L’abbaye de Notre-Dame d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) : premiers résultats d’un site en cours de fouille

Cet article a été rédigé par Damien Censier (Douaisis Agglo) et Jean-Jules Tronquoy (Douaisis Agglo).

Le projet de construction de 72 logements, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), rue du Marais, établi sur une surface de plus d’un hectare, fut à l’origine d’un diagnostic archéologique en 2018 par l’Institut National de la Recherche en Archéologie Préventive sous la responsabilité scientifique de Jennifer Lantoine et Christine Cercy.  
Compte tenu des nombreux vestiges mis en évidence lors de cette opération, une fouille a été décidée sur cette même emprise, en vertu d’un arrêté préfectoral. 
Débutée au mois de mars, la fouille révèle déjà des résultats intéressants. L’intervention permet de lever le plan général d’une abbaye. 

Fig. 1 : Plan faisant état de la fouille au 4 octobre 2021


Les origines (XIe-XIIe siècles)

En 1146, le chapitre Notre-Dame quitte le centre-bourg d’Hénin pour sa campagne. Cette communauté d’une douzaine de chanoines qui s’était constituée vers 1040 (et qui avait adopté les coutumes de l’abbaye augustine d’Arrouaise, peu avant 1123), voit son église-abbatiale érigée dans ce nouveau site en 1187.  


L’abbatiale et le cloître attenant

C’est dans la partie centrale de l’emprise du site que le carré abbatial, d’une superficie de 2 500 m², a été mis en évidence lors du premier décapage de la fouille. L’église au plan en croix latine localisée au nord de la parcelle et orientée se développe sur une longueur de 50 mètres pour une largeur maximale de 25 mètres. Celle-ci semble connaître au fil de son histoire plusieurs reconstructions et réaménagements. 
Le bâti de l’église mis en évidence permet de bien l’appréhender dans son état consécutif au grand incendie documenté de 1302.  

Dans l’angle constitué par la nef et le transept sud, le cloître permettait aux chanoines de profiter d’un carré de verdure. L’abbatiale semble connaître un nouvel incendie qui est signalé dans l’abbaye en 1479. Certaines zones de la nef semblent en porter les stigmates. 
C’est probablement suite à cet événement, vers la fin du XVe siècle, qu’une partie au moins du sol de l’église est couverte de carreaux de pavement dessinant une composition en damier jaune et vert foncé. Une partie non négligeable de cet aménagement a été mise au jour dans la partie occidentale du collatéral nord, conservé sur une superficie d’un peu moins de 40 m². C’est au sein de cet ensemble qu’un lot de carreaux figuratifs aux thèmes variés (chevaliers, archanges, animaux, flore…) est apparu lors de son dégagement.  

Fig. 2 : Composition en damier d’un pavement (2e moitié XVe-XVIe siècles) retrouvé in situ dans le bas-côté nord de la nef de l’abbatiale, et détails de certains carreaux remarquables.


Les inhumations

Les pratiques liées aux inhumations tout au long de l’histoire de l’établissement ecclésiastique vont se succéder suivant différents modes opératoires. Les plus anciennes (XIIe-XIIIe siècles) prennent la forme de sépultures construites constituées de dalles calcaires posées de chant ainsi qu’en couverture et dotées d’une encoche céphalique. Cette pratique semble abandonnée au profit d’inhumations en pleine terre, soit en cercueil soit parfois plus modestement en linceul. Ces tombes individuelles, bien que largement majoritaires, ne sont pas les seules représentées : des caveaux en pierre de taille dotés de pourrissoir semblent accueillir une partie non négligeable de la communauté religieuse. Enfin, aux XVIIe et XVIIIe siècles, des inhumations à coffrage et voûte en briques apparaissent. La localisation des sépultures semble régie par différentes règles : ainsi les religieux (hommes adultes) sont placés dans l’église (nef, collatéraux, transept) ou dans les préaux du cloître. A l’extérieur de l’église, notamment au revers du chœur, un cimetière accueille une population plus variée avec la présence d’individus féminins, d’enfants ainsi que de rares périnataux. Actuellement, plus de deux cents individus ont déjà été exhumés de l’abbaye ; à terme, on estime qu’entre 400 et 450 inhumations seront extraites. Enfin, il faut signaler les quelques éléments lapidaires funéraires imposants qui ont été retrouvés (fig 3, 4 et 5), tous en position secondaire, soit respectivement dans un niveau de destruction, en remploi dans un mur, et dans une fosse de rejet.

