Les Arts dans les Remparts (Valenciennes) : la valorisation du patrimoine, de la mémoire et des savoir-faire matériels et immatériels dans le territoire de l’Escaut

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Monique Szarek, présidente du comité de quartier du Vignoble/Fg de Paris, organisatrice de la fête historique Les Arts dans les Remparts de l’Escaut.
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le troisième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture

(Nota bene : tous les crédits photographiques sont ceux du comité de quartier)

Résumé / Introduction

Depuis 2015, le comité de quartier Vignoble-Faubourg de Paris-Faubourg Sainte-Catherine organise une manifestation culturelle intitulée Les Arts dans les Remparts, financée par la Ville de Valenciennes, le département du Nord (Aides aux initiatives locales et à la diffusion culturelle) et la région Hauts-de-France.  Il s’agit d’une fête historique qui invite l’expression artistique sous toutes ses formes : plasticiens, arts du cirque, musique, théâtre, artisanat. L’ambition initiale des organisateurs de cet événement était de mettre en valeur le site du Parc de la Citadelle, situé le long du Vieil Escaut, au cœur des vestiges des fortifications de Valenciennes. Les objectifs ont ensuite évolué, les perspectives se sont élargies et l’équipe œuvre désormais pour la valorisation de l’ensemble des patrimoines présents autour de ce site emblématique dans l’histoire et l’archéologie de la ville. Ainsi, le choix de la thématique mise à l’honneur pour 2020-2022 porte sur l’histoire du travail du lin et les blanchisseries, en mobilisant l’histoire et la mémoire des habitants. À partir de la mémoire collective et de l’étude de fonds documentaires et archivistiques, nous envisageons de mobiliser les habitants (enfants, jeunes adultes et seniors) pour échanger sur ce volet de l’histoire de la cité valenciennoise et créer un spectacle vivant « Au fil de la Balhaut » pour approcher les techniques du spectacle vivant (technique son, lumière, gestuelle, voix …), découvrir les métiers d’hier autour du lin et son patrimoine immatériel, et ainsi appréhender une filière en devenir, grâce à ce rendez-vous estival qui attire à chaque édition plusieurs centaines de visiteurs.


Contexte

Depuis 2015, le Comité de quartiers Vignoble-Faubourg de Paris-Faubourg Sainte-Catherine organise une fête historique le premier week-end de juillet dans le cadre du dispositif régional Nos Quartiers d’Été mis en place pour les habitants qui ne partent pas en vacances. Son ambition est de mettre en valeur le patrimoine de la ville, en particulier celui du site du Parc de la Citadelle situé le long du Vieil Escaut, au cœur des vestiges des remparts de Valenciennes remaniés par Vauban. Ce site, classés aux Monuments Historiques, a pu être sauvegardé puis mis en valeur grâce à l’action du Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois dès 1984 et à l’association Hainaut Archéologie, qui deviendra ensuite le service archéologique de Valenciennes[1]. C’est un lieu très agréable fréquenté par les habitants du quartier, les étudiants, notamment au moment des repas, et par les pêcheurs et quelques touristes. Pourtant, malgré une bonne fréquentation lors des Journées européennes du patrimoine, ce site reste méconnu de la plupart des Valenciennois en dépit de sa proximité du centre-ville et du parking Lacuzon.

Ce constat fait, la réflexion menée par les organisateurs de la fête visait à amener le public autour d’une manifestation historique, culturelle, ludique, mettant à l’honneur le patrimoine à travers l’art. L’idée était d’organiser une fête en cohérence avec l’époque de la restauration de la citadelle, le 17e siècle, avec un rendez-vous qui soit l’occasion de partager autour de l’histoire de ce lieu avec un public plus large, de tout âge. Surtout, il s’agissait avant tout de recueillir la participation des habitants et de permettre une coopération entre les différents acteurs culturels du territoire : historiens, chercheurs, institutions culturelles (office du tourisme), associations et habitants.

