Steampunk en Haut-Escaut : raconter, enchanter, inventer le patrimoine fluvial et industriel

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Caroline Soreau, doctorante, De Scripto, UPHF.
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le troisième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture

Figure 1 : Visuel de la journée d’étude sur la Vallée de l’Escaut. Dessins, photomontage, papiers découpés.


Introduction :

D’abord sous-genre de la littérature de science-fiction apparu dans les années 1960, inspiré par le Merveilleux Scientifique, Jules Verne ou H.G. Wells, le Steampunk s’est fortement développé et possède aujourd’hui une esthétique, une iconographie et une philosophie riches de sens comme de possibilités. Son principe fondamental consiste à remettre en lumière et revisiter le XIXème siècle de façon uchronique et fantastique. Ma recherche-création a pour objectif de questionner ces possibilités et de créer un projet artistique et culturel qui permettrait de remettre en lumière le patrimoine industriel des Hauts-de-France, et plus particulièrement celui du Haut-Escaut, tout en le faisant entrer dans la Quatrième Révolution Industrielle qui se dessine aujourd’hui.

Dans le cadre de la journée d’étude sur la Vallée de l’Escaut organisée le 05 décembre 2019, l’objectif était dans un premier temps de réaliser des visuels qui viendraient annoncer et illustrer la manifestation (Figure 1) et dans un deuxième temps de réfléchir à l’apport de l’imaginaire Steampunk pour réenchanter le patrimoine fluvial et industriel du Haut-Escaut. Le présent article offre un aperçu des recherches réalisées dans cette perspective et expliquera ses attaches avec nos recherches sur le Steampunk en Hauts-de-France. L’une des ambitions est de voir comment les formes artistiques et littéraires pratiquées sur le territoire sont susceptibles de faire connaître et valoriser les patrimoines de la vallée de l’Escaut, et plus particulièrement le patrimoine minier, industriel et le patrimoine lié à l’eau.

Figure 2 : Utilisation des visuels créés pour la réalisation du programme de la Journée d’Etude

Diplômée en Arts Plastiques, je réalise actuellement une thèse sous la direction de Arnaud Huftier qui travaille, quant à lui, en littérature comparée. Ma recherche se situe à la croisée des mondes et mêle plusieurs approches artistiques et littéraires : je mène une recherche-création portant sur le Steampunk en Hauts-de-France, et plus exactement, ici-même, sur le secteur du Haut-Escaut. J’étudie donc à la fois les arts visuels, la littérature mais aussi l’histoire. Cela me permettra de vous présenter l’emblème de notre journée d’étude sur la Vallée de l’Escaut : la péniche Scaldis et son cheval de halage éthéréen que j’ai imaginés et dessinés.

Dans un premier temps, il me faut vous présenter le Steampunk. Pour cela, je vous invite d’abord à me suivre dans un voyage qui devrait vous permettre de vous familiariser avec cet univers. Même si, comme le disent Etienne Barillier et Arthur Morgan dans le Guide Steampunk, principal ouvrage français sur le sujet, « nous connaissons tous le Steampunk mais nous ne savons pas exactement ce que le mot recouvre[1]. »

Comme un uchronaute dans un univerne

Le 22 octobre 1895, un accident spectaculaire survient à la gare de Paris-Montparnasse : un train ne ralentit pas suffisamment avant son arrivée en gare, il traverse tout le bâtiment jusqu’à aller défoncer la façade, la traversant littéralement jusqu’à terminer sa course folle dans la rue. C’est le Studio Lévy & fils qui photographie l’accident à l’époque (Figure 3). Plus d’un siècle plus tard, le peintre et illustrateur français Didier Graffet s’empare de la scène, devenue historique, pour en tirer une superbe toile (Figure 4).

Figure 3 : Studio Lévy & fils, Accident de la gare Paris-Montparnasse, Photographie, 1895

Figure 4 : Didier Graffet, Montparnasse, Acrylique sur toile, 90 x 117 cm, dans Steampunk – De vapeur & d’acier, Paris, Editions Le pré aux clercs, 2013


Cette peinture fait référence à un événement bien réel, survenu au XIXème siècle en France. Mais, dans la toile de Didier Graffet, nous constatons rapidement que la technologie qui s’affaire autour du train n’est pas celle de l’époque. En témoignent les dirigeables survolant la scène et les petits robots flottant autour de la carcasse de la locomotive (Figure 5 : Détails de la toile de Didier Graffet, Montparnasse, 2013.). La peinture de Didier Graffet dépeint un évènement historiquement avéré mais semble le déplacer dans un monde alternatif, différent du nôtre mais inspiré par lui.

