Mémoires d’archéologues. Chap. 17 : Regards sur l’archéologie tourquennoise avec José Barbieux

Dans le cadre de son futur départ en retraite, nous avons souhaité rencontrer José Barbieux, archéologue municipal de Tourcoing, afin qu’il partage avec nous les apports que l’archéologie a contribué à fournir pour l’enrichissement de la connaissance de l’histoire de la ville de Tourcoing (Nord).

Cette interview a été conduite par Thomas Byhet, Karine Delfolie, Géraldine Faupin et Luc Vallin (DRAC Hauts-de-France, Pôle patrimoines et architecture, Service régional de l’archéologie), à Lille, le 14 octobre 2020.
L’article qui en découle a été retranscrit par Cécile Marzin (étudiante M1 Mondes Anciens – Parcours Métiers de l’Archéologie à l’Université de Lille) durant un stage effectué au printemps 2021, au sein du Service régional de l’archéologie de la Drac Hauts-de-France, en collaboration avec la tutrice de stage, Karine Delfolie.
Il a été corrigé, finalisé et validé par Thomas Byhet, Karine Delfolie et Luc Vallin. Avertissement : nous avons délibérément décidé de garder un style oral à cette interview afin de rester dans l’esprit de la série de portraits d’archéologues de la région disponible sur Nordoc’Archéo : Mémoires d’archéologues.

 

Introduction

Né à Hornaing (Nord), José Barbieux (fig. 1) est l’archéologue municipal de Tourcoing (Nord) depuis 1982. Dès l’adolescence, il développe un intérêt pour l’histoire et souhaite travailler dans le domaine de l’archéologie. Cependant, à cette époque, très peu de chantiers sont réalisés : c’est une annonce dans le journal qui va le guider à Eswars (Nord) et lui permettre de vivre sa première expérience de fouille archéologique. Par la suite, il participe à des chantiers aux côtés de son mentor Pierre Demolon, à Hordain (Nord) dans les années 1970. Parallèlement, il effectue des études d’Histoire qui le mèneront jusqu’au DEA, tout en travaillant à Douai (Nord) en tant que stagiaire pendant sa maîtrise. Employé en 1977 à Douai, il part en 1982 à Tourcoing lorsque s’ouvre un poste d’archéologue municipal. Il mène alors de grands projets de fouilles comme, par exemple, le réaménagement de la Grand Place de Tourcoing et l’étude de l’église Saint-Christophe. Il participe ensuite au projet de création du Centre d’Histoire Locale de Tourcoing. Il poursuit également ses recherches archéologiques autour du patrimoine et de l’histoire de Tourcoing, notamment à travers l’étude de l’artisanat du textile et des différentes industries présentes dans la ville, principalement au Moyen Âge et à l’Époque Moderne. Il contribue encore aujourd’hui à enrichir l’histoire de Tourcoing sous forme de publications mêlant histoire et archéologie.

Fig. 1 – José Barbieux lors de son interview le 20 octobre 2020 (Photographie : Th. Byhet, 2020)


1. Aux prémices de la carrière.

Comment es-tu arrivé à Tourcoing et dans l’archéologie ?

J’ai toujours été intéressé par l’histoire au collège et au lycée. Mais, ce qui était accessible à l’époque, c’était l’Égypte, la Grèce, l’archéologie classique ou orientale. La littérature que l’on trouvait signalait qu’il était très difficile d’être archéologue professionnel. C’était vraiment réservé à une toute petite élite. À l’époque, très peu de chantiers archéologiques étaient réalisés. Le tout premier, s’est déroulé pour moi à Eswars[1] (Nord).  J’avais un peu moins de 18 ans. André Vanderschelden fouillait là-bas. J’ai vu une annonce dans le journal, ils cherchaient des bénévoles ; j’avais une mobylette à l’époque et le rendez-vous était fixé devant l’église. On s’est retrouvé à deux, avec quelqu’un qui n’avait encore jamais fouillé non plus et qui était arrivé avec les mêmes moyens, c’était Alain Jacques[2]. C’était notre première rencontre à Eswars. Depuis, André Vanderschelden a publié les résultats de ce chantier dans la Revue du Nord.

Et après ce premier chantier, comment ça s’est déroulé ?

Après ce premier chantier de fouille, mon nom a commencé à circuler. Pierre Demolon[3] cherchait des bénévoles pour travailler sur le chantier du cimetière mérovingien d’Hordain (Nord) : on est alors en 1973-1974. Pierre Demolon et Henri Décaillon fouillaient quasiment à deux, avec peu de moyens mécaniques. En général, ils essayaient de préparer une, deux ou trois sépultures qu’on fouillait essentiellement le week-end.

Parallèlement à cette opération, j’effectuais des études d’histoire à l’université au niveau de la maîtrise et je travaillais en même temps à Douai. Ma maîtrise était consacrée à l’église de Flines-lez-Raches[4] (Nord) : elle a été, depuis, publiée dans la Revue du Nord.

En 1976, j’ai participé à la fouille de Biache-Saint-Vaast[5] (Pas-de-Calais). Annie Demolon venait régulièrement me chercher à la gare, puis, un jour, elle m’a dit : « il s’est passé quelque chose, on ne va pas aller à Douai, on va aller à Biache » ; ça a été mon premier et mon seul chantier préhistorique. Il a été épique ! En fait, on avait juste quelques jours pour fouiller et on tombait en plus dans des niveaux complètement bréchifiés. Le premier jour, la technique était d’enfoncer une pioche dans les niveaux d’ossements, puisqu’il n’y avait que dans ces parties du sol que ça entrait. Il fallait ensuite faire des mouvements de leviers, récupérer les plaques de sédiments et mettre le tout dans les voitures. Heureusement, assez rapidement, on a découvert le crâne ! On nous avait dit de pelleter et de nettoyer… de toute façon, il n’y avait que ça à faire. On était dans l’urgence absolue et ça a duré comme ça jusqu’au mois de juin. J’ai aussi couché avec l’Homme de Biache, puisque, quand on l’a découvert, il n’a pas été possible de le sortir tout de suite. Le responsable de l’usine était vraiment compréhensif : il s’est mis en quatre pour nous aider allant jusqu’à faire réaliser des petits grattoirs spécifiques et, pour le crâne, une très belle coque en acier. Mais, comme ni Jean-François Piningre, ni Alain Tuffreau n’auraient osé laisser le crâne sans surveillance sur le terrain, il a fallu à tour de rôle dormir à côté, passer une nuit à la belle étoile avec l’Homme de Biache. C’est ma seule expérience en Préhistoire, mais quelle expérience !

