui, par la suite, a intégré l’Afan[18], occupé à fouiller une zone proche des sanctuaires, m’appelle en me disant : « J’ai trouvé un bandeau en argent ! ». Je me suis dit qu’il se moquait de moi. Mais, effectivement, il avait bien trouvé un bandeau en argent, complètement plié. Je vais voir le cultivateur avec ce bandeau en lui disant : « Regardez ce qu’on a trouvé ! ». Il se moque de moi en me rétorquant : « Vous avez trouvé un morceau d’enjoliveur de voiture ? Qu’est-ce que vous allez en faire ? ». Je lui ai alors indiqué que je le donnerai au musée comme le reste du mobilier.

Le bandeau a été envoyé au laboratoire de Guiry-en-Vexin (Val-d’Oise). Quelques mois après, j’ai reçu un coup de téléphone du labo et on me dit : « Daniel, on a une grosse surprise, on a glissé un miroir dans le bandeau et il y a des inscriptions qui sont lisibles ! ». Cette inscription était effectivement lisible et très belle. Nous avons alors décidé, avec Georges Dilly, de déplier l’ensemble afin de lire l’inscription : c’était une dédicace à Rosmerta[19] ! Il est donc fort probable que c’était la déesse qui était vénérée dans ce fanum : le bandeau devait entourer le socle d’une statuette, un socle en bois dont on a retrouvé tous les rivets qui permettaient de fixer le bandeau sur le socle. On n’a pas retrouvé la statuette – qui devait être également en bois recouverte d’argent – mais ça reste l’une des découvertes les plus importantes du secteur !

Fig. 6. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).

Je citerai évidement, et à nouveau, le site de Vendeuil-Caply (Oise) qui me tient particulièrement à cœur.

Le site connu fait environ 130 hectares et il en reste encore une grande surface à fouiller. J’ai surtout travaillé sur ce site à partir des photographies de Roger Agache. Là aussi, on dépendait du bon vouloir des cultivateurs. Vous connaissez le principe… Ceux qui ont fouillé le savent : quand on arrive comme ça dans un village retiré, les habitants, au premier regard, ont tendance à vous considérer comme un étranger et ils se demandent ce qu’on vient faire chez eux ! Il m’a fallu 2 ou 3 ans pour acclimater la population locale, mais, les dernières années, je ne pouvais plus partir parce que j’étais invité à déjeuner partout. Au final, j’y ai fouillé le fanum, quelques habitats sur le Mont Catelet et des habitats dans la vallée Saint-Denis. J’ai pu établir une chronologie qui, jusqu’à présent, n’a pas été remise en cause par les fouilles actuelles.

Fig. 7. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).

Le site de Vendeuil-Caply présente un énorme potentiel. Régulièrement, on découvre de nouveaux éléments : des survols par drones ont récemment révélé la présence d’un nouveau fanum dans la vallée Saint-Denis. Devant l’importance du site, un Projet collectif de recherche a été mis en place et j’en fais partie.

Vendeuil-Caply me tient à cœur, vous l’aurez bien compris ! Car j’y ai fouillé 19 ans en étant responsable de fouille et ça marque !


Peux-tu nous parler plus précisément du site archéologique de La Calotterie sur lequel tu es intervenu également ?

La Calotterie (Pas-de-Calais) est un site important sur le littoral.

Localement, le bruit courait que, lors de l’extraction de terre, à la Fontaine aux Linottes, les ouvriers jouaient au football, soit avec des crânes, soit avec des vases. Je sais maintenant que ce n’était pas avec des crânes puisqu’aucun ossement n’a été trouvé, sauf deux morceaux d’os long, dans la seule sépulture en sarcophage qui a été violée, mais dans laquelle on les a trouvés. Tout le reste des ossements a été complètement dissous par l’acidité du terrain. C’était donc bien avec les vases qu’ils jouaient. La fouille, réalisée par Véronique Harnay[20], a montré qu’ il y avait effectivement des fours de potiers.