Figure 5 : Détails de la toile de Didier Graffet, Montparnasse, 2013


Xavier Mauméjean, qui réalise l’ouvrage Steampunk, De vapeur & d’acier avec Didier Graffet et dont est tiré cette toile, écrit en préambule du livre :

« Il existe des mondes séparés du nôtre par un voile fragile, presque transparent. Parfois, au travers, nous pouvons apercevoir ce qui aurait pu être, ou arriver autrement. (…) Par exemple, le monde décrit dans ce livre est séparé de notre réalité par un soupçon d’espace et de temps[2].  »

Plutôt que de seulement soulever le « voile fragile » qui séparerait les mondes, le train de Didier Graffet ne s’arrête pas à temps, il défonce la façade de la gare et nous plonge au sein d’un univers surnommé le Steampunk. Comme cette locomotive, notre temps vient de dérailler car c’est ce que permet de faire le Steampunk : faire dérailler le temps ; lui faire emprunter un chemin de traverse, une autre voie, une route parallèle. Nous voilà devenus, l’espace d’un instant, des uchronautes – voyageur de non-temps – dans des univernes.

Des univernes car le Steampunk doit beaucoup à Jules Verne. Il est l’une des principales sources d’inspiration de cet imaginaire de rouages, d’acier, de vapeur – à l’image de son célèbre Nautilus (Vingt Mille Lieues sous les Mers, 1869) ou son éléphant à vapeur (La Maison à vapeur, 1880), ayant véritablement pris forme à Nantes depuis 2007 après avoir inspiré La Compagnie La Machine (Figure 6), de véhicules volants en tous genres et de Voyages Extraordinaires. Les Vaporistes[3] replongent aussi volontiers dans les autres romans populaires du XIXème siècle et tirent de nombreuses idées du Merveilleux-Scientifique.

Figure 6 : À gauche : Léon Benett, « Tel était donc le train », Gravure, 1880, dans Jules Verne, La Maison à vapeur, Paris, Hetzel, 1880 À droite : Jean-Pierre Dalbéra, Le Grand Eléphant en mouvement dans le parc des chantiers, Photographie, Nantes, 2012

Qu’est-ce que le Steampunk ?

Définir ce qu’est exactement le Steampunk est une tâche complexe. Les réponses ne manquent pourtant pas – bien au contraire. Il existe une multitude de choses Steampunks et autant de définitions de celui-ci, par la force des choses. Commençons donc par dire que le Steampunk est protéiforme et c’est ce qui lui permet d’être au cœur du travail d’une pluralité d’artistes, de créateurs, professionnels et amateurs. Aussi, vouloir donner une définition simple du Steampunk peut vite s’avérer réducteur.

S’efforçant d’imaginer ce qu’aurait été le passé si le futur était arrivé plus tôt[4], le Steampunk est d’abord apparu sous la forme de romans dans les années 1980 aux Etats-Unis[5]. Pour Etienne Barillier et Arthur Morgan, « engrenages, vapeur, automates, savants fous en chapeaux hauts de forme, nous avons tous rencontré à un moment ou à un autre le Steampunk ces dernières années[6]. » Aujourd’hui pourtant, le Steampunk n’est pas vraiment un genre de la littérature de l’imaginaire et il n’existe pas d’écriture formellement Steampunk. Ce n’est pas non plus qu’une esthétique ou un style car si nous pouvons le reconnaître à ses occurrences particulières (rouages, vapeur, goggles, hauts-de-forme, automates, dirigeables, rouille, acier…), leur présence ne suffit pas – ou plus – à rendre une œuvre Steampunk ou à la classifier en tant que telle. Il semble en effet que nous puissions distinguer un esprit Steampunk même au sein d’œuvres pauvres en clichés Steampunks. Enfin, s’il peut avoir des airs de mouvement artistique, il n’existe pas (encore ?) de manifeste pour cadrer sa pratique.