Ensuite, il y a eu le chantier d’Hornaing (Nord). Je travaillais déjà à Douai et on avait commencé en particulier les fouilles de la Fonderie de canons[6]. Lorsqu’il y a eu la découverte d’Hornaing, je ne pouvais pas y échapper, car j’y habitais. À l’époque, il n’y avait pas de fouilles préventives, c’était du sauvetage. C’était encore la fin des années 1970 et la seule solution était de négocier avec le promoteur et d’obtenir quelques crédits de la circonscription des Antiquités historiques du Nord. La voirie était déjà créée et les maisons n’ont pas été commercialisées tout de suite ; donc on a eu quelques mois, voire plus d’un an pour faire cette exploration d’un site qui date de La Tène III – début de l’époque gallo-romaine.

Quels ont été tes premiers postes à Douai ?

On m’a recruté comme terrassier : on était en 1977. Nouvelle coïncidence, Alain Jacques a été titularisé cette même année en juin, à Arras, et moi deux mois après, mais avec un effet rétroactif en juin.

S’agissait-il de postes d’archéologues municipaux ?

Oui, ça commençait à s’appeler comme ça ! En 1977, les structures municipales étaient en train de se mettre en place et il n’y en avait pas encore beaucoup finalement. À Douai, on avait la chance d’être deux : c’était un énorme service à l’époque !

Combien de temps es-tu resté à Douai ?

Je suis resté à Douai jusque fin 1981. J’avais engagé mon mémoire de maîtrise sur l’église de Flines-lez-Raches avec Michel Rouche[7] qui a été mon tuteur pour le rapport. Il y avait eu quelques fouilles dans cette église : c’était donc l’occasion de regarder de près et de faire des relevés de ces murs dans lesquels il y avait énormément de tuiles romaines. À ce moment-là, il y avait encore peu de personnes qui avaient travaillé sur des églises. Lors de mes recherches, on m’a signalé qu’il y avait quelqu’un qui travaillait à l’évêché de Lille et qui connaissait bien les églises des environs. Je l’ai donc appelé et il a accepté de me recevoir : c’était Alain Plateaux[8]. On a sympathisé et on est resté en contact. Il m’avait indiqué que la toute nouvelle municipalité tourquennoise, à l’initiative de l’adjoint Christian Maes, envisageait de développer la partie culturelle et patrimoniale de la ville. Elle souhaitait d’abord recréer un poste d’archiviste, car il n’y en avait plus depuis très longtemps, puis créer un poste de chargé de mission pour un écomusée. J’ai eu le poste d’archéologue, car j’étais seul : il n’y avait pas de concours à l’époque. J’ai d’abord été stagiaire, puis titularisé au bout d’un an.

Quelles étaient tes missions ?

Il y avait un projet important qui était le réaménagement de la Grand Place. Elle était telle qu’elle existait depuis 1900 avec des pavés, et depuis, elle servait essentiellement de parking. Il fallait la rénover : elle en avait besoin ! On savait, toujours grâce à Alain Plateaux, que la vieille halle échevinale du XVIe siècle se trouvait très précisément à l’entrée de la place. Il s’agissait de faire une première campagne de fouille pour évaluer son potentiel archéologique (fig. 2). Les travaux ont duré de 1982 à 1985. On a pu précéder, puis suivre les travaux de réaménagement. Tout cela s’est révélé très riche, puisqu’on a pu mettre au jour les fossés de la basse-cour du château (fin du XIIe siècle ou début du siècle suivant) (fig. 3) et une belle série de maisons établies entre le XIIIe et le XVe siècle, avec leurs fondations en bois qui étaient très bien conservées (fig. 4 et 5). La vieille halle du XVIe siècle était aussi remarquablement préservée, parce qu’il y avait eu un recul du bâti au XVIIe siècle et donc peu altérée par les fondations postérieures (fig. 6). On a également mis au jour des éléments de la maison de ville du XVIIe siècle avec un pilori qui était situé devant, l’hôtel de ville du XVIIIe siècle, le puits public qui apparait au XVIIe siècle (fig. 7), un puits de coulée d’une cloche daté du XVIIe siècle, un bassin du XIXe siècle… Bref, c’était un très gros ensemble.

Fig. 2 – Vue aérienne des fouilles archéologiques de la Grand place en 1985 (Photographie : Service archéologique municipal de Tourcoing, 1985)

 

Fig. 3 – Dégagement d’un clayonnage posé sur le fond du fossé de la basse-cour du château, lors de la fouille de la Grand place (Photographie : SAM Tourcoing)

 

Fig. 4 – Vue des sous-sablières, fondations en bois d’une habitation construite vers 1200, lors de la fouille de la Grand place (Photographie : SAM Tourcoing)

 

Fig. 5 – Entre les fondations de la halle échevinale, apparaît, sous forme de négatif, une maison en pan de bois du XVe siècle, construite sans fondations (Photographie : SAM Tourcoing).

 

FIg. 6 – Vue de la cave de la halle échevinale du XVIe siècle et de blocs de fondation de l’hôtel de ville de 1718 (Photographie : SAM Tourcoing)

 

Fig. 7 – Vue du puits public en cours de dégagement, lors des fouilles de la Grand place (Photographie : SAM Tourcoing)


Comment était constituée ton équipe de fouille ?