Fig. 3 : Couvercle de sarcophage roman (« lame funéraire ») du XIIe siècle ou du début XIIIe siècle.

 

Fig. 4 : Dalle funéraire (partielle) d’un notable religieux d’« Harnes », probablement de la seconde moitié du XIIIe siècle.

 

Fig. 5 : Haut-relief en pierre calcaire (42 x 52 x 16 cm) à épitaphe (milieu ou fin XVe siècle).

 

Fig. 6 : Dallage de la structure funéraire 30 025 N.

 

Fig. 7 : Squelette n°4 correspondant à la structure funéraire 30 025 N.


Les agrandissements de l’abbatiale aux XVe et/ou XVIe siècles

Au milieu du XVIe siècle, l’abbatiale reçoit les reliques de sainte Germaine (ou Grimonie) et sainte Probe, ce qui semble amener non seulement la mise en place de deux chapelles de part et d’autre des collatéraux, mais également l’abandon définitif du cloître. 

Fig. 8 : Elément d’armature d’une baie (remplage) utilisé en pierre de réemploi dans un mur de la galerie ouest du cloître.


L’agrandissement des transepts et/ou les aménagements de chapelles de part et d’autre de la nef peuvent être attribués à cet épisode, à moins que ces travaux aient été réalisés, auparavant, lors de l’abbatiat de Jacques le Vasseur (1475-1515) marqué par la restauration spirituelle et matérielle de l’établissement.  


Les ailes est et sud du carré monastique

Au sud du cloître prend place un certain nombre de bâtiments à fondation en pierre dont la fonction ne nous est parvenue ni par les textes ni par les illustrations. Si la salle capitulaire ou le dortoir n’ont pas encore clairement été identifiés, les cuisines, les latrines ou bien encore le réfectoire ainsi que plusieurs caves et celliers ont pu être caractérisés. 

Fig. 9 : Cuisines médiévales détruites au XVe siècle


L’hydraulique

La gestion des aménagements hydrauliques au sein de l’établissement révèle un certain degré de compétence. Les eaux pluviales sont collectées des toitures de l’église et du cloître afin d’alimenter un ensemble de petites citernes (4) placées dans les jardins de celui-ci. Une citerne de taille bien plus imposante et pouvant contenir plusieurs dizaines de m3 se place à proximité immédiate des cuisines. Un réseau d’égout, mis en place au cours de la période médiévale et ayant connu au moins deux états, semble débuter au niveau de cette citerne. Le réseau souterrain longe les cuisines ainsi que les latrines avant de se jeter, après un tracé de près de 50 m, dans les différents fossés d’enclos de l’abbaye. 


Des jardins «à la française»

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la partie la plus méridionale de la zone de fouille est aménagée de quelques parterres décoratifs aux forme diverses (croix, rosace, cœur…). Ceux-ci, associés à de rares fragments de statuaire de jardin en terre cuite, avaient pour fonction de créer avec les modestes moyens de l’abbaye des jardins d’agrément « à la française ». 


Révolution française et démantèlement de l’abbaye

Lors de la Révolution française, la communauté religieuse est dissoute ; les bâtiments de l’abbaye et de la ferme qui lui est associée sont vendus comme bien nationaux en de nombreuses concessions. Exploitée comme carrière et entièrement démantelée, l’abbaye disparaît dans les premières décennies du XIXe siècle.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. MICHEL DESRUELLES dit :

    Très bel article complet qui nous permet de redécouvrir cette abbaye héninoise augustinienne, ayant rayonné dans sa région plus de sept siècle mais dont le site avait disparu de la mémoire collective suite à son arasement révolutionnaire. BRAVO A TOUTE L’EQUIPE

  2. Cécillon Nadia dit :

    Une merveille

  3. Gobert dit :

    Toujours fascinant de remonter dans le temps et redonner vie à une période de notre histoire qui permet de comprendre l’identité d’une région et de ses habitants.

Répondre à MICHEL DESRUELLES Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.