Les vestiges de la périphérie antique de Samarobriva et du château de La Vallée, ZAC Gare-La Vallée, Amiens (Somme)

Cet article a été rédigé par Baptiste Marchand, responsable d’opération, Service Archéologie préventive d’Amiens Métropole.

Introduction

Cette opération archéologique s’inscrit dans la politique de réaménagement urbain de l’ensemble du secteur ZAC Gare-La Vallée qui a permis la réalisation de plusieurs opérations archéologiques depuis 2006, par le biais de diagnostics et de fouilles préventives[1]. L’ancien plateau ferroviaire, situé directement au nord du réseau ferré, entre les rues Legrand d’Aussy et Dejean, est inclus dans ce projet d’aménagement confié à la Société publique locale « Vallée Idéale Développement » et fait l’objet d’investigations archéologiques en plusieurs tranches. Suite aux projets de constructions, notamment l’établissement d’une partie de la future cité administrative, un premier diagnostic de 9000 m² a été prescrit sur la partie la plus occidentale du plateau ferroviaire qui couvre une surface totale de 56000 m². Ce diagnostic a été réalisé par le Service d’Archéologie préventive d’Amiens Métropole (SAAM) en janvier-février 2019 sous la responsabilité de Josabeth Millereux-Le Bechennec. Lors de cette opération, des vestiges des périodes antique et moderne ont été mis au jour, motivant la prescription d’une fouille sur une surface de 6740 m² répartie sur deux zones, en raison de l’accès et de la présence d’un réseau dont la viabilité devait être préservée[2]. En raison de différentes contraintes, cette opération a été réalisée en plusieurs temps. La première zone prescrite, au sud-ouest du plateau ferroviaire, représente une surface d’environ 300 m² et a été fouillée en juillet puis en septembre 2020. La fouille de la zone 2, se développant au nord de la première, sur une surface d’un peu plus de 6200 m², a été menée de mi-février à avril 2021. Un sondage complémentaire entre les deux zones de fouilles a été réalisé en juin 2021 par J. Millereux – Le Bechennec[3] (Fig. A).


Le contexte à l’échelle de Samarobriva

A l’échelle de la topographie de la ville, la fouille se situe entre l’Avre au nord et la voie Amiens-Saint-Quentin / Amiens-Soissons au sud, soit à la périphérie orientale de la trame urbaine du Haut Empire, au sein de l’insula X3, sise à l’est du cardo IX, et entre les decumanii 3 et 4 (C, Fig. B). Les marqueurs  d’une occupation dans la première moitié du Ier siècle se manifestent par la présence d’un parcellaire qui disparait à partir des années 70/80 de notre ère, avec la mise en place d’un très vaste ensemble de bâtiments aux dimensions et modes de constructions standardisés[4]. Caractérisés à l’issue des premières opérations comme des horrea [5], leur interprétation reste ouverte aux débats[6].
Cet ensemble se développe également au nord du decumanus 3 qui suit l’agencement des bâtiments[7].

Fig. B : Contexte antique de la vile d’Amiens. © SAAM


A cette phase qui se termine par un incendie observé sur l’ensemble de l’occupation, succède au premier quart du IIe siècle, l’édification d’un théâtre dont le fonctionnement s’étend jusqu’au milieu du IIIe siècle. Après l’édification du castrum au Bas Empire (fin IIIe – début IVe siècle), le secteur se situe à environ 1 km à l’est de l’enceinte urbaine et accueille une zone de dépotoirs sur la partie nord en direction du bras de l’Avre (à partir du IIIe siècle), ainsi qu’une nécropole jusqu’au Ve siècle[8] (Fig.C).

