Famars : nouvelles données sur le Technopôle : Campagne 2019/2020

Les journées régionales de l’archéologie ont eu lieu cette année les 9 et 10 décembre derniers en collaboration avec l’université de Lille et le laboratoire Halma. Elles ont remporté un franc succès avec près de 200 participants en présentiel dans le respect des normes sanitaires en vigueur et près de 50 personnes ont écouté les communications à distance en visio.
L’équipe de Nordoc a le plaisir de vous présenter ci-dessous le résumé de l’intervention sur les fouilles archéologiques de Famars que notre collègue Raphael Clotuche (Inrap) a présenté lors de ces journées. Nous le remercions très vivement d’avoir accepté de publier sur le portail, ce résumé.

 

Cet article a été rédigé par Raphaël Clotuche, Ingénieur, chercheur à l’Inrap, spécialiste de l’Antiquité. Il intervient depuis plus de Vingt ans en tant que responsable d’opération archéologique préventive ou programmée dans les Hauts-de-France et plus particulièrement sur l’agglomération antique de Famars (Fanum Martis) qui a fait l’objet de nombreuses investigations depuis la fin des années 2000. Ses recherches permettent notamment de mieux appréhender les réseaux d’échanges et de circulation pour cette partie du Nord de le Gaule et d’appréhender le développement et le déclin d’une agglomération romaine entre les Ier et Ive siècle de notre ère.

 

Un emplacement propice près de l’eau

Fanum Martis est localisée à la frontière ouest de la Civitas Nerviorum à équidistance des capitales du Haut-Empire (Bagacum) et du Bas-Empire (Camaracum). Elle se développe au pied de la butte tertiaire du Mont-Houy tout en dominant l’Escaut (limite de la cité) à l’ouest et la Rhonelle à l’est, cours d’eau tous deux navigables durant l’Antiquité.




Cette fouille fait suite à quatre années de recherches sur le « Technopole 1 » de 2011 à 2014.
Elle est une des dernières des 86 opérations de diagnostic ou de fouille réalisées dans cette agglomération (vert). Elles ont été menées depuis le XIXe s. jusqu’à 2021. À celles-ci, il faut ajouter les campagnes de prospections pédestres, électriques (liseré rouge), magnétiques et thermiques conduites afin de trouver les limites exactes de la ville vers le sud, mais aussi apprécier la densité d’occupation dans chacune des zones explorées.


Un secteur occupé dès la préhistoire

Bien que la majorité des données soient relatives à la période antique, il ne faut pas oublier que le secteur est occupé depuis le Paléolithique moyen comme en témoignent les observations du début du XXe siècle dans les sablières à l’est de la ville actuelle (commune de Maing) ou lors du diagnostic de 2010 sur l’emprise du Technopole, mais en dehors des zones concernées par les travaux.

Une présence au néolithique est également attestée par quelques fragments de silex taillés dont cette pointe de flèche originaire du grand Pressigny.

 

Occupation à l’âge du bronze final


Les premières traces d’occupation visibles sont attribuables au Bronze final. Elles étaient plus denses sur la partie haute du terrain (2012/2014), mais sont encore bien présentes dans le secteur exploré en 2019/2020. Toutes s’installent de part et d’autre d’un « vallon » humide, mais seules les structures à l’ouest ont été étudiées durant les campagnes de fouilles, les autres ayant été observées au cours du diagnostic de 2010.


Les vestiges sont caractérisés par des fosses d’extraction recyclées pour certaines en dépotoir. D’alignements de poteaux semblant délimiter un bâtiment, ces derniers correspondant à l’axe faîtier. Ce type de construction n’est pas connu pour cette époque, mais il n’est pas sans rappeler les maisons du Néolithique, présentant toutefois des dimensions moindres.

Un cercle d’un diamètre de quasi 40m (sans doute funéraire bien qu’aucune tombe n’ait été observée en son centre) a également été observé dans la partie basse du terrain. Le fossé était encore profond d’environ 1m malgré l’arasement général montrant ainsi l’importance de cet aménagement.


Travail agricole

La faune était relativement bien conservée comme en témoigne cette tête de bœuf déposée au fond d’un dépotoir.

Un autre creusement a livré une clé à foin en os attestant du travail des céréales à cette époque dans ce secteur. Il s’agit du plus ancien exemplaire connu de ce type d’outil encore utilisé jusqu’au XIXe s.


Première phase : 40-75 ap. J.-C.

Le secteur est abandonné pendant environ 600 ans, les occupations de l’âge du fer semblant se développer sur le versant est dominant la Rhonelle, à l’abri des vents provenant de la vallée de l’Escaut.

