En eaux troubles : flotter et creuser dans les arts contemporains

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Bahéra Oujlakh, docteur en Arts.
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le troisième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture

La journée d’étude du 05 décembre a réuni de nombreux spécialistes autour de la question de l’eau dans la vallée de l’Escaut. L’idée était de créer un événement intellectuel à la croisée des disciplines que sont l’histoire, la littérature et l’art. Sur ce territoire, en plus des chantiers archéologiques et des études sur le patrimoine historique et post-industriel, se déroulent de nombreuses et fructueuses résidences d’artistes. Des lieux comme le Phénix, l’Espace Pasolini et Le Boulon à Vieux-Condé accueillent acteurs, chorégraphes, performeurs et plasticiens pour des durées limitées. Ces derniers s’inspirent de l’environnement de résidences pour créer des œuvres singulières en lien direct avec des problématiques politiques, sociales, poétiques et esthétiques du territoire d’accueil.

Ainsi, l’histoire passée et présente de ces lieux de la vallée de l’Escaut a un impact direct sur la création artistique contemporaine. Pendant plusieurs années, l’association Travail et Culture (TEC-CRIAC) a conduit plusieurs projets artistiques mettant à l’honneur les mutations du travail le long de l’Escaut. En 2013, le territoire accueillait l’Opéra Escaut, Opéra Industriel au fil de l’eau mise en scène par Christophe Piret, proposé par le Centre de Recherche et d’Innovation Artistique et Culturelle du monde du travail (TEC-CRIAC) dans le cadre du projet Le Fluvial en devenir[1]. Entre 2018 et 2020 l’artiste et chorégraphe Hartmut Reichel a réalisé plusieurs performances sur le thème de l’eau dans le territoire de l’Escaut, en partenariat avec l’association Travail et Culture à l’occasion des Rendez-vous du Fluvial, et dans le cadre du dispositif CLEA (contrat local d’éducation artistique), piloté par Valenciennes Métropole et encadré par le printemps culturel. Durant sa résidence d’artiste, H. Reichel a arpenté les différentes localités riveraines du fleuve et a joué plusieurs représentations de son spectacle vivant intitulé « Au fil et au rythme de l’eau », où l’eau est incarnée dans l’expression corporelle. L’un des objectifs de ces manifestations culturelles est de mettre à l’honneur le travail des éclusiers et des mariniers du canal de l’Escaut, couplé à une exposition de photographies sur les paysages du travail dans la vallée de l’Escaut, réalisée par François Bodart, illustrant l’activité humaine dans ses rapports à l’eau, et à la lecture de poèmes pantoum consacrés au fleuve.

En lien avec le fil conducteur qu’est l’eau, nous avons choisi de présenter lors de cette journée d’étude un ensemble de créations du plasticien Julien Poidevin, en résidence à la chambre d’eau du Favril en 2017, en partenariat avec le théâtre du Phénix et le festival du cabaret des curiosités[2]. Ce dernier se définit comme un « artiste intermédia ». Julien Poidevin a fréquemment recours aux technologies pour réaliser ses œuvres, comme nous allons pouvoir le voir dans ce qui suit, qui reposent sur des technologies qui emploient des matériaux naturels comme l’eau.

La chambre d’eau est un lieu atypique et charmant – qui se situe en pleine campagne avesnoise – dans le sud des Hauts-de-France (voir figure 1). C’est aussi un lieu de résidences d’artistes pluridisciplinaires implanté au Favril, une petite commune de la Région des Hauts-de-France. Ce dernier soutient la création contemporaine et s’attache tout particulièrement au développement culturel des territoires ruraux. Le but de ces résidences est la création d’un lien entre les artistes et les habitants du dit territoire, afin de partager et de démocratiser l’art dans des régions dites reculées ou défavorisées.

Les fameuses « zones blanches[3] » désignées ainsi par le ministère de la Culture. Une politique d’action culturelle est donc menée sur ces lieux grâce à la sélection et au travail des artistes sur place.

L’ensemble des œuvres que nous avons choisi de présenter emploie toutes – de manière directe ou indirecte – l’élément aquatique. La première œuvre du plasticien consiste en une installation ayant eu lieu à Vitry en Artois les 24 et 25 février 2018. Cette dernière s’intitule Ondes et propose aux nageurs (ou plutôt aux flotteurs d’une piscine municipale) l’écoute de bruits et de sons provenant d’animaux marins : dauphins, baleines et autres mammifères des océans – mêlés à des sons plus abstraits, plus électroniques et répétitifs[4]. L’expérience s’est donc déroulée à deux reprises la nuit, dans l’espace aqualudique Aquatis (voir figure 2). Le but étant de vivre une pratique inédite dans l’eau, grâce aux sons et aux lumières adaptées. Tout un imaginaire autour de l’élément aquatique est de ce fait sollicité, afin de faire voyager par la pensée et par les sens les différents participants.

Ainsi, à l’écoute des différentes fréquences sonores, l’auditeur peut passer d’un univers à l’autre tout en flottant littéralement sur l’eau du bassin. Pour ce faire, de fines bouées ont été mises à disposition afin de permettre aux participants de flotter en position de planche sur le dos. L’eau devient ainsi un véhicule de fantasmes et d’images propres à l’auditeur qui expérimente conjointement les effets de l’eau (de la flottaison) et du son sur son corps et dans son esprit. En somme, une véritable expérimentation immersive. Mais l’eau peut être employée d’une toute autre manière dans les installations du plasticien. C’est le cas d’une autre œuvre intitulée Crossing Waves, présentée justement à la chambre d’eau du Favril en 2017. En regard direct avec le patrimoine hennuyer et l’histoire folklorique de l’Avesnois, le plasticien s’est inspiré en partie du témoignage d’un sourcier afin de créer cette installation. Nous pouvons d’ailleurs entendre un audio via le site de l’artiste[5] qui relate le témoignage du radiesthésiste, de son apprentissage et de ses techniques[6].