Je suis toujours resté seul. Lorsqu’il y avait suffisamment de crédits, on pouvait espérer avoir, pour réaliser les fouilles, des vacataires et des contractuels grâce à la Direction des antiquités (aujourd’hui, le Service régional de l’archéologie). En revanche, on avait très rarement du renfort de personnel pour faire les études. Il y avait un décalage entre le nombre de jours de fouille accordé et ce qu’il aurait fallu pour exploiter les résultats. Tout à fait à l’origine, mes locaux étaient localisés dans le Musée des beaux-arts, ce qui était quand même gênant, car il m’arrivait de rentrer avec des vêtements sales ! Plus tard, la bibliothèque municipale a déménagé pour devenir une médiathèque et les locaux de l’ancienne Chambre de commerce se sont libérés.

Là, une parenthèse a commencé à s’ouvrir : l’adjoint au maire chargé des affaires culturelles, Christian Vanneste[9], m’a demandé de créer une structure pour parler de l’histoire de Tourcoing aux écoliers. En fait, ça a été un engrenage qui a amené à créer un musée et à largement transformé mon travail d’archéologue en celui de conservateur. Je n’ai jamais complètement abandonné les opérations de terrain – il y a des fouilles importantes qui ont été menées pendant les années 1990 – mais il est vrai que le pourcentage de l’archéologie dans mon poste avait diminué au profit de celui de responsable de musée. En 1987, a été créé le Musée d’histoire et Centre de documentation[10], officiellement Centre d’histoire locale (fig. 8). À l’origine, ce centre avait pour objectif de parler de l’histoire de Tourcoing, mais il s’est rapidement élargi parce que la ville n’avait pas de véritable service du patrimoine. Nous sommes alors dans les années 1990 qui sont une phase de transition économique. À ce moment-là, beaucoup d’établissements textiles ferment avec d’autres entreprises, comme les imprimeries. Avec la désindustrialisation qui s’accélère, des ateliers et des boutiques disparaissent. On va donc nous proposer des pièces industrielles souvent intéressantes, mais qui posent des problèmes de stockage. Concernant les collections, je n’ai pas collecté beaucoup de machines : j’aurai voulu… Ce qu’on a eu de plus grand, c’était une machine à imprimer les affiches. Ce qui était en exposition et ce que l’on devait privilégier, c’était l’Ancien Régime… Ce qui posait problème, c’était les témoignages de l’époque contemporaine, on ne pouvait les présenter que dans le cadre d’expositions temporaires. Tout se passait bien, puis on a commencé à se poser des questions sur le devenir des écomusées et des musées d’histoire au début du XXIe siècle.

FIg. 8 – Conférence de José Barbieux à la Société historique de Tourcoing (Photographie : SAM Tourcoing, 2014)

Dans ce Centre, est-ce qu’il y a des pièces qui t’ont marqué ? Des pièces emblématiques, des souvenirs ?

On avait récupéré le fonds d’un musée qui était installé dans les étages de la vieille tour de l’église Saint-Christophe[11]. C’était un musée qui avait été aménagé dans les années 1960 : c’était la génération de ces musées où on trouvait de tout…  J’aime bien ce genre de musée ! Il se nommait le musée du Carillon : des historiens locaux étaient à l’origine de ce projet. On a essayé, à partir de ce fonds, de constituer un noyau un peu plus cohérent autour de l’histoire de Tourcoing depuis le Moyen Âge. On a ajouté les découvertes qui avaient été faites lors des fouilles de la Grand Place et celles des petites interventions réalisées parallèlement, soit deux cents pièces issues de fouilles.


2. Les apports de la recherche historique et archéologique à la connaissance de l’artisanat textile tourquennois.

La ville de Tourcoing est connue pour son artisanat du textile : comment l’archéologie a pu documenter cette activité spécifique ?

Quand je suis arrivé en 1982, les origines de Tourcoing étaient encore un mystère. Géographiquement, la situation du bourg est paradoxale. On est seulement à 12 km à vol d’oiseau de Lille et à 15 km de Courtrai, et la seule route importante passe juste à la limite de la commune. Il n’y a pas non plus de rivières, seulement des ruisseaux. Et, curieusement, alors que rien ne s’y prête, Tourcoing comptait déjà une population importante au Moyen Âge comme en attestent les dénombrements par feux. Elle est déjà conséquente aux XIVe et XVe siècles et elle augmente encore à 10 000-12 000 habitants à partir du XVIe siècle. Encore une fois, à proximité de deux grandes villes, c’est tout à fait anormal. Pour les XIVe et XVe siècles, on a quand même quelques textes qui situent Tourcoing dans le mouvement de la nouvelle draperie, dans le groupe organisé autour de la vallée de la Lys. On trouve des traces de ce commerce dans les ports de la mer du Nord et de la Baltique, par l’intermédiaire des marchands de la Hanse[12]. Plus récemment, des recherches faites à Barcelone montrent que là aussi, on trouvait énormément de draps de laine, appelés ici les vervins[13]. Les draps étaient collectés à Wervicq/Wervik et, par l’intermédiaire de la Lys, ils rejoignaient les villes hanséatiques.  Barcelone était une plaque tournante pour la Méditerranée. Au cœur du groupe de la Vallée de la Lys, Tourcoing était certainement le bourg le plus important, mais ce n’était pas une ville.