Le Steampunk emprunte à la science-fiction et au fantastique[7]. Il nous donne à voir des mondes fabuleux qui s’inspirent de notre passé et le réinventent de façon plus ou moins irréelle. Ces uchronies fantastiques prennent généralement place au XIXe siècle[8]. Nous y retrouvons tout ce qui marqua historiquement cette époque – ses modes, ses politiques, ses grandes figures, ses inventions, ses évènements marquants… mais aussi ses personnages de romans célèbres et d’autres fictions. Car ce qui fait surtout la particularité de ce XIXe siècle, c’est qu’il a évolué différemment du notre : un évènement marquant a bien souvent bouleversé le cours normal de l’Histoire. Il peut s’agir de la découverte d’une nouvelle substance capable de merveilles (l’éther, par exemple, dans les Confessions d’un Automate Mangeur d’Opium[9]) ou, plus surprenant, d’une invasion extraterrestre (comme dans La Lune Seule le sait[10]).

Même si la plupart des intrigues Steampunk se déroulent en Angleterre au XIXème siècle comme dans les premiers romans du genre, il est potentiellement universel : les œuvres issues de cette science-fiction, fantasy et fantastique (S.F.F.F.) peuvent théoriquement prendre place partout dans le monde au début de l’ère industrielle et jusqu’au début de la Première Guerre Mondiale. Toutefois, ses mécanismes créatifs se sont développés et ont donné naissance à de nouveaux sous-genres qui débordent sur des périodes historiques plus récentes : Decopunk, Dieselpunk, Atompunk… Tous ces sous-sous-genres peuvent être regroupés sous le terme de Rétrofuturismes. Notons toutefois que Steampunk et Rétrofuturisme ont souvent tendance à être utilisés sans distinction, comme des synonymes, tant le Steampunk occupe une place prépondérante et est aujourd’hui célèbre dans ce champ de création, d’étude et de divertissement.

L’objectif de mon travail de thèse est de déceler, de révéler et de mettre en scène le « voile fragile » auquel fait référence Xavier Mauméjean dans son ouvrage en collaboration avec Didier Graffet ; de créer mes propres aiguillages vers un temps à rebours comme les décrivaient Daniel Riche. À propos des histoires Steampunks, il écrivait dans la préface de l’anthologie Futurs antérieurs justement intitulée « Le passé est l’avenir de l’homme » :

« Ces histoires sont toutes des tranches de passés alternatifs, des fragments à rebours de nulle-temps à vapeur, des souvenirs altérés d’une Histoire sans avenir, des détours sans escale en terres d’anachronies… Voici des nouvelles de temps qui n’ont jamais été, qui n’auraient pas pu être, qui ne seront jamais et qui, pourtant, dégagent comme un parfum de furieuse familiarité[11] »

Dans mon travail de recherche, ce n’est toutefois pas n’importe quel temps qui m’intéresse : c’est le passé industriel de la région Hauts-de-France et, tout particulièrement, celui du Haut-Escaut. Il s’agirait de remettre en lumière le patrimoine industriel de la région. Un patrimoine qui s’est essentiellement développé au cours du XIXème siècle et a fini par péricliter au cours du XXème siècle mais dont les traces, matérielles et immatérielles, sont encore bien visibles aujourd’hui.

Pour réaliser mon travail, j’emprunte au Steampunk le mélange qui est à la base de son fonctionnement : l’uchronie[12] et la fantaisie[13] donnant lieu à une S.F.F.F. burlesque, accessible à tous les publics. Le but n’est pas d’être nostalgique et encore moins passéiste, ou de réécrire l’Histoire mais de jouer avec elle pour la remettre en lumière d’une manière originale. À terme, l’idée est de faire de nos anciennes usines des lieux de culture, d’éducation, de divertissement, de tourisme, de partage : des lieux où nous apprendrions en nous amusant et où nous réapprendrions surtout à rêver. Pour ce faire, mon hypothèse est que le Steampunk peut s’avérer être un vecteur de création riche de possibilités.

Recherche-création dans la Vallée de l’Escaut

C’est quelque part, à la confluence de tous les possibles proposés par le Steampunk, que je mène mon travail de recherche-création. Ce travail s’inscrit tout particulièrement dans la Vallée de l’Escaut et, plus exactement, dans l’arrondissement de Valenciennes, qui est le territoire où je vis, crée et où se trouvent mes racines.

