Publication : Profession : Archéologue ? Les pratiques de l’Archéologie

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA). 

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT. 

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire. 

Cette sixième publication est consacrée au deuxième thème de la troisième session de cette journée qui porte sur « Les pratiques de l’Archéologie ».

Cette séance consacrée aux pratiques de l’archéologie a également été présidée par Pascal DEPAEPE, Directeur scientifique et technique de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Résumé des trois interventions à visionner : 

  • Nathan SCHLANGER, École nationale des chartes,
    Travail manuel et travail intellectuel en archéologie – une convergence triomphale ? (à 0’6 mn, durée : 14’29 mn)

L’archéologie se caractérise notamment par l’enchevêtrement qu’elle implique entre travail manuel et travail intellectuel, entre les activités de dégagement et de désagrégation et celles de rapiècement, de documentation et d’interprétation. Ce n’est en fait que relativement récemment que ces activités fort diversifiées sont venues s’incorporer harmonieusement dans la figure de l’archéologue moderne. Quelques jalons historiques, de Boucher de Perthes à l’abbé Breuil en passant par l’archéologie en contexte coloniale, me servirons à mettre en perspective quelques enjeux cognitifs, déontologiques et économiques qui accompagnent la professionnalisation de la vocation archéologique.

  • Isabelle BOLLARD-RAINEAU, Service régional de l’archéologie Pays-de-la-Loire, Diane DUSSEAUX, Site archéologique Lattara – Musée Henri Prades, Lattes,
    Archéologue d’hier et d’aujourd’hui, que se cache-t-il sous ce terme ? (à 15 mn, durée : 21’23 mn)

La discipline de l’archéologie a évolué en lien avec la réglementation depuis la deuxième moitié du XXe siècle. Pendant longtemps il n’y eut, dans l’imaginaire collectif, qu’une seule figure de l’archéologue. De la découverte sur le terrain à la mise en valeur dans des vitrines de musées, c’était souvent l’œuvre de la même personne, représentation emblématique del’érudit mettant ses connaissances au service du patrimoine archéologique. Il fouillait, étudiait le mobilier, publiait et transmettait les découvertes au grand public. À l’heure de la spécialisation et de la professionnalisation du métier d’archéologue, on observe un éloignement entre l’archéologie de terrain et les musées.
La création de l’École nationale du patrimoine en 1990, fixant le cadre réglementaire du nouveau corps des conservateurs du patrimoine, puis de l’Institut national de recherche en archéologie préventive en 2001, marque un changement profond dans la perception de la profession d’archéologue. L’aboutissement de ce processus de normalisation des métiers d’une part, et de professionnalisation d’autre part, participent d’une nécessaire et salvatrice reconnaissance des acteurs de la discipline. Il n’est toutefois sans doute pas étranger à lapolysémie du terme actuel d’« archéologue ».
L’archéologie nourrit un esprit commun et que l’on soit archéologue dans un service de collectivité territoriale, au sein d’un opérateur privé, dans un SRA ou un musée, la matière est la même et les objectifs poursuivis sont similaires. La fouille, acte principal de l’archéologie et inhérente à cette discipline, est-elle ce qui détermine le métier d’archéologue ? Définir l’archéologue uniquement par ce prisme du terrain n’est-il pas réducteur ?
À travers une enquête menée auprès de professionnels de l’archéologie, nous nous proposons de réfléchir à l’évolution récente des pratiques de l’archéologie et des métiers y afférents, ainsi que les liens – réels ou fantasmés – entre les archéologues « de terrain » et les musées d’archéologie. L’expression souvent utilisée « de la fouille au musée » est-elle une réalité dans la pratique du métier d’« archéologue » ?