Peu de vestiges sont attribuables à cette phase gallo-romaine. L’essentiel d’entre eux est concentré sur l’emprise de 2014 qui a livré un bâtiment de grandes dimensions dont une partie a vraisemblablement un rôle d’écurie.

Comme au cours de campagnes précédentes, durant lesquelles trois inhumations du milieu du Ier siècle avaient été découvertes, une sépulture dans laquelle le défunt avait été déposé sans soin bien qu’on lui ait laissé une bague et rangé les chaussures à ses pieds a été mise au jour.

La zone centrale du Technopole est dépourvue de construction puisqu’elle est inondable, ce qui avait déjà été observé pour l’âge du bronze et qui l’était encore avant le commencement des fouilles en 2011.


Deuxième phase : fin Ier – première moitié IIe siècle

Mise en place d’un parcellaire

À la fin du Ier s. et au début du IIe s., un premier parcellaire orthonormé se met en place.

Le terrain est traversé par une voie tout d’abord en terre battue puis empierrée de fragments de silex et de grès. Elle opère une courbe sur l’emprise fouillée en 2019. Cette déviation est difficile à interpréter d’autant que dans les phases suivantes elle prend un tracé rectiligne sur lequel les parcelles vont venir s’appuyer.

Ces dernières respectent des dimensions observées précédemment bien qu’elles soient piégées entre la zone inondable à l’est et la carrière de grès à l’ouest.

 

Premières activités artisanales

C’est à cette période que commencent à se développer des activités artisanales, dont les carrières qui vont contraindre l’extension de la ville vers l’ouest.

D’autres, dont la nature n’est pas encore déterminée, mais qui nécessitent de l’eau, s’installent le long de la voie.


Troisième phase : seconde moitié du IIe siècle

Transformation du parcellaire

Au cours de la seconde moitié du IIe s., le parcellaire est très légèrement transformé. Le coude que la voirie dessinait disparaît et elle prend un tracé rectiligne.


Mise en place de nouvelles activités

Plusieurs segments de fossés servant manifestement à conserver l’eau sont répartis en plusieurs endroits du terrain. Les analyses nous en apprendront peut-être plus sur les choses qui pouvaient être stockées ou travaillées dans ces structures. Certaines d’entre elles sont trop éloignées de la zone de tanneries pour qu’elles soient en relation avec cet atelier.

À cette époque se met en place une production de céramique à pâte claire dont la part quasi exclusive consiste en amphores uniquement destinées à l’exportation. Un seul exemplaire de ce type de céramique a été identifié dans les zones d’habitat de l’agglomération depuis les années 1980. Bien que l’activité devienne importante avec 8 fours produisant le même matériel et qu’un bâtiment lui soit réservé, aucune trace de tour de potier fixe n’a été observée. Il faut donc supposer que le tour portatif (ou posé) soit la norme dans les différents ateliers qui ont été analysés à Fanum Martis.

C’est à cette époque également qu’on voit apparaître les fondations sur semelle de grès. Ce phénomène visible sur toutes les opérations correspond à l’avènement des constructions en dur dans l’architecture civile (le grès étant employé dans les constructions publiques depuis plus d’un demi-siècle)

Les fours sont tous à deux volumes. Ils possèdent des piliers construits de différentes manières. Certains disposaient de la même fosse de travail. Pour des raisons inexpliquées, l’alandier de certains a été supprimé et placé à l’opposé. L’un d’eux (12547) a un alandier installé à 1,70m de profondeur au fond d’une fosse de travail. Lors d’une seconde phase d’utilisation, la chambre de chauffe a été rebouchée et son laboratoire chemisé pour aménager la chambre de chauffe d’un second four directement posé sur lui (12125).


Construction des fours en briques crues

Toutefois, au cours de cette fouille, un démontage minutieux des structures de combustion a montré que les parois étaient construites de briques et parfois aussi le pilier central.


Atelier des potiers

Le bâtiment à mettre en relation avec cette activité potière est excavé et une cave est aménagée dans son angle sud-ouest où avait été rejetée l’argile (verdâtre) non utilisée.


Celliers en bois ou caves maçonnées

Comme aux phases précédentes, les caves et celliers sont encore construits de bois, mais ceux aménagés en pierre font leur apparition. Ils ont « évidemment » été récupérés lors de la période d’abandon du début du IVe s.


Fosses artisanales

Des ensembles de fosses quadrangulaires à parois verticales et fond plat attestent d’une activité artisanale. Leur forme et leur organisation ne sont pas sans rappeler celle du secteur tannerie. Toutefois, bien que leur comblement très phosphaté soit très similaire, il est difficile d’affirmer qu’il s’agisse de la même activité. Les analyses micromorphologiques nous en apprendront sans doute plus.