La recherche-création est encore peu pratiquée en France. Elle consiste en un savant mélange d’expérimentations plastiques, de recherches théoriques, ayant pour but de faire naître et d’alimenter l’inspiration et de parvenir à une réalisation – en l’occurrence artistique. Elle engage ceux qui la pratiquent dans une démarche poïétique.

C’est une forme de recherche universitaire qui, comme tout travail scientifique, se veut objectif et impartial mais qui porte aussi en elle une grande part de subjectivité, propre à toute démarche artistique et créative. Cela est d’autant plus vrai que mon travail porte sur un territoire où je suis née, ai grandi et où je réside toujours aujourd’hui.

Scaldis, la péniche Steampunk de l’Escaut

Quand l’idée d’une journée sur l’Escaut a émergé, j’ai cherché comment représenter l’empreinte que l’industrie a laissé dans notre Histoire, tant régionale que nationale, voire internationale – l’Escaut coulant jusqu’en Belgique et aux Pays-Bas. Mais il était également important de montrer sa capacité à se renouveler, notamment grâce à l’art et à la culture mais aussi, dans le cadre de Rev3[14], aux problématiques actuelles telles que la protection de l’environnement, le développement des énergies vertes et des technologies de demain. Des problématiques qui prennent de plus en plus de place dans le Steampunk et les S.F.F.F. en général.

C’est tout naturellement que l’idée de travailler sur les péniches qui arpentaient déjà ce cours d’eau au XIXème siècle s’est imposée. Le Steampunk étant un imaginaire riche en machines et véhicules en tout genre, et prenant place en pleine première Révolution Industrielle, il était évident que si un élément de ce territoire devait être Steampunké[15] pour l’occasion, c’était bien celui-ci. La péniche étant intimement liée à l’ensemble des industries emblématiques de la région et elle arpente encore l’Escaut aujourd’hui. Je voulais que cette péniche soit le symbole de ce renouvellement et de cette volonté d’aller de l’avant tout en inscrivant en elle des traces de l’Histoire régionale ; qu’elle ait l’air à la fois issue d’un imaginaire Steampunk ; qu’elle génère des interrogations par certains aspects mais qu’elle soit aussi assimilable au territoire de l’Escaut et reconnaissable par ceux qui l’habitent.

C’est ainsi qu’est née Scaldis, la péniche qui illustre notre journée d’étude. Elle est un des fruits des expérimentations que je mène actuellement. Elle est l’une des rencontres que j’essaye d’initier entre le Steampunk et la région Hauts-de-France, et tout particulièrement le territoire que traversent cette voie fluviale et ses affluents. Elle est appelée Scaldis, nom latin du fleuve Escaut. C’était un moyen simple de l’ancrer à la longue histoire de ce cours d’eau.

Le Steampunk est un imaginaire qui regorge de machines en tout genre et tout particulièrement de véhicules variés. Certains en sont de véritables emblèmes : les trains à vapeur gigantesques mais plus encore les dirigeables et autres montgolfières ou aérostats. En fait, les aventures qui se déroulent dans les univers Steampunk ont volontiers lieu dans les airs. Toutefois, même si le milieu aérien y remplace souvent le milieu maritime et fluvial, les bateaux n’en sont pas du tout absents. Il en existe de toutes les formes, de toutes les tailles et pour toutes les fonctions que nous leur connaissons véritablement. À la différence qu’ils ne voguent pas sur les flots mais dans le ciel. Ils font ainsi le lien entre la terre et le ciel et ouvrent des horizons plus larges que jamais. Les Voyages Extraordinaires et les aventures qui avaient autrefois lieu sur l’eau ont alors lieu dans les airs, nouvelle Terra Incognita de tous les possibles. C’est en ce sens que j’ai choisi de créer une péniche volante afin de représenter le territoire de l’Escaut : un territoire riche d’une longue Histoire, marqué par les différentes Révolutions Industrielles et aujourd’hui en chemin vers de nouveaux horizons, dont certains restent à inventer avec le concours des personnes qui travaillent à son sujet.

