Publication : Profession : Archéologue ? Femmes (et) archéologues

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette quatrième publication est consacrée à la deuxième session de cette journée qui porte sur « Femmes (et) archéologues ».


Cette séance consacrée aux femmes (et) archéologues a également été présidée par Anne MONJARET, Directrice de recherche au CNRS et présidente de la Société d’Ethnologie Française.

Résumé des trois interventions à visionner : 

  • Isabelle ALGRAIN, Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine – Université libre de Bruxelles, Laura MARY, asbl Recherches et Prospections archéologiques, Béline PASQUINI, UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Ségolène VANDEVELDE, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne UMR7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, 
    Archéologie féministe : histoire, politique et actions (France, États-Unis, Norvège) (à 0’32 mn, durée : 19’16 mn)

S’il y a bien une profession populaire auprès du grand public, c’est l’archéologie. Fantasmée et caricaturée, elle renvoie à un imaginaire composé pêle-mêle d’aventures fantastiques, d’enquêtes mythologiques, de chasses au trésor légendaire, de découvertes fabuleuses et de sauvetages héroïques, portées par des héros, souvent, et des héroïnes, parfois, aux physiques avenants, aux révolvers chargés et aux comptes en banques bien remplis. Des Indiana Jones de Spielberg aux péripéties extraterrestres du Dr Daniel Jackson, en passant par les romans d’Agatha Christie et les jeux vidéo Tomb Raider, l’archéologie fascine.
Néanmoins la pratique concrète du métier se détache nettement de ces représentations idéalisées. Outre la précarité, la concurrence et les problèmes de santé (Trémeaud 2020),nous, « damné·e·s de la terre » (Darnault, 21 juin 2018, Libération), ne sommes également pas épargné·e·s dans le cadre de notre travail par le sexisme, le racisme, l’homo/biphobie, latransphobie et le validisme (Mary, Pasquini et Vandevelde 2019 ; Mary 2020a ; Mary 2020b).
Cette communication propose de dresser un état des lieux des discriminations auxquelles font face les archéologues selon une perspective féministe. Nous parlerons de la place des femmes et des minorités au sein de la discipline aux États-Unis et en Norvège, pays où les archéologues se sont emparées dès les années 1980 des outils et réflexions féministes, en comparaison avec la France, où la pratique archéologique reste largement hermétique à la pensée féministe. Cette analyse se conclura par quelques propositions de pistes à explorer pour améliorer la situation des femmes et des minorités dans la profession.

 

  • Raphaëlle RANNOU, École du Louvre, 
    Exploratrices, collaboratrices, archéologues. Rôles et représentations des femmes dans l’archéologie orientale de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (à 20’12 mn, durée : 22’25 mn)

« Exploratrices », « collaboratrices », « archéologues » sont autant de termes significatifs qui déterminent, dans l’imaginaire collectif et dans le monde du travail des réalités parfois différentes. Comment les femmes ont-elles trouvé leur place dans la discipline archéologique ? Quels rôles ont-elles joué dans la professionnalisation du métier ? Quelles représentations le monde scientifique et le grand public ont de ces femmes archéologues ?
Nous questionnerons ces termes et ce que signifie « être archéologue » à travers quelques figures de femmes ayant œuvré, dans l’ombre ou la lumière pour l’archéologie orientale de la fin du XIXème siècle jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale avec la création du CNRS.
À quel point la figure de Jane Dieulafoy a-t-elle pu ancrer l’imaginaire de la femme archéologue au début du XXème siècle ?1 Figure célèbre de l’archéologie en Perse, Jane Dieulafoy est, en 1884, l’une des premières françaises à participer à un chantier de fouilles archéologiques dont elle relate les aventures dans le périodique à succès Le Tour du Monde. L’épouse quiaccompagne son mari devient à son tour archéologue sur le terrain, photographiant, relevant, inventoriant les céramiques, briques et sculptures achéménides. Elle devient une figure incontournable du monde médiatique et mondain, « vaillante exploratrice » pour les uns, «première femme archéologue » pour les autres.
Le tournant du siècle voit l’engouement pour l’archéologie orientale envahir la presse, les musées et les lieux universitaires. L’accès des femmes aux formations académiques comme l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, la Sorbonne et l’École du Louvre joue un rôle majeur dans l’évolution de la figure d’archéologue. Les « exploratrices » font place à de jeunes étudiantes en archéologie et en épigraphie, que les professeurs, savants de l’Institut, font entrer au musée du Louvre en tant que collaboratrice. Elisabeth de Manneville et Marguerite Rutten accèdent ainsi grâce à René Dussaud au Département des Antiquités Orientales du Louvre en tant qu’attachée bénévole et chargée de mission dans les années 1930. Elles voyagent au Proche-Orient pour visiter les sites et fouilles mais le personnel féminin de ce département n’accède aux chantiers archéologiques qu’après-guerre.

Dans la première moitié du XIXème siècle, les méthodes de fouilles se développent et l’archéologie de terrain se professionnalise. Parmi leur nombreux homologues masculins, quelques femmes trouvent leur place. Dès 1921, Denyse Le Lasseur, « cette jeune et vaillante émule de Jane Dieulafoy »2 dirige un chantier à Tyr après avoir soutenu sa thèse en 1918 à l’École du Louvre. Judith Marquet-Krause, soutenue par René Dussaud, fouille à ‘Ay de 1933 à sa mort prématurée en 1936, après trois campagnes de fouilles fructueuses.
De Jane Dieulafoy à Judith Marquet-Krause, qu’est-ce que signifie « être une femme archéologue » du XIXème siècle savant à la veille de la Seconde Guerre Mondiale ?

 

  • Franca CIBECCHINI, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous- marines, Souen FONTAINE, Institut national de recherches archéologiques préventives, Sabrina MARLIER, Musée départemental Arles Antique, 
    La place des femmes en archéologie sous-marine : un cas particulier (à 43’07 mn, durée : 20’32 mn)

 

——————–

1 « Mme Dieulafoy […] fut une des premières, la première peut-être des « exploratrices » française. On saitqu’elle accompagna son mari, M. Marcel Dieulafoy […] dans une expédition lointaine et dangereuse etcollabora à des fouilles qu’il entreprit [à Suse]. » La Française, le 3 juin 1916.

2 Comoedia, le 24 septembre 1921.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search