Communication aux Journées régionales de l’archéologie 2022 : Seclin (Nord) – L’archéologie médiévale à Seclin, nouvelles découvertes et poursuite des recherches

Les 25 et 26 novembre dernier, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) a organisé les journées régionales de l’archéologie à Amiens. Elles ont, cette année encore, rencontré un franc succès avec environ quasi 200 participants.
Avec l’aimable autorisation des intervenants, nous nous proposons de relayer, au fur et à mesure de leur réception, le power point de certaines de ces communications sur notre portail documentaire. 

Cette première publication est consacrée aux fouilles archéologiques  qui se sont déroulées récemment à Seclin, dans le Nord de la région. Elle a été réalisée par Guillaume Lassaunière et Jérôme Tellier, du Service archéologique de Seclin.

 

Cette communication porte sur deux chantiers réalisés récemment sur la commune de Seclin. Ils ont révélé des structures médiévales pour certaines inédites et leur analyse permet de compléter des données déjà nombreuses.

La commune de Seclin se situe dans le département du Nord, à une dizaine de kilomètres au sud de Lille. Si l’archéologie ne permet pas à ce jour d’envisager l’existence d’une bourgade au cours de l’Antiquité, Seclin est toutefois désignée dans les sources du début du moyen Âge en tant que vicus

Eloigné des principaux axes de circulations, le bourg médiéval jouit néanmoins d’une situation particulière à l’extrémité méridionale à la fois du diocèse de Tournai et du comté de Flandre. Cette localisation stratégique ainsi que la légende entourant saint Piat, évangélisateur du IIIe siècle, vont contribuer à l’émergence et au développement d’un important complexe religieux. 

Les données archéologiques glanées sur le territoire communal mettent en lumière pour la période médiévale plusieurs noyaux d’occupation distincts dont certains témoignent précocement de structures d’habitats mérovingiennes. Le plus important est formé par l’ancien quartier canonial, le cœur de la ville actuelle, au centre duquel se tient la collégiale Saint-Piat. Le second, situé dans le quartier de Burgault, est l’héritier d’un fief éponyme dont la genèse remonterait à la période carolingienne. 

 

Les deux chantiers, objet de la communication, se localisent en plein cœur de ces deux quartiers. Le premier, un diagnostic réalisé ce printemps, a révélé de nouvelles structures funéraires ainsi que plusieurs éléments qui peuvent être rattachés à la collégiale romane. Le second, une fouille réalisée par Jérôme Tellier en 2019, a livré une partie des vestiges de la basse-cour d’une motte castrale.

L’intervention réalisée cette année dans le cœur historique de Seclin intéresse une parcelle localisée à proximité immédiate du flanc sud de la collégiale Saint-Piat. Plus précisément, elle concerne la salle des fêtes communale vouée à être transformée en salle de spectacle et accueillir une résidence d’artiste. La construction de cet édifice, au début des années 1930, a semble-t-il été contrariée par la découverte de sépultures. Des seclinois ayant participé au chantier, interrogés au début des années 1980, ont témoigné de la découverte d’objets dans les tombes qui ont été distribués aux ouvriers. Nous ne connaissons aujourd’hui pratiquement rien de ces découvertes.

Outre ces données contextuelles peu précises, les multiples interventions réalisées aux abords de la collégiale ces trente dernières années permettent de mieux cerner la structuration de cette partie du quartier canonial et d’en évaluer son évolution tout au long du Moyen Âge. Il est peu dire que le secteur est sensible et que des terrassements, même de faible ampleur, doivent amener un suivi archéologique systématique.

Mentionnons rapidement, au nord de l’église actuelle, les fondations d’une basilique martyriale édifiée au milieu du VIIe siècle. Erigé par saint Eloi, l’édifice est censé recouvrir un ancien mausolée tardo-antique dont nous ne connaissons rien aujourd’hui. Abritant à l’origine le tombeau de saint Piat, cet édifice est considéré comme l’un des plus anciens monuments chrétiens de la région. La présence d’une communauté de desservants est supposée dès cette période. L’édification de l’église romane et le transfert des reliques du martyre dans la crypte entraîne à la fin du IXe siècle sa désaffection progressive.

En ce qui concerne la première collégiale, achevée autour de l’an mil, plusieurs interventions réalisées à l’aplomb de la crypte ont permis de formuler des hypothèses de restitution de son plan avec notamment une tour porche et un presbyterium carré précédant une abside semi-circulaire. Selon ce plan, la collégiale romane de Seclin se rapprocherait de modèles mosans ou scaldiens de cette période. 