La péniche était un des moyens de fret privilégié au XIXème siècle et c’est toujours le cas aujourd’hui. Les raisons à cela sont diverses, comme à l’époque, mais comme le disent Etienne Barillier et Arthur Morgan, la raison principale est peut-être que « la fin du XIXème siècle ressemble beaucoup au nôtre[16]. » Nous pouvons par exemple noter la même préoccupation pour de larges capacités de stockage et de transport sur des trajets longs. Les fleuves comme l’Escaut permettant d’accéder au reste de la France mais aussi aux pays voisins. Aujourd’hui s’ajoute aussi une volonté forte de polluer moins qu’en utilisant d’autres modes de transport, en particulier les camions.

Parallèlement à mes recherches sur les véhicules Steampunks, je me suis aussi penchée sur les embarcations emblématiques des cours d’eau célèbres dans le monde : les bateaux-mouches sur la Seine, les pirogues de l’Amazonie, les bateaux pagodes ou les jonques aux voiles si particulières d’Asie, jusqu’aux célébrissimes gondoles de Venise. Il s’agissait de trouver là des sources d’inspirations pour rendre, à terme, la péniche Scaldis représentative de son environnement et, surtout, d’en faire un objet de fierté possible. La pirogue découverte sur les fouilles de Bouchain peut aussi constituer un support pour l’imaginaire des populations anciennes qui ont arpenté les rives du fleuve.

Ce sont notamment les aventures de Tom Sawyer sur le Mississipi (Mark Twain, Les Aventures de Tom Sawyer, 1876, adapté en série animée en 1980 par Nippon Animation) qui ont laissé le plus de souvenirs dans ma mémoire d’enfant – une mémoire à laquelle j’essaye de donner le plus de place possible dans mon travail artistique. Les bateaux à aubes, très remarquables du Sud des Etats-Unis, ont marqué durablement mon esprit. De plus, ils étaient liés à la Révolution Industrielle qui sert de toile de fond au Steampunk. Ils me semblaient aussi représentatifs d’une espèce d’âge d’or auquel l’imaginaire Steampunk emprunte nombre de ses formes. Autant que l’esthétique du Far West et des chemins de fer que nous trouvions déjà dans Les Mystères de l’Ouest, considérés comme une des premières séries Steampunks[17], bien avant que cet imaginaire ne trouve un nom ou ne se formalise un tant soit peu.

Figure 7 a : Alphonse de Neuville, « Le Nautilus », Gravure, dans Jules Verne, Vingt mille Lieues sous les mers, Paris, Hetzel, 1870. b : Richard Fleischer, Capture d’écran montrant le Nautilus, dans Vingt mille Lieues sous les mers, Film, Walt Disney Production, 1954. c : Didier Graffet, Peinture pour la réédition de Vingt mille Lieues sous les mers, Paris, Gründ, 2002

 

Figure 8 a et b : à gauche : Alphonse de Neuville et Edouard Riou, « La salle des machines du Nautilus », Gravure, dans Jules Verne, Vingt mille Lieues sous les mers, Paris, Hetzel, 1870, à droite, Didier Graffet, Peinture pour la réédition de Vingt mille Lieues sous les mers, Paris, Gründ, 2002.

Mais stylistiquement, ma source d’inspiration principale a été la plus célèbre d’entre toutes, sans doute, et une des plus présentes au sein du Steampunk : le sous-marin du Capitaine Némo, le Nautilus (Verne : Vingt Mille Lieues sous les Mers, 1869). Et pas n’importe lequel : celui du film de 1954, particulièrement Steampunk dans son esthétique et qui a grandement participé à poser les bases du style si caractéristique de cette S.F.F.F. en s’inscrivant durablement dans notre imaginaire collectif (Figure 7). C’est aussi celui qu’il est possible de visiter à Disneyland Paris car le film de 1954 était produit par les studios Disney. Nous retrouvons de claires références à cette version du Nautilus dans les illustrations de Didier Graffet qui, en 2002, avait participé à une réédition de Vingt Mille Lieues sous les Mers (Figure 7).

Enfin, j’ai aussi travaillé à partir de photographies anciennes, montrant les péniches d’antan. Je suis habituée à voir passer celles d’aujourd’hui mais j’avais beaucoup à apprendre sur celles du passé. Une des photographies qui a le plus retenu mon attention est celle de ce toueur de Mauvages, sur le canal de la Marne au Rhin, avec son fonctionnement à vapeur (Figure 9). C’est ainsi que j’ai notamment intégré une cheminée à la péniche Scaldis.