 

Figure 1 a et b : La Chambre d’eau du Favril – Source en ligne : https://www.lachambredeau.fr/l-association

 

Figure 2 : Ondes, immersion dans l’œuvre de Julien Poidevin – Source en ligne : http://www.julienpoidevin.fr/ondes/


Ce document audible vient compléter la vidéo où le spectateur peut observer les fluctuations rapides d’un programme informatique conçu pour des sons sinusoïdaux de basses fréquences, dont les formes sont générées de manière aléatoire. Ces fréquences évoquent les mouvements naturels et esthétiques d’une rivière, d’une source d’eau claire ou d’un cours d’eau (voir figures 3 et 4). Une fluidité et une réponse de la matière sur le son qui peut tout autant évoquer les connexions de nos synapses que la circulation électrique de nos neurones. En bref, un liquide, du vivant, donc de l’organique compris entre matières et sons. Concernant le témoignage du sourcier compris dans l’installation, le spécialiste explique avec minutie sa méthode basée notamment sur la recherche des vibrations des ondes électromagnétiques produites par l’eau sous la terre. C’est tout le sujet ici de notre plasticien qui cherche à travers cette seconde installation à obtenir des effets esthétiques et sémantiques. Le sourcier se définit comme autodidacte : il intervient par exemple pour rechercher – à l’aide de sa baguette de sourcier – des points d’eau afin de trouver un lieu pour créer un étang artificiel ou un puits. Voici un passage de l’enregistrement qui participe de l’installation et où le sourcier narre ses différentes expériences :

« La première fois que j’ai pris la baguette, elle m’a sauté dans la figure […] c’est une image […] elle va en remontant et en descendant dans la figure […] quand j’ai voulu l’arrêter, elle m’a éclaté dans les mains […] c’est de l’électricité ni plus ni moins »[7]

Ainsi, en ce qui concerne la première installation du centre aquatique en Artois, l’eau conviait les participants à la flottaison et à la légèreté, autant concernant cette seconde installation, c’est plutôt l’eau sous terre qui va animer la recherche et la création du plasticien. L’élément aquatique est donc ici cette force d’attraction terrestre qui peut presque faire éclater ou bien fendre le bois. C’est surtout l’aspect magique et mystérieux de cette ancienne profession populaire remontant aux Grecs et aux Romains qui est séduisante et qui véhicule ou renouvelle notre imaginaire. Un univers sous-terrain offert par le récit de personnalités plus ou moins sensibles aux champs électromagnétiques. Ce témoignage peut également faire écho à toute une tradition de l’Avesnois autour de récits comportant des fontaines et des sources dites magiques, légendaires car prétendues miraculeuses. Des eaux sources de vie, guérisseuses et thérapeutiques dont les exemples ne manquent pas : notamment les anciens lavoirs-fontaines de Bavay, de Bousies ou encore de Cerfontaine mais également certains anciens abreuvoirs pour animaux, des moulins et des cascades. De ce fait, l’eau semble omniprésente dans le paysage et les imaginaires territoriaux des habitants de l’Avesnois, au même titre que la fameuse pierre bleue ou encore les bousillés[8], mis à l’honneur notamment au MusVerre de Sars-Poterie. Les oratoires, les kiosques et les demeures de maîtres ne manquent pas non plus à l’appel. Autant d’éléments d’artisanat et d’histoire à explorer lors de futures résidences d’artistes invités à parcourir les cheminements aquatiques de la Sambre et de l’Escaut.

 

Figures 3 a et b : Crossing Waves, par J. Poidevin – Source en ligne : http://www.julienpoidevin.fr/crossing-waves/

 

 

Figure 4 : Exemple de sourcier, estampe, auteur et date inconnue – Source en ligne : http://www.sourcier-idf.fr/sourcier_en_savoir_plus.php

 


[1] Voir le site de l’association Travail et Culture – TEC-CRIAC qui offre un aperçu détaillé de ce projet : https://travailetculture.org/Le-Fluvial-en-devenir.html

[2] Le cabaret des curiosités du Phénix est un court festival dédié à la création contemporaine : il initie des rencontres autour d’une thématique sociétale abordée sous des angles artistiques divers (théâtre, danse, performance, expositions, etc.).

[3] Une appellation employée par la DRAC et le ministère de la culture qui soutient ces initiatives rurales.

[4] Ces sons ont été créés en partenariat avec le laboratoire de recherche locus sonus. Disponible sur : https://locusonus.org/wiki/index.php?page=Home.en

[5] http://www.julienpoidevin.fr/crossing-waves/

[6] Un sourcier est une personne qui pense pouvoir détecter au moyen d’un bâton de bois en forme de fourche ou d’un pendule les ondes électromagnétiques situées dans les veines d’eaux ou un souterrain sans eau qui résonne. Cependant, ce pouvoir n’ayant jamais été prouvé d’un point de vue scientifique, ce don reste donc plutôt du côté du mysticisme ou du conte folklorique.

[7] Disponible sur : http://www.julienpoidevin.fr/crossing-waves/

[8] Les bousillés sont des objets réalisés par les anciens ouvriers verriers sur leurs temps de loisirs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search