Eglise collégiale et paroissiale dès son origine, elle accueille sur son pourtour un vaste cimetière qui se développe largement au nord, vraisemblablement dicté par le souvenir prégnant de l’ancienne basilique martyriale. Ce cimetière paroissial est occupé en continu de la fin du IXe siècle aux premières décennies du XIXe siècle. À ce jour, 460 sépultures ont bénéficié d’une reconnaissance archéologique.

C’est également autour de l’an mil que se développent au sud les infrastructures propres au chapitre, en l’occurrence un cloître dès le XIe siècle ou les maisons canoniales réaménagées aux XIIIe  et XVesiècles.

Le chantier mis en œuvre, même s’il apparaît limité en termes d’emprise avec deux sondages de 20 et 25 m², possède toutes les contraintes liées aux opérations menées en milieu urbain : nombreux réseaux, espace limitée, intervention en partie sur le domaine public, profondeur d’apparition des vestiges archéologiques…

Nous allons principalement nous concentrer sur le second sondage qui a livré les indices les plus remarquables.


En premier chef, les terrassements des terres de cimetière ont permis de récupérer une importante quantité de matériaux de construction, dont la nature laisse supposer une appartenance à la collégiale romane. Il s’agit notamment de fragments de moellons en grès de Pève à importante teneur en nummulites. Exploité à Mons-en Pévèle, ce matériau est connu pour avoir été employé dans les fondations d’églises du XIe siècle situées dans un rayon de 10 km de Seclin (Ennevelin, Mérignies, entre autres).

Les tuiles sont de tradition antique de type tegula et imbrex. Elles couvrent les constructions seclinoises jusqu’au XIIe siècle, remplacées par les tuiles plates à crochets.

Les mortiers et bétons diffèrent de ceux mis en œuvre au cours de la période gothique et se rapprochent pour certains de ceux conservés dans le fond d’un mélangeur à mortier mécanique découvert au nord de l’église et daté des Xe – XIe siècles (cf sur ce sujet le billet de Guillaume Lassaunière publié sur Nordoc’Archéo : L’usage d’un malaxeur à mortier mécanique à Seclin dans la seconde moitié du Xe siècle). De la même manière, la présence de plaques de sol en mortier de tuileau peut être rapprochée de découvertes similaires effectuées au sein de la cathédrale de Tournai datée de l’an mil.

De nombreuses tesselles en pierre bleue polie ou en marbre adoptent des forment géométriques. Si la provenance des marbres est difficilement restituable aujourd’hui, de telles découvertes sont connues régionalement comme ornement de dallage au sein de l’église Notre-Dame-de-la-basse-Œuvre de Beauvais au XIe siècle par exemple. Il est à noter que l’usage de ce matériau reste rare au sein des églises de cette période, ce qui fait de Seclin une exception pour le nord de la France. 

La présence d’enduits peints renforce d’ailleurs ce caractère exceptionnel.

Nul doute que ces matériaux proviennent du chœur de la première collégiale détruit à la fin du XIIsiècle pour accueillir les infrastructures du chœur gothique. 

Les structures funéraires sont au nombre de 18, elles s’étagent sur 2,50 m de hauteur et représentent une période comprise entre la fin de l’Antiquité et la fin du XIIe siècle, soit presque huit siècles d’occupation.

La première phase comprend une structure associée à l’Antiquité tardive même si aucun reste humain n’a pu être récupéré. Toutefois, la morphologie du creusement avec la présence de banquettes latérales et la nature du comblement est en tout point similaire aux sépultures tardo-antiques mises au jour en 2011 au nord de la collégiale Saint-Piat. Les tessons de céramique issus du comblement de cette structure sont d’ailleurs rattachables au IV– Ve siècles.

Plus récente, une sépulture est associée au mérovingien ancien. Ce jeune adulte a été inhumé au sein d’un contenant funéraire fait de planches en bois assemblées et partiellement conservées sur le fond de la structure ainsi qu’au niveau des montants latéraux. Un dépôt funéraire accompagnait l’individu, seul cas recensé à ce jour au sien de cette vaste aire funéraire.

Stabilisés et restaurés, les objets métalliques permettent d’identifier un fermoir d’aumônière ou seul un décor d’ocelle est préservé. Un couteau devait être contenu dans l’aumônière, elle-même attachée à une ceinture dont seule subsiste aujourd’hui une boucle réniforme en bronze à ardillon tronconique aminci au centre. Homogènes d’un point de vue chronologique, ces pièces sont datées entre le dernier quart du Ve et la première moitié du VIe siècle et se placent aux phases MA1 – MA2 de la chronologie normalisée entre Manche et Lorraine de Legoux, Périn et Vallet. 

Ces deux sépultures prennent place avant la construction de la basilique martyriale.

La seconde phase se place à la fin du haut Moyen Âge au moment de l’utilisation de la basilique. 