Figure 9 Carte postale ancienne montrant un toueur de Mauvages sur le canal de la Marne au Rhin. On retrouve ce type de bateau de traction sur le canal de Saint-Quentin, avec le toueur de Riqueval qui peut là aussi constituer un exemple pour le territoire. Source : http://projetbabel.org/fluvial/toueur.htm, consultée le 04/10/2019)

Comme un char de carnaval

L’autre élément que j’ai souhaité mettre en avant est le cheval. A travers lui, j’ai souhaité évoquer le système de halage qui a longtemps permis aux différentes marchandises de transiter sur nos cours d’eau, et notamment sur l’Escaut.

Le Steampunk étant un imaginaire flirtant volontiers avec le fantastique, voire la fantasy, une part importante de mon travail artistique consiste aussi à réutiliser leurs potentialités créatives. Mon objectif étant de raconter l’histoire industrielle de notre région de façon à donner envie à ses habitants et à l’ensemble des publics de la découvrir, voire de la redécouvrir sous un jour nouveau. La possibilité d’avoir recours au fantastique, offerte par l’ouverture du Steampunk à tous les genres de l’imaginaire, me permet d’essayer de concilier le caractère très terre-à-terre des industries historiques de la région et avec la vision quasi-magique que nos ancêtres pouvaient se faire des progrès techniques et technologiques du XIXème siècle et de ses conséquences pour l’avenir[18]. Elle a aussi pour objectif de réenchanter un patrimoine longtemps déconsidéré, relégué au second plan, mais aussi d’engendrer de nouvelles aspirations et inspirations pour l’avenir.  

Ainsi, selon l’histoire que je lui ai inventée, le cheval de halage qui tire la péniche Scaldis est formé par les petites machines aux allures de poissons des abysses qui volent devant lui. Pour les réaliser, le Nautilus du film de 1954 a été la source d’inspiration principale mais j’ai également étudié les œuvres d’Albert Robida. Ce dernier a réalisé de nombreux dessins montrant des machines volantes en tout genre qui avaient souvent des formes aquatiques (Figure 10). Il est aussi un des grands anticipateurs du XIXème siècle avec son œuvre Le Vingtième Siècle[19] dont il réalise à la fois les textes et les illustrations.

Les machines qui précèdent la péniche possèdent des corolles, comme celles des gramophones, car elles émettent des sons qui permettent au nuage de se maintenir dans la forme souhaitée (Figure 11). L’idée était de détourner un objet d’époque de sa fonction première, lui donnant ainsi une fonction merveilleuse ; comme si les ondes musicales étaient capables de contrôler la forme des nuages pour leur donner vie et, par là même, leur permettre de rendre le navire mouvant et volant. Ainsi, ce cheval-nuage est le Pégase qui permet à la péniche Scaldis de voler, voguant non plus seulement sur les flots de l’Escaut mais au-dessus d’eux, dans le ciel de son territoire et haut-delà de ses frontières.

Figure 10 Albert Robida, La Sortie de l’opéra en l’an 2000, Lithographie, vers 1882, Bibliothèque du Congrès, Washington, Etats-Unis.

Il était important pour moi de mettre en avant le ciel de notre territoire. Nous partageons avec la Belgique l’idée que nous habitons un « plat pays ». Mais là où d’aucuns pourraient y voir une assertion négative faisant de notre territoire comme une contrée sans relief – dans tous les sens du terme – nous pouvons aussi y voir un horizon infini. Qui vit dans le Nord de la France ou en Belgique sait comme nos ciels sont beaux ! Qu’ils soient bleus ou chargés ; que ce soit quand le soleil se lève ou quand il se couche ; quand le vent se met à souffler et que semble se dresser au-dessus de nous une mer de nuages ; quand ces derniers deviennent noirs et menaçants ou encore quand percent à travers eux des rayons de soleil, comme venus d’ailleurs, d’au-dessus, d’au-delà de notre monde.

