Communication aux Journées régionales de l’archéologie 2022 : Amiens (Somme), les fouilles urbaines de la rue de Condé et du site Zamenhof

Les 25 et 26 novembre dernier, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) a organisé les journées régionales de l’archéologie à Amiens. Elles ont, cette année encore, rencontré un franc succès avec environ quasi 200 participants.
Avec l’aimable autorisation des intervenants, nous nous proposons de relayer, au fur et à mesure de leur réception, le power point de certaines de ces communications sur notre portail documentaire. 

Cette deuxième publication est consacrée aux fouilles urbaine de la rue de Condé et du site Zamenhof à Amiens (Somme). Elle a été réalisée par Richard Jonvel et Baptiste Marchand, Amiens Métropole.


Le service Archéologie d’Amiens Métropole est habilité pour les périodes allant des Âges des métaux à l’Époque moderne. En 2022, il a accepté 58% des prescriptions de diagnostics (19 recencés) sur le territoire métropolitain et conduit trois fouilles préventives. L’une en contexte urbain médiéval (5, rue de Condé Amiens), la deuxième en contexte péri-urbain antique (rue de Zamenhof Amiens) et la dernière en contexte rural époque moderne (rue de Sains, Rumigny). En 2022, la collectivité a confirmé également durablement son soutien au programme de recherche archéologique sur le château de Boves qui se déroule durant la belle saison depuis 1996.  

L’étude des relations de la ville (toute période) avec sa campagne est au cœur de nos préoccupations. Les fouilles rue Montesquieu (2021) et rue Zamenhof (2022) attestent incontestablement la nécessité de réinvestir la question de la genèse de Samarobriva sur les deux rives de la Somme. Les attestations de divisions parcellaires de type urbaine dans le quartier de Saint-Maurice, illustraient ainsi par les caves mises en évidence en 2022, démontrent qu’une partie de l’histoire urbaine de Samarobriva a été éludée, où se pose le statut juridique de ce second pôle.  

Le démantèlement des fortifications médiévales de la ville d’Amiens a fait l’objet de quelques thèses d’histoire ces trois dernières décennies. La fouille rue de Condé a été l’occasion d’investir archéologiquement cette problématique en portant un intérêt sur la phase de démantèlement d’une section occidentale de l’enceinte urbaine médiévale. Sa destruction, décidée par Louis XI en 1471, est entamée entre les années 1472 et 1485. L’étude en cours porte ainsi sur des lots conséquents (1,6 tonnes) de mobiliers archéologiques, qui se démarquent par leurs grandes homogénéités. Par ailleurs, la mise au jour d’une construction militaire en avant de l’enceinte va permettre d’avoir quelques informations chronologiques sur la mise en œuvre de cette section de l’enceinte, ou tout du moins sur ses évolutions. Plusieurs états de berges antérieures ont d’ailleurs à ce propos étaient également identifiés. 

La fouille en périphérie du bourg de Rumigny apporte des éléments inédits sur la mise en défense d’un habitat rural d’origine médiévale et les remembrements parcellaires à l’œuvre au début du XVIe siècle précédent l’implantation d’une ferme seigneuriale dont une grange et une partie des enclos ont été fouillées. La mise au jour de galeries souterraines fait échos aux trouvailles contemporaines, en partie, faites dans la basse-cour du château de Boves dont les dernières campagnes mettent en exergue la grande hétérogénéité des habitats et des occupants au pied de la résidence aristocratique.

FOUILLES DU SITE ZAMENHOF, AMIENS (SOMME)

 

Une emprise de plus de 10000 m² fouillée en 7 semaines de mi-juin à début août 2022 sur laquelle sont apparus les stigmates de l’occupation contemporaine établie de 1947 à 1972 dans le cadre des relogements d’urgence post Seconde Guerre mondiale.