C’est Yves Desfossés[21] qui, à l’époque, était au SRA Nord-Pas-de-Calais, qui avait été chargé de la fouille de ce site situé sur le tracé de la future autoroute A16. Yves Desfossés et Geertrui Blancquaert[22] étaient responsables de la fouille des cercles de l’Âge du Bronze et des incinérations de La Tène. En ce qui me concerne, Gérard Fosse[23] m’a confié la responsabilité scientifique de la fouille de la nécropole mérovingienne, une nécropole importante : vu la surface décapée, j’avais estimé la nécropole à plus de 300 sépultures, et je n’en étais pas loin ! 

Une fois la fouille achevée, on s’est aperçu que cette nécropole continuait en dehors de l’emprise de l’autoroute et de ses abords. J’ai pu organiser une fouille programmée pour en terminer son étude. Ce qui m’a valu quelques déboires avec le locataire du terrain. Le propriétaire était d’accord et le locataire aussi, jusqu’au matin où je suis arrivé avec la pelle mécanique pour faire le décapage. Le locataire est arrivé comme un fou avec sa voiture, le fusil sur le siège arrière, me disant qu’il n’était plus d’accord et qu’il fallait que je rebouche ! Les fouilleurs commençaient à stresser… Ayant déjà rencontré ce genre de situation, je ne me suis pas démonté et je lui ai dit : « Bon, d’accord ! Vous voyez la pelle ? Moi je m’en vais ! Vous payez la pelle et vous faites reboucher ! ». Du coup, on a négocié : on a pu fouiller, mais on a rétréci la surface. 

Dès cette époque, se posait la question de la dévolution du matériel. On n’en était pas à l’application de la loi telle qu’elle existe maintenant : c’est-à-dire qu’à l’époque le propriétaire pouvait en réclamer l’intégralité, ce qui, par exemple, avait été fait pour Nouvion-en-Ponthieu. On a donc négocié avec le propriétaire du terrain et, finalement, le mobilier est arrivé au musée de Berck.

Fig. 8. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).


Quelle est ta période chronologique de prédilection ?

Même si j’ai commencé par fouiller du Néolithique sur le site des Sablins à Étaples, puis de La Tène dans une carrière d’extraction de graviers et de sable à La Calotterie, indéniablement j’ai fouillé beaucoup de sites gallo-romains : Vendeuil-Caply, par exemple, c’est en grande partie du gallo-romain ! Et étant donné que j’ai fouillé plusieurs nécropoles, on m’a collé l’étiquette de « fouilleur de nécropoles ».


Tu as été à l’origine de la création du musée archéologique d’Étaples. Peux-tu nous en raconter les prémices ?

La création du musée a été un événement assez extraordinaire !

Nous avons réussi à obtenir l’autorisation du maire de l’époque, Albert Héraud[24], d’ouvrir ce musée dans un ancien bâtiment dont l’état était assez lamentable. Nous étions plusieurs membres de la société Quentovic à nous donner rendez-vous le soir, après le travail, pour aménager les salles telles qu’elles se présentent encore actuellement.

Puis, l’année suivante, Jean Couppé est élu président de l’association Quentovic en remplacement d’Henri Mariette. Jean Couppé était un personnage peu commode. Certains maires d’Étaples s’en souviennent encore ! Il avait l’habitude d’envoyer des courriers assez agressifs, mais, manifestement, ça a marché avec certains hommes politiques, puisque cela a permis de faire avancer les choses. Il a ensuite participé à la création du musée du Touquet, en convainquant Léonce Deprez[25] de l’utilité de ce musée dont il est devenu – naturellement – le conservateur.

Quand le dentiste, qui avait son cabinet à côté du musée d’Étaples, est parti en retraite, on a demandé à s’agrandir, parce que le musée était déjà trop petit. Il y avait, en effet, le mobilier archéologique des fouilles des Sablins et le fameux trésor monétaire découvert à la sortie nord d’Étaples. On avait réussi à avoir l’autorisation du maire, mais, lors d’un week-end, nous avons appris que ce bâtiment allait être partagé entre diverses associations. Jean Couppé a alors décidé de percer un trou entre l’ancien musée et les locaux nouvellement disponibles, malgré des murs en silex qui mesuraient 1,20 m d’épaisseur. On a réussi à faire un trou d’homme, à passer et à barricader la porte et c’est comme ça que le musée s’est en partie agrandi. On avait le haut : on a fini par avoir le bas du bâtiment ! Je dois dire que si on faisait ça aujourd’hui, on se retrouverait directement en prison, mais, à l’époque, c’est passé !