5 individus sont recensés et pour la plupart montre des indices de pillage dont le modus operandi est strictement similaire : la fosse est pratiquée en sape au niveau de la région thoracique, tout ou partie du tronc est prélevé et le crâne basculé contre la paroi du contenant. La recherche d’objets liés à des dépôts funéraires ne fait ici aucun doute. Les indices taphonomiques indiquent que ces actes se sont déroulés peu de temps après les inhumations, alors que les corps n’étaient pas totalement décomposés. Une garniture de ceinture en alliage cuivreux retrouvée sous le bassin d’un des individus inhumés est exogène et pourrait appartenir à un des pilleurs. Il est daté typologiquement entre le VIIIe et le XIe siècle. 

Les débuts du Moyen Âge classique sont marqués par l’inhumation de 4 individus. Parmi ceux-ci, deux cas de traumatisme particulièrement intéressants. Le premier présente une blessure au crâne au moyen d’une lame qui fut à priori mortelle. Cette trace de coup se superpose à une autre qui elle s’est cicatrisée. Si le cas de deux blessures situées au même endroit semble extraordinaire, peut être faut il y voir un éventuel acte chirurgical. Autre détail surprenant, l’inhumation de l’individu a été scénarisée, la tête reposant sur une tuile de telle sorte que le haut du crâne et donc la blessure pointe vers le ciel.

Autre cas remarquable, un individu qui présente une fracture hypophysaire du fémur droit qui, en guérissant et en s’ossifiant a entraîné un raccourcissement de la jambe estimée à 15 cm.


Les dernières inhumations, au nombre de 8 ne remontent pas au-delà de la seconde moitié du XIIe siècle. Ce secteur du cimetière a été abandonné pour les besoins du chantier de construction du chœur de la collégiale gothique.

Les coffrages en moellons de craie avec aménagement de niche céphalique renvoient à d’autres découvertes de cette période réalisées au nord de l’église en 2011.

Cette phase est marquée par un rare exemple archéologique de mal de Pott lié à des symptômes de tuberculoses osseuses et pulmonaires. Cette jeune femme décédée à 25 ans souffrait d’une déformation prononcée de la colonne vertébrale qui l’empêchait de se mouvoir correctement ainsi que des signes d’insuffisances respiratoires importants.

Il est intéressant de noter que 5 individus sur 12 du Moyen Âge classique portaient des marqueurs en lien avec la tuberculose. 

Ces nouvelles données permettent de compléter utilement celles déjà obtenues au sujet de cette aire funéraire, et de formuler une projection de son évolution, de sa genèse au cours de l’Antiquité tardive jusque son abandon au cours des premières décennies du XIXe s.


Second site

La seconde opération se localise dans le quartier de Burgault, héritier d’un fief médiéval mentionné dans les sources historiques dès le XVe siècle. Il se situe à l’est du centre historique de Seclin et au nord du quartier « du Riez » qui tire son nom d’un ancien cours d’eau canalisé au XIXe siècle et aujourd’hui invisible dans le paysage.

De nombreuses opérations d’archéologie préventive ont été effectuées dans ce secteur de la ville depuis la création du service. Deux fouilles et près d’une quinzaine de diagnostics ont été menées permettant d’esquisser l’évolution de cette partie du territoire communal. Ces opérations ont également permis de mettre en évidence une zone humide au sud  du quartier de Burgault où circule le « Riez » et un secteur plus sec  au nord, sur le bord du plateau du Mélantois.

Les plus anciens vestiges mis au jour remontent à la période protohistorique (La Tène finale).  Il s’agit d’un enclos quadrangulaire identifié lors d’un diagnostic. Aucune continuité de l’occupation de cette période n’est attestée.

La période antique se manifeste par une tentative d’assainissement de la zone humide, en bordure du cours d’eau. Un réseau parcellaire destiné à viabiliser et surtout drainer les terrains est établi mais vite abandonné. Aucunes traces d’habitat n’ont été mises en évidence en lien avec ces ensembles de fossés. Le mobilier atteste d’une occupation durant le Haut-Empire.

Il faut attendre la période mérovingienne pour voir s’établir un habitat groupé au nord du quartier actuel. Il se caractérise par l’installation de plusieurs fonds de cabanes sur le bord du plateau du Mélantois. Plusieurs vestiges de foyers peuvent être mis en lien avec ces structures ainsi que d’autres fosses dont la vocation est difficile à déterminer (cynégétique ?). Le mobilier mis au jour confirme un abandon de l’occupation aux alentours de la fin du Ve siècle – milieu du VIe siècle.

La période carolingienne se développe au centre du quartier. Une motte castrale s’installe dans un méandre du « Riez ».