La grande catastrophe de l’histoire de Tourcoing date de 1711. On est en pleine occupation hollandaise et il y a pourtant un parti de soldats français qui se trouve sur la Grand Place. Lors d’une messe solennelle et, au moment où le Saint-Sacrement sort de l’église, les soldats vont tirer une salve d’honneur. La bourre enflammée va tomber sur les toits et va couver un petit moment : tout va s’enflammer ! Tout le centre du bourg brûle, y compris la maison de ville et les archives qui pouvaient y être conservées ! Si bien que les archives de l’Ancien Régime de Tourcoing tiennent dans quelques boîtes. Le deuxième maire de Tourcoing, sous la Révolution, obéissant aux injonctions de l’autorité supérieure, va se débarrasser de toutes les archives : si c’est du papier, c’est un « confiseur » qui va les acheter ; si c’est du parchemin, c’est un relieur de livres qui va l’emporter pour une somme de 231 francs. Nos archives anciennes sont réduites à peu de chose, si bien que cela nous a complètement masqué un phénomène essentiel : Tourcoing était toujours un bourg drapant, mais il devenait une cité industrielle spécialisée dans le peignage et le filage de la laine et cela à très grande échelle. Autour du tissage, les relations avec Lille ont souvent été conflictuelles, mais tout se passe bien avec les Lillois à partir du moment où on fait du fil et qu’on le vend à Lille : les peigneurs tourquennois travaillent pour les tisserands lillois, il n’y a aucune rivalité ! Si bien que ça ne laisse aucune trace procédurière : localement, les témoignages sont partis en fumée et en dehors de Tourcoing on ne trouve pas de traces de procès. Je dirai que le déclic est venu d’un colloque sur l’histoire du textile qui avait été organisé vers 1983-1984 à l’initiative de l’archiviste Paul Delsalle[14] . Ce sont, en effet, des collègues d’autres régions qui nous ont alertés en nous conseillant de chercher si Tourcoing ne correspondait pas à un phénomène industriel de type Ancien Régime. On avait alors déjà identifié des phénomènes identiques dans de vraies villes, comme, par exemple, à Lyon ou à Nîmes. Finalement, ce qui s’est passé à Tourcoing est un peu original, car se déroulant dans un bourg complètement ouvert : un fait pouvant justement être un avantage, car il n’y avait pas de contrainte.

Il a fallu comprendre comment tout cela a pu s’organiser : la première opération sur une toison consiste à nettoyer et il n’y a rien de plus sale qu’une toison. Ça peut aller jusqu’à 25 % de saletés, donc, en général, le peignage et le lavage se font le long d’un cours d’eau, mais ici il n’y en a pas. Cependant, on a beaucoup de petits ruisseaux : on a, en surface, un limon qui est posé sur les argiles des Flandres (Yprésien) et il agit un peu comme une éponge qui serait posée sur quelque chose d’étanche. L’eau est piégée d’une manière superficielle ! Cela explique le grand nombre des ruisseaux plus ou moins canalisés et, surtout, un phénomène bien intéressant : si l’on creusait un trou, il se remplissait immédiatement d’eau… c’est là l’origine des fosses de lavage. On en trouve des traces sous forme de fosses relativement importantes pour les plus anciennes : elles sont, plus tard, aménagées sous forme d’ouvrages de tonnellerie. Toutes les maisons d’ouvriers peigneurs en étaient équipées. Nous avons quelques mentions dans les textes, mais c’est l’archéologie qui a livré les témoignages les plus pertinents.

Donc, selon toi, le peignage est l’une des spécificités de Tourcoing pour les époques médiévale et moderne ?

Deux phénomènes sont à distinguer : la nouvelle draperie aux XIVe et XVe siècles et le développement industriel à partir du XVIe siècle, un développement lié à une spécialité, le peignage de la laine. Toutefois, le tissage ne disparait pas à l’époque moderne, ce qui crée de nombreux conflits avec Lille qui voulait absolument que l’activité de tissage soit réalisée en ses murs. Les interdictions que Lille obtenait se révèlent stimulantes parce qu’elles amenaient à créer des produits de très bonne qualité, dans lesquels on introduisait en particulier la soie ou, au contraire, des produits comme les molletons[15] qui étaient faits avec les déchets de laine, les sous-produits du peignage. Mais cette activité drapante correspondait à des dizaines de métiers à tisser et certainement pas à des milliers ! Donc elle ne peut pas expliquer à elle seule le développement démographique de Tourcoing à partir du XVIe siècle.

Quel est alors le changement radical ?

C’est le peignage de la laine qui va rester une grande spécialité jusqu’au milieu du XIXe siècle. Malheureusement, il faut aller chercher l’essentiel des sources en dehors de Tourcoing, car nos archives municipales sont vraiment très limitées. On a, par exemple, des documents très précieux du côté de la ville de Leyde, en Hollande. Tourcoing était devenue une ville protestante et, évidemment, elle a connu une phase de répression : les habitants ont dû fuir. Pour la grande majorité d’entre eux, ils sont partis en direction de Canterbury, en Angleterre, et un peu en Allemagne. Et la ville de Leyde, qui est alors une ville textile plus ou moins en déclin, va tout faire pour attirer des Tourquennois. On a un texte de Leyde qui situe Lille « près de Tourcoing ». Il y avait une rue de Tourcoing à Leyde et on a conservé un contrat passé à Leyde dans lequel des Tourquennois avaient été associés pour créer un groupement de fabricants de peignes. Dans ce contrat, ils demandent de la corne, de l’acier et du bois, en précisant que le hêtre devait venir des forêts de Wallonie et la corne des moutons d’Angleterre ; ils avaient demandé également des financements… Et ils ont obtenu tout ce qu’ils réclamaient ! En ce qui concerne le négoce, les laines locales n’étaient pas intéressantes et il y en avait trop peu, donc elles venaient d’Angleterre et des Pays-Bas. Et, là aussi, dans des contrats conservés aux Pays-Bas, on trouve des traces de négociants de Tourcoing. 

As-tu retrouvé d’autres traces liées à l’industrie de la draperie ?