Fig. 9. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).


Comment as-tu connu Georges Dilly qui est l’un des fondateurs du musée de Berck ?

Depuis toujours, j’ai une relation bien établie avec Georges Dilly et un lien fort avec le musée de Berck.

Georges Dilly m’a été amené par son père sur le chantier des Sablins d’Étaples :  il avait 14 ans. Et depuis, nous ne nous sommes pas quittés ! Il m’a suivi sur les chantiers de fouille jusqu’au moment où il a été nommé conservateur du musée de Berck : par exemple, en 1976, il était avec moi à Vendeuil. En 1977, il est parti au service militaire et quand il est revenu, il a été nommé conservateur par Claude Wilquin[26], professeur d’histoire-géographie au collège d’Outreau et futur maire de Berck. Quand Claude Wilquin a été élu maire, il était encore professeur au collège et il m’avait parlé de différents projets qui pouvaient être réalisés à Berck. Nous savions tous deux aussi qu’il y avait un certain nombre d’objets archéologiques en attente de présentation et on s’était dit qu’il serait peut-être intéressant de créer un musée. Il y avait aussi plusieurs peintures qui étaient entreposées à la mairie de Berck. Georges a débuté au musée avec deux fois rien. 

Il a continué à me suivre sur certains de mes chantiers : c’était toujours intéressant d’avoir un conservateur de musée avec soi lors des fouilles. Par exemple, à La Calotterie, Georges fouillait avec moi et prenait tout de suite les bonnes décisions concernant la conservation du mobilier archéologique découvert : Georges quittait le chantier avec le mobilier en prenant toutes les précautions nécessaires, mais avec les moyens à notre disposition, et amenait le mobilier au musée. Du musée, le mobilier partait directement à l’atelier de restauration qui était, à l’époque, dans le Val-d’Oise, à Guiry-en-Vexin. 

Fig. 10. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).


Tu as été témoin de l’évolution de l’archéologie : selon toi, quelles sont les transformations notables que tu as vécues ?

À l’époque, quand j’ai commencé à prendre des directions de chantier, il fallait se débrouiller pour tout ! Pour trouver un logement, pour trouver de quoi manger et surtout pour trouver le financement : c’était le nerf de la guerre ! On n’avait pas grand-chose ! Il fallait se battre ! Les services archéologiques n’étaient pas tous créés. On était bénévoles et passionnés d’archéologie et on y était souvent de notre poche ! Une prise de conscience de l’archéologie existait déjà, mais les premières subventions sont arrivées au début des années 1980.

J’avoue que l’archéologie a évolué à une vitesse incroyable : j’ai eu la chance de connaitre cette évolution depuis le moment où j’ai débuté en tant que simple bénévole jusqu’à aujourd’hui. On a aussi progressé au niveau matériel. Je me souviens qu’à l’époque, quand on fouillait une sépulture, on passait énormément de temps à faire le relevé des ossements sur place. Maintenant, on fait une photographie avec la perche, on fait les positionnements pour les GPS et on redresse la tombe. Et après, on peut faire le dessin, on peut utiliser la photo, etc.

Autrefois on n’avait pas non plus le GPS. Quand on avait fini de fouiller un site, afin de pouvoir le rouvrir l’année suivante, à côté de ce qui avait déjà était fouillé, il fallait utiliser le théodolite. Quelquefois, on se trompait parce qu’on prenait comme repère – et ça m’est arrivé à Vendeuil-Caply – une borne qui limitait un champ. Mais il arrivait que le cultivateur la déplace légèrement et, alors, on se trompait de quelques mètres. Aujourd’hui avec le GPS, on est à quelques centimètres près… quand on sait bien l’utiliser ! Pour les relevés, les stratigraphies, c’est pareil ! Aujourd’hui, on peut les faire au bureau, c’est plus tranquille. 


