Publications : Profession : Archéologue ? – Ouverture et discours officiel

Le jeudi 2 décembre 2021, la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France (DRAC), le Service régional de l’archéologie (SRA) et les Archives nationales du monde du travail (ANMT), à Roubaix, ont organisé une journée d’étude ayant pour thème : « Profession : Archéologue ? ». Cette journée a été coordonnée par Luc Vallin, conservateur général du patrimoine (SRA) et Thomas Byhet, chargé de l’inventaire archéologique fondamental et de la diffusion de la connaissance (SRA), avec la collaboration de Karine Delfolie, chargée d’études documentaires (Pôle patrimoines et architecture), et Géraldine Faupin, archiviste (SRA).

Elle a accueilli dans l’auditorium des ANMT 35 communicants et 70 auditeurs libres venus de toute la France et de la Belgique proche. Captée et retransmise en direct le jour même, elle a été regardé sur les pages YouTube et Facebook des ANMT.

Avec l’aimable autorisation des organisateurs et des ANMT, nous nous proposons d’en relayer, semaine par semaine, les différentes captations sur notre portail documentaire.

La première publication est consacrée aux discours d’ouverture de Corinne Porte, directrice des ANMT, et d’Hilaire Multon, directeur de la DRAC Hauts-de-France.

La professionnalisation de l’archéologie, qui s’est accélérée à partir des années 1970, a connu sa consécration en France avec la loi de 2001 sur l’archéologie préventive.

L’archéologie est donc un métier à la fois ancien, puisque sa pratique compte déjà plus de trois siècles, et très récent puisque sa dernière structuration, en France, remonte à une vingtaine d’années.

L’archéologie, ça sert d’abord à faire des fouilles

Bien que cette profession soit considérée avec intérêt par le grand public, elle n’a jusqu’à présent fait l’objet que de peu d’études sous l’angle sociologique, tout au moins en France. Il y a là un paradoxe qui laisse la place à une vision fantasmée, véhiculée par les productions de fiction et même, dans une certaine mesure, par la diffusion de documentaires.

La constitution d’une « chaîne opératoire de l’archéologie préventive », la spécialisation des tâches, la diversité des emplois et des employeurs, ainsi que l’émergence récente d’un secteur privé de l’archéologie au côté d’un pôle public, ne contribuent pas à clarifier le statut de l’archéologue.

Qu’est-ce qu’un archéologue ?

 L’appellation d’archéologue n’est pas réglementée. Le vocabulaire courant connaît même des archéologues amateurs, ce qui pourrait passer pour un oxymore dans d’autres professions. En France, le terme d’archéologue n’apparaît pas officiellement dans l’intitulé des postes chez la plupart des employeurs institutionnels.

Pourtant, la plupart des archéologues se reconnaissent dans une communauté, forgée par une formation analogue, des pratiques communes, des rencontres régulières et des collaborations plus ou moins formelles. Ce fait est d’autant plus remarquable que la définition même de l’archéologie est loin de faire l’unanimité.

Dans ce milieu, considéré naguère comme académique, l’irruption des luttes syndicales au cours des années 1980 et 1990, puis des interpellations féministes beaucoup plus récemment, montrent une volonté de s’inscrire dans la société et dans la temporalité, quitte à briser le confortable cocon du microcosme consensuel.

Plutôt qu’à une approche méthodologique de l’histoire de la discipline, nous proposons donc de s’intéresser aux acteurs de l’archéologie eux-mêmes et à leur pratique quotidienne, en nous interrogeant en particulier sur l’existence d’une culture de métier en archéologie.

La journée d’étude sera l’occasion de confronter différentes approches : archéologie, sociologie, syndicalisme, ethnologie, épistémologie.

Luc VALLIN, Conservateur général du patrimoine, Service régional de l’archéologie Hauts-de-France et Thomas BYHET, Carte archéologique nationale, Service régional de l’archéologie Hauts-de-France

Comité scientifique :

Olivier BLAMANGIN (Inrap – UMR 8164 HALMA), Jean-Paul DEMOULE (Professeur émérite de Protohistoire européenne, ancien président de l’Inrap – UMR 8215 Trajectoires), Pascal DEPAEPE (Inrap – UMR 7194 Histoire naturelle de l’Homme préhistorique), Agnès JEANJEAN (Université Côte d’Azur – LAPCOS – MSHS Sud-Est), Anne MONJARET (CNRS, UMR 8177 IIAC – CNRS / EHESS), Ingrid SENEPART (Pôle archéologie – MHM – Ville de Marseille – UMR 5608 TRACES)

 

PROGRAMME

8h30 – Accueil et café
9h00Ouverture et discours officiels
Hilaire MULTON
, Directeur régional des affaires culturelles Hauts-de-France
Corinne PORTE, Directrice des Archives nationales du monde du travail

9h30-10h00 Conférence inaugurale de Jean-Paul DEMOULE, Professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France

Présidence de séance – Anne MONJARET, Directrice de recherche au CNRS et présidente de la Société d’Ethnologie Française