Oui, certaines plutôt habituelles ! Des interventions ont livré des fusaïoles et des poids de métier à tisser d’époque romaine et des forces à tondre pour le Moyen Âge. Les découvertes de l’époque moderne sont plus spécifiques : des petites forces de tisserand, des plombs de draperie avec les marques de Tourcoing et même un plomb de draperie vierge dans la cave de la halle échevinale. Dans la fouille de la rue de Tournai, qui vient d’être publiée, on a enfin pu mettre en évidence des réchauds dans lesquels on procédait au chauffage des peignes. On avait des témoignages dans les textes, mais il m’a fallu 30 ans pour arriver à en voir des traces archéologiques évidentes. La rue de Tournai n’est pas un site archéologique qui m’avait semblé particulièrement intéressant (fig. 9). L’opération s’était mal passée : on était encore dans les années 1980, la réglementation était bien imparfaite. On créait une route – l’avenue Salvador-Allende – et on savait que c’était un secteur assez sensible. La rue de Tournai est la plus ancienne rue de Tourcoing. Les différents intervenants me laissaient fouiller, mais ne souhaitaient pas financer : on a perdu du temps et, finalement, j’ai obtenu comme aide des contrats aidés, des jeunes gens qui ne s’intéressaient pas particulièrement à l’archéologie, ce qui n’est pas idéal pour fouiller. Pourtant, au final, cette fouille est apparue intéressante. Le mobilier archéologique est resté dans des caisses et c’est à l’occasion d’une visite du céramologue Manuel Gomes qu’on y a repéré des céramiques du XVIIe siècle, voire du XIXe siècle. C’est à partir de ces céramiques que l’on s’est à nouveau intéressé à ce site, car il a livré en particulier les parties enfouies des réservoirs dans lesquels on procédait au lavage des laines. On a également repéré des peignes : on en a retrouvé des traces sous forme de longues tiges. Un clou est facilement identifiable avec sa section carrée, alors qu’une dent de peigne doit avoir une section cylindrique et ce n’est pas si facile à forger ! Elle doit être effilée avec un diamètre qui va diminuer progressivement vers la pointe, puis il faut l’emmancher avec précision sur une structure en bois par l’intermédiaire de matières cornées.

Fig. 9 – Vue de structures d’habitat des XVIe et XVIIIe siècles, lors de la fouille de la rue de Tournai : les fondations les plus anciennes sont en cassons de briques damées (Photographie : SAM Tourcoing)

 La grande spécialité de Tourcoing était de travailler à partir de ces peignes, des peignes à longues dents, au moins 25 cm ; les fibres, les brins de laine étaient imprégnés de beurre, ce beurre était là encore une particularité locale. On a réexaminé le travail de Roland de la Platrière, qui, au XVIIIe siècle, décrit les activités de peignage et dans lequel « Tourcoing » est la référence, le nom qui revient le plus souvent. La concentration de capitaux, l’organisation du travail et le savoir-faire font qu’on produisait un fil d’une excellente qualité : par exemple, la manufacture des Gobelins fonctionne au XVIIIe siècle essentiellement pour ses fils de chaine avec des fils de Tourcoing. On a alors les capitaux, une bourgeoisie marchande qui est déjà bien implantée dans des places comme Amsterdam… des Tourquennois avaient des membres de leur famille, des facteurs, qui étaient installés sur Amsterdam et aussi en Italie, et ces réseaux qui détiennent les capitaux achètent les laines et les font travailler par des ouvriers. Les balles arrivent dans le centre et elles sont montées dans les greniers des maisons : on voit encore sur les toitures de nombreux chien-assis et, à l’intérieur, se trouvent des roues à cabestans qui permettaient de faire monter les laines. Le marchand fabricant fournissait en même temps une quantité de laine, le beurre et le charbon de bois. Cette activité se passait chez des tisserands à domicile. Tout cela était transporté dans des brouettes : c’est pour cela que les Tourquennois étaient devenus les « Broutteux »[16].

D’autres découvertes tourquennoises illustreraient-elles l’existence d’un autre type d’artisanat ?

Effectivement ! On a également des traces d’ateliers de tabletterie à deux endroits. Les premières se trouvent sur le chantier de la rue des Anges. On y a trouvé essentiellement des métatarses dans lesquels on avait prélevé des plaquettes (fig. 10). Je ne sais pas ce qu’on en faisait, car on a retrouvé uniquement des rejets. Les deuxièmes se situent sur la place Roussel[17]. On y a découvert une fosse qui était remplie de chevilles osseuses, donc la preuve d’un artisan qui travaillait la corne (fig. 11).

Fig. 10 – Témoignages de l’activité d’un atelier de tabletier du XVIIIe siècle (prélèvement de plaquettes d’os), lors de fouille de la rue Fidèle-Lehoucq (Photographie : SAM Tourcoing)

 

Fig. 11 – Témoignages de l’activité d’un atelier de tabletier du XVIIIe siècle (chevilles osseuses rejetées après le prélèvement de la corne), lors de la fouille de la place Charles et Albert Roussel (Photographie : SAM Tourcoing)

À propos d’interventions extérieures, je peux signaler la fouille d’un dépôt secondaire de pipes à Flines-lez-Raches, issues d’un atelier de fabrique lillois. Cette découverte ne concerne Tourcoing, ni Flines, elle m’a permis de contribuer au sauvetage d’un mobilier archéologique peu commun. Un premier dépôt a été réalisé à 1 km et demi de l’atelier. Ce fait s’explique par la catastrophe des Dix-Huit ponts survenue à Lille, en 1916[18]. En 1919, à la suite de cette explosion extraordinaire, Lille se retrouve avec un cratère gigantesque et le comble en allant aller chercher des remblais sur une fabrique de pipes. Une opération archéologique a lieu bien plus tard à cet emplacement, mais l’archéologue en charge de l’opération ne peut pas tout fouiller. Le lieu d’évacuation des terres sert à combler une carrière, à Flines-lez-Raches. Il contacte l’exploitant et lui demande si les terres peuvent être stockées au fur et à mesure, ce qu’il accepte. L’archéologue me contacte et me demande si je peux aller fouiller à Flines-lez-Raches ces remblais déplacés deux fois. D’un point de vue technique et archéologique, ce n’est pas banal !

Qu’est-ce que tu as découvert ?

Nous avons trouvé énormément de pipes de forme lisse, mais ce ne sont pas forcément les plus intéressantes. Les plus amusantes étaient celles qui représentaient des personnages, des animaux ou des objets. Il y avait toutes les gloires du Second Empire et du début de la IIIe République ! Une particularité : toutes les têtes politiques qu’on a pu repérer étaient républicaines et franc-maçonnes. Des chanteuses plus ou moins vulgaires également… C’était quand même une consécration de voir sa tête sur des pipes ! Cette découverte a été publiée.