Peux-tu nous évoquer les différentes associations d’archéologues amateurs de la Côte d’Opale que tu as connues ?

J’évoquerai, tout d’abord, le Cercle archéologique de la Côte d’Opale, le CACO, qui a édité la revue Septentrion. Il regroupait les chercheurs depuis Calais jusqu’à Hesdin. Il y avait notamment Michel Rérolle[27] qui était conservateur du musée de Calais, Claude Sellier, Christian Petit[28] et moi-même.

Ensuite, a été créé le Centre de recherche archéologique et de diffusion culturelle, le CRADC, et pour lequel on avait essayé de trouver un acronyme amusant pour faire « cradoc », mais nous n’avons pas trouvé !

On avait bien compris qu’il était important de fouiller, mais qu’il fallait absolument publier si on voulait pérenniser les traces de notre travail. Malheureusement, à l’époque, à part Gallia, il n’y avait rien ! La Revue du Nord était uniquement une revue consacrée à l’histoire. La solution était très simple ! Il y avait des expositions qui étaient faites au musée de Berck. Les ventes de catalogues permettaient de faire rentrer de l’argent dans les caisses du CRADC et quand on avait le budget suffisant, on publiait un numéro archéologique. C’est la raison pour laquelle les publications n’étaient pas régulières, mais on faisait avec les moyens qu’on avait.

Le CRADC a également participé à la restauration du matériel qui a été trouvé à La Calotterie. C’était au moment où le musée de Berck s’agrandissait et on a bénéficié de ce mobilier. Le matériel, après négociation avec Jean Couppé qui le réclamait pour le musée d’Étaples, est allé au musée de Berck : et quand on voit l’état du musée d’Étaples aujourd’hui, on se dit qu’on a bien fait de le mettre à Berck ! Il reste encore beaucoup de travail pour étudier le mobilier de La Calotterie, puisque les objets, en particulier les objets ferreux, ont été consolidés, mais n’ont pas été restaurés. Il y a plusieurs épées et umbos de boucliers. Le problème, c’est qu’à La Calotterie, le terrain est défavorable : il est composé de sables gorgés d’eau. Tout le matériel ferreux est donc difficilement identifiable, car le mobilier est fortement corrodé : on sait que ce sont des umbos de boucliers, parce qu’ils sont en dehors de la sépulture sur le côté et parce qu’ils n’entraient pas dans le cercueil. Mais ils sont dans un tel état que chaque restauration demande à peu près une année de travail. Il y en a plus de 40, dont un petit nombre seulement a été restauré. Quant aux épées, on en a fait aussi restaurer quelques-unes.

Fig. 11. Daniel Piton sur le site de Vendeuil-Caply (Photographie : V. Delebarre).


Tu es le directeur de publication de la Revue archéologique de Picardie et membre d’associations culturelles telles que Mémoire d’Opale. En quoi cette activité prolonge ton action dans l’archéologie ? 

J’ai commencé les mises en page il y a très longtemps !

La première mise en page, c’était pour Nouvion-en-Ponthieu. C’était une époque héroïque ! On a fait d’énormes progrès depuis, car, à l’époque, les textes étaient tapés au kilomètre. Les illustrations étaient faites sur papier calque et ensuite photographiées. J’ai récemment montré ça à mes petits-enfants : ils ont bien ri et ne comprenaient pas. Pour eux, les publications c’est la publication assistée par ordinateur, la PAO : c’est forcément avec l’ordinateur ! On faisait des retouches au vernis à ongles. On découpait ça avec une paire de ciseaux. On avait un gabarit page par page. On collait. On envoyait ça à l’impression.

L’association « Les amis du musée de Berck » avait une petite publication qui s’appelait Sucellus. Un jour, le responsable de la mise en page a décidé d’arrêter. Georges Dilly et Paul Billaudaz m’ont demandé si ça m’intéressait : j’ai accepté ! Quand Georges est devenu conservateur du musée de Berck, on a créé le CRADC et pour lequel je faisais aussi les mises en page de la revue.