Fig. C : Restitution et projection des vestiges antiques mis au jour sur le quartier de La Vallée


Les vestiges antiques



Des tronçons de fossés présentant le même alignement que le parcellaire de la première moitié du Ier siècle ont été mis au jour dans la partie occidentale de l’emprise de la zone 2 et répondent de l’extension vers le nord-est de celui-ci (1, Fig.A). De même, l’occupation qui se met en place dans le second quart du Ier siècle, apparait comme se poursuivant plus à l’est de la ville, avec la présence de structures bâties matérialisées notamment par 24 plots de fondation repérés en zone 1. Ceux-ci s’organisent selon la même orientation que les bâtiments mis au jour lors des opérations précédentes[9]. Ces plots de craie damée, qui supportent des dés en calcaire dolomitique, dont neuf étaient encore en place lors de la fouille, se répartissent selon deux organisations distinctes. On recense ainsi un alignement nord-nord-est/sud-sud-ouest observé sur 20 m de long, dont les plus méridionaux supportaient des sablières basses, traduisant la présence potentielle d’un bâtiment, mis au jour sur un peu moins de 40 m² dans la partie sud-ouest de l’emprise (2, Fig.A). Une seconde organisation se dessine avec une concentration de 13 plots répartis en trois travées sur une surface observée de 50 m², à 5 m à l’est de l’alignement précédemment cité (3, Fig.A). Un niveau d’incendie observé en plusieurs endroits de la partie ouest de l’emprise scelle cette phase d’occupation, s’inscrivant de manière analogue dans l’interprétation déduite des découvertes antérieures[10].


L’angle nord-est du théâtre du IIe siècle a pu être mis en évidence par le biais des fondations du mur extérieur de la partie orientale de la cavea et de celui de la façade (4, Fig.A), permettant de restituer la longueur de celle-ci à 450 pieds romains, soit environ 132 m en élévation. Le dégagement de cette semelle de fondation en craie damée sur une longueur totale d’un peu moins de 15 m n’a cependant laissé apparaître que de rares reliquats de maçonneries, l’essentiel de l’appareillage ayant été récupéré. La semelle calcaire, large d’1,90 m et épaisse de 0,60 m, est implantée par le creusement d’une tranchée aveugle. Elle supportait un appareil large d’1 m pour lequel des niveaux de travail, matérialisés par la présence de déchets de taille, ont pu être observés. Contrairement à ce qui avait pu être observé au niveau de l’angle nord-ouest de l’édifice[11], le mur sud de la basilique, aligné sur celui du parascaenium oriental n’a pas été mis en évidence à l’endroit prévu par la projection planifiée du monument, alors que la fouille de 2018 avait permis le dégagement de celui-ci à l’emplacement attendu[12] (Fig.C). Ce constat laisse ainsi apparaitre une asymétrie de l’ensemble monumental à cet endroit de la jonction avec la cavea.


Un niveau de circulation observé dans la partie sud-ouest de la zone 2, et constitué principalement de petits silex pris dans une matrice limoneuse, pourrait constituer un tronçon de l’esplanade bordant les extérieurs du théâtre mis au jour lors de la fouille de l’ilot de la Boucherie en 2006[13] (Fig.C). Celui-ci a été dégagé sur une surface d’environ 80 m² à environ 30 m au nord de l’angle nord-est du théâtre (5, Fig.A). L’extension de cette possible esplanade vers le sud a par ailleurs pu être observée lors du sondage complémentaire réalisé entre les deux zones de fouilles,  le niveau de circulation s’interrompant à environ 15 m au nord de la façade, de par la présence de plusieurs fossés modernes[14]. Deux sépultures ne contenant aucun mobilier ont été mises au jour sur la zone 2, l’une reposant sur le niveau de cailloutis de cet espace de circulation et l’autre le traversant, de même qu’une troisième, lors de la réalisation du sondage complémentaire entre les zones 1 et 2.
Ces inhumations font écho aux deux sépultures recensées entre la scena et le parascaenium oriental du théâtre lors de la fouille de 2018[15], en périphérie immédiate de la nécropole mise au jour en 2006[16](Fig.C).