3. Les origines de Tourcoing et la vie religieuse tourquennoise.

Peut-on dater l’émergence historique de Tourcoing ?

La première mention date de 1080, mais on a relativement peu d’indications pour la suite. Au XIIIe siècle, une chapellenie[19]est créée. En 1260, on crée également un hospice à l’échelle de la châtellenie[20] de Lille. C’est le quatrième hospice : on a les deux hospices lillois, celui de Seclin également et celui de Tourcoing en 1260. Cela montre que le village commence à se développer.

Peux-tu nous en dire plus sur le château de Tourcoing ?

Il y avait effectivement un château et des seigneurs importants, mais lointains. On sait très exactement où le château s’élevait : il n’a été démoli qu’en 1876 pour construire des halles. J’ai eu l’occasion d’y réaliser un sondage : il en reste un bon quart, une partie est préservée. À l’origine, c’est un château sur motte. J’en ai observé les bords à trois reprises en 1982, 1983 et 1985. On a également des éléments cadastraux qui permettent d’en cerner les limites. On a affaire à un espace fortifié tout à fait classique : un château sur motte et une basse-cour que l’on peut dater du XIe siècle. Ce qu’il en restait à l’époque moderne était quand même en mauvais état : les ruines ont été vendues à la Révolution. Le duc d’Havré à qui on avait proposé sa restitution sous la Restauration n’en a pas voulu et il s’est contenté d’une petite somme d’argent ; puis le château a été transformé en manufacture ; finalement, il était en déshérence en 1876 quand on l’a démoli.

L’habitat tourquennois médiéval et/ou moderne est-il bien connu ?

Les fouilles  du parking Bienfaisance[21] ont donné l’occasion d’en savoir plus sur les maisons d’ouvriers de l’époque moderne (fig. 12). On y a mis au jour trois unités d’habitation très étroites : en largeur, elles mesuraient moins de 4 m. Elles étaient, par contre, associées à de très longues parcelles. Dans ces jardins, étaient aménagées les fosses de lavage de laine et quelques puits pour avoir une eau à peu près potable.

Fig. 12 – Vue d’une maison d’ouvriers du textile datée des XVIIIe-XIXe  siècles : dans cette petite cave peu profonde, se maintenait un taux d’humidité favorable au travail de la laine (Photographie : SAM Tourcoing)

Les objets découverts lors de la fouille du parking Bienfaisance n’étaient pas forcément intéressants, mais cette opération archéologique a été l’occasion de travailler sur l’habitat des ouvriers-peigneurs.

Leurs maisons, qui étaient beaucoup plus petites que les maisons médiévales qu’on avait pu fouiller sur la Grand Place, par exemple, étaient constituées d’une petite pièce qui, à l’intérieur, mesurait entre 2,50 m et 3,50 m : elle devait être leur pièce à vivre et ouvrait sur un couloir qui donnait sur l’extérieur. Il fallait l’emprunter pour entrer dans une pièce encore plus petite : elle était accolée à la pièce principale, mais lui tournait le dos. Elle était partiellement excavée. C’est dans cette salle que se trouvait l’atelier des peigneurs, peut-être des teinturiers pour l’une de ces maisons. Ensuite, on a pu fouiller une grande fosse de lavage : dans son état ancien, elle était commune aux trois maisons. Les fosses plus récentes étaient des éléments de tonnelleries enterrés : des cuvelles dont les traces des douelles[22] se laissaient deviner.

Les parcelles étaient très longues. C’est un fait qu’on observe en regardant les cadastres. On sait que tout était planté de haies et d’arbres. Tourcoing au XVIIIe siècle offre un aspect bocager, c’est un paysage industriel, mais d’Ancien Régime ! Un paysage vert, plantés de vergers parce que les habitants choisissaient des arbres fruitiers. Le fait d’avoir des arbres permettait, en cas de pluie, de gagner du temps pour rentrer les laines qui séchaient en urgence et les arbres fruitiers fournissaient un appoint alimentaire en saison.


Que sait-on de la vie religieuse à Tourcoing aux époques médiévale et moderne ?

Fig. 13 – Vue générale du couvent des Récollets du XVIIe siècle : l’église se développe à droite ; les fondations sont en pierre de Lezennes ; son chœur est trilobé ; le cloitre et les bâtiments conventuels de situent à gauche (Photographie : SAM Tourcoing)

En 1996, le couvent des Récollets a été fouillé (fig. 13). Les bâtiments conventuels et une grande partie de l’église ont été fouillés. Trois fours à briques avaient fonctionné durant leur construction. Dans l’église, se trouvaient quelques caveaux, essentiellement ceux des donateurs. Tourcoing était resté une paroisse unique jusqu’à la Révolution. Le clergé tenait absolument à ce que tous les habitants soient enterrés autour de l’église Saint-Christophe ! On n’ose pas imaginer ce que ça devait être une ville de 10 000 habitants avec un seul cimetière implanté en plein centre (fig. 14). Il y avait, cependant, des dérogations pour les religieux et un cimetière était aménagé dans le cloitre.

Fig. 14 – Vue d’une « sépulture d’urgence » de religieux morts de la peste en 1669 (fouilles du couvent des Récollets) : les corps ont été jetés dans la fosse (Photographie : SAM Tourcoing)

Parmi les sites religieux de Tourcoing, on peut citer également le couvent des Ursulines[23] du XVIIIe siècle. Il a été vendu comme Bien national et acheté par un entrepreneur qui y installe une filature. Celle-ci va se développer sur le site pendant presque un siècle avant de brûler. On n’a pratiquement rien retrouvé de l’établissement d’origine : des fragments de murs inarticulés (fig. 15). Il n’a pas été possible d’en dresser le plan. Par contre, on y a découvert quelques fosses comblées avec une très grande quantité de céramiques et d’objets. Ils témoignent au moins d’une chose : les religieuses n’avaient pas fait vœux de pauvreté ! On y voit des théières, des cafetières, des tasses en porcelaine de Chine, des fioles à parfum… Du cimetière, détruit par la filature, ne subsistent que des ossements déplacés.