Une civilisation religieuse, fosse votive

Comme au cours des campagnes précédentes, des fosses à caractère cultuel ont été mises au jour. Leur comblement comprenait des rejets particuliers de faune (animaux sauvages ou chien) ainsi que des vases mutilés. La fosse 11110 était d’autant plus remarquable qu’en plus des poteries posées sur le col et des morceaux de lièvres et de poissons, elle recelait deux cruches qui contenaient de petits cailloux qui avaient été introduits dans le vase avant cuisson. Ceci démontre l’existence d’une production spécifique destinée au culte ou tout du moins une commande spécifique.

Montrant toujours l’esprit religieux des habitants de Fanum Martis, entre autres, a été découvert un Mercure en terre cuite présentant une position particulière, mais aussi un peson de balance en plomb représentant un petit personnage.

Phase 4 : première moitié du IIIe siècle

Au cours de la première moitié du IIIe s., le parcellaire semble se simplifier. L’atelier de production d’amphores est abandonné ou déplacé, mais la fabrication de céramiques est toujours présente, mais elle passe d’une activité constante à une activité saisonnière. Certains bâtiments sont supprimés pour laisser la place à d’autres. Ceux-ci sont tous fondés sur solins de grès.

Deux sépultures début IIIe siècle

Le bâtiment lié à la production d’amphores ayant disparu, deux sépultures sont creusées dans son comblement. Comme pour les sépultures du milieu du Ier s. il semble que peu de soin soit apporté à l’ensevelissement des défunts. Il s’agit d’inhumations. Les cadavres ont été déposés, sans offrandes, dans des fosses trop petites pour eux. L’un est en décubitus latéral jambes repliées, l’autre est sur le dos, les jambes repliées sur lui.

Four à 1 volume et deux alandiers

Contrairement aux fours de la phase précédente regroupés en officine, ils sont maintenant isolés dans les parcelles liées à un habitat. Il n’y en a pas plus d’un par « propriété ». Il existe des fours à deux volumes, mais on retrouve également un four à un seul volume. L’abandon de celui-ci a dû être rapide, car dans les deux fosses de travail étaient jetés des vases tournés, mais pas encore cuits, qu’il a été impossible de prélever. Dans celui présenté sur l’image, ont été produites des formes diverses, mais principalement des pots tronconiques et des plats carénés.

Plus à l’ouest, un four était réservé à la cuisson réductrice comme le montre la porte de clôture fabriquée en torchis. Un objet identique avait été mis au jour en 2013, mais il était destiné à fermer l’orifice de chargement d’un four dont on ne détruisait pas la coupole. L’alandier a subi de nombreuses réfections et donc a sans doute été utilisé un temps relativement conséquent. Son pilier central était composé de blocs d’argile placés sans trop de régularité.

 

Seconde moitié du IIIe siècle-début du IVe siècle

Durant la fin du IIIe s. et du début du IVe s., l’organisation générale change très peu. La production céramique conserve la même organisation que précédemment. L’activité de glutinarius qui semble s’amorcer au cours de la phase antérieure se développe.


Rejets de glutinarius

L’activité commerciale est attestée dans le quartier par plusieurs poids ou pesons de différentes natures (grès, métal, pierre bleue,…). Les rejets d’os sont localisés autour de l’atelier, dans quelques dépressions voisines, mais principalement dans les mares de la zone inondable au plus près de ce même bâtiment. La fouille minutieuse a montré l’existence de plusieurs modules de concassage des os pour retirer le plus de collagène possible. On peut observer sur l‘image ci-dessous que des rejets de consommation sont mêlés aux déchets de production.

Le tamisage a aussi révélé la présence d’une forge à proximité grâce aux battitures trouvées dans les prélèvements.


Récupération et four à chaux

Comme ailleurs dans la ville, vers 320, les bâtiments sont détruits pour construire la fortification. Les murs qui n’avaient pas été récupérés au cours des années antérieures sont démontés. Certains sont toutefois oubliés. Les éléments calcaires sont brûlés dans des fours à chaux. Celui-ci d’un diamètre de 2,40m est nettement plus petit que ceux qui avaient été mis au jour sur le chantier de la Rhonelle.

Dans le comblement de la cave, des éléments d’une mégalographie avaient été abandonnés. Ils représentent Apollon (à gauche) et un satyre (à droite). Ces têtes sont fabriquées en calcaire des premiers plateaux du Cambrésis, peut-être Douchy-les-Mines car étant la carrière la plus proche. Le style rappelle les statues de la région trévire, mais sans en être totalement identique. Ces fragments appartiennent à un haut-relief.