Le quartier et l’histoire

Depuis le Moyen Âge, grâce à la présence de l’Escaut, Valenciennes présente beaucoup d’atouts pour le commerce, notamment celui de la toile fine, du vin et des céréales issus des campagnes environnantes. Le quartier, alors nommé Faubourg Notre-Dame, du nom de sa paroisse, est situé au sud-ouest de la ville, à l’extérieur des fortifications. On y trouvait, en majorité, des norretiers (petits éleveurs de moutons, vaches, volailles), et des faubourtiers (équivalent des maraîchers) qui fournissaient viandes, légumes et fruits à la cité de Valenciennes. Le faubourg était traversé de petits canaux reliés à l’Escaut à l’usage des blanchisseurs qui y étendaient de la toile fine, appelée batiste, spécialité textile du Hainaut-Cambrésis. Ensuite, la situation stratégique, au bord du fleuve, permettait de défendre ses habitants en tendant des inondations défensives dans la campagne en amont, empêchant toute invasion grâce, notamment au 17e siècle, à la citadelle et à l’écluse des Repenties.

Figure 1 : Plan de la Ville et Citadelle de Valenciennes au 18e siècle, BnF, Cartes et plans manuscrits


La citadelle : thème de la première édition de la fête historique en 2015 

Il est difficile pour les visiteurs d’imaginer l’emplacement de la citadelle et celui des remparts détruits en 1890 à la suite du démantèlement de la place forte. Ainsi, seuls quelques vestiges des fortifications sont encore visibles, dans le site de la citadelle : l’Écluse des Repenties, l’Écluse Notre-Dame et leurs fossés, le pont de la Citadelle, le bâtardeau du Calvaire, et les Bastions des Repenties et du Calvaire, classés aux Monuments Historiques en 1987, et aménagé au début des années 2000 lors de la création du parc. L’objectif de la première édition était donc de faire connaître et mettre en valeur ce patrimoine archéologique et historique de la Ville auprès des habitants, en faisant venir différents artistes et associations regroupés dans plusieurs stands et déployant leurs activités dans tout le parc le temps d’un week end.

Figure 2 : Vestiges du parc de la citadelle sur le Vieil-Escaut © Les Arts dans les Remparts

Figure 3 : Affiche-événement 2015

La manifestation de 2015 se définit donc comme découverte de la citadelle au siècle de Vauban. Ce premier rendez-vous estival a permis de se replonger au temps de Louis XIV au cœur des vestiges de remparts grâce :

  • Au Théâtre de Bimberlot du Quesnoy, avec un spectacle-promenade « Vauban le meilleur des citoyens »,
  • Au Conservatoire à rayonnement départemental de Valenciennes qui a donné plusieurs concerts de musique baroque,
  • À l’Association Equivie de Gommegnies, école d’équitation et réinsertion de jeunes, avec des jeux anciens, tir à l’arc, tir à la corde contre cheval de trait, jonglerie et cracheurs de feu,
  • Au Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois, par des visites guidées sur les ouvrages de défense de la ville, en s’appuyant sur la présence des vestiges encore visibles et sur les archives de la citadelle.

Figure 4 : Représentation théâtrale sur le bâtardeau de la Citadelle, © Les Arts dans les Remparts

 

Figure 5 : Spectacle mettant en scène des chevaux, © Les Arts dans les Remparts

Pour ce faire, décors et costumes ont été réalisés par les couturières bénévoles durant l’année de préparation grâce aux dons de tissus, galons, dentelles de la part des habitants, ainsi qu’à la collaboration du Musée des Beaux-arts et de la Médiathèque de Valenciennes sur les codes vestimentaires et les étoffes utilisées au 17e siècle.