En ce qui concerne la Revue archéologique de Picardie, la RAP, il faut savoir qu’à l’origine celle-ci nait de la fusion de deux autres revues : la Revue archéologique de l’Oise, la RAO, dirigée par Jean-Claude Blanchet, et Les cahiers archéologiques de Picardie, qui étaient mis en page par Marc Durand[29]. Quand ce dernier a décidé de prendre sa retraite pour des raisons de santé, il m’a demandé de prendre la relève et voilà comment cela s’est fait.

La RAP est la revue d’une association dont j’ai été le vice-président, puis le président. Le travail administratif y est aussi très important. Heureusement, je suis aidé par le comité de lecture qui est assez imposant : on a des spécialistes pratiquement de chaque période. Vous connaissez le principe : les articles nous sont envoyés et ils font partie soit d’un numéro annuel (on en sort deux par an), soit d’un numéro spécial. Dès que je reçois un article, je l’adresse aux membres du comité de lecture qui sont concernés par la ou les périodes chronologiques et qui donnent leur avis. Il y a trois avis possibles :  soit c’est acceptable en l’état, soit des corrections doivent y être apportées, soit la publication est refusée. Les refus sont très rares, mais, bien souvent, il y a des petites modifications à effectuer, soit au niveau du texte, soit au niveau de la bibliographie qui doit être mise aux normes, soit au niveau des illustrations. Si l’article nécessite très peu de correction, c’est publié directement. Dans le cas contraire, il repasse en comité de lecture jusqu’à la validation. Ensuite, j’effectue la mise en page et je valide. 

Les numéros spéciaux nécessitent un gros travail, puisqu’ils peuvent faire jusque 800 pages. J’ai actuellement un programme chargé de demandes de publication, car celui-ci s’étale jusqu’en 2025. Les manuscrits ne sont pas encore arrivés. Je relance régulièrement, mais il y a souvent du retard. Tout ce travail est prenant… mais chronophage !

C’est la même chose pour l’association Mémoire d’Opale[30] qui est une association créée il y a 15 ans environ. Elle couvre le territoire côtier de Calais jusqu’à Berck, mais également l’arrière-pays : elle concerne les cantons de Boulogne, Outreau, Samer, Desvres, Étaples et Montreuil. C’est une petite revue, mais la revue Sucellus n’existant plus, j’ai proposé qu’on prenne le relais et qu’on publie des articles sur tout ce qui touche à la mer, la marine, etc. On fait aussi régulièrement des expositions : par exemple, on a fait une exposition dans le village de Widehem (Pas-de-Calais). On s’est aperçu que les habitants avaient plein de trésors chez eux, mais qu’ils n’en prenaient pas conscience. Cette exposition a bien fonctionné. On en a fait une autre à Frencq (Pas-de-Calais) qui vient d’aboutir à la publication d’un numéro spécial intitulé : Si Frencq m’était conté… 

Evidemment, c’est une association qui n’a pas un budget énorme puisqu’elle ne fonctionne qu’avec les cotisations des adhérents. Et on obtient aussi quelques subventions municipales. On organise des permanences dans les communes dans lesquelles on a l’intention de faire des expositions et on reçoit le public qui nous amène des documents, des photos d’époque. Il y a de tout : par exemple, des photos de communions, de repas, de chasses, de mariages, de lieux qui ont disparu, etc. On récupère également d’anciennes cartes postales ou des articles de presse. Et avec tous ces documents, on organise une exposition qui retrace en quelque sorte l’histoire du village. Il est intéressant de voir les réactions des habitants devant le portrait de leurs ancêtres qu’ils n’ont pas connu ou de voir les réactions de personnes devant des commerces qui ont totalement disparu. C’est mon métier de professeur qui reprend le dessus ! C’est communiquer et mettre les gens devant les trésors qu’ils ont accumulés et dont ils ignorent parfois l’intérêt patrimonial. Ces actions s’inscrivent dans la continuité. C’est de l’histoire !