  • Christophe TUFFERY, Institut national de recherches archéologiques préventives,
    Les effets du numérique sur l’archéologie et les archéologues : premiers résultats d’une recherche en cours (à 36’50 mn, durée : 16 mn)

Dans le cadre d’une thèse de doctorat, engagée depuis novembre 20191, nous proposons de présenter ici les premiers résultats de l’étude des effets du numérique sur l’archéologie comme discipline et sur les archéologues dans leurs pratiques, leurs discours et leurs images. Cette recherche porte plus particulièrement sur deux axes :
– l’étude des conditions de possibilité de la mise en œuvre et des usages de l’informatique en archéologie depuis la fin des années 1970,
– l’analyse des effets de dispositifs numériques sur les pratiques scientifiques et techniques des archéologues, sur leurs méthodes de travail, sur leurs identités professionnelles, sur la production des images et des discours de l’archéologie, sur les conséquences en termes épistémologiques.
Notre recherche par le projet est située dans une posture de participation observante. Elle est alimentée par notre propre pratique comme archéologue depuis la fin des années 1970 et comme ingénieur de recherche à la Direction Scientifique et Technique de l’Inrap depuis 2010. En nous appuyant sur des exemples pris aussi bien sur des chantiers d’archéologie programmée que sur des opérations d’archéologie préventive, notre communication vise à contribuer à une historiographie de l’archéologie récente et des usages de l’informatique dans les SHS.
Parmi les objets de recherche de notre travail se trouvent les carnets de terrain, les journaux de fouille, les fiches d’enregistrement et les divers plans produits, supports traditionnels de la notation des observations et des découvertes réalisées par les archéologues. Par la réglementation, cette documentation fait partie des archives de fouille. Elle correspond aussi aux traces laissées par le processus scientifique de production des savoirs archéologiques. Ces archives revêtent enfin une dimension patrimoniale, autorisant à des études archivistiques, en particulier pour des fouilles anciennes. Elles révèlent les pratiques des archéologues qui, au-delà de ce qu’elles peuvent partager parfois sur le plan méthodologique, se distinguent par ce dont elles témoignent, au croisement entre la subjectivité et l’expertise de leurs auteurs. Ce constat, fait depuis des années pour l’archéologie, rejoint ceux décrits pour de nombreuses autres disciplines scientifiques qui s’appuient sur des observations de terrain où les corps, les postures, les gestes, les discours et les pratiques sont mis en scène et parfois en images. De notre étude de nombreux exemples de documents de terrain à plusieurs décennies de distance, il ressort que cette documentation est encore largement utilisée sous sa forme traditionnelle, sur support papier, de même que les fiches d’enregistrement et les minutes de terrain. Le déploiement des dispositifs d’enregistrement de terrain nativement numérique, initié dans le milieu des années 1980, et qui prend de l’ampleur depuis une décennie, ne semble pas, pour l’instant, se traduire par une substitution totale et définitive de ces dispositifs aux supports traditionnels ni aux principes de la notation manuelle des observations. L’enregistrement de terrain exclusivement numérique ne peut être constaté dans de très rares cas. Le plus souvent une coexistence de ces deux modalités de l’enregistrement peut être observée, chacune présentant des bénéfices et des contraintes, entraînant un processus d’hybridation des pratiques.
Or ce processus en cours de « numérisation de l’archéologie » est souvent revendiqué comme une « révolution » incontournable par une partie des archéologues eux-mêmes, le considérant comme une figure et un symbole de la modernisation de leur discipline et de leurs pratiques scientifiques.
Nous interrogeons la pertinence de cette notion de « révolution numérique » pour l’archéologie, tant l’effet de rupture qu’implique cette notion mérite d’être étudié et mis au débat, du fait de ses implications, dans les domaines des pratiques scientifiques, de la sociologie des organisations professionnelles, de la sociologie de la connaissance, de l’anthropologie des savoirs ou encore de l’épistémologie pour l’archéologie et les disciplines avec lesquelles elle dialogue.
Notre recherche se propose ainsi de contribuer à l’étude de l’entrée de l’archéologie dans le champ des humanités numériques.

 

———————–

1 Thèse à CY Cergy Paris Université, dans le cadre de l’EUR Humanités, Création, Patrimoine, enpartenariat avec l’Institut national du patrimoine. Thèse réalisée sous la codirection de thèse de JulienLonghi, Directeur de l’Institut des Humanités Numériques (IDHN), et de Boris Valentin (Université de Paris 1Panthéon-Sorbonne).

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search