Scellant le parcellaire de la première moitié du Ier siècle et le probable  niveau de circulation de l’esplanade au-devant du théâtre, des niveaux de dépotoirs pouvant s’accumuler jusqu’à environ 1 m d’épaisseur ont été repérés sur l’ensemble de la partie occidentale de l’emprise de fouille de la zone 2. La progressive diminution de l’accumulation puis la disparition de ces niveaux à cet endroit permettent de déduire qu’il s’agit ici de l’extension maximale des activités urbaines sur ce secteur de la ville antique.


Le contexte médiéval et moderne

Entre l’abandon du secteur à la fin de l’Antiquité tardive, et les premiers marqueurs de son réinvestissement à la fin du Moyen Âge, un hiatus d’environ mille ans s’observe par l’absence de vestiges. Seules des fréquentations au cours de cet intervalle sont suggérées pour le Haut Moyen Âge, par la présence de rares éléments mobiliers[17]. La stratigraphie observée pour cette phase met en évidence une couverture végétale épaisse d’environ 1 m en moyenne qui laisse entendre la mise en culture ou en pâture du terrain, régulièrement entaillé par des rieux. Des prélèvements à visée d’étude géomorphologique et palynologique ont été effectués lors de la fouille afin de recueillir des éléments susceptibles d’apporter des réponses quant au contexte environnemental médiéval.

Depuis au moins le XIVe siècle, le site se place dans la mouvance épiscopale de la périphérie est d’Amiens et est occupé par les religieux de Saint-Martin-aux-Jumeaux[18], avant d’être directement géré par l’évêque, lorsque celui-ci devient abbé commendataire de l’établissement en 1564[19]. Ces terres se rassemblent alors au sein du fief d’Hardiville[20], se situant dans la partie nord du faubourg de Noyon.
Ce secteur de la périphérie extérieure orientale de la ville au sud de l’Avre se partage alors principalement entre deux entités religieuses que sont l’Evêché et l’abbaye de Saint-Acheul. L’Evêché possède la portion occidentale de ce secteur attenant à l’enceinte de la cité, dont une bonne partie est concédée en tenure à l’Hôtel-Dieu d’Amiens et à l’abbaye de Saint-Martin-aux-Jumeaux[21]. Jusqu’à l’édification du rempart du Bas Moyen Âge, on accède à ce fief depuis la ville en traversant la porte Saint-Michel, en suivant le chemin qui porte le nom du fief à hauteur du faubourg Saint-Michel (aujourd’hui rue Gloriette), puis qui devient chemin de Noyon. Après l’achèvement du rempart des XIVe-XVe siècles et l’intégration intra muros de ladite paroisse, l’accès depuis la ville se fait par le franchissement de la porte de Noyon, située à environ 200 m au sud du chemin d’Hardiville. Dans cette partie nord de l’ancien faubourg de Noyon et en approche du fond de vallée de la Somme, l’espace exploité était vraisemblablement dévolu aux activités agro-pastorales et/ou maraichères. Plus au sud, en remontant sur le versant, étaient implantées des vignes dont plusieurs étaient propriété de l’Hôtel-Dieu[22].

Au début du XVIe siècle,  le cens relevant du fief d’Hardiville revient à l’Hôtel-Dieu par don de l’Evêque. C’est ainsi que le registre des comptes de l’établissement hospitalier de l’année 1524-1525[23], mentionne comme tenancier Jean Le Caron, seigneur de Bouillancourt[24],  « receveur de tailles pour le Roy, en l’Ellection de cette vile d’Amyens, pour sa maison et ses terres en la Valée de misère, tenant d’un costé et d’un bout au prez de Saint-Martin-aux-Jumeaulx »[25]. La « Vallée de misère », sur laquelle s’étend le fief d’Hardiville, prend le nom de « La Vallée de Noyon » ou simplement « La Vallée », à partir de la fin du XVIIIe[26]. Cette propriété seigneuriale est, jusqu’à sa vente comme bien national en 1816, occupée successivement par deux familles : les Sacqépées de Selincourt[27], héritiers de Jean Le Caron, puis les Lequieu de Moyenneville[28], depuis 1633[29], après mariage avec l’héritière des Sacqépées. Ce fief, qui s’est notamment étendu par acquisition des terrains environnants en 1697[30] et 1707[31], comprend alors un château, agrémenté d’allées et de jardins, ainsi qu’une ferme régissant les terres d’exploitation, qui se développent au nord en direction du bras de l’Avre, confluent de la Somme, et au nord-est jusqu’au fossé de la ville et la porte de la Barette.