2016 : L’eau, source de la ville

Valenciennes est née de la confluence de l’Escaut et de la Rhonelle. Elle a pu s’ouvrir à la navigation avec les pays du Nord à partir de ce point de jonction. Grâce aux petits canaux creusés par les habitants, les industries du bord de l’eau se sont développées et les échanges commerciaux étaient florissants. La pêche aux poissons d’eau douce et la pisciculture étaient pratiquées en tirant profit des ressources offertes par le fleuve. L’eau faisait tourner une trentaine de moulins, alimentait les ateliers d’artisans, de plus en plus nombreux dans la cité, les drapiers, les tanneurs, les bouchers, les blanchisseurs. Surtout, elle assurait la défense de la place forte aux époques médiévale et moderne. De ce fait, il a été décidé pour la deuxième édition des Arts dans les Remparts, de mettre en valeur cette importance de l’eau dans l’essor de la ville du Moyen Âge à aujourd’hui. Dans cette perspective, notre équipe a été rejointe en 2016 par une historienne et archéologue spécialisée dans l’étude des patrimoines liés à l’eau et de l’histoire et l’archéologie de l’Escaut. Des visites guidées grand public ont été organisées par Laëtitia Deudon sur la thématique des métiers et des activités du bord de l’eau, moteurs de la transformation du paysage de la place forte et du territoire urbain (activité militaire, meunerie, tannage, blanchissage, activités pastorales), en mettant en valeur le patrimoine hydraulique (écluses, canaux, buses, fontaines, bassins, cuves de tanneurs) mis à jour lors des différentes fouilles archéologiques réalisées par le service archéologique municipal de Valenciennes[2]. En outre, il s’agissait de mettre en valeur les fouilles réalisées par les archéologues valenciennois qui ont révélé les vestiges d’un quartier artisanal au début des années 2000, avec plusieurs ateliers de potiers, découverts à l’emplacement du parking Lacuzon.

Figure 6 : Moulin de la citadelle dont il reste les fondations aujourd’hui

La défense de la ville et la conquête de Valenciennes par Louis XIV, le fonctionnement de l’écluse des Repenties, les inondations, les dynamiques militaires initiées par Vauban ont été abordées par Christine Yackx, historienne locale, sous la forme d’une exposition photographique et la tenue de stands, et par le Comité de Sauvegarde du patrimoine valenciennois.

Cette deuxième édition a mis en œuvre également la dimension écologique et environnemental, au cœur des enjeux de valorisation du parc de la citadelle aujourd’hui, en faisant le lien entre patrimoines fortifiés et naturels, grâce à :

– une collaboration avec le SIAV (Syndicat Intercommunal Assainissement de Valenciennes) sur la gestion alternative des eaux pluviales et la mise à disposition des recherches et publications de Félicien Machelart (Valenciennes, fille de l’Escaut et de la Rhonelle) sur les rivières de Valenciennes,

– un travail de préparation en amont, la logistique et le choix des artisans locaux présents lors de la manifestation et des ateliers : réduction et gestion des déchets/lutte contre la pollution de l’eau/utilisation de matériaux naturels et matériaux de récupération/ateliers sur place économie d’eau, mise en valeur de produits d’entretien naturels.  

Figure 7 – Atelier Laine du Mouton Paresseux, mettant à l’honneur le textile écologique traditionnel, © Les Arts dans les Remparts


