Publication : Profession : archéologue ? L’imaginaire de l’Archéologie ou l’Archéologue imaginaire

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette troisième publication est consacrée à la première session de cette journée qui porte sur « l’imaginaire de l’Archéologie ou l’Archéologue imaginaire ».

 

Cette première séance consacrée à l’imaginaire de l’Archéologie ou l’Archéologue imaginaire a été présidée par Anne MONJARET, Directrice de recherche au CNRS et présidente de la Société d’Ethnologie Française.

Résumé des deux interventions à visionner : 

  • Rémi ANCEL, Service Archéologie du Val-de-Marne, Cécile SAUVAGE, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines,
    L’image de l’archéologue dans la fiction (à 3’00 mn, durée : 22 mn) 

Peu de professions évoquent autant d’images, de clichés et de fantasmes que l’archéologie. Qu’il gratte inlassablement le sol sous un soleil de plomb, déchiffre d’étranges inscriptions ou découvre des cités disparues, l’archéologue de fiction, coiffé d’un Fedora ou d’un casque colonial, est indéniablement présent dans l’imaginaire collectif.
Dans cette communication, nous nous proposons d’interroger les différentes représentations de la profession dans les films, romans ou bandes dessinées diffusés depuis plus d’un siècle. L’archéologue y est tantôt montré comme un savant, un détective de l’histoire, un aventurier défricheur de sites inédits ou un profanateur de sépultures…
Nous aborderons l’émergence de ces différentes figures mais aussi les sous-entendus qu’elles véhiculent. Nous évoquerons également le rapport qu’elles entretiennent avec la pratique réelle de l’archéologie, et la manière dont la discipline est présentée au sein des médias nationaux ou locaux.
A l’ère de l’archéologie préventive, pour quelles raisons ces stéréotypes sont-ils toujours aussi ancrés ? Tandis que leur activité semble de mieux en mieux identifiée par le public, les professionnels ne relaient-ils pas parfois eux-mêmes, consciemment ou non, ces images d’Epinal ? Doivent-ils se détacher de cet imaginaire ou plutôt l’assumer pleinement ?

 

  • Jean-Loïc LE QUELLEC, CNRS, Institut des Mondes Africains UMR8171, Émilie BRIAND, Institut National du Patrimoine – Institut National des Études Territoriales, UMR 6566 CReAAH, Faustine BOULAY, Université de Liège (Belgique), École Pratique de Hautes Études (France), présidente de l’Association de Lutte contre la Désinformation en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie,
    Archéologue 2.0 ? L’archéologie sur les réseaux sociaux, entre information et désinformation (à 26’30 mn, durée : 23’49 mn)

Si les Français, et plus largement les Européens, aiment et plébiscitent l’archéologie, comme le rappellent deux sondages coordonnés par l’Inrap en 2011 et 2017, quelle place occupe notre discipline sur les réseaux sociaux ? La question est loin d’être anodine à l’heure où la France compte près de 40 millions d’utilisateurs actifs sur ces supports de communication numériques.
Comme le rappelle le CLEMI (Le Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information) dans son dossier de presse consacré à la future exposition « Fake News : art, fiction, mensonge » : « sur nos fils d’actualité, les contributions des internautes lambda occupent le même espace que celles des agences de presse et des médias professionnels. Chaque minute, cinq cents heures de vidéos sont uploadées sur YouTube. Apprendre à faire le tri entre informations fiables et infox, rumeurs et canulars s’est complexifié ». Comment ces espaces sont-ils investis par l’archéologie ? Quelle image en donnent-ils ? Quelle place occupent les pratiques pseudo-archéologiques et la désinformation scientifique sur les réseaux sociaux ?
Cette intervention sera l’occasion de dresser un état des lieux de la situation. Entre pratique de loisir et activité professionnelle, entre mythe et réalité, entre information scientifique et désinformation complotiste mais également entre science collaborative et pillage organisé ou pratiques marchandes : comment l’archéologue et sa discipline sont-ils perçus sur les réseaux sociaux ?

 

 



Citer ce billet
Nordoc'Archéo (2022, 16 février). Publication : Profession : archéologue ? L’imaginaire de l’Archéologie ou l’Archéologue imaginaire. Nordoc'Archéo. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sf01

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search