Le 30 avril 1816, la propriété est vendue comme bien national à François Casimir d’Hangest[32].L’accroissement démographique, en lien avec la révolution industrielle, contribue au lotissement de la partie nord du faubourg de Noyon, qui se constitue plus au sud depuis la fin du XVe siècle[33], et accueillant à partir du milieu du XIXe siècle la Société des Chemins de fer du Nord. Cette dernière rachète progressivement la propriété, en commençant par les jardins au sud et par l’est pour y implanter le réseau ferré à partir de 1844[34], puis achète le reste du domaine dont le manoir et la ferme, en 1855[35]. Sur ces terrains s’implantent alors le débarcadère et les halles, destinés notamment à la transition entre les frets ferroviaire et routier.

Les vestiges du château de la Vallée


Les vestiges mis au jour lors de la fouille de 2021 s’organisent principalement selon la dernière configuration de la résidence nobiliaire, telle qu’elle est représentée sur les plans anciens à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle[36]. Ils recensent un logis seigneurial, partiellement dégagé, puisque seule l’aile nord et la partie nord du corps principal ont pu être mises au jour sur l’emprise prescrite. Directement au nord du logis se développe une ferme composée de dépendances, dont les trois principales enserrent une cour d’environ 500 m² (6, Fig.A), au sein de laquelle se dresse un pigeonnier d’un diamètre de 7 mètres (7, Fig.A). Ces dépendances s’étendent sur une surface d’environ 530 m². Les niveaux des sols de ces bâtiments ayant quasiment tous disparus, excepté pour le bâtiment à l’ouest qui avait pu être bien documenté au diagnostic, seuls quelques reliquats d’aménagement et de partitionnement ont pu y être appréhendés.
On recense également deux bâtiments aux dimensions plus restreintes se déployant à l’est de cet ensemble (25 et 70 m² environ) (8, Fig.A). L’un est accolé à la grande dépendance est, l’autre se détache de l’ensemble et s’aligne sur l’orientation du logis et du portail orientale de la cour de ferme, matérialisé par deux massifs en appareil calcaire. Leurs maçonneries indiquent par ailleurs une phase de construction plus récente, tant par le module des briques que par le mortier employés.



Ces deux espaces sont séparés par une clôture qui s’oriente selon le logis, dans le prolongement de la façade nord de l’aile nord, repérée lors de la fouille sur une longueur de plus de 40 m (9, Fig.A). Celle-ci est quasi exclusivement appareillée en moellons romains, très certainement récupérés sur les vestiges du théâtre antique. Côté ferme et terres d’exploitation, un bâtiment étroit s’appuie sur la clôture, sans doute destiné à l’accueil de bétail. Côté haute cour, un collecteur ou citerne maçonnée a été dégagé le long de ce même mur, et un long tronçon de l’allée nord joignant l’entrée à la façade du corps principal en bordant l’aile nord au sud a été mis au jour sur environ 35 m (10, Fig.A).

Le logis seigneurial, appareillé de pierres de taille et de briques, n’a pu être que partiellement dégagé, puisque la majeure partie du corps principal et l’ensemble de l’aile sud se situe hors emprise (11, Fig.A). L’aile nord a cependant entièrement pu être mise au jour, présentant une longueur de 35 m pour une largeur de 6 m, soit 210 m². Sept pièces y ont été aménagées, dont un couloir permettant un accès à la basse-cour. Parmi les aménagements conservés on recense notamment deux cheminées. Le revêtement de sol constitué de tomettes a pu être observé de manière ténue dans deux des pièces de ce bâtiment de plain-pied.