2018 : 2e édition – Tous sous le même soleil

Figure 8 : Affiche-événement 2018

La deuxième édition de la fête a été placée sous le signe du Roi-soleil, dont le règne est attaché aux disciplines « nobles » avec le développement des Académies royales, mais également la présence sur le territoire d’un artisanat florissant lié au commerce et aux corporations situées en ville et dans le faubourg. Cette période était essentielle à représenter dans la mesure où, sous le règne de Louis XIV, le site de la citadelle a servi de base militaire lors des différents sièges de Valenciennes (1656, 1677, 1711-1712). Celle-ci a été ensuite remaniée et perfectionnée par Vauban et par les ingénieurs du Roi dans le cadre du fameux « pré carré ». Ensuite, le 18e siècle voit l’avènement de l’industrie textile valenciennoise présente depuis le Moyen Âge (manufactures d’étoffes de laine et de toiles fines, dentellerie). C’est à cette époque que Valenciennes va briller par sa dentelle, celle-ci sera réputée dans tout le royaume de France et sera même portée à Versailles. Il existe toujours un atelier de dentelle de Valenciennes au sein du quartier, à la Maison des Associations, ce qui a permis de souligner la pérennité de ce patrimoine lié au textile. Dans cette perspective, la journée a été jalonnée par un volet artistique et visuel : fauconnerie, ateliers contes de Perrault avec le Théâtre de Marionnettes de Ronchin et la Médiathèque de Valenciennes, réalisation de portraits en argile avec le Musée des Beaux-arts de Valenciennes, concerts et initiation à la danse baroque avec Hartmut Reichel, et un volet artisanal : dentellières de Valenciennes, forgeron coutellerie et armes, relieur TypoART, potier, vannier.

Figure 9 : Danses baroques organisées avec l’artiste en résidence Hartmut Reichel, spécialiste dans les performances artistiques de l’eau, et atelier tissage-filage de la laine, © Les Arts dans les Remparts


2020-2022 : le lin, renouer les liens

Il existait dans le quartier du faubourg Notre-Dame/Sainte-Catherine une activité prépondérante pour le rayonnement économique de Valenciennes : le blanchiment des toiles de lin, une industrie du bord de l’eau emblématique des régions septentrionales, de la Hollande au Hainaut. Valenciennes a connu au Moyen Âge un essor économique considérable grâce à l’industrie drapière, en se spécialisant dans le filage et le tissage des toiles fines appelées « batiste », dont le commerce et l’exportation dans les différentes villes assurait la prospérité de la cité dans les anciens Pays-Bas et la France. L’extraction des fibres végétales était obtenue grâce au rouissage du lin dans les marais de la Scarpe et de l’Escaut, notamment dans les marais de Bourlain, hors la ville, près du faubourg. Ensuite, les toiles étaient filées par les mulquiniers du centre-ville (tisserands) dans des caves voutées. Ce nom de métier, dont on retrouve les premières traces dans la charte des mulquiniers de Valenciennes vers 1413 avec l’utilisation du terme molekinier, vient de l’étoffe précieuse de toile fine, que l’on nommait mollequin, et destinée autrefois à la lingerie. Rue Delsaux, à Valenciennes, on peut encore voir les entrées de caves et les  burguets, volets de bois posés au ras du trottoir, sur la largeur de la façade, qui permettaient d’installer dans la cave les métiers à tisser et, accessoirement, de laisser passer la lumière où le tissage du lin s’effectuait à l’humidité pour garder aux fibres de lin leur souplesse.

La dernière étape de la fabrication des pièces de toiles était confiée aux blanchisseurs du faubourg Notre-Dame (faubourg de Paris), qui tiraient parti de l’abondance d’eau des rivières Sainte-Catherine et Balhaut, affluents de l’Escaut, dont la blancheur assurait la réputation du commerce des toilettes de la ville dans toute la région. Cette activité liée à l’utilisation de l’eau était toutefois à l’origine de conflits d’usage entre les blanchisseurs et les meuniers de la ville, et était soumise aux inondations militaires provoquées pour la défense de Valenciennes[3], le quartier se situant en amont de la citadelle. Cependant, la production de batistes a fourni du travail et des revenus à plusieurs familles de blanchisseurs, amidonniers, teinturiers jusqu’à la Révolution de 1789. C’est ce volet historique et ce patrimoine immémorial que les organisateurs souhaitent mettre en valeur dans un cadre festif en associant les divers acteurs du territoire et les habitants dans une démarche collective et inclusive : institutions publiques et privées, chercheurs, artistes, artisans, associations et bien sûr le comité de quartier.

