Publication : Profession : Archéologue ? Les traces de l’archéologue

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette cinquième publication est consacrée au premier thème de la troisième session de cette journée qui porte sur « Les traces de l’archéologue ».

Cette session consacrée aux traces de l’archéologue a été présidée par Pascal DEPAEPE, Directeur scientifique et technique de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Résumé des trois interventions à visionner : 

  • Sylvie LE CLECH, Inspectrice des patrimoines, collège archives, Murielle LEROY, Inspectrice des patrimoines, collège archéologie, Ministère de la culture – Délégation à l’inspection, à la recherche et à l’innovation,
    Fouiller est-il aussi archiver ? (à 0’48 mn, durée : 21’49)

Suite à une mission commune sur la conservation et l’accessibilité de la documentation archéologique (archives de fouilles), les deux auteurs, une archiviste et une archéologue, inspectrices des patrimoines, souhaitent ici interroger la relation de l’archéologue aux archives. Ce questionnement s’articule autour de trois axes : l’archéologue produit des archives lors de ses opérations archéologiques, il étudie des archives historiques dans le cadre de ses recherches et il peut être amené à les conserver, par exemple dans des centres de conservation et d’études. Malgré ces évidentes interactions, les liens entre les services archéologiques et ceux chargés de la gestion des archives (archives départementales notamment) sont très peu développés et des incompréhensions naissent parfois du fait d’un vocabulaire non partagé. Or, des collaborations intéressantes existent entre archéologues et archivistes et mériteraient d’être plus largement déployées et connues comme autant d’actes de la pratique créateurs de valeur pour les réseaux professionnels et leurs publics.

  • Claire BESSON, Dorothée CHAOUI-DERIEUX, Service régional de l’archéologie Île-de-France,
    Les fouilles de la Cour Napoléon du Louvre : un laboratoire pour la profession (à 22’54 mn, durée : 21’26 mn)

À l’occasion du récent récolement de la documentation scientifique des fouilles de la Cour Napoléon du Louvre (1984-1986) ont été mis en évidence, outre les carnets de fouille, agendas, diapositives…, de très nombreux courriers personnels et administratifs ainsi que des classeurs entiers de fiches de candidature. Ce fonds inédit, d’une singulière richesse sur le plan sociologique, permet de dresser un panorama très complet de la diversité des recrutements sur cette opération, des motivations à l’œuvre dans ces années 1980 et des parcours professionnels qui en découleront. Venues de tous horizons, pour une semaine ou pour plusieurs mois, des quartiers chics de la capitale comme des banlieues dites « difficiles », des États-Unis comme du Mali, plus de 150 personnes se sont en effet croisées sur ce site en l’espace de 24 mois, ont vécu ensemble une aventure fondatrice, amenées à composer avec leurs cultures, leur déterminisme social, leurs aspirations. Qu’ils soient encore en exercice aujourd’hui, qu’ils aient bifurqué en cours de route, que l’expérience ait tourné court, tous ont conservé des souvenirs très marquants de ce chantier qui a pour longtemps conditionné le profil des professionnels de l’archéologie française.
Issues de la génération « post-Grand Louvre », nous avons eu la chance d’apprendre notre métier et de travailler aux côtés de ceux qui ont participé à cette opération hors-normes, et il nous a paru urgent, plus de 30 ans après la fouille, de recueillir leur témoignage direct (souvent ému, toujours intense), sous forme d’entretiens. La confrontation de cette mémoire vive et du fonds d’archives livre ainsi un matériau unique et extrêmement documenté pour aborder notre métier et son évolution : qui est ou devient archéologue en France au milieu des années 1980 ? pourquoi ? qu’en reste-t-il aujourd’hui ? qu’avons-nous fait de cet héritage ?

  • Nathalie GRESSIER, Institut national de recherches archéologiques préventives, Sébastien JESSET, Institut national de recherches archéologiques préventives et Pôle d’archéologie d’Orléans, Émilie TREBUCHET, Institut national de recherches archéologiques préventives, responsable du projet Recherches en Images : Tours Archéologique,
    Archives sensibles d’archéologues et témoignages oraux (à 44’50 mn, durée : 17’40 mn)

Archéologue du préventif et formée à l’ingénierie documentaire, je participe depuis une dizaine d’années à la structuration et la conservation des données produites par les archéologues dans le cadre de leurs missions à l’Inrap. (https://sstinrap.hypotheses.org/4614). Cette gestion, conduite dans le but de préserver la mémoire des archéologues et de leurs travaux, m’a amenée à un constat de lacune. La documentation versée à l’Etat, essentielle, s’avère en effet normée donc scientifique, technique et administrative. Elle conduit souvent les archéologues à s’auto-censurer sur le dépôt de documents dits d’ambiance ou d’aspects plus personnels ou pratiques, qui dépasseraient le cadre scientifique d’intervention ou le professionnalisme imposé. Il existe donc une documentation dispersée et peu accessible, parfois camouflée par sensibilité, qui donnerait sans doute à mieux connaître les archéologues et leurs pratiques.
Mon parcours m’a amené à m’intéresser plus spécifiquement aux images d’archéologie jusqu’à maintenant (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01243135, projet RITA en cours https://citeres.univ-tours.fr/spip.php?article2671), mais les traces laissées par celles-ci ne montrent pas tout. L’absence de témoignages oraux m’est apparue comme un manque important pour la discipline, pour la connaissance des archéologues eux-mêmes. En plus de la constitution souhaitée d’archives personnelles, qui complètent les archives sérielles d’opération, nous avons amorcé avec quelques collègues un projet de construction de témoignages oraux. Des questions personnalisées leur sont posées, permettant de témoigner d’un parcours individuel (vocation, formation, expérience dans la discipline, etc.), professionnel (spécialités, pratiques) et de centres d’intérêt liés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search