Fig. 12. Daniel Piton au musée de Berck en avril 2022 (Photographie : G. Faupin, SRA Hauts-de-France, 2022).


On devine facilement que l’archéologie est plus qu’une passion chez toi : c’est une seconde profession qui imprègne encore ta retraite active. Est-ce que cette passion a impacté ta vie de famille ?

Mon épouse m’a toujours suivi : heureusement d’ailleurs, parce que sinon le ménage aurait explosé ! Je connais un certain nombre d’archéologues qui étaient mariés, mais dont le mariage n’a pas tenu face au temps que leur prenait l’archéologie. 

Concernant mes enfants, le dernier d’entre eux est venu sur le chantier de Vron : ma femme était sortie de la maternité depuis 2 jours !

Comme je vous l’ai dit, les vacances étaient essentiellement consacrées aux chantiers. Le premier jour des vacances, on préparait la voiture. Le deuxième jour, on partait avec la voiture chargée à bloc, avec tout le matériel et les enfants. Ils étaient ravis parce qu’ils se faisaient plein de nouveaux copains à chaque chantier.

Mais quand ils sont devenus adolescents, certains se sont intéressés à l’archéologie, d’autres moins. Même la seconde de mes filles, qui était moins intéressée par l’archéologie que les autres, prenait la défense de la discipline quand on la critiquait. J’ai réussi à les sensibiliser, voire à les intéresser.

Pour ce qui concerne mes petits-enfants, ils n’habitent pas sur place et c’est plus compliqué. Mais l’un d’entre eux est venu fouiller à Vendeuil-Caply avec moi il y a quelques années. Il est resté à peu près 3 semaines pour découvrir ce que c’était qu’un chantier de fouille archéologique : et ça lui a plu ! Quand il venait à la maison ensuite, on discutait d’archéologie : il me demandait, par exemple, quel était le dernier ouvrage que j’avais publié, etc.

Quant à mes arrière-petits-enfants, ils sont trop jeunes encore, mais ça viendra certainement !


[1] Pour une bibliographie de Daniel Piton, voir : http://wikipasdecalais.fr/index.php?title=Daniel_Piton

[2] Jean Couppé (1926-2008) était le fondateur de l’association archéologique Quentovic et du musée du même nom à Étaples (aujourd’hui fermé).

[3] Henri Mariette (1917-2002) était docteur vétérinaire à Samer (Pas-de-Calais). Passionné d’archéologie, on lui doit l’étude de plusieurs gisements sur le territoire d’Étaples notamment : le site néolithique et de l’Âge du Fer de Bel-Air en 1958 et 1964 et le site néolithique et gallo-romain des Sablins en 1965.

[4] Membre du Groupe archéologique de l’Université de Lille, Claude Seillier (1935-2009) fut enseignant à Boulogne-sur-Mer et dirigea de nombreuses fouilles archéologiques, en particulier sur Boulogne antique. Il fut conservateur du musée de Boulogne.

[5] Roger Agache (1926-2011) fut directeur des Antiquités préhistoriques de la région Nord-Picardie de 1962 à 1972 ; après la scission des deux régions, il continua à diriger la circonscription des Antiquités préhistoriques de Picardie jusqu’en 1983 et celle du Nord-Pas-de-Calais, par intérim, jusqu’en 1974. Il fut également l’un des pionniers de l’Archéologie aérienne en France.

[6] Paul Billaudaz était président de l’association Les Amis du Passé, des sites et de la culture de Berck. Il a publié plusieurs rapports et articles en lien avec l’archéologie, mais également la monographie Berck à travers les siècles en 1978. 

[7] Jean-Louis Cadoux a été directeur de la fouille programmée de l’important sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre à partir de 1965, directeur des antiquités historiques de Picardie de 1976 à 1981 et maître de conférence à l’Université de Picardie. Il est décédé en 2020.

[8] Georges Dilly était conservateur du patrimoine et directeur du musée de Berck. Il s’est également investi durant de nombreuses années dans la recherche archéologique de la frange littorale. Il est aujourd’hui à la retraite.