Le corps de logis n’a pu être dégagé que sur une surface d’un peu moins de 50 m² et n’a pu être abordé que par la présence de son sous-sol, d’une largeur interne de 7 m, le rez-de-jardin, surélevé par rapport aux ailes, ayant disparu (Fig.D). Par le plan cadastral de 1852[37], nous savons cependant que ce corps de logis s’étend sur une longueur de 20 m, soit une estimation d’environ 160 m² (Fig.E).


Deux aménagements ont été mis au jour dans l’épaisseur des maçonneries des façades avant et arrière du corps principal dont l’un a notamment livré dans son comblement un sabre d’officier. Concernant le sous-sol, ses maçonneries ont également fait l’objet d’une importante récupération, notamment les parements internes, laissant apparaître le blocage se confondant avec le tas de charge de la voûte en brique, dont le départ était préservé à la base du mur oriental. Les témoins d’un état antérieur ont également été mis au jour. Ceux-ci se matérialisent principalement autour de tranchées de récupération et reliquats de murs formant une organisation à l’orientation légèrement différente du reste des ensembles bâtis, et de niveaux de sols partiellement conservés à l’intérieur d’un possible petit bâtiment d’environ 60 m², s’appuyant dans l’angle d’un mur de clôture (12, Fig.A). Les quelques reliquats de maçonneries de ce bâtiment présentent un appareillage différent de celui observé sur les autres structures maçonnées .Vraisemblablement associée à cette phase d’occupation, une excavation d’environ 50 m ², avec un accès par le nord, et répondant à la même orientation que les autres vestiges lui étant associables, a également pu être fouillée au niveau de l’extrémité orientale de l’aile nord du logis (13, Fig.A).

Conclusion

De manière générale, la fouille a permis pour la période antique, la mise en évidence des limites orientales de Samarobriva sur ce secteur, par l’observation de la disparition d’aménagements et niveaux liés à l’occupation urbaine et ses marges, au-delà d’une limite qui correspond à un peu moins de la moitié de l’emprise occidentale de la zone 2 de la fouille. Ces éléments se caractérisent notamment par la présence de niveaux de dépotoirs, exhaussant par ailleurs ce secteur en contexte humide. Le site retenu pour l’emplacement du théâtre le traduit également puisque pour bon nombre d’agglomérations antiques, la situation de leur théâtre en périphérie de la trame urbaine est avérée. De même, la présence éparse de tombes en lien vraisemblable avec la nécropole[38], située à une centaine de mètres à l’ouest, renvoie à un autre marqueur traditionnel des contextes d’occupations périphériques.
Concernant les vestiges du château de la Vallée, la fouille a permis la mise au jour des entités bâties composant la propriété tant dans sa partie fonctionnelle d’exploitation  que résidentielle, même si la majeure partie de ses composantes (corps principal et aile sud) se déploie hors emprise, vers le sud. Si la destruction des derniers éléments du château encore en élévation en 1855, puis la mise en place des épais remblais permettant de constituer le plateau ferroviaire, ont altéré de manière conséquente la conservation des vestiges et interdisent pour certains bâtiments d’aller plus loin que leur simple reconnaissance (dépendance est par exemple), les témoins d’une phase d’occupation du manoir seigneurial antérieure à celle qui se met en place vraisemblablement au tournant de la fin du XVII– début du XVIIIe siècle, ont cependant pu être mis au jour. Ces derniers pourraient correspondre à l’état initial de la résidence nobiliaire, qui, au regard, pour l’heure sommaire des quelques sources écrites, et en l’attente d’éléments chronologiques apportés par les travaux de post-fouille, s’inscrit probablement dans le courant du XVIe siècle.

 

BIBLIOGRAPHIE

Sources

-Archives municipales et communautaires :

          – 4Q2 3933. Acte de mutation du 13 juillet 1855.

-Bibliothèques d’Amiens Métropole :

          – PA 12. G. Fontaine, Plan de la Ville d’Amiens levé géométriquement.
          – Fonds Charles Pinsard. Ms 1369 E,  Recherches sur le fief de La Vallée.