Localisation de la fouille sur le portail Histoire & Archéologie du SIG développé par Amiens Métropole. L’opération se situe en périphérie nord-ouest du centre-ville actuel, dans le quartier Saint-Maurice, en rebord du trait de falaise actuel du versant nord de la Somme qui domine à cet endroit le fond de vallée d’une vingtaine de mètres. Sa topographie résulte principalement de l’activité des carrières de craie, attestée dès le Ier siècle, et de la mise en place du glacis de la Citadelle à la fin du XVIe siècle.

Trame urbaine de Samarobriva

Au nord de Samarobriva qui se développe principalement sur la rive gauche de la Somme, une occupation péri-urbaine se développant autour des axes majeurs de ce secteur est présente dès le début du Haut Empire. La nature et la densité des vestiges tendent à envisager la présence d’un faubourg. A partir du IIIe siècle, celui-ci accueille des nécropoles qui se regroupent autour du carrefour des voies menant à Boulogne et Arras.

Cartographie des données archéologiques collectées sur le suburbium de Saint-Maurice. Fléchées en rouge, les fouilles de la rue Montesquieu (MILLEREUX LE BECHENNEC 2020) et du parking Zamenhof.

Plan général pré-phasé

En l’attente des précisions chronologiques apportées par les études spécialistes, trois grande phases d’occupation du site ont été mises au jour :  une phase antique (Ier-fin IIe/début IIIe siècle) dont les principaux vestiges concernent un fossé (système bordier asymétrique arasé d’une voie interne au faubourg?), deux caves qui sont les seuls témoins se rapportant directement à l’habitat anciennement présent, une carrière et des puits d’extraction de craie : 1) une phase moderne avec une carrière (active dès le Bas Moyen Âge?) et un large fossé. 2) une phase contemporaine comprenant les logements d’urgence post Seconde Guerre mondiale (cf. supra).

Vues du sondage dans la carrière antique

Vues des sondages mécaniques des puits

Vue générale vers le nord de la cave 0145. D’une surface utile d’un peu plus de 10m², elle présente un accès central orienté au nord et des maçonneries conservées jusque sur 11 assises au maximum.

Vue vers le nord de la reprise-d’oeuvre consécutive de l’instabilité du mur ouest de la cave 0145

Vue générale vers le nord-est de la cave 0145 et des détails architecturaux

Vue vers le nord-est de la modélisation 3D et vues des murs conservés de la cave 0060. Cette cave d’environ 12m² présente une configuration différente avec un accès latéral depuis le sud. Les soutènements formant l’angle sud-ouest sont conservés jusqu’à 20 assises, soit environ 2,20m de haut.

Vues des différents états du dégagement de l’accès de la cave 0060. La reprise-d’œuvre au niveau du linteau de l’accès tend à témoigner d’une perduration de l’habitat après abandon du sous-sol, avec une volonté de maintenir la stabilité nécessaire au support des élévations supérieures

Vues de la descente latérale de la cave 0060

Cartographie de l’état des connaissances du suburbium de Saint Maurice en 2021 et localisation de la fouille rue Montesquieu (MILLEREUX LE BECHENNEC 2020), située à environ 100m au sud-est du site Zamenhof.

Amiens, Rue Montesquieu, 5500 m2 des 4 hectares en partie bâtis et équipés de voiries fouillés entre le 20 juillet le 28 août 2020.

Plan général phasé et plan de restitution des espaces à vivre

Pour la première fois dans ce secteur péri-urbain, la présence de maison à cour est attestée, avec une limite parcellaire soulignée par une palissade.

Vues des fosses du sud-ouest de l’emprise

Avant l’implantation de l’habitat dans la seconde moitié du Ier siècle, une demi-douzaine de fosses profondes (5 m) ayant servi de dépotoirs de la fin du Ier au IIe siècle.

Vue générale de la fouille et d’un négatif de sablière de l’habitat

Un bâtiment d’habitation orienté nord-sud avec au moins une demi-douzaine de pièces établies sur solin de craie tassée et sablière basse.

Vues des caves 0157 et 0094 et de leurs négatifs d’aménagements au sol

Vue générale et de détail de la cave 0094 et de ses aménagements internes

Deux état entre le milieu du Ier et le milieu du IIe siècle.

L’abandon de ce quartier (?) s’amorce à partir du milieu du IIe siècle et se manifeste par une brusque contraction dans le dernier quart du IIe siècle. Toutefois des traces de squat dans les caves sont visibles, et pour la cave méridionale jusqu’au milieu du IIIe siècle.

Vue générale et localisation de la carrière moderne 0192. Le site est réinvesti à partir de l’époque moderne (tardo-médiévale?) pour l’extraction de la craie. Une carrière vraisemblablement à ciel ouvert et se développant hors emprise vers l’est, a été mise au jour sur une surface de plus de 1000 m²

Les carrières recensées du faubourg Saint-Maurice. Les carrières recensées sur la fouille s’inscrivent dans le vaste cadre, tant spatial que temporel, de l’exploitation du versant et plateau crayeux qui se poursuit activement jusqu’à la fin du XIXe siècle et plus marginalement jusqu’au milieu du XXe siècle.

Vue générale et stratigraphique du fossé  moderne 0002,. Recoupant les carrières antiques et modernes, un fossé à fond plat de 10 m de large et profond de 2,50 m a été suivi sur 40 m de long. En l’absence de mobilier et en raison de l’exploration restreinte imposée par l’instabilité de son comblement, il demeure délicat pour l’heure de se prononcer avec certitudes sur ce creusement de grand gabarit.

Siège de 1597 par les troupes royales françaises. On propose de rattacher cette tranchée aux lignes de retranchement déployées au nord d’Amiens par Henri IV. Plusieurs représentations figurent la présence d’ouvrages défensifs parcourant le plateau et faisant jonction entre différents fortins, ainsi que l’on peut l’observer sur la gravure où sont représentés le village et l’église de Saint-Maurice, encaissés entre un bras canalisé de la Somme passant sous le pont de Duriane, et le pied de falaise (cercle rouge).

 

FOUILLES DE LA RUE DE CONDÉ, AMIENS (SOMME)

Cette fouille archéologique fait suite à un projet immobilier développé par le Groupe Pichet. L’Hôtel Morgan est méconnaissable à la suite des destructions de mai 1940. De ces destructions, une surprise de taille. La parcelle adjacente à la fouille conserve dans son mur de clôture la sculpture monumentale qui coiffait la porte d’entrée monumentale de l’Hôtel. Tout le monde la pensait détruite…

La fouille archéologique se place au sein de l’emprise des anciens fossés de la première enceinte médiévale de la ville. La question des enceintes fortifiées médiévales de la ville reste posée de notre point de vue. Les données archéologiques seront amenées à corriger probablement les écrits des historiens, peut-être un peu trop serein sur la question…

Plan archéologique de la fouille non phasé. Les vestiges construits superficiels correspondent aux aménagements du jardin d’agrément de la famille Morgan (1720-1905). les aménagements antérieurs (hôtel particulier de la famille Moncheaux 1493 – fin XVIIe siècle) n’ont laissé aucune trace. Quant à l’imposante maçonnerie médiévale dont on retiendra l’hypothèse d’un ouvrage avancé du XIIIe, il est sous-jacent (et donc non visible) à la fondation d’un édifice d’époque contemporaine dans l’angle nord-est de la parcelle.

Planches céramiques augustéennes datées 19-15 av. n. è.

De tels fragments d’origine italique n’avaient pas été retrouvés en fouille à Amiens depuis 1976.

Cette information sur le déroulement du démantèlement de l’enceinte médiévale n’a été étudiée que lors du diagnostic, puisque hors prescription de fouille par la suite.

Ouvrage majeur détecté lors du diagnostic et entièrement dégagé jusqu’à son lit de fondation en pieux de bois, un ouvrage défensif avancé du XIIIe siècle au-devant de l’enceinte médiévale dont nous sommes assurés désormais qu’elle se place sous la rue actuelle de Condé. Cette structure non pleine comprenait des celliers que les Hôtels particuliers successifs ont conservés, avec un appareillage brique.