Vous l’aurez compris, le cheval qui guide la péniche Scaldis est le fruit d’une technologie-magique comme nous pourrions en trouver beaucoup dans l’imaginaire Steampunk (nous l’avons évoqué plus tôt avec la technologie de l’Ether qui permet aux bateaux de voler dans le roman Confessions d’un automate mangeur d’opium mais c’est un procédé récurrent qui va du plus extraordinaire au plus vraisemblable dans les œuvres Steampunk). Mon objectif est de redonner au public le goût de s’attarder sur les richesses et la beauté de notre territoire : une pointe de magie pour réenchanter les lieux et une pincée de technologies incroyables pour nous donner le goût d’aller vers l’avenir avec optimisme et créativité. Car si le Steampunk devait être un tant soit peu nostalgique, ce serait sans doute de ce goût pour l’anticipation teintée de merveilles qui semblait bouillonner dans les œuvres mais aussi dans les esprits d’alors.

Les vaporistes ne tenteraient-ils pas de ranimer cette flamme ?

 

Figure 11 : Les aérostats aux formes aquatiques qui guident la péniche Scaldis

Idéalement et si elle pouvait véritablement être bâtie dans le futur – à la manière des Machines de L’Île de Nantes ou du Dragon de Calais, je souhaiterais que la péniche Scaldis puisse devenir une sorte de char de carnaval comme nous les apprécions dans le Nord de la France et en Belgique. C’est pourquoi une partie de mes recherches se portent également sur les carnavals du monde et plus particulièrement sur notre territoire. Notre péniche permettrait alors de raconter des histoires – et l’Histoire – de façon spectaculaire, tout en faisant participer le public et en interagissant avec lui. Surtout, elle pourrait faire intervenir des technologies de pointe, notamment la robotique, comme c’est le cas pour le Dragon de Calais. Ainsi, nous pourrions lier le passé et le futur, et devenir pleinement les ancêtres de demain[20] ; transmettant leurs histoires – aussi bien réelles que chimériques – à leurs successeurs pour qu’ils puissent à leur tour grandir et apprendre de nouvelles choses, et inventer de nouvelles histoires à leur tour.

Figure 12 Le bateau volant Le Haut-de-France a été créé pour illustrer ma recherche-création dans le cadre de la présentation d’un poster lors du Mardi des Chercheurs à Mons en 2019. Il a ensuite été colorisé avec pour principal objectif de rappeler les briques rouges typiques de la Région ainsi que son riche passé industriel et sa position de carrefour européen


Actuellement, la péniche Scaldis mais également l’ensemble de la partie artistique de mon travail sont toujours des dessins, des esquisses, des projets. Scaldis sera bientôt dotée de couleurs et rejoindra le Haut-de-France, autre navire volant Steampunk inspiré de la région que j’ai déjà réalisé, ainsi que l’ensemble des autres créations issues de mon travail de recherche (Figure 12). J’espère que dans un futur plus ou moins proche, ces créations et d’autres pourront également prendre forme dans notre réalité.

 

Conclusion

Pour terminer mon propos, j’emprunterai ceux d’Etienne Barillier et Raphaël Colson car il me semble qu’ils résument bien les choses : « le Steampunk est musique, arts plastiques, jeux vidéo, style de vie. Il est en passe de devenir une sous-culture, transmédia, transgénérationnelle, multiculturelle et fondamentalement libre. » J’ajouterai que le Steampunk porte en lui un certain optimisme et l’envie de rêver à nouveau le meilleur avenir possible, tout en tirant tous les enseignements nécessaires du passé. Or, comme l’écrivait George Orwell dans 1984 : « Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé[21]. ». Ainsi, les enjeux de ce travail de réhabilitation, de revalorisation et de redynamisation du patrimoine industriel du territoire du Haut-Escaut constituent donc potentiellement aussi colossaux que nécessaires pour l’avenir de la région Hauts-de-France. Ceci est d’autant plus vrai que le patrimoine industriel entre désormais au cœur de l’archéologie, depuis l’essor récent de l’archéologie industrielle[22] et de l’archéologie des temps contemporains[23], qui amène à reconsidérer et à revaloriser ces vestiges d’hier et d’aujourd’hui.

——————-

[1] Etienne Barillier et Arthur Morgan, Le Guide Steampunk, Chambéry, ActuSF, coll. « Les Trois Souhaits », 2013, p.14.

[2] Didier Graffet et Xavier Mauméjean, Steampunk, de Vapeur et d’Acier, Paris, Le pré aux clercs, 2013, n.p.

[3] Surnom français donné aux personnes qui aiment ou pratiquent le Steampunk. Ils sont également appelés Steamers en anglais.