– Archives Départementales de la Somme :

          – Collection des inventaires sommaires des Archives départementales antérieures à 1790, publiée sous la direction du ministère de l’Instruction Publique, première partie, Archives civiles. 4e volume, Série E.

          – Plan du cadastre napoléonien – Atlas cantonal – Amiens : Vallée (La). 3P1162.

Instrument de recherche :

-DE WITASSE 1902 : Gaëtan DE WITASSE, Géographie historique du département de la Somme, Etat religieux, admnistratif et féodal, des Communes et de leurs dépendances, tome 1, Abbeville, 1902.

-PICHON 2009 : Blaise PICHON, Amiens. 80/1, Carte archéolo­gique de la Gaule, Paris, 2009.

Rapports archéologiques :

BINET 2011 : Eric BINET, Rue Paul Tellier, rive nord, Amiens, Somme, rapport de fouilles, Inrap NP, 2011.

BINET 2014 : Eric BINET, « Îlot Boulogne », Amiens, Somme, rapport de diagnostic, SAAM, 2014.

BINET 2021 : Eric BINET, « Îlot de la Boucherie », Amiens, Somme, rapport de fouilles, Inrap HDF, 2021.

MILLEREUX LE BECHENNEC 2019 : Josabeth MILLEREUX LE BECHENNEC, ZAC Gare La Vallée – Plateau ferroviaire (phase 1), Amiens, Somme, rapport de diagnostic, SAAM, 2021.

MILLEREUX LE BECHENNEC 2021 : Josabeth MILLEREUX LE BECHENNEC, Rue Legrand d’Aussy, ZAC Gare La Vallée, Amiens, Somme, rapport de fouilles, SAAM, 2021, 2 vol.

MILLEREUX LE BECHENNEC 2021 : Josabeth MILLEREUX LE BECHENNEC, ZAC Gare La Vallée – Plateau ferroviaire (phase 2), Amiens, Somme, rapport de diagnostic, SAAM, 2021.

Travaux :

BEGHIN 2016 : Mathieu BEGHIN, Organisation et développe­ment du territoire aux abords d’une cité : Amiens et ses faubourgs (1059 – 1520), Thèse de 3ème cycle, Uni­versité de Picardie Jules Verne, 2016, 3 vol.

——————————–

[1] Fouilles et diagnostics  d’E. Binet : Rue Paul Tellier, rive nord, Amiens, Somme, rapport de fouilles, Inrap NP, 2011 (BINET 2011) ; « Îlot Boulogne », Amiens, Somme, rapport de diagnostic, SAAM, 2014 (BINET 2014) ; « Îlot de la Boucherie », Amiens, Somme, rapport de fouilles, Inrap HDF, 2021, 4 vol. (BINET 2021). Fouille de J. Millereux-Le Bechennec : Rue Legrand d’Aussy, ZAC Gare La Vallée, Amiens, Somme, rapport de fouilles, SAAM, 2021, 2 vol. (MILLEREUX LE BECHENNEC 2021a).

[2] Réserve incendie de la Halle Freyssinet.

[3] J. Millereux – Le Bechennec, ZAC Gare La Vallée – Plateau ferroviaire (phase 2), Amiens, Somme, rapport de diagnostic, SAAM, 2021 (MILLEREUX LE BECHENNEC 2021b).

[4] Représentant une surface interne aux bâtiments d’environ 7000m² en prenant en compte les vestiges des opérations citées ci-dessus.

[5] BINET 2011, 2014, 2021.

[6] B. Pichon, Amiens. 80/1, Carte archéolo­gique de la Gaule, Paris, 2009 ;  M. Reddé, Gallia rustica 2. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive, 2019 ; MILLEREUX LE BECHENNEC 2021a.

[7] BINET 2014.

[8] BINET 2021.

[9] BINET 2011, 2014, 2021 ; MILLEREUX-LE BECHENNEC 2021a.

[10]  Ibid.

[11] BINET 2021.

[12] MILLEREUX LE BECHENNEC 2021a.

[13] BINET 2021.

[14] MILLEREUX LE BECHENNEC 2021b.

[15] Datations en cours. MILLEREUX LE BECHENNEC 2021a.

[16] BINET 2021.

[17]  MILLEREUX LE BECHENNEC 2019, LE BECHENNEC 2021b

[18] G. De Witasse, Géographie historique du département de la Somme, Etat religieux, admnistratif et féodal, des Communes et de leurs dépendances, tome 1, Abbeville, 1902.

[19] C. Pinsard, Recherches sur le fief de La Vallée, Ms1369E (PINSARD Ms1369E).

[20] On recense également dans différentes chartes les toponymes « Hardeville », « Hardivillier » ou encore « La Vallée-ès-Hardiville ».

[21] Sur le cadastre napoléonien de l’Atlas cantonal de 1813, plusieurs toponymes sis autour du fief de la Vallée apparaissent toujours avec le vocable de Saint-Martin, témoins de l’ancienne présence des chanoines : « La Vallée Champ de St-Martin » à l’est, « Petite ruelle St-Martin » au sud, « Le Champ St-Martin » au sud-est. ADS, 3P1162, section O.

[22] M. Beghin, Organisation et développe­ment du territoire aux abords d’une cité : Amiens et ses faubourgs (1509 – 1520), Thèse de 3ème cycle, Uni­versité de Picardie Jules Verne, 2016, 3 vol. (BEGHIN 2016).

[23] ADS, Collection des inventaires sommaires des Archives départementales antérieures à 1790, publiée sous la direction du ministère de l’Instruction Publique, première partie, Archives civiles. 4e volume, Série E.

[24] Localité à environ 8 km à l’ouest d’Abbeville.

[25] PINSARD Ms1369E.

[26] Ibid.

[27] Localité située entre les vallées de la Bresle et de la Somme, à un peu moins de 30 km à l’ouest d’Amiens.

[28] Localité à environ 6 km à l’ouest d’Abbeville.

[29] PINSARD Ms1369E.

[30] « […] de dix journaux plus ou moins situés sur le port de noyon et le baret [La Barette] y compris cinq journaux allant vers Saint-Acheul », PINSARD Ms1369E.

[31] « Monseigneur Sabatier, notre évêque, ayant vendu en 1707 audit seigneur de Moyenneville la cense de saint Nicolas, scituée entre la maison dudit seigneur de Moyenneville et les prés de la commune du Pinceau appartenante audit évêque en qualité d’abbé commandataire de Saint-Martin-aux-Jumeaux […] ledit sieur de Moyenneville fit entièrement détruire la maison de ladite cense et fit labourer  les terres contigues qu’il joignit à celle qu’il luy appartenoient », L. Douchet, Manuscrits de Pagès, marchand d’Amiens, écrits à la fin du 17 e siècle et au commencement du 18e siècle, sur Amiens et la Picardie, Amiens, 1856-1864,  6 vol. Tome III, La promenade du rampart, ou entretiens sur la ville d’Amiens, avec des remarques historiques sur les Villes situées sur la Somme et sur les rivières qui s’y déchargent, 1858 (DOUCHET 1858).

[32] PINSARD Ms1369E.

[33] BEGHIN 2016.

[34] DOUCHET 1858.

[35] « […] le château de la Vallée avec les bâtiments accessoires, jardins, potagers et d’agrément, cour, basse cour et toutes les dépendances occupant une surface d’environ deux hectares de terrain […] », AM, 4Q2 3933.

[36] Le premier plan dont nous disposons figurant cet état est le Plan de la Ville d’Amiens levé géométriquement 1760 de
G. Fontaine, BAM, PA 12.

[37] ADS, Plan du cadastre napoléonien – Amiens : Faubourg de Noyon (Le), B6, 3P1519/7, 1852.

[38] En l’attente de confirmation par datations céramologiques et C14.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bravo au service d’Amiens Métropole pour cette notice très complète sur cette belle opération urbaine. Très beaux clichés drone par ailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search