Au-devant de la maçonnerie médiévale, dans les remblais humides s’étendant au pied de l’édifice militaire, une épée complète a été retrouvée. Sa typologie, qui demeure à préciser, la placerai vers la fin du XIIIe siècle, début du XIVe siècle. La consolidation, dont il reste encore les cuirs à traiter, a été effectuée par le CCE de Ribemont.

Les remblais supérieurs du fossé, donc ceux de la démolition du rempart, comportaient des tassements attendus dans ce type de contexte. Les abattoirs municipaux tout proche, installés dès 1279 à la place de l’escorcherie en profitèrent pour vider leurs carcasses dans cette zone dépotoirs. Ici un exemple parmi de nombreux autres, de chevilles osseuses et de parties crâniennes d’ovins, typique de la consommation amiénoise de la fin du XVe siècle.

Le site de fouille (étoile rouge) se trouve à quelques distances de la place de la Tuerie, emplacement des abattoirs municipaux dénommés la Tuerie ou Escorcherie (ancien nom de la rue de Condé). Comme toutes les grandes villes médiévales les bouchers de la ville devaient conduire obligatoirement le bétail dans ces installations. La ville d’Amiens disposait de plusieurs boucheries à ses portes principales et d’un quartier de bouchers, quartier de la Veillère non loin des petits quais. Depuis la période de la Reconstruction d’Amiens, les observations archéologiques accumulent des mentions considérables de dépôts osseux animaux dans les canaux issus du traitement de la viande pour l’alimentation des amiénois. La fouille rue de Condé a prélevé en 3 semaines de sondage 69276 fragments pour 95,4 kg.
S’ajoute à cette connaissance sur l’alimentation amiénoise, les 18548 tessons (345 kg) qui éclairent sur le vaisselier amiénois de la fin du XVe siècle.


À la suite des bombardements allemands, de l’Hôtel Morgan les plus beaux vestiges en élévation sont conservés dans la parcelle voisine, au nord de la zone de fouille. Une arcature en grès et une façade typique XVIIIe siècle y sont encore observables.

La façade intérieure de l’Hôtel Morgan et sa cour d’honneur. Sources : Société des Antiquaires de Picardie (début XXe siècle)

De cette cour d’honneur, aucun vestige n’y a été retrouvé à l’exception du mur de clôture la séparant du jardin (vers le photographe). Les quelques fondations au nord pourraient correspondre à des édifices en lien avec l’Hôtel de Monceaux, occupants précédent la famille Morgan.

Le jardin d’agrément de l’Hôtel Morgan a été plus intéressant. Deux états d’adduction d’eau en relation avec une fontaine monumentale y ont été mis au jour. Les eaux de la fontaine s’écoulaient au sein d’un puisard. On accédait à cette oasis de verdure, comme le suggère le plan Grévin de 1813, par plusieurs allées gravillonneuses que l’on a retrouvé partiellement en place.

Non loin de la fontaine, quelques maçonneries à la disposition spécifique suggèrent un verger d’arbres fruitiers palissés.

On a pu constater que la fontaine disposait de fondations extrêmement profondes, inattendues pour ce type de structure. L’agencement des briques laisse entendre un dessin architectural aux courbes marquées participant à l’esthétique du jardin.

La puissance des fondations de la fontaine pourraient s’expliquer par la nature détritique instable des remblais traversés… 

Le puisard

La canalisation en céramique intervient avant la construction du puisard. Vraisemblablement, l’adduction d’eau a dû comprendre deux phases. Ces installations reposent sur les remblais de remplissage du fossé médiéval que l’on distingue particulièrement bien en coupe ici.

Dans les fondations du mur de clôture de jardin de l’Hôtel Morgan, une découverte inédite. Une pierre portant les armoiries de la famille de Monceaux premier propriétaire de cette parcelle qu’ils achetèrent à l’échevinage d’Amiens.

L’Hôtel Monceaux

Il existait en Picardie trois familles Monceaux.

Les Armes échiquetées de la famille d’Auxy-le-Château sont brisées par un écusson sur le tout (ou en coeur) sur lequel on distingue une une bande.

La famille de Monceaux (et donc pas de Moncheaux comme il était communément admis jusqu’alors) est donc une famille cadette du lignage d’Auxy

Informations d’Alain Carlier (Membre résidant de la Société des Antiquaires de Picardie)

 

FOUILLES PROGRAMMÉES DE BOVES

Fouille programmée de Boves, juin 2022 (1500 m2), dans le cadre désormais d’une convention inédite entre Amiens Métropole et l’association CAHMER.

Cette fouille a été largement présentée les années précédentes. On se limitera ici à signaler que la “basse-cour” est probablement désormais un concept révolu pour l’espace que nous fouillons depuis 2014. Le mobilier dont les trois exemples ci-dessus sont significatifs de la diversité des échanges commerciaux et culturels au sein de cette “ville” fortifiée, démontrent la forte attractivité du pouvoir aristocratique des lieux. Boves n’est pas qu’un simple donjon crevassé pour reprendre Victor Hugo.

La commune de Boves a engagé plusieurs projets de valorisation de ce patrimoine archéologique unique sur le territoire métropolitain, à travers plusieurs actions. La première, déjà mise en oeuvre, est une exposition permanente au sein des locaux de la mairie. La seconde est un projet de huit bornes archéologiques disséminées sur tout le territoire de Boves. La troisième est la réhabilitation d’un chemin piétonnier qui permettra d’accéder au site depuis le bas de Boves, en le reliant aux nombreux chemins pédestres déjà existants.

 

FOUILLES DE RUMIGNY

Des nouvelles de Rumigny en cours de fouille (6000 m2)

  1. Des indices sur la formation du village
  2. Un remembrement parcellaire au XVIe-XVIIe siècle.

La découverte d’un double système fossoyé laisse envisager une relecture de l’organisation parcellaire du village : chercher la motte castrale et sa résidence aristocratique inconnue à travers les sources écrites est la problématique inattendue sous-jacente à cette fouille.

L’ancienneté des lieux était toutefois pressentie par la permanence à travers les âges, et malgré une destruction du village par l’aviation allemande en mai-juin 1940, de magnifiques fenêtres à meneaux de style Louis XII à l’ouest de la parcelle fouillée. Nos collègues de la cellule cartographique équipée d’une station 3D ont couvert numériquement ce très rare patrimoine rural.

Dans une forme de continuité avec la fouille amiénoise, la mise en évidence de fosses de plantation d’un verger d’arbres fruitiers, XVIIIe siècle. La tranchée géométrique rappelle en revanche les travaux de défense de l’armée française fin mai 1940.

Attendue à la suite du diagnostic archéologique de 2021, une grange (étable?) s’inscrivant dans un réseau de murs d’enclos comprenant deux phases. L’édifice est composé de trois vaisseaux divisé en sept travées.

Cette fouille permet de surprendre le témoignage d’une évolution parcellaire majeure dans ce village, à l’orée de l’époque moderne (chronologie à préciser). D’une organisation curviligne médiévale que suggère le système fossoyé dans l’angle sud-ouest de la parcelle, on passe à une organisation géométrique marquant une extension de cet habitat rural fortifié.

Enfin, nous somme bien en Picardie. Il y a des souterrains… sous l’établissement agricole. Les remblais de comblement ont livré du mobilier céramique du XIVe siècle et quelques pierres sculptées pouvant provenir d’une église.

 

 



Citer ce billet
Nordoc'Archéo (2023, 25 janvier). Communication aux Journées régionales de l’archéologie 2022 : Amiens (Somme), les fouilles urbaines de la rue de Condé et du site Zamenhof. Nordoc'Archéo. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sf5a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search