Six diagnostics et une fouille ont permis de circonscrire l’occupation de cette époque.  Le fossé ceinturant la motte a été sondé à plusieurs reprises afin de restituer un profil général. Deux états ont été mis en évidence par trois sondages mécaniques. Le premier de  5,50 m de large pour 2,80 m de profondeur et le second, beaucoup plus imposant, d’environ 21 m de large pour 3,90 m de profondeur. Il matérialise une enceinte générale de 90 m de côté délimitant un espace central de 1200 m². Environ 10000 m3 de remblais ont été générés par le creusement de la structure. Ils ont permis d’établir une motte de plus de 5 m de haut. Malheureusement, complètement arasée, les vestiges présents sur cette dernière n’ont pas été conservés. Le mobilier recueilli dans le comblement est rare et s’échelonne de la période carolingienne au XVIIIe siècle.

Le projet d’aménagement sur le « Domaine Napoléon » a engendré un diagnostic en 2019 suivi d’une fouille la même année sur une emprise d’environ 1 000 m². Cette ancienne exploitation agricole du XIXe siècle s’installe en grande partie sur l’emprise de la basse-cour de la motte castrale évoquée précédemment. L’arrière de la ferme n’a pas été aménagé, favorisant une bonne conservation des vestiges.

La fouille, d’une durée de cinq semaines, a mis au jour 215 structures réparties en cinq phases d’occupations allant de la Tène à la période contemporaine. La première phase ne se manifeste que par une simple fosse isolée.

La période carolingienne a livré un mobilier céramique peu abondant, mais caractéristique. On note la présence d’une majorité de céramiques modelées et de quelques éléments de céramiques peintes. Cinq prélèvements de charbon dans des trous de poteau et dans une fosse dépotoir ont été datés par radiocarbone et confirment une occupation du site du VIIIe siècle à la fin du Xe siècle.

La fouille concerne un ensemble de quatre bâtiments sur poteaux. Ces derniers, de 40 cm de section sont installés dans des avant-trous de 1 m de côté. Ce sont de petits édifices à une nef. Ils se composent de quatre à dix poteaux. Ils s’inscrivent dans un enclos curviligne matérialisé par un fossé de 0,80 m de large et peu profond.

L’étude archéozoologique menée par G. Jouanin du CRAVO a permis d’identifier une faible représentation des caprinés et à contrario une prépondérance du porc. Des éléments de squelette  appartenant au cerf, au coq et à un pleuronectidé (poisson plat de type carrelet/flet) indiquent la proximité d’un groupe privilégié qui peut être rapproché de la motte castrale au sud du site.


À proximité des bâtiments, une fosse rectangulaire d’environ 5 m de long pour 1 m de profondeur a servi de dépotoir à la fin de la période carolingienne. Sa fouille a permis de récolter une grande quantité de matériaux de construction présentant des traces d’incendie : 45 kg de torchis, 10 kg de tegulae et imbrices et 28 kg de moellons de grès et pierre bleue de Tournai.

Ces éléments permettent d’évoquer le type d’architecture que pouvait avoir les édifices de la basse-cour. Sur un soubassement composé de moellons de grès et de pierre bleue de Tournai, s’élevait un mur en torchis sur clayonnage de bois. Les poteaux massifs permettaient de supporter une couverture composée de tuiles de tradition antique. Ce type d’architecture demeure rare dans le nord de la France pour cette période. On le retrouve plutôt sur des sites similaires dans les marges nord des Flandres.

Le site carolingien ne perdure pas au-delà du Xe siècle. Il faut attendre la fin du Moyen Âge pour voir les lieux réoccupés. La motte, toujours présente dans le paysage, est réutilisée pour l’installation d’un moulin à vent dont la mention est faite dans les sources de l’hôpital Notre-Dame de Seclin. Les cadastres napoléoniens confirment la pérennité de la motte jusqu’au XIXe siècle avant que celle-ci soit complètement arasée concomitamment à l’urbanisation du quartier.

Les fouilles ont également mis en évidence un chemin matérialisé par des fossés bordiers qui reliait le moulin sur la motte à un chemin plus au nord permettant de rejoindre le quartier canonial de Seclin.

Plusieurs séries de fosses ont également été fouillées. Il s’agit de structures de stockage ou de dépotoirs qui s’inscrivent dans un parcellaire en lanières. Il se développe à l’arrière d’habitations qui nous échappent aujourd’hui. Le mobilier relatif à cette phase est peu abondant mais reste discriminant pour la fin de l’époque médiévale. Une datation radiocarbone issue d’un prélèvement dans le comblement d’un silo atteste d’une occupation des XIVe siècle –XVe siècle.

 




Citer ce billet
Nordoc'Archéo (2023, 6 janvier). Communication aux Journées régionales de l’archéologie 2022 : Seclin (Nord) – L’archéologie médiévale à Seclin, nouvelles découvertes et poursuite des recherches. Nordoc'Archéo. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sf4r

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search