La moins bonne facture sculpturale du côté gauche de la tête d’Apollon, couronné de laurier, indique qu’il regardait vers la gauche puisque appuyé sur la paroi du haut-relief. C’est l’inverse pour le satyre puisque son côté gauche présentant son oreille pointue est mieux réalisé que son côté droit.

Le système de fixation « tenon – mortaise » qui permet de maintenir les têtes dans un support plus important est inconnu de toute la statuaire antique.

À côté des petites têtes qui sont à environ à échelle ½ de la taille humaine, se trouvaient des fragments d’une tête d’Apollon présentant le même type de cheveux ainsi que la même couronne. La taille de celle-ci équivaut à approximativement 3 fois la taille humaine.

Elle était accompagnée d’un morceau de lance de décoration en bronze au vu de sa composition ainsi que du tranchant de ses côtés.
L’ensemble a échappé aux fours à chaux.

Ces évocations ont trait au duel musical entre Marsyas (ou Pan) et Apollon, jugé par Midas qui lui vaudra des oreilles d’âne, car il avait préféré le son de la flûte de Pan à celui de la lyre d’Apollon. Cette thématique est déjà représentée de l’autre côté de la ville sur le site de la Rhonelle où ont été retrouvés les morceaux en marbre de la lyre d’Apollon à côté du temple octogonal et dans les peintures dans les bâtiments proches.

Les fragments en calcaire ne provenant vraisemblablement pas du secteur de la Rhonelle, il est possible d’envisager un mausolée ou un second temple évoquant les mêmes divinités à proximité du Technopôle.


Les sièges de Valenciennes aux XVIIe et XVIIIe siècles

Dès la fin du premier quart du IVe s., le quartier est totalement abandonné, bien que la voirie qui traverse la zone semble encore en activité. Il faut attendre les sièges de Valenciennes (1567/troupes espagnoles, 1656, 1677, 1795/troupes françaises) pour voir le secteur à nouveau réoccupé. Aucun aménagement fortifié n’a été identifié alors qu’ils sont représentés sur les plans du siège de 1656. Seules des batteries de fours qui témoignent d’une organisation raisonnée par leur alignement strict. Toutefois il est impossible de dire que l’ensemble des foyers mis au jour appartiennent à la même campagne de siège.

Les analyses archéomagnétiques indiqueront simplement la date de ceux qui ont été prélevés.

Peu d’objets perdus ou laissés sur place

Quelques objets datant de l’époque moderne avaient été oubliés ou perdus comme cette brosse à chaussures ou ce fragment de pipe marqué G.U.D. KTN, dont la provenance n’a pas encore été découverte.


Fours de campagne

Les foyers alignés sont creusés dans les bords d’une tranchée dans laquelle les officiants devaient s’asseoir pendant que cuisaient les aliments. Ce type d’aménagement avait déjà été identifié au cours des campagnes de fouilles précédentes, mais aucun exemplaire n’était aussi bien conservé. Huit foyers dont les parois et la voute étaient préservées étaient installés dans les flancs du fossé.

La coupe de face indique que des creusements étaient pratiqués le long de la tranchée, le four était construit (sans doute avec une armature légère en bois disparue lors des cuissons) tout en laissant un orifice (houra) à l’opposé de la bouche. Ce type d’aménagement avait été observé sur la fouille du campement d’entrainement du fort de Saint-Sébastien à Saint-Germain-en-Laye.


Prise de l’aérodrome le 2/11/18

Après la période moderne, il faut attendre la Première Guerre mondiale pour que le terrain soit à nouveau occupé. Les Allemands y installent la Jastaschule 1. Plusieurs photographies d’époque montrent les avions dans les hangars ou sur les pistes après des atterrissages ratés ou encore les officiers et mécaniciens sur le terrain. Une photo illustre un énorme trou de bombe retrouvé au cours de cette campagne 2019/2020.

Deux squelettes fragmentaires de soldats allemands, morts le 2 novembre 1918 (date de la prise de l’aérodrome), ont été découverts dans un trou, placés là par les militaires britanniques (ou sur leur ordre) comme en attestent les chargeurs de balles anglais perdus dans la fosse.

La vie quotidienne est documentée par un peigne à moustache en bakélite.

* *
*

Malgré les conditions climatiques « aléatoires » de l’été et de l’hiver 2019, l’opération a été menée à son terme par une équipe motivée dotée d’un matériel de haute qualité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search