[9] Noël Mahéo était conservateur du patrimoine, en charge des collections archéologiques du musée de Picardie à Amiens. Il est aujourd’hui à la retraite.

[10] Didier Bayard était conservateur du patrimoine au service régional de l’archéologie Picardie, puis des Hauts-de-France. Il est aujourd’hui à la retraite.

[11] Richard Schuler est conservateur du patrimoine et conservateur délégué des antiquités et objets d’art de l’Oise.

[12] Gérard Dufour a mené durant plus de 30 ans les recherches archéologiques programmées sur le site de Vendeuil-Caply. Il a publié de nombreux articles en lien avec ce site. Il est décédé en 2006.

[13] D’abord enseignant d’histoire-géographie, passionné d’archéologie, Jean-Luc Massy est devenu conservateur du patrimoine et a assumé, en fin de carrière, les fonctions de directeur régional des affaires culturelles du Limousin, puis de directeur du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines à Marseille. Il est aujourd’hui à la retraite.

[14] Jean-Luc Collart est conservateur du patrimoine et actuel conservateur régional de l’archéologie Hauts-de-France.

[15] Éric Balandra est membre de plusieurs sociétés historiques régionales et a publié de nombreux articles dans les revues de ces sociétés.

[16] Docteur en archéologie, Jean-Claude Blanchet a été directeur des antiquités préhistoriques et historiques de Picardie, puis inspecteur général de l’archéologie.

[17] Pierre Barbet était archéologue à l’Afan, puis à l’Inrap. Il est décédé en 2018.

[18] Créée en 1973, l’Afan était l’association pour les fouilles archéologiques nationales. Transformée en 2002 en EPA, elle devient l’Inrap, l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

[19] Rosmerta est une déesse de la religion celtique gauloise représentant fertilité et abondance.

[20] Véronique Harnay était archéologue à l’Inrap. Elle est aujourd’hui à la retraite.

[21] Conservateur du patrimoine et ancien conservateur régional de l’archéologie Champagne-Ardenne, Yves Desfossés est aujourd’hui chargé de mission sur l’archéologie des conflits contemporains.

[22] Geertrui Blancquaert est chargée de la programmation, du contrôle scientifique et technique, des prescriptions au SRA Grand-Est.

[23] Gérard Fosse était préhistorien et conservateur régional de l’archéologie Nord-Pas-de-Calais de 1991 à 2011. Il est décédé en 2019. Voir son portrait dans la collection Mémoires d’archéologues : https://nordoc.hypotheses.org/8881

[24] Employé à l’administration maritime, Albert Héraud a été maire d’Étaples de 1959 à 1968.

[25] Léonce Deprez a été maire du Touquet-Paris-Plage de 1969 à 1995, puis de 2001 à 2008. Il a également été député de 1988 à 2007. Il est décédé en 2017.

[26] Claude Wilquin a été maire de Berck de 1977à 1996 et député de 1978 à 1986. Il est décédé en 1996.

[27] Michel Rérolle a été conservateur des musées de Calais et de Poitiers.

[28] Christian Petit a mené des recherches archéologiques autour d’Hesdin et du Vieil-Hesdin, ainsi que des missions d’archéologie subaquatique dans la Canche et l’Authie. Maire d’Hesdin de 1989 à 2005, il est décédé en 2006.

[29] Docteur en archéologie, Marc Durand a été directeur de la Revue archéologique de Picardie jusqu’en 2007, puis secrétaire général de cette publication.

[30] Mémoire d’Opale est une association loi 1901 dédiée à l’histoire et à la généalogie, en Côte d’Opale et dans l’arrière-pays étaplois. Elle publie une revue annuelle : https://www.memoiredopale.fr



Citer ce billet
Nordoc'Archéo (2023, 23 février). Mémoires d’archéologues. Chap. 21. Daniel Piton ou l’archéologie pour seconde vie. Nordoc'Archéo. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sf5u

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. il mérite d’être canonisé.
    Trés passionnant et à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search