10h00-10h30 – L’imaginaire de l’Archéologie ou l’Archéologue imaginaire

  • Rémi ANCEL, Service Archéologie du Val-de-Marne, Cécile SAUVAGE, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, L’image de l’archéologue dans la fiction
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, CNRS, Institut des Mondes Africains UMR8171, Émilie BRIAND, Institut National du Patrimoine – Institut National des Études Territoriales, UMR 6566 CReAAH, Faustine BOULAY, Université de Liège (Belgique), École Pratique de Hautes Études (France), présidente de l’Association de Lutte contre la Désinformation en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, Archéologue 2.0 ? L’archéologie sur les réseaux sociaux, entre information et désinformation

10h30-11h15 – Femmes (et) archéologues

  • Isabelle ALGRAIN, Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine – Université libre de Bruxelles, Laura MARY, asbl Recherches et Prospections archéologiques, Béline PASQUINI, UMR 7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Ségolène VANDEVELDE, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne UMR7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité, Archéologie féministe : histoire, politique et actions (France, États-Unis, Norvège)
  • Raphaëlle RANNOU, École du Louvre, Exploratrices, collaboratrices, archéologues. Rôles et représentations des femmes dans l’archéologie orientale de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Seconde Guerre mondiale
  • Franca CIBECCHINI, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous- marines, Souen FONTAINE, Institut national de recherches archéologiques préventives, Sabrina MARLIER, Musée départemental Arles Antique, La place des femmes en archéologie sous-marine : un cas particulier

11h15 – Pause

11h30 – Présentation des posters

  • Laure BEZARD, Romain BOISSAT, Alexandre RABOT, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, La photo d’ambiance comme donnée complémentaire de la recherche, témoignage de l’activité professionnelle et du cadre social ?
  • Philippe BLANCHARD, Institut national de recherches archéologiques préventives, Sébastien JESSET, Institut national de recherches archéologiques préventives et Pôle d’archéologie d’Orléans, La profession de l’archéologue dans la bande-dessinée franco-belge
  • Vincent MICHEL, Université de Poitiers, HeRMA – EA 3811, Un archéologue dans les zones de conflits au Proche-Orient

 12h30 – Déjeuner

 14h00-17h30 – Définition(s) et mutation(s) de la profession

Présidence de séance – Pascal DEPAEPE, Directeur scientifique et technique de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

14h00 – Thème 1 – Les traces de l’Archéologue

  • Sylvie LE CLECH, Inspectrice des patrimoines, collège archives, Murielle LEROY, Inspectrice des patrimoines, collège archéologie, Ministère de la culture – Délégation à l’inspection, à la recherche et à l’innovation, Fouiller est-il aussi archiver ?
  • Claire BESSON, Dorothée CHAOUI-DERIEUX, Service régional de l’archéologie Île-de-France, Les fouilles de la Cour Napoléon du Louvre : un laboratoire pour la profession
  • Nathalie GRESSIER, Institut national de recherches archéologiques préventives, Sébastien JESSET, Institut national de recherches archéologiques préventives et Pôle d’archéologie d’Orléans, Émilie TREBUCHET, Institut national de recherches archéologiques préventives, responsable du projet Recherches en Images : Tours Archéologique, Archives sensibles d’archéologues et témoignages oraux

14h30 – Thème 2 – Les pratiques de l’Archéologie

  • Nathan SCHLANGER, École nationale des chartes, Travail manuel et travail intellectuel en archéologie – une convergence triomphale ?
  • Isabelle BOLLARD-RAINEAU, Service régional de l’archéologie Pays-de-la-Loire, Diane DUSSEAUX, Site archéologique Lattara – Musée Henri Prades, Lattes, Archéologue d’hier et d’aujourd’hui, que se cache-t-il sous ce terme ?
  • Christophe TUFFERY, Institut national de recherches archéologiques préventives, Les effets du numérique sur l’archéologie et les archéologues : premiers résultats d’une recherche en cours

 15h15 – Pause

Présidence de séance – Olivier BLAMANGIN, Archéologue et responsable d’opérations à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)

15h30 – Thème 3 – Conditions de travail et organisation du travail de l’archéologue

  • Collectif GAEl-Île-de-France (Groupe archéologues en lutte), Une observation inédite des jeunes cohortes de l’archéologie et du groupe professionnel dans son ensemble
  • Séverine HURARD, Pierre POUENAT, SGPA-CGT, Solidarités, affirmations et séparations de corps : l’archéologue et l’archéologie face à la crise de croissance
  • Section PACA du SGPA-CGT, La diversification des tâches en archéologie : bilan de vingt ans d’expérience

16h30 – Thème 4 – La place de l’Archéologie dans le corps social

  • Hugues BONNEFON, Sciences Po – ENS Paris-Saclay, Le patrimoine en rançon. La mise en marché des fouilles préventives comme énigme pour la sociologie économique

16h45 – Débat sous la direction du comité scientifique

17h45 – Conclusion


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.