[4] Douglas Fetherling, cité par Daniel Riche dans sa préface de Futurs antérieurs, Paris, Fleuve Noir, 1999

[5] Trois auteurs de science-fiction américains, K. W. Jeter, Tim Powers et James Blaylock, sortent alors des romans qu’ils vont définir avec humour de style « Steampunk », en référence à une autre mouvance de science-fiction alors très à la mode : le Cyberpunk.

[6] Etienne Barillier et Arthur Morgan, Le Guide Steampunk, op.cit.,  p.14.

[7] Nous pouvons d’ailleurs le considérer comme un « sous-genre » de ces deux genres littéraires.

[8] Plus exactement, et bien qu’il se passe et/ou se base effectivement le plus souvent au ou sur le XIXe siècle, il arrive aussi que des intrigues puissent se dérouler bien avant et, malgré tout, entrer dans ce sous-genre de la science-fiction et du fantastique qu’est le rétrofuturisme. Nous pouvons ainsi citer la trilogie de Pierre Pevel, Les Lames du Cardinal, dont l’un des principaux personnages n’est autre que le Cardinal de Richelieu et dont l’histoire débute en 1633. De plus, il s’agit dans ce roman de lutter contre des dragons et non contre, par exemple, des machines ou des automates. Le fait qu’il s’agisse d’une uchronie (de par l’utilisation de personnages historiques ayant réellement existé, comme le Cardinal de Richelieu) qui place ce roman dans le genre rétrofuturiste et non pas dans la pure Fantasy.

[9] Fabrice Colin, Mathieu Gaborit, Confessions d’un automate mangeur d’opium, Paris, Le Serpent à plumes, 2003.

[10] Johan Héliot, La Trilogie de la Lune, Edition intégrale, Paris, Editions Mnémos, coll. « Dédales », 2011.

[11] Daniel Riche dans la préface de l’anthologie Futurs antérieurs, Paris, Fleuve Noir, 1999.

[12] Histoire refaite en pensée telle qu’elle aurait pu être et qu’elle n’a pas été. Terme inventé par Renouvier en 1876 et formé du préfixe u- et de -chronie, (du grec, « temps ») sur le modèle du mot « utopie ».  Etymologiquement, le mot désigne donc un « non-temps ». Exemple célèbre : « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé. » (Blaise Pascal, Pensées, 90.) Source : Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL).

[13] Au sens de « production de l’imagination », « rêverie ». Source : Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL).

[14] Nom donné au projet de Troisième Révolution Industrielle dans laquelle s’est engagée la région Hauts-de-France. (Source : https://rev3.fr/)

[15] Néologisme utilisé pour parler d’objets transformés de à la manière Steampunk.

[16] Etienne Barillier et Arthur Morgan, Le Guide Steampunk,  p.18.

[17] Dans le remake cinématographique sorti en 1999, le Steampunk est absolument partout présent, de son esthétique à intrigue rocambolesque.

[18] Mortelette : 2020, p.22.

[19] Albert Robida, Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux, 1883.

[20] C’est une expression qui accompagne mes recherches depuis le début et qui sert de sous-titre à mon travail. Peu à peu, il est ressorti de mes questionnements que si Jules Verne et d’autres étaient les ancêtres communs de la plupart des créateurs Steampunk aujourd’hui alors ces créateurs, eux, pouvaient devenir les ancêtres des générations futures. C’est, en tout cas, le défi qui guide mes réflexions artistiques personnelles.

[21] George Orwell, 1984, 1949, n.p.

[22] Pierre Fluck, Manuel d’archéologie industrielle. Archéologie et patrimoine, Paris, Hermann, 2017. La question du patrimoine industriel est également souvent abordée dans les grands thèmes des institutions et organismes culturels, tels que l’INP ou encore l’UNESCO.

[23] Voir l’axe 14 de la Programmation nationale de la recherche archéologique, CNRA/ministère de la Culture.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Michel Blas dit :

    De l’eau (!) à votre moulin … cet article perso : http://michel.blas.free.fr/st-python/canal_du_nord.htm
    La vallée de la Selle aurait un aspect radicalement différent et les villages un tout autre aspect
    Mieux ? peut-être pas …
    PS : je connais Laeticia Deudon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search