Fig. 15 – Vue générale de la fouille du couvent des Ursulines des XVIIIe-XIXe  siècles : le bâtiment est vendu comme Bien national ; une filature s’installe sur son emplacement et en détruit largement les fondations (Photographie : SAM Tourcoing)


Y a-t-il des similitudes entre l’hospice de Tourcoing et celui de Seclin ?

Non ! Ils ne vont pas évoluer au même rythme. Celui de Tourcoing est conçu en 1260 pour accueillir sept chartrières, c’est-à-dire des vieilles femmes. Elles sont toujours sept au XVIIe siècle. Les échevins et le curé font alors appel à une communauté déjà existante, on va chercher des franciscaines à Comines pour créer une nouvelle communauté. Celle-ci garde plus ou moins cette fiction de communauté hospitalière : elle s’occupe de sept vieilles femmes mais chaque fois qu’elles reçoivent une dotation importante, elles vont considérer que c’est pour leur communauté. Le nombre de sept est « énergiquement » augmenté au XVIIIe siècle, passant de sept à huit, c’est dire que la fonction hospitalière est très largement minorée. On n’a pas du tout le même développement qu’à Seclin. Il y a eu quelques petits sondages sur cet hospice, mais très limités : seuls 3 % de la surface de l’hospice ont été fouillés. On a donc une très belle réserve archéologique et du travail pour les successeurs. L’hospice de Tourcoing est en fait un couvent, l’un des rarissimes couvents des XVIIe et XVIIIe siècles de notre région.


4. La transmission du savoir et les publications

Concernant la transmission, est-ce que les Tourquennois ont été attentifs à l’archéologie ?

La transmission du savoir est évidemment importante (fig. 16). Lorsque des fouilles sont réalisées, le public s’y intéresse toujours et au début de ma carrière, je suis souvent intervenu dans les écoles. Mais, aujourd’hui, ma priorité est de publier les données avant mon départ.

Fig. 16 – Enregistrement d’un film consacré à Tourcoing par José Barbieux et Georges Jelski en 1987 (Photographie : SAM Tourcoing)

Est-ce que tu as pu publier au fil des années ?

Malheureusement, avec toutes les activités archéologiques et patrimoniales, le temps a souvent manqué pour publier les résultats. La Revue du Nord a déjà accueilli plusieurs articles et la publication des fouilles de la Grand Place qui date des années 1980 est en train de s’achever. On arrive à la fin de ce travail de publication qui va être très important : ce sera un numéro hors-série de la Revue du Nord.

Est-ce qu’il y a des personnalités du monde de l’archéologie qui t’ont marqué à l’époque ? Ou par la suite durant ta carrière, des mentors ?

Pierre Demolon ! C’est quand même avec lui que j’ai commencé à apprendre le métier et à travailler : il restera un personnage important. Pierre Leman[24], peut-être pour d’autres raisons, est une personnalité remarquable.

Durant toutes ces années à Tourcoing, quelle est la découverte qui t’a le plus marqué ?

Rétrospectivement, ce sont les fouilles de la Grand Place qui ont livré le plus d’informations. Pour la céramique, à l’échelle de la métropole, c’est ce qui va permettre d’affiner les datations entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle. Pour le reste, quand on est sur le terrain, il est toujours agréable de mettre au jour un objet un peu particulier et c’est un plaisir que l’on peut retrouver en post-fouille.

Du côté d’Hornaing (Nord), je peux citer une petite tête en bronze, une attache de ceinture celtique.  À Tourcoing, un trésor ! Mais un trésor de fausse-monnaie. Il s’agit de pièces frappées en 1794 et qui étaient censées être des pièces en argent, mais dans lesquelles il n’y avait pas un gramme d’argent. Peut-être un coup des Anglais ! Un phénomène documenté pendant la Révolution ! Les pièces n’étaient pas forcément en très bon état et d’autres étaient tellement corrodées que je ne sais même pas exactement combien il pouvait y en avoir, tellement l’alliage était instable. On l’a découvert dans une petite fosse bien maçonnée, mais qui n’était pas une latrine ; un autre coup de chance est que c’était associé à un gros ensemble céramique.

Pour finir, selon toi, l’archéologie a-t-elle contribué à enrichir l’histoire de Tourcoing ?

Lorsqu’on travaille sur des périodes récentes, on se doit d’être aussi historien ! Il faut prendre assez de recul pour recontextualiser : les données apportées par la relecture des textes, la découverte de nouveaux textes, les recherches géologiques et les découvertes archéologiques se complètent et les éléments du puzzle s’assemblent ! Ici comme ailleurs, l’essentiel du travail est de transformer la matière archéologique en documentation historique.

 


1 Durant l’hiver 1972-1973, la construction d’un bassin de décantation a permis de localiser un site gallo-romain, en vallée sur la rive droite de l’Escaut.

[2] Alain Jacques a été directeur du Service archéologique de la ville d’Arras (Pas-de-Calais). Il est l’un des pionniers de l’archéologie de la Grande Guerre en France.

[3] Pierre Demolon est l’ancien directeur du Service archéologique de Douai (Nord). Il s’est particulièrement investi pour la défense du rôle des archéologues de collectivités territoriales.

[4] L’église de Flines-lez-Raches (Nord) placée sous le patronage de saint Michel est un assemblage d’éléments médiévaux et modernes. En 1921, l’édifice est classé au titre des monuments historiques.