Propositions et projets à venir pour l’édition 2022

Ainsi, à partir de la mémoire collective et de l’étude de la documentation sur l’activité de la blanchisserie et du travail du lin à Valenciennes, les organisateurs de la fête ont l’ambition de mobiliser les habitants (enfants, jeunes adultes et seniors) pour :

  • Échanger sur ce volet de l’histoire de la cité valenciennoise lors de cafés histoire,
  • Découvrir les métiers d’hier autour du lin (mulquiniers) et mettre à l’honneur l’archéologie expérimentale autour des activités textiles traditionnelles
  • Créer un spectacle vivant : « Au fil de la Balhaut », mettant à l’honneur l’artisanat textile
  • Approcher les techniques du spectacle vivant (technique son, lumière, gestuelle, voix …). Les bénévoles ont commencé l’écriture du scénario avec la metteuse en scène et comédienne Bérengère Devred de l’Atelier du Vieil Escaut, en s’appuyant sur des documents d’archives
  • Appréhender une filière en devenir : le lin est cultivé en Belgique, aux Pays-Bas, mais surtout en France : 80 % dont 27% dans le Nord – Pas-de-Calais.

Le lin ne produit pas de déchets, toute la plante est utilisée. Pendant les différentes étapes de transformation (teillage, peignage, filage, tissage) pour passer de la plante au tissu, le lin respecte l’environnement. Tous les constituants de la plante et les produits fabriqués à partir du lin sont donc aussi biodégradables. Il est maintenant utilisé dans la vaisselle, l’isolation, l’industrie automobile, les équipements de sport, le nautisme. Ainsi, sur la manifestation, le respect de l’environnement prend toute sa dimension par le recyclage d’anciens vêtements et l’utilisation de chutes textiles, l’utilisation de gobelets réutilisables, lavables, en matériaux biosourcés dont de la fibre de lin des Flandres, fabriqué en Hauts-de-France. À l’entrée du site, une demande pourra être faite pour que la prairie de fauche, gérée de manière raisonnée, soit semée de graines de lin pour un fleurissement en juillet, rendez-vous de la fête. Pour les volets artistique et artisanal, le lin sera à l’honneur avec l’atelier Au Temps du lin d’Isbergues qui propose la démonstration des étapes de transformation avec les outils d’époque, en s’appuyant en partie sur les techniques de l’archéologie expérimentale pour redécouvrir les techniques anciennes.

Figure 10 : Vitrail d’après une gravure hollandaise du 17e siècle, montrant l’activité du blanchisseur maniant son écope (F. Machelart)

 

Figure 11 : Nouveau logo conçu par Caroline Soreau, mettant à l’honneur de façon stylisée les ouvrages à cornes de la citadelle et le cygne, autre emblème valenciennois, 2020, © C. Soreau, Studinano

Le logo a été réalisé par Caroline Soreau, chercheure et plasticienne, à l’Université Polytechnique des Hauts de France. Il sera apposé sur les sacs récup/tot bag (issus de draps de métis anciens) réalisés par les couturières bénévoles pour la manifestation. L’impression sera effectuée par l’association TypoART  au Musée de l’Imprimerie de Fresnes-sur-Escaut.

Conclusion et perspectives

Au fil des siècles, métiers et activités économiques du quartier ont toujours été liés à la présence de l’Escaut : meuniers, éclusiers, sourciers, fontainiers, cordeliers, fortifications, usines, exploitation du silex au 20e siècle (site du Vignoble), etc. Encore de nos jours, l’usine Soufflet Alimentaire rayonne en Europe avec le transport et la transformation du riz et des légumes secs (marque Vivien Paille) venus d’Anvers, Rotterdam ou de Camargue par péniches via le canal de l’Escaut et, prochainement, via le canal Seine-Nord-Europe.

