Terra Mater : les sols nourriciers

Les rencontres internationales de Liessies se tiennent à l’Abbaye de Liessies (Nord) les 22 et 23 septembre 2016.

Ces journées se proposent d’insister plus particulièrement sur quelques thèmes pouvant rassembler des contributions tant des historiens, archéologues, géographes, pédologues, mais également écologues et agronomes :

– L’histoire des sols nourriciers, l’histoire des hommes : nourrir plus, mieux nourrir. C’est aussi celle des rendements agricoles et potentialités des sols : un rendement est fait pour être comparé ; la potentialité agronomique se définit selon une production. Comment expliquer les logiques d’assolement ?

– La production des sols : nourriture des hommes, nourriture des animaux, productions non alimentaires. Sous l’angle des modes de production, cela permet de mieux appréhender les pratiques culturales, héritées, réhabilitées, réinventées, notamment celles considérant les sols davantage comme des ressources et un patrimoine (agro-écologie, permaculture, biodynamie, etc.) plutôt que comme « outils » ou simples « supports » ; ce qui n’interdit pas, au contraire, un bilan ou des retours d’expériences sur les techniques hors-sol (hydroponie, etc.). La production des sols peut également être appréhendée au travers de la notion de terroir désignant une certaine combinaison entre conditions agronomiques du milieu local et savoir-faire qui donne ses spécificités à une production, en général alimentaire, et permet de valoriser une certaine typicité des produits de qualité issus du terroir, souvent labellisés et protégés par des appellations (AOC, IGP, etc.).

– Sols et risques, sols nourris, sols pollués : les effets de seuil, de plafonnement, l’évolution de la consommation des intrants (pesticides, insecticides), les pollutions spécifiques aux sols urbains jardinés, ou encore l’érosion des sols en terre de grande culture liée aux pratiques agraires intensives. La question de la définition d’un sol contaminé en fonction des acteurs concernés, celle des référentiels biogéochimiques, les dispositifs juridiques mis en œuvre. Quelles alternatives possibles ? Toute une gamme de possibilités existe aujourd’hui allant jusqu’au non-travail du sol (non-labour, semis direct, etc.).

– Le rôle et l’impact de la proximité du fait urbain (hier, aujourd’hui, demain), des marchés urbains et des circuits commerciaux. On assiste aujourd’hui à une réappropriation de l’enjeu des sols nourriciers qui « produisent » aussi des paysages périurbains et rurbains. Quelles sont les relations qu’entretient la ville avec le sol agricole : domination et dépendance ?

Comité d’organisation :
Corinne Beck, cbeck16@wanadoo.fr
Fabrice Guizard, fguizard@gmail.com
Jacques Heude, Jacques.Heude@univ-valenciennes.fr

Comité scientifique :
Corinne Beck, Professeur d’Histoire et archéologie médiévales, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis
Jérôme Buridant, Professeur de Géographie, Université de Picardie Jules Verne
Marc Galochet, Maître de conférences HDR en Géographie, Université d’Artois
Fabrice Guizard, Maître de conférences en Histoire médiévale, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis
Patrice Herbin, Responsable du service archéologique du Conseil départemental du Nord
Jacques Heude, Maître de conférences en Géographie, Université de Valenciennes et Hainaut-Cambrésis
Marc Suttor, Professeur d’Histoire médiévale, Université d’Artois
Laurent Verslype, Professeur d’Archéologie médiévale, Université catholique de Louvain

Informations complémentaires :
Colloque : Terra Mater : les sols nourriciers, rencontres internationales de Liessies
Dates : 22 et 23 septembre 2016Lieu :
Abbaye de Liessies
Parc départemental


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *