Publication : Profession : Archéologue ? La place de l’archéologie dans le corps social

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette huitième et dernière publication est consacrée au quatrième thème de la troisième session de cette journée qui porte sur « La place de l’archéologie dans le corps social ».

Cette séance consacrée à la place de l’archéologie dans le corps social a également été présidée par Olivier BLAMANGIN, Archéologue et responsable d’opérations à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Résumé l’intervention à visionner : 

  • Hugues BONNEFON, Sciences Po – ENS Paris-Saclay,
    Le patrimoine en rançon. La mise en marché des fouilles préventives comme énigme pour la sociologie économique (à 0’02 mn, durée : 12’26 mn)

On le sait, ce n’est qu’en 2001 que la loi relative à l’archéologie préventive conforte le pouvoir des services déconcentrés du ministère de la Culture d’imposer des fouilles archéologiques à la charge des maîtres d’ouvrages avant le début des travaux. D’abord confiée à un établissement public administratif, la réalisation des fouilles est quant à elle ouverte dès 2003 à la concurrence de services archéologiques de collectivité et d’entreprises privées agréées. Dès lors, la fouille relève d’une prestation conclue entre l’aménageur et un opérateur d’archéologie.
Ce recours à un mécanisme marchand dans la mise en œuvre de l’archéologie préventive interpelle et se pose comme une énigme pour la sociologie économique. Trois propriétés se dégagent : l’acheteur n’en veut pas ; la fouille et la conception des devis reposent sur la maîtrise de savoirs ésotériques ; mais l’adéquation des moyens pourvus à la réalité des découvertes demeure incertaine en amont du chantier. Il en résulte un agencement marchand (Callon, 2017) ambivalent et contre-intuitif, relevant de l’achat forcé pour le maître d’ouvrage, mais où la concurrence ne vient pas seulement minimiser un prix, mais aussi minimiser l’ampleur de la mesure compensatoire prescrite. Notre intention est de comprendre quelles formes prend la mise en marché des fouilles et comment la relation entre aménageur et opérateur détermine les contours et l’ampleur d’une fouille archéologique. Qui, de l’aménageur ou de l’opérateur, fournit le plus d’effort pour s’aligner avec les enjeux de l’autre ?
Les agencements marchands (Callon, 2017) de fouilles sont décrits dans les deux régions comparées à partir d’entretiens avec des maîtres d’ouvrages, des directions d’opérateurs d’archéologie, et les prescripteurs du ministère de la Culture. Une attention aux cas de fouilles a polarisé l’enquête autour de nœuds croisant différents points de vue au sujet de mêmeschantiers.

 

Aménageurs

Opérateurs d’archéologie

Ministère de la Culture

Total

Région A

8

17

6

31

Région B

10

9

3

22

Contrôle

4

6

1

11

Total

22

32

10

64

Les entretiens ne sont donc pas flottants, mais aussi souvent que possible croisés avec des documents techniques et administratifs relatifs à la conception du projet, aux prescriptions de la DRAC ou à la passation du marché : règlement de consultation, avis d’attribution ou délibérations municipales lorsque l’aménageur est une collectivité. Ce matériau fournit des indices sur les manières qu’ont les aménageurs de se représenter, de cadrer et d’évaluer les vestiges et les prestations proposées.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search