Afin d’étoffer notre connaissance du territoire de la vallée de l’Escaut, il apparaît essentiel de s’associer aux historiens, archéologues, professionnels du patrimoine et associations d’histoire locales afin de valoriser le patrimoine historique et culturel liés aux activités anciennes sises en bord d’Escaut. Ainsi, chaque édition s’appuie sur un travail historique de fond, en concertation avec les habitants et chercheurs locaux pour s’assurer de la qualité du contenu transmis au public, en laissant une part ouverte à la liberté de création et à l’imaginaire. Ainsi, les travaux de Laetitia Deudon, chercheur en histoire & archéologie (UPHF) et professionnelle du patrimoine, collaboratrice du projet, ont nourri le contenu des manifestations précédentes par ses recherches, dans un esprit d’échange et de partage depuis l’édition de 2016, en croisant arts, recherche, médiation et valorisation patrimoniale. Cette collaboration nous a permis de faire le lien entre le patrimoine, le territoire d’hier et d’aujourd’hui, et de mettre les connaissances acquises au service des habitants et du territoire. En outre, les données historiques et archéologiques ont permis d’alimenter des visites guidées sur le thème des fortifications et de l’hydraulique militaire, du patrimoine fluvial, et d’alimenter le scénario du spectacle vivant mettant à l’honneur les blanchisseur.ses de toilettes et les autres métiers liés à l’eau. De surcroît, cette réflexion conjointe nous a aussi permis d’envisager les nouvelles technologies telles que l’imagerie par drone comme support/outil de valorisation du patrimoine fortifiée et du patrimoine fluvial présent dans le parc de la citadelle. L’école RUBIKA pourrait pour la création de supports et d’animation utiliser les technologies numériques et audiovisuelles.

Un partenariat avec l’ENTE (Ecole Nationale des Techniciens de l’Equipement) est envisagé, ce centre de formation est situé dans le quartier et ouverte aux initiatives environnementales. Un appel est aussi lancé aux plasticiens afin de mettre en lumière la diversité des initiatives de recherche et de valorisation des fibres végétales. Afin de couvrir l’éventail des productions textiles et des savoir-faire, des visites sont prévues à La Manufacture de Roubaix, musée de la mémoire et de la création textile, au Musée des dentelles et broderies de Caudry, au MTVS Musée du Textile et de la Vie Sociale de Fourmies, installés dans d’anciennes filatures, et à l’association PHER (Patrimoine Histoire et Étude du Repassage) de Sebourg.

*

La volonté de valoriser le patrimoine bâti de la citadelle de Valenciennes lors de la première manifestation a amené petit à petit à la découverte du patrimoine humain et culturel, et à envisager la mise en valeur de l’ensemble de ces patrimoines matériels et immatériels du territoire du Haut-Escaut, en conformité avec la loi LCAP de 2016, et à la volonté d’extension des catégories de patrimoines à protéger et valoriser. Pour ce faire, la collaboration entre tous les acteurs du territoire, aux échelles municipale, territoriale et régionale, permettra de transmettre ces patrimoines inscrits dans le territoire du Haut-Escaut lors de rendez-vous enrichissants dans un cadre festif, en s’appuyant sur les connaissances locales et les traditions artistiques multiples présentes dans les Hauts-de-France, dans le Valenciennois et au sein du comité de quartier Vignoble-Faubourg de Paris-Faubourg Sainte-Catherine.


[1] Valenciennes (59). Citadelle, Comité de Sauvegarde du Patrimoine Valenciennois, 1984.

[2] Voir par exemple, Tixador Arnaud et al., Rue de la Digue/Chemin des Planches, diagnostic SITA, SAMV, 2004.

[3] Voir Deudon, Laëtitia, Deltombe, Matthieu, « Les places fortes de la vallée de l’Escaut : environnement et aménagement du territoire », in Byhet Thomas (éd.), Les places fortes des Hauts-de-France. Actualités et recherches inédites, vol. 2, Lille, Éditions du Septentrion, 2021 [à paraître].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search