[5] Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) est situé dans l’arrondissement d’Arras. Le site paléolithique moyen découvert à la fin du mois d’avril 1976 dans l’enceinte d’une usine métallurgique fit l’objet d’une fouille de sauvetage urgent dirigée par Jean-François Piningre, assistant à la Direction des Antiquités préhistoriques du Nord-Pas-de-Calais, puis de fouilles de sauvetage programmé dirigées par Alain Tuffreau, attaché de recherches au CNRS, jusqu’en 1981. Plusieurs niveaux d’occupation riches en mobilier lithique et en faune furent identifiés et deux crânes humains de Néandertaliens anciens furent mis au jour.

[6] Le projet d’arasement de la fonderie de canons du XVIIIe siècle a provoqué une fouille de sauvetage qui s’est déroulée de 1976 à 1981 : elle a permis de mieux connaître les origines de Douai.

[7] Né en 1934, Michel Rouche était professeur émérite d’histoire médiévale à la Sorbonne, spécialiste de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Il a enseigné à l’Université de Lille III, puis à la Sorbonne. 

[8] Alain Plateaux est historien et vice-président des Amis de Tourcoing, chargé de la publication des « Chroniques Tourquennoises ».

[9] Christian Vanneste est un homme politique et essayiste français né à Tourcoing. Il est un ancien membre du RPR, puis de l’UMP, député de la 10ème circonscription du Nord de 1993 à 1997, puis de 2002 à 2012.

[10] Le Centre d’histoire locale de Tourcoing est un musée municipal crée en 1989. Les collections, estimées à environ 20 000 pièces, illustrent l’histoire locale et régionale de l’époque gallo-romaine aux années 1960.

[11] L’église Saint-Christophe a été édifiée au XIIIe siècle, puis restaurée jusqu’au XIXe siècle : en cela, elle est un exemple atypique d’architecture néo-gothique. Elle se situe sur l’une des places principales de Tourcoing. Plus ancien édifice religieux de la ville, elle a plusieurs fois été reconstruite et embellie depuis sa fondation et doit son aspect actuel aux travaux menés par les architectes Charles Leroy et Louis Croïn, entre 1856 et 1895. Elle abrite le quatrième plus grand carillon de France : 62 cloches dont un bourdon de plus de six tonnes. Elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1981.

[12] La Hanse désignait, au Moyen Âge, une association des villes marchandes de l’Europe du Nord autour de la mer du Nord et de la mer Baltique.

[13] Le vervins est un drap de laine.

[14] Paul Delsalle a été professeur d’archivistique à l’Université de Mulhouse, chargé de cours d’archivistique à l’Université de Montréal et maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Besançon. Il est spécialiste des XVIe et XVIIe siècles.

[15] Le molleton était un tissu bon marché : c’est maintenant un tissu de laine ou de coton gratté chaud, doux et moelleux, ressemblant à une flanelle épaisse et que l’on utilise notamment pour doubler les vêtements.

[16] Le terme « broutteux » est une particularité locale tourquennoise désignant ceux qui poussent des brouettes. Il a pour origine le fait que les habitants de Tourcoing, sous l’Ancien Régime, transportaient chez les différents artisans, les laines brutes, les peignés, les filés et allaient au grand marché de Lille une fois par semaine ou par mois pour vendre la laine qu’ils avaient peignée artisanalement dans le bourg. Ce qui amena progressivement les Lillois à désigner les Tourquennois comme les « broutteux ».

[17] Actuellement en plein centre-ville, la Place Roussel est dominée par le beffroi de l’ancienne chambre de commerce. La perte des archives, notamment lors d’incendies, ne permet pas de retrouver les plus anciennes traces des monuments de la ville. La place n’apparaît dans les textes qu’au XVIIIe siècle sous les noms de « Petite Place », « Nouvelle Place », « Place du petit marché » ou « Place du marché au charbon ». Un abreuvoir y est mentionné. Elle est agrandie en 1933 avec la démolition d’un îlot d’habitation. L’intervention archéologique a consisté en l’ouverture de 3 tranchées parallèles. Deux étaient implantées sur l’îlot détruit en 1933, la troisième sur l’ancienne « petite place ». Aucune des 3 tranchées n’a permis de repérer le sol d’origine et toutes ont montré d’importantes perturbations datables de l’époque moderne. Aucun tesson gallo-romain n’a été découvert. Les plus anciens témoignages céramiques sont de la fin du Moyen Âge ou même du XVIe siècle. On peut donc imaginer que ce terrain mal drainé n’a été occupé que tardivement et que cette occupation a commencé par un nettoyage, un arasement suivi d’un apport de remblai.

[18] La catastrophe des Dix-Huit ponts est l’une des catastrophes civiles majeures de Lille. Le 11 janvier 1916, une explosion de la poudrière des Dix-Huit ponts souffla sur tout le quartier des Moulins causant la mort de 104 civils et 30 soldats allemands, avec des retentissements jusqu’à Roubaix. Cette explosion créa un trou béant de 40 m de profondeur sur 150 m de long, un véritable cratère.

[19] La chapellenie est un bénéfice ecclésiastique procuré à un chapelain, ces bénéfices n’exigeant point que les titulaires fussent prêtres, par un acte de fondation effectué par un fidèle des environs, souvent comme clause d’un testament.

[20] La Châtellenie est une circonscription, à la fois administrative et judiciaire, placée sous l’autorité d’un châtelain, du gouverneur d’un château, d’une place forte.

[21] L’intervention en 1987 sur le parking Bienfaisance était une fouille de sauvetage sur un chantier de travaux publics d’un vaste parking souterrain et aérien. Situé le long de la rue Nationale, ce secteur ne correspond plus à l’hyper centre, mais à une zone plus périphérique que l’on ne voit émerger que vers le XVIe siècle.

[22] Une douelle, ou douve, est une pièce en bois de chêne qui forme avec d’autres la paroi des tonneaux.

[23] Le couvent des Ursulines, dont il n’en reste rien et dont on ne possède aucun plan, était à l’origine une maison d’éducation pour jeunes filles fondées en 1697. Il gardera d’ailleurs cette fonction jusqu’en 1792, à la fois internat et externat, pour les jeunes Tourquennoises.

[24] Voir le portrait qui lui a été consacré dans Mémoires d’Archéologues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search