Publication : Profession : archéologue ? Conditions de travail et organisation du travail de l’archéologue

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette septième publication est consacrée au troisième thème de la troisième session de cette journée qui porte sur « Les conditions de travail et organisation du travail de l’archéologue ».

Cette séance consacrée aux conditions de travail et d’organisation du travail de l’archéologie a été présidée par Olivier BLAMANGIN, Archéologue et responsable d’opérations à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Résumé des trois interventions à visionner : 

  • Collectif GAEl-Île-de-France (Groupe archéologues en lutte),
    Une observation inédite des jeunes cohortes de l’archéologie et du groupe professionnel dans son ensemble (à 0’45 mn, durée : 19’25 mn)

Entre le 11 mai et le 6 juillet 2020, 1670 personnes ont répondu à l’enquête « Emploi et précarité en archéologie » diffusée par le GAEL, ce qui représente une part substantielle d’un groupe professionnel dont les effectifs seraient compris entre 4000 et 5000 personnes en France.
Du fait du mode de passation, cet échantillon spontané ne représente pas parfaitement la distribution réelle des effectifs de l’archéologie française en termes d’âge, de statut d’emploi, d’activité, de rattachements institutionnels ou de provenance géographique. Mais ce biais se révèle en fait la force de cette enquête puisque les jeunes cohortes d’archéologues sans emploi pérenne y ont massivement répondu. On observe là un phénomène précisément inverse à celui usuellement enregistré dans les enquêtes par questionnaire1. Ces nouvelles données nous donnent à voir avec une résolution inédite une population d’archéologues jusque-là mal connue et insaisissable par les recensements des personnels permanents de l’archéologie. Elles viennent combler un vide et compléter un puzzle.
Bien qu’en moindre proportion, les archéologues plus âgés, titulaires d’emplois pérennes dans le préventif ou le milieu académique, ont également bien répondu à l’enquête2. Ces effectifs honorables nous permettent d’élargir nos analyses au champ de l’archéologie sans nous restreindre à la description de la condition des jeunes archéologues précaires.
Parmi les nombreux résultats que nous pouvons tirer de ces données détaillées, nous proposons un état des lieux de l’emploi en archéologie. Il apparaît que :
– Les périodes d’emploi précaires avant un premier CDI sont longues et systématiques. Elles tendent à s’allonger un peu, mais ont toujours été importantes, au moins depuis le début des années 1990. L’obtention d’un emploi pérenne a plutôt un effet cliquet, rares sont ceux qui reviennent ensuite à des formes d’emploi temporaires.
– Les faibles niveaux de diplôme se raréfient, mais le niveau Bac+5 a toujours été le niveau d’étude de référence pour entrer dans la profession. Il y a aussi un petit effet du diplôme sur le revenu.
– Les archéologues non établis connaissent en moyenne quatre mois de chômage au cours des deux ans qui précèdent l’enquête. La durée des contrats varie assez nettement d’un secteur où d’un type de structure à l’autre. La description fine des formes de précarité en archéologie permet de distinguer trois types de rapport à l’emploi des jeunes cohortes : sporadique, fragmenté et posé à moyen terme.
– Les appartenances sectorielles recouvrent largement un clivage générationnel, mais les plus jeunes cohortes naviguent de plus en plus entre structures publiques et privées, ce qui abolie pour elles l’expérience d’une frontière sectorielle

 

  • Séverine HURARD, Pierre POUENAT, SGPA-CGT,
    Solidarités, affirmations et séparations de corps : l’archéologue et l’archéologie face à la crise de croissance (à 20’43 mn, durée : 25’31 mn)

L’archéologie préventive, domaine relativement jeune, a déjà vécu plusieurs crises et transformations qui ont, en quelques décennies seulement, affecté les organisations du travail et trop souvent le sens des missions.
Cette communication propose un examen des effets de la professionnalisation de l’archéologie sur la transformation des organisations et des conditions de travail.
Il s’agit d’interroger la nature et les effets des contraintes exercées sur le corps de l’archéologue comme sur celui de l’archéologie par une organisation progressivement structurée et réglementée. De l’examen de la notion de corps découle plusieurs échelles d’analyses successives :
– L’identification des stigmates laissés par le métier sur le corps de l’archéologue et l’évolution des questions relatives à la protection, à la santé et à la sécurité du corps.
– La notion de corps constitué comme communauté et celle des identités d’un ensemble organisé et régi par des statuts et des réglementations. Un corps construit par la lutte et la mobilisation des acteurs pour l’affirmation d’une indispensable préservation du patrimoine archéologique.
– L’impact d’une codification, normalisation des organisations du travail et des chaînes opératoires sur la cohésion du corps de métier dont on pourra interroger l’unité au regard de la division du travail, de la spécialisation et de la diversification des missions et des tâches, entravant parfois la cohésion du corps et son fonctionnement.
– La place de l’archéologie dans le corps social : ses apports et ses discours dans le concert des sciences sociales, mais aussi l’articulation de ses apports scientifiques dans une compréhension des sociétés anciennes et dans un éclairage des enjeux contemporains.
L’examen, en partie rétrospectif, doit permettre de dégager un discours critique sur les effets de tensions et de libérations inhérents à la structuration de la discipline préventive.

 

  • Section PACA du SGPA-CGT,
    La diversification des tâches en archéologie : bilan de vingt ans d’expérience (à 46’23 mn, durée : 20’23 mn) 

La diversification des tâches, le « 75/25 » (un technicien doit pouvoir participer à l’étude pour au moins un quart de son temps), la mécanisation, sont des revendications syndicales bien actuelles visant à réduire la pénibilité du travail et prévenir les troubles musculo-squelettiques qui, du fait de la cédéisation du personnel et de l’enchaînement des chantiers, mettent en péril la viabilité même de l’Institut.
Dès 2001, ce modèle d’organisation de la fouille a été appliqué sur le chantier de l’Alcazar à Marseille, une opération d’une année avec une quarantaine d’agents. Le souci n’était pas seulement le mieux-être physique et mais aussi psychologique des agents en redonnant à tous les intervenants un goût, un sens au métier, permettant ainsi aux techniciens de se percevoir autrement que comme des terrassiers et de soulager les responsables qui croulent sous la masse d’informations. Depuis, au prix de négociations récurrentes avec notre direction et les services de l’Etat, cette organisation collective prévaut sur tous les chantiers en PACA, fouilles comme diagnostics.
Vingt ans plus tard, l’heure est au bilan. Quels résultats en matière de santé, d’investissement dans le travail, d’efficacité, de qualité scientifique ? C’est cette question que nous nous proposons d’aborder ici.

—————

1 À noter toutefois que les répondants partiels, i.e. ceux qui arrêtent de compléter le formulaire en cours deroute, semblent être les plus jeunes les moins établis dans l’emploi stable.

2 Un archéologue de l’Inrap sur 5,27 et 1/7 agent des services archéologiques du ministère de la Culture ont répondu à l’enquête. Le questionnaire capterait environ 3 archéologues du privé sur 10, et une mêmeproportion d’archéologues de collectivité.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search